Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 09:10

Sur l'encyclopédie participative, un wikinaute a trahi, en 2010, le secret le mieux gardé du  

 

mousetrap.jpgSaviez-vous que le record de longévité pour une pèce de théâtre est détenu par The Mousetrap (La Souricière), une pièce écrite par Agatha Christie. A l'origine, en 1947, cette oeuvre était destinée à une diffusion radiophonique, sous la forme d'un feuilleton quotidien. Agatha Christie s'état alors inspirée d'un fait divers qui avait secoué, en 1945, le Shropshire dans l'ouest de l'Angleterre, où un garçon avait été assassiné alors qu'il séjournait dans une famille d'accueil. Rapidement, le Reine du Roman Policier déclina son feuilleton radiophonique en pièce de théâtre et en nouvelle. La pièce de théâtre fut jouée pour la première fois le 6 octobre 1952, au Royal Theater de Notthingham avant de circuler d'Oxford à Liverpool en passant par Newcastle, Leeds et Birmingham pour être, finalement présentée, le 25 novembre 1952, au théâtre Ambassadors, dans le West End londonien. Depuis ce jour, La Souricière a été jouée sans interruption à l'exception d'une seule journée - le 24 mars 1974 - durant laquelle la pièce a été transférée de l'Ambassador au St-Martin's Theater où elle a repris, dès le lendemain jusqu'à aujourd'hui encore.

 

Ce sont plus de 25.000 représentations de la pièce qui ont été données depuis novembre 1952 (ndlr la 25.000è a eu lieu le 18 novembre 2012) à Londres et si le succès ne se dément pas jusqu'a présent c'est, en grande partie, grâce au mutisme des spectateurs qui s'engagent tacitement, en allant voir la pièce, à ne pas dévoiler le nom du coupable. Depuis 60 ans, à l'issue de chaque réprésentation, un appel est fait à chaque spectateur : "Merci de ne pas dévoilez le nom de l'assassin !". Et cela fonctionna parfaitement... jusqu'à l'automne 2010. Il faut dire que les Anglais sont plutôt fidèles à leur écrivaine préférée, lui témoignant ainsi une forme de loyauté chère à leur éducation. La tradition fut respectée pendant 58 ans et même Agatha Christie l'entretint puisqu'elle s'était engagée à ne pas publier en Europe la nouvelle adaptée du feuilleton radiophonique avant l'ultime représentation de la pièce ceci afin que les spectateurs potentiels n'aient pas vent du dénouement. A ce jour, la nouvelle The Mousetrap n'a toujours pas été publiée sur le Vieux Continent(1).

 

Il n'y a pas à dire, on sait garder un secret au Royaume de Miss Marple. Mais hélàs on ne peut pas en dire autant de la planète internet ! En effet, le site Wikipedia a publié - sur la version anglaise d'abord, rapidement repris par la version française - en septembre 2010 l'intrigue et le dénouement de la pièce. On sait le principe des wikis, ces sites d'édition collaborative où chacun est libre de modifier tout ou partie des contenus avec les dangers (fausses infos, rumeurs...) et les dérives (dévoilement de la chute de romans, d'intrigues...). Ainsi donc un énergumène a brisé la chaine du silence qui était en cours depuis 1952 autour de la pièce la plus jouée au monde. Pauvre imbécile ! Evidemment, la presse anglaise s'est emparée, à l'époque, de cette histoire pour témoigner de son indignation. Matthew Pritchard, petit-fils d'Agatha Christie, qui détient les droits de la pièce et de la nouvelle s'était, pour sa part, déclaré choqué par cette divulgation tandis qu'une fan de l'auteur s'est rendue sur Wikipedia pour effacer le texte qui explique le dénouement. Rapidement, le texte effacé fut remis et la fan reçut un message de Wikipedia lui demandant de ne pas réitérer ce geste...

 

Il est profondément regrettable qu'internet puisse ainsi saborder une tradition longue de plus d'un demi-siècle autour d'un monument de la culture anglaise. Mais cela témoigne aussi de l'époque dans laquelle nous vivons, une époque où l'on a tendance à croire que tout est permis et que l'on peut agir à sa guise par pur plaisir...

 

------

(1) la nouvelle a été publiée, en 1950, c'est à dire avant la création de la pièce aux Etats-Unis uniquement.

 

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Le monde est fou !
commenter cet article
28 février 2013 4 28 /02 /février /2013 10:18

4% des étudiants berlinois ont tarifé leurs charmes pour financer leurs études... En Europe beaucoup d'autres y pensent sérieusement !

ooo.jpgLa prostitution des étudiants n'est pas un phénomène rare ou isolé, elle existe dans plusieurs pays d'Europe, en Angleterre ce seraient même quelque dix pourcents(1) des étudiants qui y auraient eu recours... Alors que certains financent leurs études en travaillant dans des cafés, des restaurants ou dans des grandes surfaces, d'autres se font escort girls ou vendent leurs corps dans la rue et via internet. Ce phénomène touchent une grande majorité de filles mais concerne aussi les garçons. Entre le coût des études (syllabus, photocopies, droits d'entrées,...), le loyer d'un kot ou d'un studio, la nourriture et l'argent de poche pour les loisirs, la vie d'étudiant devient de plus en plus chère. Pour y faire face, un nombre croissant d'entre-eux franchissent le pas du sexe tarifé. Il n'y a pas de chiffres officiels, en France, sur la prostitution étudiante mais selon le syndicat SUD-Etudiants, il y aurait environ 40.000 étudiants français qui se prostitueraient(2), cela équivaudrait à une proportion d'un étudiant sur 57, soit 1,75%. Cependant, selon une étude menée par le Centre d'Etudes de Berlin, à Paris ce sont 29% des étudiants qui seraient prêts à recourir au sexe tarifé pour financer leurs études... Toujours selon cette étude, à Berlin, le chiffre serait même de 33%. On est dans l'hypothétique là, mais l'enquête montre aussi que 4% des étudiants berlinois ont d'ores et déja franchi le pas !

