Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 janvier 2013 5 18 /01 /janvier /2013 10:42

Il ne faut jamais sous-estimer l'impact et la puissance des réseaux sociaux ! Les exemples d'une famille américaine et des magasins belges de la chaine Lidl sont là pour nous le rappeler...

fbpower01.jpgLes médias sociaux, réseaux et blogs en tête, sont bien ancrés dans nos vies de tous les jours. Ils sont devenus un réflexe naturel, on communique par le biais de Facebook ou de Twitter pour la moindre chose, parfois pour des banalités, parfois pour un vrai message. Même les "Grands" de ce monde s'y mettent . Où Barack Obama a-t-il annoncé sa réélection en novembre dernier ? Sur Twitter (Four More Years !) Où Elio Di Rupo a-t-il annoncé qu'un accord budgétaire était trouvé après 29 jours de négociations ? Sur son Twitter également... Les médias sociaux s'érigent de plus en plus comme des sources d'informations fiables justement car leur impact est aussi réel qu'important. D'aucuns persistent à croire, malgré tout, que les réseaux sociaux sont des gadgets qui émargent à la sphère ludique et qu'ils n'ont rien à apporter à la sphère professionnelle. D'autres disent que l'on ne peut pas mesurer leur impact réel... Les deux exemples suivants démontrent que d'impact réel il est bel et bien question !

fbpower.jpgLe premier de ces exemples est rapporté par le site d'actualité de Pete Cashmore, Mashable. Aux Etats-Unis, deux jeunes soeurs souhaitent avoir un chiot pour remplacer le chien de la famille qui vient de décéder des suites d'un cancer. Le père n'est pas très chaud à l'idée de reprendre un animal de compagnie mais ne veut pas heurter ses gamines encore marquées par la mort récente du chien. Aussi décide-t-il de tourner ça en défi... Il propose à ses filles de mettre une photo de leur demande sur Facebook et si cette photo obtient un million de "j'aime", il acceptera d'offrir un nouveau chiot. Les deux enfants relèvent le gand, font prendre une photo d'elles et de leurs frères sur laquelle elles tiennent un écriteau rudimentaire avec le message "Hi world. We want a puppy ! Our dad said we could get one if we get 1 millions likes. He doesn't think we can do it ! so Like this !" ("Bonjour le Monde. Nous voulons un chiot ! Notre papa a dit que nous pourrions l'avoir si nous obtenons 1 millions de j'aime. Il pense que nous ne pourrons pas le faire. Alors, aimez ça !"). Clairement, le père pensait être tranquille mais la photo a été likée un millions de fois... en sept heures ! Les deux gamines, qui ont créé une page spéciale à l'occasion, n'ont assurément pas un millions d'amis Facebook; non la viralisation a joué son rôle ! La photo a été partagée 128.000 fois à travers le monde touchant ainsi des millions de personnes permettant d'obtenir le million de j'aime en quelques heures à peine. En définitive, la photo des deux soeurs a été likée 1.603.024 fois(1), partagée 128.363 fois et a généré 34.585 commentaires... Le père a clairement sous-estimé la puissance de Facebook en croyant que jamais le millions de likes ne serait atteint. Dans le cas présent, jamais ce fut sept heures plus tard ! Il en sera quitte pour offrir un chiot aux filles...

twitter-power.jpgLe second exemple est plus proche de nous puisqu'il est belge. Il remonte à décembre dernier en pleine période des fêtes de fin d'année. La branche belge des magasin discounters Lidl envisage une action de charité qui était surtout une campagne promo de sa marque par le biais de Twitter. L'idée : offrir cinq colis d'une valeur de 20€ aux banques alimentaires belges à chaque tweets avec le hashtag #luxepourtous (ou #luxevooriedereen en flamand). L'objectif de cette campagne était de distribuer 500 colis (donc obtenir 100 tweets avec ces fameux hashtags) soit un débours maximal de 10.000€ (500 colis x 20€)... En moins de vingt-quatre heures les hashtags francophones et néerlandophones ont été twittés... 1500 fois, soit quinze fois plus qu'escompté ! Lidl a décidé de stopper sa campagne immédiatement  car le montant à débourser s'élevait déjà à 150.000€ (5 colis par tweet x 20€). La campagne a tourné court parce que Lidl a aussi clairement sous-estimer l'impact de Twitter. Finalement, après concertation avec les banques alimentaires, ce sont 10.000 colis (pour une valeur de 200.000€) qui ont été offerts. Cette campagne que les décideurs de Lidl avaient estimé à 10.000€ leur a coûté, en définitive, 200.000€ parce qu'ils ne pensaient pas que leurs hashtags seraient autant relayer !

Chaque seconde, à travers le monde se créent 11 comptes Twitter, 8 comptes Facebook et 8 comptes Google+; chaque seconde, à travers le monde, YouTube reçoit une nouvelle heure de vidéo... le réservoir s'aggrandit chaque seconde qui passe, la viralisation est exponentielle. Inévitablement, les réseaux sociaux sont de puissants outils de communication, mais comme tous les outils pour être efficaces ils doivent être utilisés correctement ! 

Le petit plus de l'article

Internet et réseaux sociaux : les chiffres 2012, à lire sur Le Blog du Modérateur

----
(1) au moment donné 17 janvier 2012 à 18h15

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article
17 janvier 2013 4 17 /01 /janvier /2013 12:27

Barack Obama veut réformer les armes à feu; New York n'attend pas la réforme, qui n'a que peu de chance de passer, pour agir...

usaweapon.jpgEn à peine un mois, les Etats-Unis ont été marqués par cinq fusillades mortelles ! Il y a eu, bien entendu, celle de l'école de Newton, dans le Connecticut, qui a fait 26 morts et 3 blessés (14/12/2012) mais aussi, une semaine plus tard, celle de Geeseytown, en Pennsylvanie, où un tireur-fou à fait quatre morts et plusieurs blessés avant de se suicider (21/12/2012), celle d'Aurora, dans le Colorado là même où un tueur avait fait un carton à l'été dernier, qui a coûté la vie à trois personnes (7 janvier 2013), celle du lycée public de Taft, en Californie, qui n'a fait par chance qu'un seul blessé (10 janvier 2013), et celle sur le parking d'un collège dans le Kentucky durant laquelle deux innocents sont morts et un a été blessé... Soit 35 morts et une dizaine de blessés par armes à feu dans lors de fusillades récentes menées par des individus qui n'ont eu aucune peine à se procurer une arme et des munitions. Par delà ces actes déments, il y a 30.000 morts par armes à feu chaque année aux Etats-Unis(1) soit 82 morts chaque jour, un peu plus de trois morts chaque heure qui passe... Devant cette triste réalité, le Président Obama a pris ses responsabilités et propose une série de mesures législatives pour lutter contre la violence par les armes à feu. Ce sont donc 23 décrets qui ont été signés par le Président et qui seront soumis à l'avalisation par le Congrès. Parmi ces mesures, on peut citer, notamment, le retour de l'interdiction des armes d'assaut (elles avaient été interdites entre 1994 et 2004 mais à nouveau autorisées pendant le premier mandat de George Bush), la limitation des chargeurs à 10 balles (actuellement certaines armes peuvent en contenir plusieurs dizaines et tirer 30 balles à la seconde), une sévérité accrue pour ceux qui servent d'intermédiaires dans l'achat d'armes pour ceux qui n'ont pas le droit d'en acheter ou encore le renforcement des contrôles d'identité lors de l'achat d'armes à feu. Pour l'heure, on recense officiellement quelque 300 millions d'armes à feu en circulation aux Etats-Unis... auxquelles il s'agit d'ajouter celles qui ne sont pas déclarées et/ou achetées en dehors des circuits légaux. Sur ces 300 millions d'armes, 60% seulement ont été achetées dans des endroits où la vérification d'identité auprès du FBI est obligatoire, c'est à dire chez des armuriers ou des magasins spécialisés. Cela signifie donc que 120 millions d'armes à feu ont été acquises, légalement certes, dans des endroits où la vérification d'identité n'est pas faite (salons d'armes, internet, vente de particulier à particulier...). Barack Obama entend rendre la vérification d'identité pour ces secteurs de ventes aussi.

