Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 octobre 2013 5 04 /10 /octobre /2013 10:11

Plus de 8000 médecins français ont signé le Contrat d'Accès aux Soins, limitant ainsi volontairement leurs tarifs.

CAS.jpgUn accord avait été signé en octobre 2012 par les syndicats de médecins libéraux, les mutuelles et la Sécurité Sociale dans l'optique de limiter les dépassements d'honoraires afin de permettre au plus grand nombre de bénéficier des soins de santé. En effet, ces dépassements en hausse régulière constituent un vrai frein à l'accès aux soins de santé pour une frange importante de la population française. Fin septembre dernier, l'Union Fédérale des Consommateurs attirait encore l'attention sur le fait que les dépassement d'honoraires de certains médecins spécialistes (pédiatres, ophtalmologues et gynécologues notamment) avaient encore grimpé de 1,7% entre juillet 2012 et juin 2013... malgré l'accord signé en octobre 2012. "La période de crise économique et de stabilité des revenus des ménages, ainsi que le discours du Gouvernement sur la limitation des dépassements auraient pu peser sur une modération des tarifs,il n'en est rien !"(1) regrettait un Chargé de Mission Santé de l'UFC dans les colonnes du Monde. Et pourtant : "La santé est un droit pour tous !"(2) affirmait clairement la Ministre de la Santé, Marisol Touraine au soir de la signature du fameux accord baptisé Contrat d'Accès aux Soins. A cette époque, l'objectif était de faire signer ce contrat, pour le 1er juillet 2013 au plus tard, à au moins un tiers des 24.600 médecins concernés. L'objectif n'étant pas atteint, l'échéance fut repoussée au 1er octobre 2013. Ce délai fut suffisant puisque que l'on apprenait, hier, que ce sont finalement 8611 médecins qui ont paraphé le Contrat d'Accès aux Soins permettant ainsi son entrée en vigueur "dans les plus brefs délais"(3) dixit la Caisse Nationale d'Assurance-Maladie.

Quid pour les patients... et pour les médecins ?

Ainsi donc, plus de huit mille médecins français ont accepté de limiter leurs dépassements d'honoraires contribuant ainsi à rendre les soins plus accessibles. Ils seront répertoriés sur le site de la Caisse Nationale d'Assurance-Maladie et permettront la création d'une nouvelle catégorie de tarification des médecins. Concrètement, aux catégories de tarification déjà existantes - le secteur 1 (médecins aux tarifs Sécurité sociale) et le secteur 2 (médecins honoraires libres) - va s'ajouter une troisième catégories (secteur 2bis ?) qui comprendra les médecins qui ont signé le Contrat d'Accès aux Soins et qui se sont engagés à geler leurs dépassement d'honoraires(4) mais aussi à pratiquer certains actes médicaux aux tarifs de la Sécu.

Pour les patients qui consultent les médecins signataires du Contrat d'Accès aux Soins, le remboursement de la sécurité sociale se fera désormais sur la base du tarif sécurité sociale et non plus de la base des honoraires libre. Ils récupéreront donc 18,60€ et non plus 15€. Quant aux médecins qui ont souscrit à l'accord, qui quitte donc le secteur 2 pour ce nouveau secteur, ils verront leurs cotisations sociales allégées de quelque 4300€ par an, en moyenne.

On notera que certaines catégories de médecins ont été beaucoup plus enclines à signer l'accord que d'autres. Ainsi, 70% des généralistes (public principalement ciblé) ont apposé leur seing tandis que plus de la moitié des néphrologues, des neurologues ou des pneumologues l'ont fait aussi. Par contre, les gynécologues, les anesthésistes, les chirurgiens ou les ORL ont été plus réticents, seuls quelque 20% des médecins émargeant à ces spécialités ont signé le Contrat d'Accès aux Soins...

-----
(1) Dépassement d'honoraires : une augmentation alarmante, par Laeticia Clavreuil, in Le Monde, 25 septembre 2013.
(2) L'accord sur les dépassements d'honoraires est officiellement signé, on francetvinfo.fr, 26 octobre 2012.
(3) Plus de 8000 médecins acceptent de limiter leurs tarifs, on francetvinfo.fr, 3 octobre 2013
(4) concrètement, ils pratiqueront les dépassements d'honoraires mais les gèleront aux tarifs 2012 sans nouvelle augmentation, ce qui permettra ainsi de maitriser l'augmentation leurs dépassements d'honoraires contrairement aux médecins qui ont refusé de signé l'accord.