L'Observatoire de la Vie Etudiante (OVE) confirme la paupérisation des étudiants français; 45.000 vivent dans une situation de grande pauvreté, 225.000 peinent à financer leurs cours(2). L'argent est le moteur essentiel du chemin vers la prostitution. Dans son livre "Mes chères études..."(3), Laura D. explique que cela peut ramener jusqu'à 300 euros par heure de "travail"... Cela constitute, effectivement, une force motrice puissante pour un(e) étudiant(e) dans la dèche. Par ailleurs, internet a dopé la prostitution, en général, et facilite la recherche de clients pour des étudiants qui n'ont pas forcément besoin de tapiner. Cela constitue aussi une garantie d'anonymat par rapport aux condisciples.

Le sexe est devenu, de façon générale, une façon de financer des études car, par delà la prostitution, il se développe d'autres activités lucratives. Ainsi, remarque-t-on de plus en plus d'étudiants qui se laissent tenter par les photos de charmes, par le strip-tease, les spectacles chauds par webcam interposée ou encore par la vente, vie la net, de sous-vêtements portés... Et le créneau semble porteur car s'il y a une offre c'est parce qu'il y a une demande ! Encore que dans ce cas précis, ce soit plutôt l'offre qui ait créé la demande... Evidemment, les arnaques n'ont pas tardé à fleurir sur le net avec la mise en place de faux-sites d'étudiantes où l'on trouve des femmes qui se font passer pour des étudiantes afin de séduire la clientèle masculine. Plusieurs réseaux de prostitution professionnelle ont déja été ainsi démantelés par la Brigade de Répression du Proxénétisme...

Eva Clouet, qui avait axé sa thèse universitaire sur la prostitution estudiantine, explique dans un excellent ouvrage adapté de sa thèse(4) que, comme dans le cas de la prostitution classique, les étudiants qui ont suivi un parcours de rupture familiale restent davantage enclin à se tourner vers le sexe pour payer leurs études. Elle constate aussi que la majorité des étudiants vivent cette situation plutôt positivement, voire même être épanouis, mais que cela ne constitue pas une garantie de sécurité pour l'avenir... En clair, certain(e)s étudiant(e)s risque fort de rester dans le commerce du sexe au terme de leurs études si les revenus que cela génère est lucratif.

-----
(1) Student Prostitution, par Fritzie Franchette Ramos & Maricar Gay Savella, 2001.
(2) La prostitution gagne les bancs de la fac, on lefigaro.fr, 29 octobre 2006
(3) Mes chères études. Etudiante, 19 ans, job alimentaire : prostituée, par Laura D., Ed. Max Milo, 2008
(4) La prostitution étudiante à l'heure des nouvelles technologies de la communication, par Eva Clouet, Ed. Max Milo, 2008

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Le monde est fou !
commenter cet article
26 février 2013 2 26 /02 /février /2013 10:49

Après la remontée de sens uniques, les cyclistes pourront désormais passer au rouge...

velo.jpgEn tant que citadin-piéton convaincu, je commence sérieusement à en avoir marre du comportement des cyclistes en ville ! Ils se comportent de plus en plus tels ces automobilistes qu'ils ont longtemps considérés comme des dangers. Les cyclistes usent de leur sonnette commes les automobilistes usent de leur klaxon, il faut se bouger rapidement de leur passage sans quoi ils s'énervent, ils ne respectent pas le code de la route... bref, de vrais dangers pour les piétons, plus encore que les automobilistes dans certains cas car on se déplace souvent bien plus vite à vélo qu'en voiture au coeur des villes. Ce matin encore, en sortant de la maison, j'ai failli être percuté par un connard à deux roues qui passait sur le trottoir... Total look, équipé comme un pro et sac à dos sur les épaules, ce cycliste avait décidé de rouler sur le trottoir pour éviter la file de voitures, rue de la Régence. Il n'y avait guère de piétons sur ce trottoir mais à aucun moment il n'a tenu compte de ceux qui sortent de chez eux pour aller prendre leur place dans la routine quotidienne. Résultat, j'ai bien failli me le prendre de face cet idiot ! Et ce n'est pas un cas isolé, de plus en plus, pour sortir à pied de mon entrée couverte et déboucher sur le trottoir, je dois regarder à gauche et à droite, comme je le ferais pour traverser la rue, afin de voir s'il n'y a pas un cycliste qui arrive à toute vitesse. C'est intolérale ! Le mari d'une amie à eu moins de chance que moi, voici deux ou trois ans, il a été percuté par un cycliste sur un trottoir... Bilan, deux doigts cassés et une belle plaie à la cuisse. Le cycliste est un loup pour le piéton... Il met en péril l'intégrité physique de l'usager le plus faible qui soit, celui qui se déplace à pied.

Il y a quelques années, le politique a autorisé les cyclistes à remonter les rues en sens unique. Une décision stupide qui a engendré des comportements dangereux et des situations périlleuses. En 2010, le nombre d'accidents de la route impliquant des cycliste a augmenté de 3,5% par rapport à l'année précédente(1). Chaque jour, deux cyclistes perdent la vie ou sont gravement blessés en Belgique. Le comportement de certains d'entre-eux est la cause de bon nombre de ces accidents dangereux ! La remontée des sens uniques, l'omission du geste de bras pour signaler un changement de direction, le fait de rouler en plein milieu de la rue (ou sur le trottoir !)... autant de comportements à risque qui engendrent le danger. Et désormais il faudra y ajouter le brûlage de feux rouges... En effet, à partir de la mi-février, les cyclistes pourront donc passer au rouge dans certains carrefours qui afficheront une nouvelle signalisation prévue à cet effet. Avec cette décision, le Secrétaire d'Etat à la Mobilité, Melchior Wathelet, entend améliorer la fluidité sur les routes... Faut arrêter de nous faire croire que ce sont les cyclistes qui contrarient la fluidité ! Cette mesure est imbécile, elle aura à peu près le même effet sur la fluidité de la circulation qu'une mesure interdisant aux vaches de péter pour contrer l'effet de serre ! Par contre, cette mesure augmentera bel et bien le risque d'accident pour les cyclistes qui franchiront les feux au rouge... C'est finalement, peut-être, l'idée sous-jacente  de cette mesure que d'améliorer la fluidité du trafic par l'élimination des cyclistes renversés dans des carrefours parce qu'ils sont passés au rouge ?