Mais le moins qu'il se puisse être écrit est que les 23 mesures proposées par le Président ne soulèvent pas l'assentiment général ! Du côté des Républicain, on se montre plutôt hostiles à ces décrets estimant que le Président s'attaque aux libertés constitutionnelles plutôt qu'aux vraies causes de la violence, sans même imaginer qu'il y a peut-être un lien réel entre les deux. Steve Stockman, qui représente le Texas au Congrès, a d'ores et déjà annoncé qu'il lancerait une procédure d'Impeachment à l'encontre de Barack Obama si des mesures portaient atteintes à la liberté d'avoir une arme à feu. Pour bien comprendre l'ampleur de la réaction, il faut savoir ce qu'est l'impeachment ! Il s'agit d'une mise en accusation pour faute grave qui permet de destituer un haut-fonctionnaire d'état afin d'engager des poursuites judiciaires et pénales à son encontre... Stockman envisage donc les mesures prônées par Obama comme une faute grave à l'encontre de la Constitution américaine ! La NRA, le puissant  lobby des armes, s'est fendu d'un spot télévisé qui s'en prend directement au Président et à sa famille qui sont sous la protection de gardes armés... Mais le plus préoccupant est probablement que même au sein du Parti Démocrate certains Représentants au Congrès ont témoigné de réticences à soutenir ces mesures. Il convient de préciser que certains d'entre eux sont dans des positions précaires pour la reconduction de leur mandat et hésitent clairement à se mettre à dos la NRA et une frange importante de la population de leur état avant les élections prévues en 2014. Lorsque l'on sait que la Chambre des Représentants est majoritairement républicaine (233 sièges sur 435) et que plusieurs Représentants démocrates ne soutiennent pas ce projet de réforme, il semble évident qu'il n'a que peu - voire pas - de chances d'aboutir.

A New York, les autorités de l'état semblent convaincues que la réforme est utopique. Aussi, à l'initiative du Gouverneur démocrate, Andrew Cuomo, un renforcement de la législation a été adopté par le Sénat (pourtant à majorité républicaine) et la Chambre (à majorité démocrate) de l'Etat de New York, le 14 janvier dernier. Cette nouvelle législation sur les armes à feu prohibe les armes d'assaut et les chargeurs de plus de sept balles, rend la vérification de l'identité des acheteurs obligatoires dans tous les secteurs de vente et oblige les services de santé à signaler toute personne qu'ils considéreraient dangereuse. Ce qu'Obama ne réussira probablement pas à faire passer au niveau fédéral est donc entré en application au niveau de l'Etat de New York. Les états voisins du Maryland et du Delaware ont d'ores et déjà annoncé qu'ils allaient également renforcer leur législation sur les armes à feu; le Connecticut envisage de le faire également... Le nord-est des Etats-Unis semble plus enclins à réformer la loi sur les armes à feu. Après tout, c'est peut-être état par état, sur une période assez longue, que l'on y arrivera plutôt que par la voie fédérale ? Une réforme des armes à feu par parties - chaque état indépendamment -  plutôt que par le tout...

----
(1) Etats-Unis : 300 millions d'armes à feu, 30.000 morts par an, par Hélène Sallon, in Le Monde, 8 janvier 2013

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 11:05

Le métro londonien - le plus vieux du monde - fête son 150è anniversaire !

londontube150.jpgL'Angleterre Victorienne (1837-1901) est le phare du monde, Londres est alors la plus grande des capitales ! L'époque est un mélange paradoxal de modernité technologique et de clivages sociaux importants. Sous le règne de Victoria 1ère, alors que la Révolution Industrielle bat son plein, Londres s'est radicalement transformée pour faire son entrée dans l'ère de la modernité et asseoir son statut de première ville du monde. C'est à cette époque que se dessinent les contours du Londres actuel : un tunnel - le Thames Tunnel - est creusé sous la Tamise (1843) pour permettre aux piétons de passer d'une rive à l'autre; les gares de Paddington (1838),  Waterloo (1848) et Saint-Pancras (1868) sont mises en service; le Blackfriars enjambe la Tamise pour relier Southwark et la City (1869), Big Ben est accrochée dans la Tour de l'Horloge du Palais de Westminster avant que Tower Bridge (1894) ne deviennent le pont le plus long (272 mètres) et le plus sophistiqué qui soit... En 1850, Londres fourmille de monde, les rues sont encombrées de calèches, de charettes, de diligences et de piétons... il devient difficile d'y circuler et l'idée d'une circulation souterraine germe dans les esprits. En 1854, le Lord-Mayor Francis Graham Moon autorise la construction d'une voie ferroviaire qui reliera la gare de Paddington et Farringdon Street qui est, alors, le quartier des affaires. La voie à construire s'étend sur 4,8 kilomètres et il est prévu d'y instaurer sept stations desquelles les voyageurs pourront monter et descendre du train. La construction de ce chemin de fer souterrain débute en 1858 - il aura fallut huit ans entre l'idée et le début des travaux, pour des raisons financières notamment - et dure près de cinq ans. Une voie double permet la circulation de Paddington vers Farringdon et dans le sens contraire. Immédiatement, la population londonienne adhère à ce projet de transport nouveau et original. Aussi, lors de l'inauguration de la ligne, le 10 janvier 1863, la foule est présente en masse pour découvrir cette locomtive à vapeur qui tracte des wagons de première, deuxième et troisième classe sur près de cinq kilomètres sous la ville. Ce sont quelque 30.000 personnes qui feront le voyage tout au long de la journée avec une fréquence de trains de dix minutes. Le succès de cet Underground est tel que le système va rapidement se développer. Grâce à ce nouveau moyen de transport, les autorités de la ville entendent désengorger la circulation déjà très dense mais aussi permettre aux travailleurs du centre de Londres de loger dans les districts alentours afin de lutter contre la surpopulation de la ville. Rapidement, grâce à l'évolution des techniques de construction de tunnels, de nouvelles liaisons voient le jour... La ligne originelle, baptisée Métropolitan Railway (qui donnera plus tard son appellation générique de métro au transport souterrain), est agrandie vers Baker Street. En 1864, la ligne Hammersmith et the City est inaugurée, elle rejoint l'ouest de Londres aux districts est de la banlieue, un croisement est prévu à Baker Street avec la ligne Metropolitan. Quatre ans plus tard, c'est District Line qui est ouverte sur une longueur de 66 kilomètres avec 60 stations permettant une belle couverture de la ville. En 1880, ces trois lignes fonctionnent à plein rendement et transportent 40 millions de passagers sur l'année ! Dès lors, une nouvelle extension est prévue...