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article
2 octobre 2013 3 02 /10 /octobre /2013 07:45

Le blocage du budget 2014 par les Congressmen républicains provoque la paralysie des institutions publiques américaines et plonge des centaines de milliers de fonctionnaires dans l'embarras.

shutdown.jpgLe Grand Old Party ne veut décidément pas de la réforme de l'assurance-maladie mise en place par Barack Obama ! Après maintes péripéties et tentatives de faire échouer le vote, cette réforme permettant l'accès aux soins de santé au plus grand nombre était passée au printemps 2010. Les Républicains ont, depuis, gardé un goût amer dans la bouche, il faut dire qu'ils pensaient avoir trouvé deux vices de forme qui allaient permettre la mise hors-jeu de la fameuse réforme (lire à ce propos Un coup pour rien) mais, en définitive, la mise à jour de ces vices avait permis de renforcer le côté social de l'ObamaCare et de le faire adopter par le Congrès (lire aussi Elle est passée !). Bref, depuis trois ans et demi (avec au passage la réélection d'Obama), le Parti Républicain vouent aux gémonies cette réforme de l'accès aux soins de santé. Avec le vote du budget 2014, ils ont trouvé - du moins le pensaient-ils - une façon de la contrecarrer. En effet, si la réforme a été votée au printemps 2010, elle doit être opérationnelle en 2014. Les Représentants républicains, majoritaires à la Chambre, ont donc introduit dans les débats sur le vote du budget 2014 une proposition dont le but non dissimulé était d'empêcher la mise en place de la réforme santé. En substance, la position républicaine à la Chambre était la suivante : si le Gouvernement abandonne le projet de réforme de l'accès aux soins de santé, on lui donne les moyens de fonctionner ! Sinon...

Et sinon, cela signifie le shutdown (littéralement fermeture) ! Les Républicains ont bloqué le vote du budget jusqu'à la limite fixée au 30 septembre et, dès lors, le Gouvernement américain se retrouve sans budget pour 2014. Usuellement, lorsque le Congrès ne parvient pas à voter un budget avant l'échéance, il vote au moins une disposition provisoire qui permet au pays de fonctionner pendant la poursuite des débats mais, cette fois, les Républicains refusent tout accord, même provisoire, sur le budget tant que l'ObamaCare existe. Ce faisant, ils prennent en otage le Gouvernement américain mais aussi la population du pays. L'exercice 2014 a donc débuté hier, 1er octobre, sans budget ce qui a contraint la Maison Blanche a prendre des mesures draconiennes pour limiter au maximum ses dépenses. Ces mesures se traduisent pas la fermeture complète de plusieurs administrations et services fédéraux dans tous le pays. Ce sont donc les administrations jugées non-essentielles pour le fonctionnement du pays (musées, parcs nationaux, environnement, sécurité sociale, trésor public...) qui se retrouvent totalement à l'arrêt tandis que dans les services jugés essentiels (sécurité, Nasa, défense, justice, contrôle aérien, prison,...) certains travailleurs sont maintenus alors que d'autres se retouvent au chomage technique forcé. A la Nasa, par exemple, 97% de employés sont en chômage alors que les scientifiques qui travaillent sur les stations spatiales sont au boulot; en matière de sécurité intérieure, les employés administratifs du FBI sont chez eux, les agents d'interventions sont sur le terrain... Dans les faits, ce sont quelque 800.000 fonctionnaires qui sont privés de travail, mis en congé sans solde. Comme le prévoit leur contrat de travail, ils ne peuvent effectuer aucun job en parallèle et se retrouvent donc sans aucune rentrée financière pour une période indéterminée. Il ne leur est, par ailleurs, donné aucune garantie quant à un versement rétroactif de leur salaire. En effet, pour cela, il faut voter une loi qui autoriserait le paiement rétroactif, à l'heure actuelle rien n'est moins sûr...

Quel coût pour les Etats-Unis ?