Sous le couvert de la mobilité on donne beaucoup trop de pouvoir aux cyclistes qui, bien évidemment, en abusent. Donner du pouvoir à un crétin c'est en faire un tyran ! Cette maxime se prête volontiers à certains cyclistes dont le comportement sur la route est despotique... L'anecdote qui suit a quelques années mais son contenu reste d'actualité. Un samedi matin, en ville - rue Louvrex pour ceux qui connaissent Liège -, je suivais un cycliste qui roulait avec deux baguettes de pain sous le bras gauche. Alors que rien ne venait en face et que j'avais entamé ma manoeuvre de dépassement, il a fait un brusque écart sur la gauche sans raison apparente. Il m'a fallu monter sur mes freins pour l'éviter... Et quand je parvins enfin à le laisser derrière moi, non sans avoir pesté je le confesse, je le vis dans mon rétroviseur me faire un geste du doigt que la morale réprouve. Mais imaginez la scène, ce cycliste avec deux pains sous le bras gauche et le le bras droit en l'air avec l'index tendu... Que n'y eut-il pas une taque d'égout, une bosse ou un trou pour l'envoyer au sol, cet abruti ! Mais s'il était tombé et qu'il y avait eu une voiture derrière lui, que ce serait-il passé ? On aurait encore crié haro sur un automobiliste imprudent, probablement ! Et ce n'est pas tout, dans cette rue il y a une priorité de droite, celle de la rue des Anges; la voiture devant moi ralentit, je l'imite et que vois-je passer à ma droite, l'imbécile vélocipédique avec ses deux pains sous le bras. Nouveaux coups de frein et de klaxon de la part de l'automobiliste prioritaire qui sortait de la rue des Anges à l'attention du cycliste qui a continué sa route comme si de rien n'était. Si l'automobiliste était arrivé un chouïa plus vite, la rue des Anges aurait bien porté son nom... le cycliste aurait fait un direct vers le paradis des cons à deux roues !

On a autorisé les cyclistes à remonter, au mépris du danger, les sens uniques, on les autorise maintenant à passer au rouge... Faut-il être con pour prendre de telles décisions ! Faut-il être encore plus con pour les mettre en pratique ! Les droits ne vont pas sans les obligations. Si les cyclistes, en tant qu'usagers plus faibles que les automobilistes, ont le droit d'être protégés, il convient aussi qu'ils s'obligent à respecter certaines sécurités élémentaires et à ne pas foncer tête baissée dans un sens unique ou dans un carrefour parce qu'un politique a dit un jour qu'ils pouvaient le faire ! Si un Secrétaire d'Etat à la Mobilité décide un jour que les cyclistes peuvent se jeter à La Meuse avec leur vélo, le feront-ils aussi ?

Attention, puisqu'il convient d'être politiquement correct en cette ère d'asseptisation des cerveaux, tous les cyclistes ne sont pas des despotes éclairés à la dynamo. Non, certains sont même très courtois mais il faut aussi poser le constat que la proportion d'illuminés dangereux est en hausse constante chez les cyclistes urbains !


-----
(1) Plus de deux cyclistes tués ou gravement blessés chaque jour en Belgique, on levif.be, 6 octobre 2010.

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Le monde est fou !
commenter cet article
1 février 2013 5 01 /02 /février /2013 08:54

Un crétin du Tennessee a voulu faire euthanasié son chien parce qu'il le pensait homosexuel...

eltondog.jpgL'homophobie est un comportement malsain qui gangrène de plus en plus notre société. Une société qui, au fil du temps, développe ses intolérances de façon exponentielle. Mais parfois, l'intolérance confine au ridicule ! L'histoire d'Elton, un pitbull de Jackson au Tennessee, est plutôt édifiante. Comme tous les chiens, celui-ci a des comportements naturels comme celui de "grimper" sur un autre chien. C'est ce qu'Elton fit récemment au grand dam de son maître qui trouva déshonorant de voir son animal monter sur un autre mâle. Ce comportement, le maître l'assimila à de l'homosexualité canine et en fut complètement écoeuré. Aussitôt, il abandonna l'animal dans un refuge pour animaux atteint de la rage déjà surpeuplé de Jackson, non loin de Nashville, au prétexte de cette homosexualité qui le rebute. Si certains experts canins confirment que le chien, à l'image d'autres animaux comme les scarabées, les albatros ou même les bisons, peut avoir certains comportements homosexuels, le fait de monter sur un autre chien mâle peut aussi s'interpréter comme un signe de domination. Impossible à dire si Elton développe son côté homo ou s'il a simplement voulu dominer un autre mâle qui s'était aventuré sur son territoire, toujours est-il qu'il ne fut pas possible de faire entendre raison au maître qui refusa tout net de garder un "tel chien". L'animal s'est donc retrouvé derrière les grilles de ce refuge, embastillé pour cause d'homosexualité ! Pire encore, puisqu'il s'agit d'un refuge pour animaux atteinte de la rage, il devait faire partie d'un contingent de chiens euthanasié - alors qu'il est sain ! - ce jeudi 31 janvier dans l'après-midi... Plus qu'embastillé, Elton fut quasiment condamné à mort sur un soupçon d'homosexualité.

La situation a heurté plusieurs personnes qui ont créé une page Facebook pour sauver le chien en lui trouvant un nouveau maître. "Ne laissez pas ce chien mourir parce que son maître est ignorant" disait le message principal de la page. Rapidement, plus de 1000 personnes se sont abonnées à la page et ont fait tourner l'information. Il fallait agir vite car Elton a été abandonné mardi dernier et il devait passer à la chambre à gaz jeudi dans l'après-midi. A peine quarante-huit heures pour sauver l'animal... Ce fut suffisant car une habitante de Jackson, qui possède déjà quatre chiens, s'est indigné du comportement de son "voisin" et a décidé que chez elle, s'il y a de la place pour quatre chiens, il y en aura aussi pour cinq... Elle s'est donc précipité, jeudi en début d'après-midi, au refuge pour récupérer Elton et l'a ramené chez elle. Elton s'est rapidement acclimaté à sa nouvelle maison et à ses nouveaux compagnons canins. Nul doute qu'il sera mieux dans cette nouvelle demeure plutôt que dans l'univers étriqué de son maîmaître précédent...

Plus loin que le cas d'Elton

L'histoire finit bien pour ce chien mais les refuges de Jackson regorgent encore de nombreux animaux abandonnés et pas seulement d'animaux souffrant de la rage ! Aussi, la page Facebook qui a été créée pour Elton continue-t-elle à vivre pour aider d'autres animaux abandonnés de Jackson à trouver un nouveau foyer...