Alors que s'achève le règne de Victoria, à l'aube du 20è siècle, le métro londonien couvre 402 kilomètres sur 270 stations. Ce sont 1,1 milliards de personnes qui sont transportées chaque année... A l'époque, ce sont six compagnies différentes qui gèrent l'exploitation du transport souterrain ce qui n'allait pas sans présenter des inconvénients majeurs, notamment en termes de prix (il fallait payer deux tickets distincts pour passer de la ligne d'une compagnie à la ligne d'une autre) et de facilités d'utilisation (certaines stations communes n'étaient accessibles que par l'extérieur, le passager devait donc sortir pour entrer à nouveau... par un autre accès). En 1907, ces six compagnies se regroupent en une sorte de cartel baptisé The Underground, elles gardent leur indépendance mais travaillent de concert pour l'amélioration du confort des passagers. Ces gestionnaires sont des privés, il faut attendre 1933 pour qu'une partie de la gestion métropolitaine soit reprise par la Ville de Londres au sein de la London Passengers Transport Board (LPTB), une entreprise publique mais non-subventionnée qui fonctionne uniquement sur un financement propre. En 1948, l'état nationalise le métro sous l'appellation London Transport Excecutive (LTE) et lui donne son statut (presque) définitif. Le Tube (appelé ainsi à cause de la forme des stations) a continué d'évoluer jusqu'à la création, en 1987, d'un second réseau, le DLR (Dockland Light Railway), un métro aérien qui dessert l'agglomération londonienne afin d'étendre le service. Depuis les années '90, alors que l'on disait à juste titre que le métro londonien était vétuste (l'expression "monstre sclérosé" lui fut même accolée pendant de nombreuses années), le Gouvernement anglais travaille à sa modernisation. Un programme de rénovation complète a débuté en 2003, il se poursuivra jusqu'en 2020 pour une somme globale astronomique de 1,4 milliards de livres(1) par an...

Mind The Gap

londonttube04.jpgAujourd'hui, le métro fait partie intégrante de la ville. Ses onze lignes desservent 268 stations sur 408 kilomètres; ce sont 2,67 millions de personnes qui les utilisent chaque jour... Au même titre que les K6 (les cabines téléphoniques), les Routemasters (les autobus rouges à impériale), Big Ben, les Mews, Tower Bridge ou les taxis noirs, le métro est un véritable symbole de Londres. Il est entré dans l'imaginaire collectif et son image est irrémédiablement associée à la ville. Des événements dramatiques comme l'incendie de la station de King's Cross (1987) ou les attentats (2005) dans les stations de Liverpool Street, Russell Square et Edgware Road lui ont même conféré un côté terriblement humain... Le Tube, c'est un collègue pour les Londoniens qui l'empruntent au quotidien ! Et quel touriste n'a pas voyagé en métro à Londres ? Celui qui a utilisé au moins une fois ce métro a été marqué par une phrase : Mind the Gap ! Cette courte sentence - qui signifie simplement Attention au vide ! - est écrite sur les quais de toutes les stations, à hauteur de chacune des portes des voitures, afin d'attirer l'attention des passagers sur le petit vide qui sépare la voiture du quai. Par précaution, en plus d'être inscrite au sol, elle est répétée par une voix métalique à l'intérieur de la voiture, au moment de chaque arrêt à la station... La phrase, son système de diffusion au sol et par microphone ont été imaginés en 1968 car il devenait fastidieux pour le chauffeur de la rame de mettre en garde les utilisateurs.  Mind the Gap ! est devenu, à son tour, un incontournable de la culture londonienne. La phrase est déclinée sur plusieurs supports (vaisselle, t-shirts, sacs, matériel scolaire...) et sert de trâme au roman Neverwhere de Neil Gaiman, qui évoque la vie d'une population souterraine à Londres. Le concept de la phrase d'avertissement a été reprise, par la suite, par de nombreux métros à travers le monde...

Des animations pour l'anniversaire...

Londontube03.jpgLe métro de Londres est tellement riche d'histoire que l'on pourrait en parler des heures. Le mieux est encore - si vous passez par Londres - de visiter le London Transport Museum, à Covent Garden, où diverses animations (expositions, débats, conférences,...) sont prévues jusqu'en octobre 2013 pour commémorer le 150è anniversaire de l'Underground ! Parmi les animations prévues pour le jubilé du Tube, à l'initiative du Musée des Transports et du gestionnaire du métro, le premier trajet du métro, entre Paddington et Farringdon, sera réeffectué ces dimanches 13 et 20 janvier à bord d'une locomotive-vapeur comme celle qui tracta le premier voyage du 10 janvier 1863. Cette loco numérotée 353 date de 1898 et est l'une des pièces maîtresse de la collection du musée. L'occasion sera belle, les deux dimanche à venir, de revivre ce voyage historique, le tout premier voyage d'un métro...

----
(1) 1,7 milliards d'euros

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article
31 décembre 2012 1 31 /12 /décembre /2012 10:30

Coup d'oeil dans le rétroviseur sur l'année qui s'achève...

2012.jpg2012, année de la réélection de Barack Obama; 2012 année de l'élection de François Hollande; 2012, année du retour de Vladimir Poutine; 2012, année olympique durant laquelle les délégations belges auront brillé par leur pâleur; 2012 année du Jubilé de Diamant de la Reine Elisabeth II; 2012, l'année pendant laquelle Bachar El-Assad s'accroche au pouvoir dans un bain de sang; 2012, l'année de la mercantilisation de la fin du monde... 2012, une année riche en événements de tous types. A quelques encablures de la fin de l'année, l'heure est aux bilans. Juste avant la fête, le champagne, les voeux et les résolutions que l'on ne tient pas, Acta Diurna vous propose de plonger sur l'exercice qui se termine. L'année a été marquée par plusieurs élections importantes, on a bien entendu beaucoup parlé de celles d'Obama et de Hollande voire de celle de Poutine mais les peuples mexicain, dominicain et vénézuelien ont également choisi leur Président tandis que les Hollandais et les Français renouvellaient leur parlement. Ce fut également une grande année sportive puisqu'aux événements traditionnels et aux JO se sont ajoutés la Coupe d'Afrique des Nations et le Championnat d'Europe de football et les Championnats d'Europe de handball. Les nouvelles technologies ont marqué 2012 de leur sceaux; Facebook a franchi le cap du milliard d'utilisateurs et YouTube voit quelque 2.000.000.000 de vidéos téléchargées... chaque jour ! Le sms, pour sa part, a fêté ses vingt ans et reste toujours autant utilisé même si certains entrevoient son déclin inéluctable. 20 ans c'est aussi l'âge de l'Agenda pour la Paix imaginé par Boutros Boutros-Ghali dans le cadre de la fin de la Guerre Froide. L'Euro, pour sa part a fêté son 10è anniversaire cette année tandis que le Concordia sombrait au large des côtes italiennes. Sandy a ravagé New York, Cuba et, dans une moindre mesure, Haiti, les Bahamas et une partie du Canada. 2012 aura aussi connu son traditionnel lot de décès : Whitney Houston, Donna Summer, Sylvia Kristel, Thierry Roland, Larry Hagman, Oscar Niemeyer, Ernest Borgnine, Ulu Grosbard, Nora Ephron, Michel Daerden, Norodom Sihanouk ou encore Neil Armstrong et Ravi Shankar ont rejoint leur paradis, quel qu'il soit. Enfin, à titre personnel, 2012 c'est aussi l'année d'une déception liée à l'attribution de l'Expo International de 2017 à Astana plutôt qu'à Liège, ma ville. Mais la Cité Ardente se remettra de cette désillusion, elle a fait front et à montré qu'elle avait l'étoffe pour l'organisation de grands événement culturello-touristiques.

Ce sont 192 articles qui ont été écrits en 2012 sur Acta Diurna, soit une moyenne de 3,7 articles par semaine. Je vous propose donc, comme chaque année, de revisiter l'année écoulée par la lorgnette d'Acta Diurna.

Janvier

Le 1er janvier, la monnaie unique européenne fête les dix ans de son entrée en vigueur. L'Euro a dix ans mais toujours autant de détracteurs qui lui imputent l'augmentation du coût de la vie.