Ce shutdown n'est pas le premier, en effet depuis 1976, il y en a eu 17 dont le dernier remonte à 1995/1996. A cette époque, le shutdown avait été mis en place en deux phases sur les mois de décembre 1995 et janvier 1996; 750.000 fonctionnaires avaient été concernés (certains avaient été sans solde d'autres avaient vu une partie de leur salaire suspendue) pendant 28 jours. Ce shutdown avait alors coûté deux milliards de dollars aux Etats-Unis. Sur base de ce qui s'était passé en 1995/1996 et compte tenu des pertes liées à la fermeture des parc nationaux, musées et autres pôles touristiques fermés qui assurent, en temps normal, des rentrées conséquentes à l'état US des experts économique de chez Goldman-Sachs estiment les pertes financières liées au shutdown et à ses conséquences à huit milliards de dollars(1)... par semaine ! Reste que si ce shutdown est catastrophique pour l'économie américaine, il l'est encore plus pour les individus; ces quelque 800.000 fonctionnaires qui sont contraints au chômage forcé et qui sont amputés de leurs rentrées financières sans garantie de les récupérer un jour...

Etait-ce utile et intelligent d'en arriver là ? Les Représentants du Grand Old Party à la Chambre ont-ils réellement mesurer les conséquences de leur blocage du budget 2014 ? En effet, le 1er octobre - soit au premier jour du shutdown - Barack Obama ouvrait ses plateformes d'assurance-maladie dans les 50 états. Ces plateformes internet mettent en concurrence les compagnies d'assurance et permettent à chacun de souscrire en ligne une assurance-maladie à un prix raisonnable et abordable avec une aide financière de l'Etat. Autrement dit, l'ObamaCare est en route, il s'est mis en marche au premier jour du Shutdown qui est né parce que le Parti Républicain voulait empêcher cette réforme de l'accès aux soins de santé d'exister.

Il est parfois de bon ton de reconnaitre sa défaite et d'accepter la réalité. La réforme de l'accès aux soins de santé est en voie d'implémentation, les Républicains doivent l'accepter et trouver rapidement un compromis pour debloquer le budget 2014 afin de permettre au Gouvernement américain et à ses administrations de fonctionner.

-----
(1) Etats-Unis : le shutdown expliqué en cinq questions, on lemonde.fr, 1er octobre 2013

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article
18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 13:47

La Sagrada Familia sera bel et bien achevée en 2026, pour le centenaire de la mort de Gaudi. C'est en tout cas l'architecte du chantier qui l'affirme...

sagrada.jpgBien qu’athée de façon atavique, j’ai toujours apprécié l’architecture des églises et autres lieux de culte et ai eu la chance de voir les plus belles bâtisses religieuse façonnée par la main des hommes : Westminster, Notre Dame de Paris, Notre Dame de Rouen – que je trouve encore plus belle que celle son homonyme parisienne -, la Cathédrale de Cologne… et, à mes yeux la plus belle d’entre toutes, la Sagrada Familia de Barcelone dont les plans sont signés Gaudi ! Consacrée par le pape Benoît XVI, en novembre 2010, elle est depuis lors ouverte au culte, malgré le chantier toujours en cours. L
a Sagrada Familia, dont les travaux débutèrent en 1882 sous la conduite de l’architecte Fransesc de Villar, est toujours inachevée. En effet, après la démission de l’architecte principal pour des raisons de divergences avec les promoteurs c’est Antoni Gaudi qui reprend le chantier après quelques mois de travaux. Celui-ci n’étant pas très avancé, Gaudi propose un tout nouveau projet basé sur sa vision moderniste de l’architecture. Il obtient les coudées franches et dirige le chantier parallèlement à d’autres constructions qui font toujours la beauté du Barcelone d’aujourd’hui comme la Pedrera, la Casa Battlo ou le Parc Guell… Le chantier de la Sagrada Familia est un travail d’ampleur et de longue haleine, il s’étendra sur plusieurs décennies. Antoni Gaudi y consacre les 15 dernières années de sa vie jusqu’à ce qu’il soit renversé par un tram, le 7 juin 1926 et qu’ils ne meurent des suites de ses blessures trois jours plus tard (lire aussi Gaudi avec un G comme génie !) !