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Le monde est fou !
commenter cet article
23 janvier 2013 3 23 /01 /janvier /2013 19:48

L'Espagne a franchi le triste record des 26% de chômage...

spain-workout.jpgLes chiffres du quatrième trimestre de 2012 sont effrayants, ils sont à nouveau en hausse par rapport au trimestre précédent; ce sont désormais 5.965.400 Espagnols qui émargent au chômage ! Soit un pourcent de plus qu'en septembre dernier pour franchir le triste cap des 26%. Entre octobre et décembre 2012, ce sont 187.000 personnes qui sont venues grossir les files d'attente devant les officinas de empleo. Pour l'année 2012, on comptabilise quelque 850.000 chômeurs de plus de l'autre côté des Pyrénées, ce qui fait de l'année écoulée la pire après la terrible année 2009 qui avait secoué l'Espagne économiquement. La balance du marché de l'emploi se profile désormais ainsi : 16.160.810 travailleurs, tous secteurs confondus, pour 5.965.400 chômeurs. Selon les services de Fatima Ibanez, la Ministre espagnole du Travail et de la Sécurité sociale, c'est dans la fonction publique que les licenciements sont les plus fréquents, entre juillet et octobre 2012, sur les 96.000 pertes d'emploi 50.000 étaient liées au secteur public, soit 52%. On constate aussi une forte augmentation des chômeurs de longue durée (c'est à dire plus d'un an de chômage sans période de travail) qui atteignent maintenant les 2,5 millions, soit 41,9% du chômage global. A ce rythme, dans le courant de l'année 2013, plus d'un chômeur espagnol sur deux sera un chômeur de longue durée... Car les perspectives ne sont guère réjouissantes; avec une baisse du PIB de 0,6%, le gouvernement espagnol annonce un nouveau programme de rigueur visant à récupérer 150 milliards d'euros d'ici l'horizon 2015, dont 39 milliards rien que sur l'année 2013. La fonction publique devrait, encore une fois, être l'une des victimes principale de ce plan de rigueur.

Avec 26,02% de chômage, l'Espagne est - avec la Grèce - le pire élève dela classe européenne en la matière. Le taux de chômage moyen de la Zone Euro est de 11,8%(1), ce qui constitue également un nouveau record (+ 0,1% par rapport à octobre 2012), l'Espagne a un taux plus de deux fois supérieur à la moyenne. Il y a 26.061.000 chômeurs dans la Zone Euro, 22,88% d'entre-eux - plus d'un sur cinq ! - sont espagnols... A l'autre bout de l'échelle, l'Autriche (4,5%) et le Grand-Dûché de Luxembourg (5,1%) sont les pays les moins touchés par le chômage.

----
(1) Chômage record en Zone Euro, par AFP, on lemonde.fr, 8 janvier 2013

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Le monde est fou !
commenter cet article
15 janvier 2013 2 15 /01 /janvier /2013 08:42

Lancée sur le site We the People, la pétition demandant la construction de l'Etoile de la Mort a du être examinée par le Gouvernement américain qui a du y apporter une réponse officielle, comme le précise la loi...

deadstar.jpgLe Premier Amendement de la Constitution des Etats-Unis prévoit clairement la liberté de parole pour les citoyens américains. A cet égard, il couvre aussi le droit à la pétition. Afin de faciliter ce droit, la Maison Blanche a mis en place, sur son site internet, un espace appelé We the People (ndlr qui signifie Nous le peuple et qui sont aussi les premiers mots du texte de la Constitution américaine) qui permet à chaque citoyen américain de déposer une pétition en ligne. Chaque pétition est prise en compte et, si elle atteint le cap des 25.000 signatures endéans les 30 jours de sa mise en ligne, elle génère obligatoirement un examen par le Gouvernement et une réponse officielle. Au total, ce sont quelque 236 pétitions qui ont été mises en ligne sur We the People depuis sa création en septembre 2011. Cet exercice de la liberté de parole donne évidemment parfois lieu à la diffusion de pétitions loufoques comme celle qui demande que Beyonce ne soit plus invitée à chanter l'hymne national lors de manifestations officielles (206 signatures), celle qui réclame une nouvelle élection présidentielle (2600 signatures) ou encore celle qui demande le prohibition des marteaux et des batte de baseball (1430 signatures)... Ces exemples amusant n'ont généré que peu de retour mais certaines pétitions, bien qu'elles n'aient pas atteint le cap des 25.000 signatures, ont engendré des réactions officielles des autorités américaines comme celle qui réclamait  la divulgation de la recette de la bière qui est brassée à la Maison Blanche. Les 12.240 pétitionnaires ont eu satisfaction puisque Sam Kass, le premier assistant du Chef cuisinier de la Maison Blanche, a reçu l'autorisation de diffuser la recette de la White House Ale Honey qui est brassée depuis quelques années(1) dans les murs de la première maison des Etats-Unis.

Mais la ''divulgation'' de ce secret de cuisine n'a eu lieu que parce que la demande faisait le buzz sur le net. Une demande plus farfelue encore a obtenu récemment les 25.000 (et bien plus) signatures nécessaires à l'examen par le Gouvernement et à la réponse officielle de la Maison Blanche. Cette pétition réclamait la construction de l'Etoile de la Mort par les Etats-Unis d'ici l'horison 2016. La demande était motivée par une forme de suprématie américaine dans la conquète de l'espace et par l'amélioration de la défense nationale mais aussi parce qu'un tel chantier créerait des milliers d'emplois dans les secteurs de l'ingenierie, de la construction et de l'électronique... Pour ceux qui l'ignorerait - en existe-t-il ? - l'Etoile de la Mort est la station spatiale mobile de combat, de forme sphérique et 160 kilomètres de diamètres, imaginée par l'Empereur Palpatine afin d'imposer la suprématie de l'Empire sur la galaxie... dans la fameuse saga Star Wars de George Lucas. Cette station de combat, lourdement armée, pouvant accueillir plusieurs millions de personnes et transporter 27.000 vaisseaux de combats ainsi que 5 destroyers galactiques et 11.000 véhicules terrestres. Voila, voila, voila...