Tous les regards convergent vers le Middle West, les primaires et les caucus débutent dans l'Iowa afin de désigner le rival républicain de Barack Obama.

Le Monde lance une version française du célèbre site d'information amércain. Le Huffington Post, version française.

Dans son Discours sur l'Etat de l'Union, Obama propose de revoir le système d'imposition américain.

Février

Le Prado retrouve une Joconde en excellent état, elle a probablement été peinte par un disciple de Léonard de Vinci.

Alberto Contador est suspendu pour deux ans alors que dans le même temps la justice américaine abandonne toutes les poursuites contre Lance Armstrong... Contador/Armstrong, pas le même combat.

Le peintre abstractionniste catalan Antoni Tapiès meurt à Barcelone. Chantre de larte povera, il voulait changer le regard sur le monde...

L'Eurogroupe lance un nouveau plan de sauvetage de la Grèce, un plan d'austérité qui pose la question de quel avenir immédiat pour la Grèce ? 

Un hôpital de Houston (Texas) réalise la première opération cardiaque live-tweetée !

6000 Syriens ont été tués depuis le début du Printemps Arabe, Bachar El-Assad porte la responsabilité de ces mort... un  véritable tueur en Syrie !

Mars

Le 6 mars est la date du Super Tuesday, un rendez-vous capital du processus de l'élection américaine.

A Londres, une publicité n'est visible que par les femmes. Lorsque la technologie de reconnaissance faciale envahit la pub, est-ce original ou dangereux ?

La petite commune de Rasquera, en Catalogne, met en place une idée stupéfiante pour faire face à la crise économique : du cannabis pour appurer les dettes de la commune.

Selon une étude canadienne, le LSD aurait des effets pouvant lutter contre la dépendance à l'alcool. Du LSD pour contrer l'alcoolisme.

A quelques semaines des élections présidentielles française, les agences de com' se mobilisent contre l'abstention alors que l'aile gauche de la politique française, Mélenchon en tête, se porte plutôt bien... Une gauche forte, la chance de François Hollande ?

Le rédacteur en chef du magazine Vanity Fair se pose une question très intéressante : pourquoi le 21è siècle est-il une ère de stagnation ?

L'e-book prend le pas sur le livre ! Le phénomène est déjà palpable aux Etats-Unis, il le sera bientôt chez nous...

Avril

L'alcoolorexie est le nouveau phénomène à la mode, il consiste à manger moins pour être saoul plus vite...

Les enseignements du premier tour de la présidentielle française nous apprennent que Hollande est en passe de devenir le second Président de gauche de la Vè République... bien qu'il y ait eu dans l'Histoire de cette Vè République bien des surprises présidentielles !

Aux Etats-Unis, un candidat commence à s'imposer lors des primaires républicaine... Romney à (presque) la voie libre.

Un milliardaire australien devient l'armateur d'une réplique exacte du Titanic... Titanic 2 !

Mai

Plus de 6000 journalistes ont perdu leur emploi et des titres disparaissent en quantité ! Les médias victimes de la crise en Espagne.

Le 6 mai, François Hollande est Président, mettant ainsi fin à cinq années de sarkozysme.

Parce qu'elles estiment que leur salaire ne correspond pas à leur charge de travail, les danseuses du Crazy Horse se mettent en grève... Les habits de lumière seront éteints ce soir !

Selon une étude écossaise, l'e-mail est une source importante de stress professionnel.

Le tremblement de terre qui a secoué l'Emilie-Romagne a causé de sérieux dommages collatéraux au Parmesan... Parmiggiano et Grana Padano victimes du tremblement de terre.

L'iPhonographie c'est quand le smartphone prend le pas sur l'appareil photo !

Juin

Le 4 juin, 250.000 personnes se massent devant Buckingham Palace pour un concert hommage à Elisabeth II qui fête son Jubilé d'Argent... Trois heures de pop et de rock pour la reine.

Ségolène Royal perd les législatives dans sa circonscription de La Rochelle... Après ses échecs lors de la présidentielle de 2007 et de la Présidence du PS, Royal développe une vraie culture de l'échec !

La copie de la Constitution américaine ayant appartenu à George Washington est vendue 10 millions de dollars aux enchères... La fin justifie les moyens !

Le Collectif Roosevelt propose un contrat économique et social pour sortir l'Europe de la Crise.

Le dernier jour de Juin, Liège est aux couleurs du Tour pour le départ de la Grande Boucle.

Juillet

La traditionnelle série de l'été d'Acta Diurna est consacrée à ces chansons qui ont écrit l'Histoire de la musique.

L'équipe nationale espagnole de football entre dans la légende en remportant son troisième trophée majeur d'affiliée. La Roja est au Panthéon du Foot !

Londres inaugure la Shard Tower (Le Tesson), le plus haut édifice d'Europe.

Le CBGB & Omfug a révecu dans l'esprit de l'underground new-yorkais le temps d'un festival.

Le Congressman Barney Frank est le premier parlementaire américain à contracter un mariage homoxesuel. Il replace le mariage gay comme enjeu de P2012.

Le Tour de France s'est achevé sur un goût de trop peu ! Acta Diurna propose quelques pistes pour rendre la Tour de France plus palpitant.

Une athlète grecque est privée des Jeux Olympiques pour un tweet raciste... Parfois, 140 caractères peuvent ruiner une préparation olympique !

Août

La crise économique pousse de plus en plus de Belges vers les maisons médicales et les soins gratuits. Inaccessibles soins de sante...

A mercredi prochain... le film qui apparait dans une vingtaine de films !

Londres n'est pas une ville chère ! Trois articles pour tordre le cou à une légende urbaine...

Mitt Romney est officiellement investi par le Parti Républicain, il fera équipe avec le Représentant du Wisconsin pour un ticket Romney/Ryan.

Septembre

Bill Clinton sera-t-il l'atout majeur de la réélection de Barack Obama ? Il endosse, en tous cas, le costume de Joker de Luxe !

Voyage gastronomique à Londres dans l'un des restaurants de Gordon Ramsay... The Petrus Experiment !

Une Américaine achète, sans le savoir, une huile de Renoir pour 7$, elle la revendra 100.000$... Une vraie bonne affaire !

L'enseignement supérieur comme rempart contre l'exclusion sociale... Sans diplôme du supérieur, le risque de précarité grandit !

La liberté d'expression est une valeur fondamentale ! N'empêche que sous son couvert certains en profitent pour dire des conneries...

Le dessinateur cherattois François Walthéry fête ses 50 ans de carrière.

Octobre

Plusieurs médecins de l'hôpital universitaire d'Anvers lance un plan de lutte pour diminuer le phénomène inquiétant du binge-drinking.

Les armes à feu s'invitent dans le débat télévisé entre Romney et Obama... Il flotte comme un parfum d'Aurora et de Columbine !

Acta Diurna vous emmène en visite dans les locaux rénovés de l'Opéra Royal de Wallonie !

L'Ecosse va-t-elle s'affranchir, par voie référendaire, du Royaume-Uni ? L'Accord d'Edimbourg.

Newsweek passe au tout numérique ! La version papier n'existera plus au 1er janvier 2013...

La course aux états indécis est lancée; les swing-states feront la différence entre Obama et Romney !

Windows se lance à l'assaut du mobile !

Novembre

A six jours du scrutin présidentiel américain, Acta Diurna propose un retour sur la campagne présidentielle US...

Barack Obama est réélu 4 more years... L'enjeu majeur de son second mandat sera de faciliter le terrain de son successeur.

La version moderne du sapin de la Grand Place de Bruxelles déclenche des réactions imbéciles... L'islamophobie nuit gravement à l'esprit de Noël !