Le décès inopiné de Gaudi signifie aussi le début d’une ère difficile pour la Sagrada Familia. Le chantier ne trouve pas de repreneur et puis lentement, la Catalogne, à l’image de l’Espagne, bascule dans la guerre civile (lire à ce propos A fuego y a sangre ). Les troupes franquistes sabordent le chantier et incendie la crypte dans laquelle se trouve l’atelier de Gaudi et tous ses plans de construction… Il faudra attendre 1940 pour que l’architecte Fransesc Quintana reprenne les travaux et rebâtisse la crypte. Heureusement, des maquettes du temple expiatoire que se veut la Sagrada Familia et quelques croquis sont retrouvés chez Gaudi et permettent de redessiner des plans fidèles à l’œuvre voulue par le généralissime architecte catalan.

En 1954, la Façade de la Nativité est achevée et débute celle de la Passion du Christ dont les travaux sont aujourd’hui en cours d’achèvement. Durant la seconde moitié du 20è siècle, ce sont succédés plusieurs architectes autour du chantier. C’est aujourd’hui, et depuis 1987, Josep Maria Subirachs qui est à la barre du navire. Joan Rigol, Président du Comité de Construction, annonçait, en 2006, que le temple(1) serait couvert pour 2008 afin de pouvoir l’ouvrir au culte, ce qu’attendent des millions de pèlerins et de catholiques à travers le monde ! Avec deux ans de retard, c’est chose faite aujourd’hui…

Restent alors à édifier la façade de la Gloire, dont la construction est juste entamée, les sacristies, le baptistère, les ciboriums, les obélisques, la chapelle de la Pénitence et celle de l'Assomption. La fin des travaux est, désormais, prévue pour 2026 afin de commémorer le centenaire de la mort de Gaudi ! Gaudi dont je ne suis pas sûr qu’il eut apprécié la couverture de la Sagrada Familia puisqu’il l’imagina, en 1883, tel un édifice religieux à ciel ouvert afin d’être plus proche de Dieu. Un édifice fait de 18 tours (une pour chacun des 12 apôtres, quatre pour les évangiles, une pour la Vierge et la plus haute, qui culmine à 170 mètres, pour symboliser le Christ) et de quatre façades dédiées à des scènes précises de la bible comme la Nativité ou la Passion... Gaudi se laissa aller à mélanger divers styles ; le gothique qui seyait au temps des cathédrales, le romantique espagnol auxquels il adjoignit des éléments cubistes et surréalistes afin de donner corps au plus fantastique des édifices religieux qu’il m’a été donné de voir… L'œuvre magistrale d'un génie !

Fin du chantier en 2026

Le chantier dure donc depuis 131 ans et, selon les prévisions de l'architecte actuel, Jordi Fauli, il devrait trouver son aboutissement en 2026 pour la commémoration du centenaire de la mort d'Antoni Gaudi que Barcelone ne manquera pas de célébrer avec fastes. Il convient de préciser que le chantier n'est financé que par les dons et les tickets d'entrée payés par les visiteurs. Dès le départ, Gaudi savait que le chantier serait de longue haleine et qu'il n'en verrait jamais le bout... Ce qui lui fit d'ailleurs avoir ce trait d'esprit amusant : "Mon client n'est pas pressé !", faisant évidemment allusion à Dieu.


Quelques vues du Temple Expiatoire de la Sagrada Familia

 

sagrada_familia-tours.jpg
Les quatre tours de l’Evangile

 
sagrada-facade-de-la-nativite.jpg
La façade de la Nativité

 

sagrada-facade-de-la-passion.jpg
La façade de la Passion

 


sagrada-passion-du-christ.jpg
Le calvaire du Christ sur la façade de la Passion

 

sagrada-portes-de-la-facade-dela-gloire.jpg
Les portes de la façade de la Gloire

 

sagrada-porte-de-la-foi.jpg
La porte de la Foi

 

sagrada-crypte.jpg
La crypte

 

sagrada-nef-centrale.jpg
La nef centrale

 

sagrada-vitraux.jpg
Les vitraux

 

 

------

(1) on parle du «temple expiatoire» de la Sagrada Familia et non de «cathédrale» car les lieux n’ayant pas encore été sanctifiés, ne peuvent pas porter le nom de «cathédrale»… Elle est consacrée depuis le 7 novembre 2010 et peut donc être considérée comme une basilique.