Quoi qu'il en soit, aussi farfelue qu'elle soit, 34.435 Américains ont signé cette pétition qui a donc été examinée par le Gouvernement et qui a amené une réponse officielle du Conseiller pour la Science et l'Espace de la Maison Blanche, Paul Shawcross. Dans cette réponse, Shawcross affirme que le projet ne verra pas le jour à cause, notamment, de son coût exhorbitant estimé à 850 billiards(2) de dollars. "Nous travaillons dur pour réduire le déficit, pas pour l'augmenter", a-t-il expliqué dans la réponse officielle publiée sur le site de la Maison Blanche. Plus ironiquement, Shawcross a aussi expliqué que l'état actuel de la technologie américaine ne permettrait pas de construite une Etoile de la Mort dans un délai raisonnable, qu'il faudrait au moins douze parsecs (parallaxes/seconde) soit 39,13 années-lumières... ce qui est quelque part une erreur puisque l'année-lumière est une unité de mesure de distance et non-pas de temps ! Pour conclure sa réponse par une note plus sérieuse, Le Conseiller de la Maison Blanche a rappelé que la NASA était plus que jamais bien implantée dans la course à l'espace : "Nous n'aurons pas dEtoile de la Mort mais nous avons deux vaisseaux spatiaux qui ont quitté le système solaire et nous en construisons un autre qui naviguera aux limites extérieures du soleil" précise-t-il encore sur We the Peole.

Les Etats-Unis ont donc renoncé officiellement à construire l'Etoile de la Mort, au grand dam des va-t-en-guerre intersidéraux et autres fanatiques de l'univers de la Guerre des Etoiles...

----
(1) le brassage de cette bière n'est pas une première, George Washington brassait de la bière et distillait du whisky tandis que Thomas Jefferson faisait son vin à la Maison Blanche
(2) ou 850 millions de milliards si vous préférez, soit 850.000.000.000.000.000 $

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Le monde est fou !
commenter cet article
11 janvier 2013 5 11 /01 /janvier /2013 10:23

La rupture du Cordon Sanitaire à Denderleeuw fait couler pas mal d'encre, peut-être est-il opportun de rappeler ce qu'est ce fameux cordon et que ce n'est pas la première fois qu'il est rompu ?

gordel.jpgLes médias ont largement évoqué l'information des deux côtés de la frontière linguistique, le CD&V et la N-VA ont rompu le Cordon Sanitaire pour permettre la désignation des Echevins et du Président du Conseil Communal de Denderleeuw, une petite ville de Flandre Orientale. En effet, suite aux élections communales du 14 octobre 2012, aucune majorité ne s'était encore dégagée empêchant ainsi le nouveau collège communal d'être installé. Deux coalitions - SP.A/OpenVLD d'un côté, CD&V/N-VA de l'autre - présentent le même nombre de sièges, 11, tandis que le parti d'extrême droite Vlaams Belang dispose de trois sièges. Malgré des négociations, aucune des deux coalitions n'a voulu céder et permettre à l'autre de prendre la tête de la commune. Dès lors, pour installer les Echevins et le Président du Conseil Communal, le CD&V et la N-VA ont eu recours aux voix des Conseillers communaux du Vlaams Belang. De fait, le 9 janvier dernier, le Collège communal de Denderleeuw a été installé, chaque échevin a été nommé par 14 voix contre 11, c'est à dire les voix des 7 Conseillers N-VA, des 4 Conseillers CD&V et des 3 Conseillers Vlaams Belang. Ce sont ces trois dernières voix, issues d'un parti d'extrême droite, qui ont donc permis l'installation du Collège. Cela signifie clairement une rupture du fameux Cordon Sanitaire ! D'aucuns, au sein de la N-VA disent que ce cordon n'a pas été rompu du tout puisque les trois représentants du Vlaams Belang ne font pas partie de la majorité, d'autres disent qu'il a été simplement un peu écorché. Quoi qu'il en soit Denderleeuw se retrouve avec une majorité... minoritaire de 11 sièges sur 25 qui devra forcément se tourner vers un parti de l'opposition - le Vlaams Belang en l'occurence - pour valider ses décisions ! Dès lors, il semble évident de dire que le Cordon Sanitaire a été rompu...

Ce cordon est une mesure politique visant à empêcher l'extrême droite de participer à l'exercice du pouvoir. Son instauration remonte à 1989, à l'initiative du Député fédéral (à l'époque) écologiste flamand Jos Geysels qui fut à la base d'un accord entre les partis flamands SP (socialiste), AGALEV (écologiste), CVP (sociaux-chrétiens), PVV (libéraux) et Volksunie (nationaliste). Cet accord inter-partis fut pourtant rapidement récusé par le CVP, le PVV et la Volksunie et tomba quelque peu à l'eau. En 1992, un second accord plus structuré met en avant les atteintes à la Convention des Droits de l'Homme de l'Union Européenne que représentent les 70 points du programme politique du Vlaams Belang. Ce nouvel accord est signé par tous les partis démocratiques flamands et appuyé par une motion du Conseil Général Flamand, en date du 19 novembre 1992. Il prévoit simplement qu'aucune coalition politique ne sera faite par un parti démocratique flamand avec le Vlaams Belang.

Côté francophone, l'idée d'un Cordon Sanitaire germe également même s'il convient de préciser que l'extrême droite est nettement moins bien implantée qu'en Flandre. Par contre, l'accord est étendu aux médias publics. En effet, les différents partis politiques francophones et la RTBF ont conclu un Cordon Sanitaire en deux volets : un volet politique qui repose sur un simple accord entre les partis pour ne pas entamer de discussion ni signer d'accord avec un parti extrémiste afin de le maintenir dans l'opposition; un volet médiatique qui prévoit que les médias signataires évitent d'évoquer les partis extrémistes avec des termes positifs et n'invitent aucun représentant de partis extrémistes à prendre la parole. Ce second volet du cordon francophone heurte, depuis sa signature, les partis flamands qui y voient une entrave à la démocratie et une forme de diabolisation des partis concernés par le cordon. Cependant, la démocratie ne consiste pas, c'est une évidence, à autoriser tout et n'importe quoi. Or, le Vlaams Blok - ancien nom du Vlaams Belang - a bel et bien été condamné, en 2004 par le tribunal de Gand, pour racisme et xénophobie. Par ailleurs, plusieurs des membres du Belang - dont le dernier en juin 2012, c'était hier ! - ont également été condamnés pour incitation à la haine, racisme ou négationnisme... Ce sont des comportements antidémocratiques qui justifient pleinement la mise en place d'un Cordon Sanitaire autour de ce parti et, par extension, de tous les partis extrémistes. Ce cordon, le CD&V et la N-VA l'ont bel et bien rompu en faisant nommer leurs échevins au Collège Communal de Denderleeuw avec des voix du Belang !