L'Agence Nationale de Lutte Contre l'Illetrisme lance une campagne originale pour faire de l'illettrisme un enjeu majeur de 2013 !

Les Portoricains se sont prononcés pour un rattachement aux Etats-Unis, Porto Rico deviendra-t-il le 51è Etat ? Il y a parfois loin du référendum à la réalite !

Liège n'aura pas l'organisation de l'Expo Internationale ! C'est une réalité mais il faut voir plus loin et entretenir la dynamique...

Décembre

Worcester (Massachssetts) propose d'échanger une arme contre un vaccin !

Des catholiques allemands choisissent Saint-Nicolas à la place du Père Noël car ce dernier ne correspond pas aux valeurs de l'église.

Google et la presse francophone belge trouvent un accord au conflit qui les opposent depuis plusieurs années... Après la guerre, un partenariat !

A New York, il sera bientôt possible de comander un taxi par smartphone. Tout fout le camp, ma bonne dame...

Bonne année 2013 à tous les lecteurs d'Acta Diurna !

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article
24 décembre 2012 1 24 /12 /décembre /2012 14:00

Je souhaite le plus merveilleux des Noëls à tous les lecteurs d'Acta Diurna.

christmas.jpgLorsque vous lirez ces quelques lignes, je déambulerai à Covent Garden, dans Hyde Park, dans la cour de la Somerset House ou sur Picadilly Circus... Cette année encore, c'est à Londres que je passerai les fêtes de fin d'année. 2012 a été un grand cru (je vous invite d'ailleurs d'ores et déjà à lire la traditionnelle rétrospective de l'anne qui sera en ligne le 31 décembre) entre les présidentielles américaine, russe et française, les Jeux Olympiques et quantité d'autres événements. Et finalement, nous sommes toujours là - en aviez-vous douté un instant ? -, la fin du monde n'a pas eu lieu !

Vous avez été près de 120.000 à visiter le site cette année. Je vous remercie d'avoir continué à lire Acta Diurna, d'avoir parfois réagi à la lecture de certains articles et même d'avoir contribué à alimenter les pages pour certains. Je vous fixe d'ores et déja rendez-vous après les fêtes pour une nouvelle année d'articles en tous genres...


Joyeux Noël à tous les lecteurs d'Acta Diurna !

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article
20 décembre 2012 4 20 /12 /décembre /2012 11:13

Les plus grands artistes de la chanson se sont essayés au chant de Noël...

christmas-songs.jpgOn l'appelle Christmas Carol en Angleterre, Villancico en Espagne, Koliadki en Russie, Pastorali ou Canti Natalizi en Italie, Weihnachtslieder en Allemagne... le chant de Noël est une des traditions incontournables de cette période de l'année, au même titre que le sapin, les boules, la bûche ou les bougies... Selon la tradition catholique, les premiers chants de Noël auraient été chantés par des anges, au dessus de la grange pour saluer la naissance de l'enfant-Jésus. Plus prosaïquement, ces chants spécifiques sont apparus au 16è siècle, en Allemagne avec une première version de Ô Tannenbaum écrite vers 1550 qui sera modifiée et adaptée par le compositeur baroque Melchior Franck, quelques décennies plus tard; en Angleterre avec We wish you a Merry Christmas et en France avec Entre le boeuf et l'âne gris. On note déjà une forte dissonance entre ces chants pionniers, l'un - le français - étant franchement chrétien, les deux autre étant totalement profanes, voire paiens. Car cette dualité quasi manichéenne marque effectivement le chant de Noël ! Il est autant paien que religieux... S'il est apparu au 16è siècle, c'est surtout entre le 17è et le 19è siècle que le chant de Noël s'est développé avec, notamment le Stille Nacht de l'Autrichien Joseph Morh, qui fut imaginé comme pendant religieux de Ô Tannenbaum et qui fut chanté pour la première fois le soir de Noël 1818, dans l'Eglise Sankt-Niklaus d'Obendorf bei Salzburg. Stille Nacht deviendra rapidement le chant de Noël religieux de la tradition allemande. Les anges dans nos campagnes (Gloria, in excelsis Deo), Venez divin Messie (± 1720), La Marche des Rois (1763), Minuit, Chrétiens (1843), Il est né le divin enfant (1874) alimenteront la tradition chrétienne alors que Oh, how Joyfully (1816), Jingle Bells (1857) ou Away in a manger (1885) viennent grossir les partitions de Noël profanes.

Au 20è siècle, entre les deux guerres, alors que la fête de Noël tend à se commercialiser, il est de bon ton pour certains chanteurs américains de sacrifier à la chanson de Noël. Santa Claus is coming to town (1934) est composée par John Frederick Coots; Rudolph, the red-nosed Reindeer (1939) est écrite par Johnny Marks pour Gene Autry tandis que I heard the bells on Christmas Day (1940) permet à Bing Crosby de s'approprier le chant de Noël, une appropriation qui sera plus poignante encore l'année suivante avec le fameux White Christmas qui sera repris par toutes les grandes voix anglo-saxonnes, de Frank Sinatra à Elvis Presley en passant par Carl Perkins, Johnny Cash, Ella Fitzgerald, Ringo Starr, Michael Bublé ou même Billy Idol et Lady Gaga...  Let it snow, let it snow, let it snow (1945) interprétée par Vaugh Monroe connaitra une destinée semblable, elle sera popularisée par Frank Sinatra cinq ans après la création originale de Monroe avant d'être reprise pas Dean Martin, Smokey Robinson, Doris Day, Rod Stewart ou Michael Bublé encore. Dans le même temps, l'actrice Judy Garland popularise, dans le film Meet me in St-Louis, la chanson Have yourself a Merry Little Christmas (1944). Vers la fin des années '50, le rock s'empare à son tour de Noël; Jingle Bells Rock (1957, Bobby Helms) et Rockin' around the Christmas Tree (1958, Johnny Marks) sont les premiers vrais rocks de Noël. On retrouvera, par la suite, de nombreux rockers sur ce thème... 

En France, si l'on trouve quelques chansons de Noël commerciales avant la deuxième guerre mondiale, il faudra réellement attendre la seconde moitié des années '40 pour que le genre se développe. C'est Tino Rossi avec son désormais mythique Petit Papa Noël (1948) qui ouvrit la voie. Brassens (Le Père Noël et la Petite Fille), Aznavour (Noël à Paris), Barbara (Joyeux Noël), Dalida, Eddy Mitchell ou Céline Dion qui interprèteront des versions françaises de White Christmas, Jacques Dutronc (La fille du Père Noël), Johnny Haliday (Mon plus beau Noël), Charles Trénet (La plus belle nuit) et bien d'autres encore s'y engouffreront... même l'imposant François Hadji-Lazaro, chantre du rock alternatif français et cheville ouvrière des Garçons Bouchers, que l'on attendait pas forcément sur ce terrain, écrira sa Lettre à Papa Noël en chanson.

C'est aussi une constante des chansons de Noël que d'avoir attiré des artistes divers et variés. Des punks y ont même sacrifés : The Pogues (Fairytale of New York ,1987, qui fut même la chanson de Noël la plus diffusée aux Etats-Unis en 2011), The Ramones (Merry Christmas), Green Day (Punk Chrismas) ou Sex Pistols (une version édifiante de Jingle Bells) ont chanté Noël... D'accord, ces versions étaient clairement anti-Noël mais, par définition, un chant qui évoque la Noël est un chant de Noël ! D'autres, à l'image de John Lennon, se sont emparés de Noël pour diffuser un message de paix bien plus en harmonie avec l'essence de cette commémoration. Happy X-mas - The War is over sort en décembre 1971 et est un véritable plaidoyer contre la guerre au Vietnam. Jona Lewie avec son plus gros succès, Stop the Cavalry (1980), est plus ou moins dans la même veine, sa chanson évoque le Noël des militaires dans les tranchées de Crimée... Les compères de Lennon,  Ringo Starr et George Harrison, ont également chanté Christmas, dès lors il n'était que logique que Paul McCartney propose à son tour un Wonderful Christmas Time (1979).