 

 

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article
5 septembre 2013 4 05 /09 /septembre /2013 10:09

Hercule Poirot va vivre une aventure inédite sous la plume de Sophie Hannah !

poirot.jpgEn novembre 2011, Sherlock Holmes se lançait dans une nouvelle enquête, totalement inédite, quelque 80 ans après la mort de son créateur, Sir Arthur Conan-Doyle (lire à ce propos La Maison de Soie). Sous la plume d'Anthony Horowitz, le détective le plus ingénieux de l'époque victorienne reprenait vie. Il va arriver la même chose à Hercule Poirot qui, par l'entremise, de la romancière Sophie Hannah va faire fonctionner, à nouveau, ses petites cellules grises. Hercule Poirot présente cette particularité d'être un des rares - si pas le seul - personnages de la littérature a avoir eu droit à une vraie nécrologie de 1098 mots, comme s'il s'agissait d'un grand personnage réel, dans le New York Times du 6 août 1975, au lendemain de la parution de l'ultime aventure écrite par Agatha Christie, Curtain (Hercule Poirot quitte la scène), à l'issue de laquelle le détective belge, vieux, perclus de rhumatisme et très affaiblit au niveau cardiaque meurt. Hercule Poirot est l'un des personnages les plus bankable de toute la littérature. Mais, depuis 38 ans, les fans du détective doivent se contenter de relire les 33 romans et les 51 nouvelles laissées par Agatha Christie. Ils peuvent aussi revivre les enquêtes de leur héros préféré à travers l'excellente série Agatha Christie's Poirot qui rend parfaitement l'ambiance et l'univers voulu par l'auteure. A une exception notoire près : quelques mois après la mort, en 1976, d'Agatha Christie, son éditeur avait demander à Charles Osborne, un auteur australien de romans policiers, de noveliser la pièce de théâtre Black Coffee, écrite par Christie en 1930. Le roman écrit par Osborne ne sera pourtant publié qu'en 1999... avec beaucoup de succès.

Hercule Poirot était donc né, en 1920 dans le roman La mystérieuse affaire de Styles. Pendant 55 ans, Agatha Christie a tenue en haleine des millions de lecteurs avec son personnage-fétiche. S'il continue, aujourd'hui encore, à se vendre quantité de romans et nouvelles d' Hercule Poirot, le public le plus jeune n'est pas forcément attiré par ce héros d'un autre temps. Aussi, pour toucher un public au profil différent de celui du fan traditionel de Poirot, Matthew Prichard, petit-fils et dépositaire des droits de l'oeuvre d'Agatha Christie, a eu l'idée d'un nouveau roman. "Si populaire que soit encore Agatha Christie, l'espace disponible en librairie est devenu limité. Nous avons donc ressenti le besoin d'un nouveau livre, nous ne pouvons plus ignorer cette possibilité"(1) explique Prichard à la BBC. Matthew Prichard s'est donc tourné vers l'éditeur HarperCollins qui éditait les aventures de Poirot(2), afin de voir la faisabilité de la publication d'une enquête totalement inédite de Poirot. HarperCollins a saisi la balle au bond et a accepté de publier l'oeuvre en devenir. 

Il va falloir attendre jusqu'en septembre 2014...