Pas une première !

Mais, contrairement à ce qu'on déclaré plusieurs représentants de partis francophones, le Président du MR en tête(1), cette rupture n'est pas une première... En effet, il existe au moins trois cas concrets qui constituent autant de ruptures du Cordon Sanitaire :

1° Lors du vote de la loi de compétence universelle, en 2003, les deux  partis libéraux, VLD et MR, avaient du chercher le soutien des sociaux-chrétiens du CD&V et des extrémistes de droite du Vlaams Belang pour faire passer leur projet(2).

2° Lors des élections régionales de 2004, dans le cadre de la constitution d'une coalition gouvernementale, le CD&V avait consultés tous les partis flamands, y compris le Vlaams Belang. Cela allait à l'encontre du cordon.

3° En 2006, deux Députés du Belang déposaient une proposition de résolution relative au "démembrement de la Belgique", une note de 38 pages qui évoquait l'oppression linguistique et culturelle de la Flandre par les Francophones (Français et Wallons) et qui fut portée à la Chambre des Députés où elle a été votée par 77 voix contre 51, c'est à dire Députés flamands, à l'exception du Président de la Chambre, contre Députés francophones(3)... L'ensemble des Députés flamands avait donc fait bloc derrière le Belang au détriment de la majorité libérale/socialiste (Open VLD + MR + PS + SP.A). Là encore, c'était une rupture évidente du Cordon Sanitaire.

L'on pourrait même y ajouter une intention avec le cas de la commune de Schoten, près d'Anvers, où le VLD et le CD&V avaient clairement affirmé, en 2006, qu'ils ne refuseraient pas de diriger la commune avec le Vlaams Belang si cela s'avérait nécessaire(4).

Clairement, depuis dix ans, ce fameux Cordon Sanitaire a été plus que malmené par les politiques flamands, disons qu'ils en tiennent compte selon leurs intérêts du moment...

----
(1) Denderleeuw : le MR condamne la rupture "très inquiétante" du cordon sanitaire, par Rédaction, on www.7sur7.be, 10 janvier 2013
(2) Bruxelles réduit la compétence universelle de sa justice, par Jean-Pierre Stroobants, in Le Monde, 8 avril 2003 
(3) Cordon sanitaire, on www.suffrage-uiversel.be consulté ce 11 janvier 2013
(4) Un cordon de plus en plus élastique, par Christian Laporte, in La Libre Belgique, 14 mars 2006

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Le monde est fou !
commenter cet article
3 janvier 2013 4 03 /01 /janvier /2013 13:12

Moins d'un an après avoir été critiqué par les autres partis politiques néerlandais, le site de dénonciations du parti populiste PVV a fait des émules... dans ces mêmes autres partis !

pvv.jpgEn février 2012, à l'initiative de son leader ouvertement xénophobe, le parti d'extrême droite PVV initiait, sur son site internet, un véritable appel à la délation à l'encontre des ressortissants des pays de l'est qui vivent aux Pays-Bas. Par ce biais, les Néerlandais étaient donc appelés à dénoncer les "nuisances" causées par les Polonais, les Bulgares, les Roumains ou les Moldaves. Le très populiste Geert Wilders promettait alors de se faire l'écho des doléances de la population batave auprès des autorités ministérielles. "Souffrez-vous des nuisances provoquées par des ressortissants de l'Europe de l'est ou centrale ? Avez-vous perdu votre emploi au profit d'un Polonais, d'un Bulgare ou d'un Roumain ? Dites-le nous, le PVV vous le permet. Vos plaintes seront rassemblées et présentées au Ministre des Affaires Sociales et de l'Emploi" pouvait-on lire, en substance, sur le portail du site internet du PVV en février 2012. A l'époque, ce véritable appel à la délation avait provoqué pas mal de réactions dans la classe politique néerlandaise mais aussi au sein des instances européennes. En mars dernier, la Vice-Président de la Commission Européenne en charge des Droits Fondamentaux et de la Citoyenneté, Viviane Redding, insistait sur le fait que l'intolérance n'a nullement sa place au sein de l'Union Européenne. "Les citoyens des 27 états-membres doivent se sentir chez eux quand ils se déplacent d'un état-membre à l'autre. Chaque Gouvernement à le devoir d'accueillir les citoyens des autres états-membres"(1) déclarait-elle à propos de cette hotline mise en place par le PVV. Bien entendu, ce site internet avait également déclenché la colère des pays de l'Europe centrale et de l'est qui étaient visés par cette appel. Après avoir fait de la lutte contre l'islam et les musulmans son cheval de bataille, le parti de Geert Wilders étendait donc son champ d'action aux immigrés européens qui représentent 250.000 à 300.000 personnes aux Pays-Bas. Restait à voir si cet appel à la délation allait être suivi. Le moins qu'il se puisse être écrit est que oui ! En effet, ce sont ± 38.000 courriels de "plaintes" qui ont été envoyés via le site du PVV... Une espèce de Maccarthysme hollandais des temps modernes, un Wildersisme 2.0, en quelques sortes ! Parmi ces "plaintes", des dénonciations d'alcoolisme, de tapage nocturne, de vandalisme, de perte de place de parking mais aussi de perte d'emploi (± 16% des mails envoyés).

Une récupération des autres partis


Si l'initiative du parti d'extrême droite avait largement été critiquée par la classe politique néerlandaise lors de son lancement, en février 2012, son succès populaire a engendré une vraie récupération de la part des autres partis ! Désormais, chaque parti y va de son petit appel au bon peuple pour signaler les dysfonctionnements dans différents secteurs. Ainsi :
- Christen Unie, le parti chrétien plutôt conservateur, demande que lui soient signalés les excès de réglementations, les lois inadaptées ou dépassées;
- Groenlinks, le parti écologiste, appelle à dénoncer les pouvoirs publics qui freineraient le développement d'entreprises "vertes";
- le PVDA, parti travailliste de tendance sociale-démocrate, se concentre surtout sur les dépenses excessives engagées dans les soins de santé et les abus envers la sécurité sociale;
- Le CDA, chrétiens démocrates, axe son appel à la dénonciation sur la vente de drogue, notamment sur un point de la loi qui stipule que 350 mètres au moins doivent séparer un coffee-shop d'une école...