Trois histoires de chansons de Noël

Chris Rea, Midge Ure, George Michael, Mariah Carrey, Bob Geldof, Cliff Richard, Shakin' Stevens, Elton John, Coldplay, Bono, Queen, Slade, Louis Armstrong, Mahalia Jackson, Bruce Springsteen, Michael Jackson, Slade, Chuck Berry... impossible d'évoquer tous les grands de la musique qui ont accroché Noël à leur répertoire que ce soit par des créations ou des reprises. Pour conclure cette litanie, attardons-nous sur trois chansons de Noël récentes qui ont marqué les esprits.

Do they know it's Christmas ? (Band Aid, à l'initiative de Bob Geldof)

La chanson de Noël la plus vendue dans le monde :  sept millions de 45 tours dont la moitié rien qu'en Angleterre ! En 1984, la famine en Ethiopie atteint un seuil critique. Bob Geldof, imagine alors d'utiliser la magie commerciale de Noël pour lever de fonds destinés à lutter contre cette famine éthiopienne. Il compose, avec Midge Ure, le leader du groupe Ultravox, rapidement cette chanson et, afin de toucher un public le plus large possible, réunit de nombreux chanteurs anglais de tous les styles. Ainsi, le 25 novembre 1984, à l'aube le gratin de la pop et du rock anglais se retrouve au Sarm West Studio, à Notting Hill (Londres), gracieusement mis à disposition pour l'occasion. Une cinquantaine de chanteurs parmi lesquels Bono et Adam Clayton (U2), Sting, Phil Collins, Paul Young, Simon LeBon et Roger Taylor* (Duran Duran), Martin et Gary Kemp (Spandau Ballet), Paul Weller (The Style Council), Siobhan Fahey (Bananarama), Francis Rossi (Status Quo), John Moss et Boy George (Culture Club), David Bowie, Paul McCartney, Holly Johnson (Frankie Goes To Hollywood) et, bien entendu, Bob Geldof et Midge Ure. Le succès est au rendez-vous; le disque sort le 28 novembre et en moins d'une semaine est vendu à plus d'un millions d'exemplaires. Les Anglais s'offrent en masse Do they know it's Christmas pour Noël. Le succès est tel que Band Aid se produit en concert à Wembley et à Philadelphie en 1985. Au total, Bob Geldof récoltera un peu plus de 70 millions de dollars que seront reversés à des associations luttant contre la famine en Ethiopie. Le succès de Band Aid inspirera Renaud et Valérie Lagrange qui imagineront, en 1985, Les Chanteurs sans Frontières et la chanson SOS Ethiopie qui rapporta également 23 millions de francs français (ndlr ± 3,5 millions d'euros) pour la même cause. Michael Jackson et Harry Belafonte lanceront à leur tour, en janvier 1985, un projet similaire, USA for Africa avec la fabuleuse chanson We are the World qui est le disque humanitaire le plus prolifique jamais enregistré (100 millions de dollars de bénéfices)... Mais c'est bel et bien la chanson humanitaire de Noël imaginée par Bob Geldof qui fut le détonateur de cette vague de soutien artistique occidentale à l'Afrique... Un vrai petit miracle de Noël !


Happy X-Mas - War is Over (John Lennon & Yoko Ono)

1971, John Lennon a quitté les Beatles depuis quelques mois pour se tourner davantage vers les chansons pacifistes. Il vient de sortir Give Peace a chance (1969) et le fabuleux Imagine (1971) lorsque l'idée de faire une chanson de Noël lui traverse l'esprit. En 1969, Lennon et son épouse Yoko Ono ont mis en place une campagne publicitaire contre la guerre au Vietnam; ils souhaitent un Joyeux Noël aux soldats américains basés au Vietnam en leur disant La guerre est fini (si vous le voulez) !  - War is over (if you want it) ! -  La chanson est rapidement écrite et composée, un peu trop rapidement même... Bâclée diront certains ! Toujours est-il que sa sortie, le 1er décembre 1971, sur tout le territoire américain passe totalement inaperçue. Le titre ne décolle pas, Happy X-Mas n'entre pas des les hit-parades américains... Pire, à cause d'un différend bassement commercial entre les producteurs américains et anglais, la chanson ne sort pas au Royaume-Uni au grand dam de Lennon. En janvier, il est trop tard; sortir une chanson de Noël après la Noël ,n'a aucun intérêt ! Happy X-Mas - The War is over sortira donc seulement en décembre 1972 en Angleterre et en Europe. Le succès est au rendez-vous de cette seconde sortie, la chanson se classe quatrième dans les charts anglais du mois de décembre. La Christmas Song de John Lennon rejoindra la postérité en décembre 1980, dès le lendemain de l'assassinat de John par Mark David Chapman, à New York... Happy X-Mas - War is over est aujourd'hui devenu un chant de Noël classique en raison du message pacifiste qu'elle véhicule et qui porte des valeurs propres à l'esprit de Noël, celle du cessez-le-feu, notamment...


Please, come home for Christmas (Charles Brown)

On l'a vu, certains chants de Noël sont devenus des standards que reprennent inlassablement les plus grandes voix. Silent Night, White Christmas ou Let it Snow en sont de beaux exemples. Lorsqu'il écrit Please, come home for Christmas, le bluesman Charles Brown - à qui l'on doit les tubes My baby's gone, Homesick Blues et Drifting Blues, véritables classiques du genre - n'imagine pas un instant que sa chanson connaitra un pareil destin. Ce qu'il pensait n'être qu'une petite contribution aux chansons de Noël va dépasser ses attentes. D'abord, Please, come home for Christmas se classe dans les hits-parades américains onze années successives, de 1961 à 1972. Elle est relayée par BB King, le monstre sacré du blues, qui l'ajoute à son répertoire. En 1978, le groupe californien Eagles se la réapproprie et lui redonne une seconde jeunesse, plus rock que blues... La chanson de Brown sera reprise par plus de cinquantes chanteurs ou groupes différents parmi lesquels James Brown, Willie Nelson, The Platters, Aaron Neville Luther Vandross, Harry Conick Jr ou Bon Jovi


----
* qui n'a rien à voir avec le Roger Taylor du groupe Queen !
Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 09:28

A New York, il sera bientôt possible de commander un taxi par smartphone...

NYC-Taxi.jpgCeux qui connaissent New York le savent, il est impossible d'avoir un taxi autrement qu'en le hélant d'un geste de la main. En effet, le règlement de la Ville de New York oblige les Yellow Cabs à n'accepter que des clients qui les interpellent dans la rue. Les New-Yorkais agitant, parfois désespérément, le bras fit d'ailleurs le bonheur de cinéastes qui inclurent cette image d'épinal dans bon nombre de films; Woody Allen, Francis Ford Coppola, Adrian Lyne, Rob Reiner, Martin Scorsese, Nora Ephron, John Landis et bien d'autres ont filmé cette scène classique de la vie dans la Big Apple. Cela risque bientôt d'être une image du passé, à tous le moins une image rare. En effet, la Commission des Transports a accepté le recours au smartphone pour trouver un taxi. Une application de localisation et de réservation de taxis va être mise en place dès le 15 février 2013 et pour une période-test d'un an. 2500 des 13.000 taxis new-yorkais participent à cette expérience pilote qui prendra place à Manhattan. Les applications taxis fonctionnent dans de nombreuses grandes villes comme San Francisco, Boston ou Londres; dans la capitale anglaise se sont quelque 400.000 personnes qui ont téléchargé l'application et qui l'utilisent au quotidien depuis son implémentation en novembre dernier. Forts du succès de l'opération à Londres, les responsable de la Commission des Transports ont décidé de passer à l'acte à New York.  "Nous ne pouvons pas ignorer les technologies qui fonctionnent" explique David Yasski,Président de la Commission des Transports, "lorsqu'une technologie fonctionne et qu'elle bénéficie aux passagers, aucun règlement ne doit faire obstacle à sa mise en place"(1). Le règlement muncipal pourrait donc être modifié au terme de la phase de test qui s'achèvera en février 2014. Et pourtant, certains New Yorkais semblent hostiles à l'idée de mettre fin à la pratique de l'interpellation des taxis par geste de la main arguant de la tradition. La Commission des Transports semble, pour sa part, convaincue du changement, n'hésitant pas à affirmer que dans cinq ans, l'application smartphone sera majoritairement utilisée par les New Yorkais et les touristes. Tout le monde pourrait finalement y trouver son compte : les modernistes féru de NTIC avec l'application, les nostalgiques en continuant à héler de la main...

Concrètement, les 2500 chauffeurs de taxi qui participent à l'expérience pilote recevront un smartphone équipé de l'application et d'un GPS qui permettra de les localiser et d'afficher leur disponibilité. Les passagers qui auront téléchargé l'application - créée par la firme franciscaine Uber - auront ainsi la possibilité de commander un taxi via leur smartphone et de savoir dans combien de temps il sera là. Un premier essai a été effectué le 12 décembre avec 105 taxis, il a été plutôt concluant. L'expérience débutera donc le 15 février prochain !

----
(1) New York City to test hailing taxis with smartphone applications, par Henry Goldman, on www.blomberg.com, 13 décembre 2012

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article
13 décembre 2012 4 13 /12 /décembre /2012 10:23

Google et la presse francophone belge ont trouvé un accord dans le conflit qui  les opposaient à propos des droits d'auteurs.

googlenewsLa presse francophone belge n'est pas au mieux, ce n'est pas un scoop ! Entre amaigrissement des rédactions, regroupement (ou disparition) de titres, érosion du lectorat et concurrence du net, la situation est plus grise que rose. Même les deux pans traditionnellement stables de la presse - les abonnements et la publicité - sont en franche diminution. Depuis quelques années, les groupes de presse francophones ont mandaté la société Copiepresse afin de veilleur au respect des droits d'auteurs et d'éditeurs et récupérer par ce biais certaines sommes d'argent afin de renflouer les caisses. A l'image de ce qui se passe dans d'autres pays, Copiepresse est donc entré en conflit avec le moteur de recherches américain Google car des articles ou des extraits d'articles de quotidiens étaient publiés sur Google Actualité au mépris des droits d'auteurs. En 2006, Copiepresse s'est donc tourné vers la justice pour tenter d'obtenir le versement de droits d'auteurs par articles publiés sur Google Actualité. La justice belge donna raison à Copiepresse et Google fut contraint de retirer immédiatement tous les articles de journaux représentés par Google, le jugement rendu était même assorti d'une astreinte d'un millions euros par jour de retard. En guise de "représailles", Google avait alors également retiré les sites des quotidiens concernés de son moteur de recherche. En 2007, une tentative de conciliation était menée mais la somme d'indemnités proposée par Google était jugée trop faible par le représentants des groupes de presse francophones Belge. La justice confirma donc son jugement mais réduisit l'astreinte à 25.000 euros par jour de retard. Quelques mois plus tard, Google fit cependant appel du jugement avant que Copiepresse n'attaque à nouveau devant la justice... La hache de guerre était déterrée !

Au printemps 2011, la justice confirmait à nouveau la condamnation de Google. Après réflexion, les responsables de la société américaine ont décidé de ne pas poursuivre en justice et ont renoncé à aller devant une cour de cassation. Un retour à la table de négociations était certainement préférable; de cette concertation est sorti, le 7 décembre dernier, un accord entre Google et Copiepresse. Il prévoit un forme de partenariat en quatre axes(1) :

1° la promotion des services des éditeurs de presse francophones belge et de Google : Google fera la promotion de ses services dans les médias des éditeurs, tandis que les éditeurs de presse feront appel aux solutions publicitaires de Google, en particulier AdWords, pour attirer de nouveaux lecteurs;

2° l'augmentation des revenus des éditeurs, en travaillant ensemble à la monétisation de leurs contenus via des modèles premium (paywall, abonnements) et des solutions publicitaires telles que les plateformes AdSense et AdExchange ;

3° le renforcement de la participation des lecteurs par l'implémentation sur les sites d’information des outils sociaux de Google+, notamment la fonctionnalité de vidéos Hangouts, et en lançant des chaînes YouTube officielles ;

4° l'amélioration de l’accès au contenu original des éditeurs en favorisant sa distribution sur les plateformes mobiles, en particulier sur les smartphones et les tablettes.

Cet accord de partenariat semble donc mettre fin à une bataille qui dure depuis six ans mais risque fort de créer un précédent dans lequel des groupes de presse d'autres pays pourraient s'engouffrer. En tous cas, les deux parties présentent ce partenariat comme un accord win/win.

----
(1) Source : Un partenariat avec  les éditeurs de presse belges, par Thierry Geerts, DG de Google Belgique, sur le site officiel de Google France

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article
22 novembre 2012 4 22 /11 /novembre /2012 10:35

Les Portoricains se sont prononcés favorablement, par référendum, pour un rattachement aux Etats-Unis.

porto-rico.jpgPetit état des Grandes Antilles, Porto Rico (ou Puerto Rico) est un archipel de quatre îles situé dans les Caraïbes, à l'est du Mexique. Après avoir été longtemps colonie espagnole - sous le nom de San Juan Bautista(1) -, l'archipel est devenu territoire américain à l'issue de la guerre hispano-américaine, en 1898, en même temps que Cuba qui prendra son indépendance quelques années plus tard. En 1952, Porto Rico obtient une forme d'autonomie, notamment en terme de fiscalité, tout en restant rattaché aux Etats-Unis et en disposant d'un Réprésentant à la Chambre, mais pas au Sénat. La situation de ce petit état est assez complexe, il n'a pas de reconnaissance aux Nations-Unies mais bien au Comité International Olympique; ses habitants n'ont pas le droit de vote pour la présidentielle américaine mais bien pour les élections primaires qui décident des représentants de chaque parti à cette même élection présidentielle; l'anglais et l'espagnol y sont langues officielles mais la tendance est à ne conserver que la seule appellation espagnole du pays - Puerto Rico - au détriment de l'appellation imposée par les USA après la guerre hispano-américaine. A l'aube du 21è siècle, les relations entre les deux parties étaient même assez tendues, les Portoricains entendant, avec l'appui de l'ONU, engager un processus de décolonisation afin d'exercer leur droit à l'indépendance. La langue anglaise y fut même prohibée pendant plusieurs mois. En 2006, George Bush décide de cesser le système de prêts instauré par les Etats-Unis qui permettait notamment de faire tourner les administrations portoricaines bloquant par là même le paiement des salaires des fonctionnaires de l'archipel. Les autorités portoricaines semblent alors s'apercevoir de l'importance de leur rattachement aux Etats-Unis et, petit-à-petit, s'instaure la tendance inverse aux envies d'indépendance. Un sentiment rattachiste voit le jour à tel point qu'en avril 2010, la Chambre américaine des Représentant vote un droit d'autodétermination pour les habitants de Porto Rico, ceux-ci vont pouvoir choisir librement leur régime politique : état indépendant ou état américain.