Seul le VVD (parti libéral) au pouvoir s'est, pour l'heure, abstenu de lancer un appel à la délation via une hotline internet.

Ainsi donc, les politiques bataves incitent tous azimuts leurs électeurs à dénoncer leurs voisins, leurs collègues, leurs patrons et même leurs autorités locales dans un but d'amélioration du fonctionnement de la société disent-ils lorsqu'on les interpelle à ce propos. Mais la délation rappelle des heures bien sombres qui si elles ne sont, finalement, pas si lointaines dans le temps semblent devenues de vagues souvenirs à l'esprit de certains. Je n'évoque pas seulement la dénonciation de juifs ou de résistants pendant WW2 mais aussi celles liées au Maccarthysme dans les années '50 aux Etats-Unis ou encore celle mise en place par la STASI dans l'ex-RDA avant l'écroulement du Mur de Berlin.

----
(1) Europarlement tegen PVV-Meldpunt, on nos.nl, 13 mars 2012.

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Le monde est fou !
commenter cet article
3 janvier 2013 4 03 /01 /janvier /2013 10:00

L'animateur américain Adam Richman voyage à travers les Etats-Unis pour relever des défis alimentaires de la plus grande des imbécilités !

manvsfood.jpgPour la première fois depuis trente ans, les chiffres de l'obésité sont en baisse pour la population infantile américaine. Selon une étude réalisée durant l'année 2011 (sur des chiffres 2010) par le Centre pour le Contrôle et la Prévention des Maladies (Center Disease Control Prevention), le taux d'enfants obèses a baissé de 0,42%. C'est plutôt mince - si j'ose érire - mais c'est effectivement le premier frémissement vers le bas depuis trois décennies ! Cependant, l'obésité reste un réel fléau pour les Etats-Unis dont un tiers de la population(1) est en excès profond de poids. La junk food et la culture du fast-food ne sont pas étrangères à cette réalité. Je rentre de Londres où j'ai eu l'occasion de voir, un soir dans ma chambre d'hôtel sur la chaine Travel, une émission de télé-réalité américaine intitulée Man vs Food (L'Homme contre la Nourriture). C'était effarant ! Dans ce programme, créé en 2008 sur la chaine cablée Travel Channel, un animateur parcours le pays afin de relever les défis les plus stupides qui soient dans les fast-foods. Hamburger XXXL, pizzas hors-format, nourriture frite et sucreries en tous genre... tout est bon à être avalé dans des quantités impressionnantes par l'animateur Adam Richman. Ce programme est suivi par des millions de téléspectateurs qui se passionnent pour les aventures gargantuesques de Richman et qui attendent de voir s'il pourra relever les defis qui lui font face. Parmi ces défis insensés, on peut citer sans être exhaustif : venir à bout d'un burger de 5 livres (± 2,5 kilos) en moins d'une heure; battre le record d'ailes de poulet frites ingurgitées en 45 minutes (32 ailes pour l'anecdote); engloutir un menu Texas composé d'un steak de boeuf de deux kilos, de pommes de terre, de pain beurré, de haricots en sauce, d'un cocktail de crevettes et de (quelques) feuilles de salade; parvenir au bout d'un sandwich aux cinq viandes (jambon, poulet, hamburger, saucisse et dinde) et trois sauces; baffrer une pizza de 42 pouces (1,1 mètre) de diamètre; avaler le plus JDBurge.jpgpossible de nuggets de poulet nappés de sauce aux piments jalapenos et habaneros (577.000 unités sur l'échelle de Scoville) ou encore ingérer 100 huitres en trois minutes... Le sommet de l'imbécilité restant un immonde Judgement Day Burger - rien que le nom est idiot ! - comprenant du boeuf, du bacon, du poulet pané, deux types de fromage et des pommes de terre servi avec des frites (en plus des pommes de terre) et de la salade pour un total de 15.000 calories...

La presse américaine a comparé Man vs Food à l'émission Jackass et affirmé clairement qu'elle repose sur des excès malsains. Le critique de télévision Alan Sepinwall écrivait à propos de Man vs Food qu'il "sentait ses artères se boucher rien qu'à regarder l'émission"(2). Pour sa part, le journaliste anglais Charlie Brooker comparait, dans The Guardian, cette émission à de la pornographie alimentaire. "Si la nourriture est le porno nouveau, c'est une orgie totale !"(3) écrivait-il au printemps 2010.

Ainsi donc, alors que les Etats-Unis sont engagés dans une lutte contre le fléau de l'obésité et que les agences sanitaires - le Centre pour la Prévention et la Contrôle des Maladies en tête - initient quantité d'actions pour tenter d'enrayer le processus (ndlr des actions qui restent sans effet car une baisse de 0,42% en trente ans est en définitive loin d'être une vraie victoire !), Adam Richman se faisait le chantre de la malbouffe et drainait derrière lui une manne importante de téléspectateurs prêts à l'imiter dans n'importe quel fast-food du coin. En 2011, l'animateur new-yorkais décidait de mettre fin à l'émission. Une prise de conscience ? Absolument pas ! C'était simplement pour remplacer Man vs Food par deux autres émissions du même acabit : Incroyable Eats, un programme dérivé (une spin-off dirait-on pour une série télé) de la précédente qui reprend le même thème en y ajoutant une "leçon" d'histoire sur les aliments de la junk food, et Adam Richman's Best Sandwich in America, qui se concentre uniquement sur la nouriture que l'on sert entre deux morceaux de pain, sandwiches, burger et autres durums...