Une adhésion loin d'être réelle !

L'idée d'un référendum voit le jour et est portée par le Gourverneur de l'île. Ce référendum a été organisé le 6 novembre dernier, jour du scrutin présidentiel américain pour lequel les Portoricain ne pouvaient pas s'exprimer. Ils avaient, pour cette consultation officielle, le choix entre trois alternatives :
  - soit conserver le statut actuel d'état libre associé aux Etats-Unis et au Commonwealth;
  - soit l'indépendance totale;
  - soit devenir le 51è état des Etats-Unis.

C'est vers ce dernier choix que se sont portés la majorité des habitants de Porto Rico ! 61% d'entre eux ont émis clairement le souhait de voir Porto Rico devenir le 51è état des USA; 33% souhaitaient garder le statut actuel et 6% seulement ont réclamé l'indépendance... Pendant sa campagne électorale, Barack Obama avait annoncé qu'il serait attentif au résultat de ce vote populaire et qu'il tiendrait compte de la volonté des Portoricains. Est-ce à dire que les Etats-Unis rajouteront prochainement une 51è étoile sur la Star Spangled Banner ? C'est envisageable car il ne reste finalement qu'une seule étape à franchir pour que cela devienne le cas. Envisageable, certes mais peu probable dans les mois à venir car cette ultime étape est ardue puisqu'il s'agit d'obtenir l'approbation du Congrès à la majorité absolue, c'est à dire avec au moins 50,1% des voix. Et cela n'est pas acquis car l'adhésion de Porto Rico changerait la donne politique américaine, en effet l'île obtiendrait ainsi cinq Représentants à la Chambre (au lieu d'un seul actuellement), deux Sénateurs (au lieu de zéro actuellement) mais aussi six ou sept Grands Electeurs pour la présidentielle. Or, la très grande majorité des portoricains - ceux qui vivent aux Etats-Unis mais aussi ceux qui vivent sur l'île et qui se prononcent lors des primaires - vote démocrate ce qui laisse évidemment le Parti Républicain sur la défensive... Un Parti Républicain qui, pour rappel, reste majoritaire (242 Députés sur 435) à la Chambre. Il est plutôt inconcevable, pour l'heure, de voir le Grand Old Party accepter l'adhésion d'un nouvel état qui serait plutôt favorable aux Démocrates ! Par ailleurs, l'île de Porto Rico connait un taux de chômage très élevé, 14% (pour 8,1% aux Etats-Unis), une frange importante de la population vit de subsides accordés par les Etats-Unis et la criminalité y est très élevée... Un modèle économique, social et judiciaire qui ne séduit pas du tout les Républicains !

Malgré le soutien de Barack Obama, il y a encore loin de la coupe aux lèvres ! L'espoir majeur des Portoricains réside dans les prochaines élections de mi-mandat, en novembre 2014, si les Démocrates parvenaient à reprendre la majorité à la Chambre et à la conserver au Sénat.

----
(1) nom attribué par Christophe Colomb, en 1493, en hommage au Prince Jean des Asturies.

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article
21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 10:28

Depuis 1933, l’illumination du sapin du Rockefeller Center marque l’ouverture de la période de Noël à New York.

250px-Rockefeller_Center_christmas_tree.jpgNew York est probablement la ville la plus féérique qui soit en période de Noël. D’abord parce que les New Yorkais accordent beaucoup d’importance à cette fête et à la décoration de leur quartier ; ensuite parce que l’ambiance de la ville s’harmonise à cette décoration. D’ailleurs, des dizaines de milliers de touristes ne s’y trompent pas puisqu’ils privilégient cette période de l’année pour découvrir Big Apple… Cette année, après le passage de l'ouragan Sandy et l'annulation du Marathon (véritable institution new-yorkaise), les fêtes de fin d'année prendront, en outre, un importance particulière, celle de la vie qui redémarre après la catastrophe naturelle du début novembre. Point central de cette féérie de Noël, l’imposant complexe du Rockefeller Center, en plein cœur de Manhattan. C’est au pied de cet ensemble privé de 18 gratte-ciels que se dresse l’immense sapin municipal symbolisant la Noël à New York. C’est aussi là que l’on trouve, la célébrissime patinoire à ciel ouvert de New York. Dès qu’arrive l’hiver, la terrasse du GE Building, qui accueille un restaurant durant la belle saison, se transforme effectivement en patinoire publique où de nombreux New-Yorkais viennent s’adonner aux joies de la glisse.

Traditionnellement, depuis 79 ans maintenant, le dernier mardi du mois de novembre ou le premier mercredi de décembre selon les années, à 19h00 précises, les autorités de la ville de New York procèdent à l’illumination du sapin. Une star est sollicitée pour appuyer sur le bouton rouge qui, devant les caméras d’une vingtaine de chaînes de télévision locales et nationales, illumine les 30.000 ampoules du Christmas Tree…

C’est à New York, en 1882, que pour la première fois un sapin de Noël a été illuminé grâce à l’électricité. Ed Johnson, associé de Thomas Edison, éclaira un sapin de Noël à l’aide d’une guirlande de 80 petites ampoules électrique pour le plus grand bonheur des badauds réunis Depuis, la ville conserve une histoire d’amour privilégiée avec la fête de Noël et avec son sapin. Il faut cependant attendre 1933 pour cette tradition devienne récurrente. En effet, l’année 1933 est celle du retour à la prospérité après le fameux krach boursier d’octobre 1929 à Wall Street qui plongea les Etats-Unis dans la plus grande crise économique du 20è siècle. 1933 a donc vu le retour une aisance financière plus conforme au train de vie des Américains et pour marquer cette résurrection économique, la Ville de New York décida d’installer un sapin de Noël de 25 mètres sur la terrasse du Rockefeller Center et de l’illuminer… La terrasse sera agrémentée, l’année suivante de la superbe sculpture de Paul Manship Promethea(1) puis rapidement, durant l’hiver, de la patinoire.

Aujourd’hui, le sapin est un Norway Spruce d’une hauteur de 23 à 27 mètres provenant des forêts du Connecticut, du Vermont, de l’Ohio ou de l’état de New York amené par convoi exceptionnel durant la seconde quinzaine de novembre au cœur de New York. En plus des 30.000 illuminations, le sapin est couronné d’une étoile de trois mètre d’envergure, réalisée par Swarovski, pesant près de 250 kilos… Fin novembre ou début décembre, le sapin est illuminé devant des milliers de personnes qui bravent le froid déjà très piquant à cette époque de l’année pour assister à l’un des événements les plus attendus de l’année, à New York. Cette illumination marque, en effet, le début de la période de Noël dans la Cité qui ne dort jamais.

A noter l’initiative du Maire de New York, Michael Bloomberg, qui a fait remplacer, depuis quelques années, les ampoules habituelles par des ampoules à basse consommation qui sont, en outre, alimentées par 365 panneaux solaires placés sur le toit du General Electric Building… L’objectif avoué est de diminuer de 50% la consommation électrique du sapin qui reste un mois sur la place. Quand les traditions de Noël se font écologiques !

C’est donc ce mardi 28 novembre, à 19h00, que sera illuminé le sapin de Noël de New York. Le Rockefeller Center s’animera pendant deux heures avec des prestations musicales variées, en présence du tout New York, pour le lancement des fêtes de fin d’année 2009. Il sera allumé chaque jour, dès 5h30 et jusqu'à 23h30 ainsi que toute la journée et la nuit des 24 et 25 décembre. Le sapin restera érigé jusqu’au 7 janvier prochain avant d’être enlevé et recyclé notamment pour faire du paillis.

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article