Man vs Food fut un tel succès télévisuel aux Etats-Unis que l'Europe s'est engouffrée dans la brèche ! Voyage, le pendant français de Travel Channel qui produisait l'émission de Richman, racheta le programme pour l'inscrire dans sa grille de diffusion. En Angleterre, le concept a même été adapté à la junk food made in Great-Britain, un animateur se lançant dans un tour du pays pour y déguster les plats les plus riches en lipides et en calories des fast-foods anglais. Ne nous voilons pas la face, il nous arrive à tous de succomber à la junk food mais ce genre de programme tombe dans un excès inadmissible qui va à l'encontre de l'intelligence. Par-delà l'aspect sanitaire et les enjeux financiers liés à l'impact de l'obésité dans nos sociétés, Man vs Food et ses dérivés sont aussi un affront à ceux qui n'ont pas les moyens de manger au quotidien. En effet, l'animateur est loin de remporter tous les défis qu'il se lance, dès lors l'émission engendre un gaspillage important de nourriture alors que dans chaque ville parcourue par Richman se trouvent des milliers de personnes qui vivent avec peu ou pas de ressources et qui ne peuvent se garantir un repas quotidien...

----
(1) chiffre fourni par le Centre pour le Contrôle et la Prévention des Maladies dans le rapport Overweight and obesity
(2) Me want food, par Alan Sepinwall on newjersey.com, 31 décembre 2008
(3) Charlie Brooker's Screen burn : Man vs Food, par Charlie Brooker, in The Guardian, 12 mars 2010.

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Le monde est fou !
commenter cet article
17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 12:40

Harvard vient de légitimer un club sadomasochiste créé par des étudiants sur son campus...

harvard.jpgHarvard University est l'un des lieux d'éducation et d'enseignement les plus prestigieux qui soient. Depuis 1636, année de sa fondation, l'université privée du Massachussetts a eu le privilège unique de voir sortir de ses murs 45 futurs Prix Nobel dans des domaines divers. Harvard a accueilli des étudiants au destin exceptionnel comme Franklin Delano Roosevelt, Theodore Roosevelt, Bill Clinton, Barack Obama, Leonard Bernstein, William Randolph Hearst, Henry Kissinger, Mark Zuckerberg ou même l'acteur Tommy Lee Jones pour n 'en citer que quelques-uns. Harvard regroupe neuf facultés renommées (Art&Sciences, Médecine, Gestion de la Santé publique, Droit, Administration des Affaires, Design, Sciences de l'Education, Gestion des Affaires Publiques et Sciences Religieuses) qui sont autant de synonymes de qualité et d'exigence. L'un des autres points forts de l'université de la côte est des Etats-Unis sont ses différents clubs d'étudiants ! La Signet Society, créée en 1870, rassemble les étudiants passionnés par l'analyse et la production littéraire; The Harvard Crimson édite le journal estudiantin de l'université; Harvard Lampoon réalise et diffuse un hebdomadaire humoristique et satirique et publie également des ouvrages parodiques... a côté de ces clubs l'on en trouve d'autres, plus classiques, comme le club d'échecs, le club d'informatique, le club philatéliste ou encore les différents clubs sportifs qui sont regroupés sous la bannière du Harvard Crimson Sporting Club... Les autorités universitaires encouragent chaque étudiants à faire partie d'un ou plusieurs de ces clubs afin de développer leurs relations sociales mais aussi pour s'impliquer dans la vie de leur Alma Mater.

Depuis quelques jours, Harvard peut s'enorgueillir - mais est-ce le cas ? - d'un nouveau club : le Harvard College Munch for BDSM, plus communément raccourci en Munch Club ! Il s'agit, ni plus ni moins, d'un club sadomasochiste ! La génèse de ce club remonte déjà à octobre 2011 lorsque qu'une poignée d'étudiants s'est découvert des affinités pour le "kinky sex" (sexe coquin) comme on l'on nomme souvent les pratiques sexuelles hors du commun aux Etats-Unis. C'est autour d'un repas que l'idée d'un club SM avait alors été lancée. Le concept : parler de sexe dominant/dominé, partager des références culturelles en la matière (ndlr le Marquis de Sade et Sacher-Masoch ne sont pas les seuls à avoir écrit sur le sujet), débattre et même conseiller. Mais, une consigne fondamentale : pas de relations sexuelles de quelqu'ordre que ce soit au sein du club. Rapidement, le cercle des participants s'est étoffé passant de sept à trente membres en quelques semaines. L'idée de se structurer est alors apparue comme normale, celle de créer un club a suivi... probablement renforcée par le succès public actuel du roman de E.L James, Fifty Shade of Grey, qui rapporte la relation sadomasochiste d'une jeune femme et d'un homme d'affaires. Bien que de piètre qualité, le roman fut le grand succès de la rentrée littéraire en Angleterre et aux Etats-Unis avant de déferler chez nous. Le tout était de savoir comment les autorités académiques allaient réagir ! Mais, il existe un précédent à l'Université d'Etat de l'Iowa qui, en 2003, avait accepté et même financé un club du même type. Forts de ce précédent, les étudiants ont porté leur projet devant le Comité de la Vie Estudiantine qui l'a accepté le 29 novembre dernier. Après tout, il existe dans beaucoup d'universités américaines des clubs d'étudiants abstinents sexuels... Restait à trouver le nom et c'est là que les créateurs du club ont fait preuve d'une originalité toute harvardienne en le baptisant Munch Club. To munch signifier croquer ou grignoter en anglais, c'est aussi l'appellation de plusieurs groupes de paroles autour du bondage et du sadomasochisme. Mais pour les étudiants d'Harvard, davantage que les groupes de paroles déja existants, c'est le peintre expressionniste norvégien Edvard Munch qui fut source d'inspiration... Le raisonnement est le suivant : Sadomasochisme = douleur = cri = Le Cri = Munch !

La condition sine qua none pour la pérennité du Munch Club, que les étudiants se sont empressés d'accepter, est que celui-ci ne devienne en aucune manière un lieu de débauche. Ce sera un lieu de rencontres, de débats et d'échanges (verbaux mais pas physiques) où seront proposés des conférences, des projections de films, des lectures, des récits d'expériences autour du sadomasochisme. Le club dispose donc désormais d'un local officiel où ses membres pourront se réunir sur le temps de midi ou après les cours. Ainsi donc, le cerle des étudiants adeptes du SM qui existe depuis un peu plus d'un an dispose d'une légitimité sur le campus d'Harvard, au même titre que le club d'échecs ou celui de basket...

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Le monde est fou !
commenter cet article