Ainsi donc, cette nouvelle enquête aura pour objectif d'attirer l'attention d'un nouveau public sur l'ensemble du travail de la Reine du Roman Policier. Mais il restait à trouver un auteur capable de rendre à travers sa plume l'esprit d'Agatha Christie, en effet Matthew Prichard ne souhaitait pas dénaturer l'univers de sa grand-mère. Après plusieurs semaines de recherches, le choix de HarperCollins et Prichard s'est porté sur Sophie Hannah, une auteure de Manchester qui oscille entre poésie et polar psychologique. Hannah a déjà écrit, depuis 2006, huit thrillers policiers au rythme d'un par an, avec un certain succès puisqu'ils ont franchi le cap des 100.000 exemplaires. Hannah s'est dite honorée d'être choisie pour marcher dans les traces de Dame Agatha. "Agatha Christie est le plus grand écrivain du crime de tous les temps. C'est un énorme honneur pour moi d'être la personne choisie pour ce faire"(3). Sophie Hannah précise qu'elle a l'idée d'une trame de roman depuis deux ans mais qu'elle ne parvient pas à l'intégrer dans un thriller contemporain. Aussi songea-t-elle à imaginer un récit situé dans un contexte plus ancien, à l'époque édouardienne ou entre les deux guerres. C'est alors que sont arrivés HarperCollins et Prichard avec leur projet. Les deux parties semblaient faites pour se rencontrer... Sophie Hannah s'est engagée à ne pas trahir l'esprit d'Agatha Christie : "Je considère chaque mot écrit par Agatha Christie presque comme un texte sacré, alors je ne prendrai aucune liberté"(3) confirme-t-elle.

La nouvelle enquête d'Hercule Poirot se situera donc vers la fin des années vingt ou l'aube des années trente, chronologiquement entre Le mystère du train bleu (1928) et La Maison du Péril (1932). On sait déja que Poirot ne sera pas accompagné de son fidèle ami et collaborateur le Capitaine Arthur Hastings qui, à cette période et après son mariage, est installé en Argentine. Impossible d'en savoir plus pour l'instant ! La parution de la nouvelle aventure d'Hercule Poirot est prévue pour septembre 2014... Encore une longue année à patienter avant de se plonger dans une enquête inédite.

Reste à voir comment les fans les  plus durs de la Reine du Roman Policier vont appréhender cette nouvelle plume. Matthew Prichard sait pertinnement bien qu'il y aura des réfractaires mais l'accueil qui fut réservé, en 1999, à Black Coffee semble pouvoir permettre de laisser croire que l'accueil réservé à cette future aventure sera plutôt bon... Par ailleurs, il n'est pas rare dans la littérature britannique qu'un héros renaisse sous la plume d'un autre auteur que son créateur original. James Bond, Peter Pan, Sherlock Holmes et Dracula, pour n'en citer que quelques-uns, sont passés par là. Le principe est plutôt bien accepté Outre-Manche !

-----
(1) Agatha Christie sleuth Poirot to return in novel, par Tim Matters, on bbc.co.uk, 4 septembre 2013
(2) en fait c'est la maison d'édition anglaise William Collins & Sons qui éditait les romans et nouvelles d'Agatha Christie. Elle fut rachetée en 1990 par Harper & Row, un éditeur américain. le rachat donna naissance à HarperCollins.
(3) Hercule poirot gets new lease of life, 38 years after being killed off, par Mark Brown, on theguardian.com, 4 septembre 2013

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article
31 juillet 2013 3 31 /07 /juillet /2013 15:00

Le projet hollandais de téléphone équitable se porte plutôt bien, plus de 12.000 appareils sont précommandés.

fairphone.jpgL'idée a un peu plus de trois ans mais le projet n'a réellement débuté qu'en mai dernier, le Fairphone (ou téléphone équitable) se veut plus respectueux de l'environnement, mais aussi plus éthique et plus social tout en restant économiquement abordable. Soyons clair, nos smartphones et tablettes sont tout sauf respectueux de l'environnement et du commerce équitable. Les composants utilisés dans leur fabrication sont polluants et leur durée de vie est limitée (cette fameuse obsolescence programmée). Produits en Asie à des prix défiant toute concurrence et dans des conditions de travail souvent dénoncées par diverses ONG, ces appareils, dont une grande partie d'entre-nous ne peut plus se passer, répondent à une logique commerciale à l'opposé de l'équitable. Aussi, en 2010, un petit groupe de Hollandais à lancé l'idée de créer et de commercialiser un smartphone qui répondrait à des critères environnementaux stricts ainsi qu'aux pratiques du commerce équitable. Pendant plusieurs mois, ils ont travaillé sur ce projet, en étudiant tous les aspects. Au final, ils sont parvenus à imaginer un smartphone fabriqué selon des conditions de travail axées sur le bien-être et une rémunération juste. Au niveau environnemental, si tous les composants de l'appareil ne seront pas recyclables, une grande majorité d'entre-eux le sera, bien  davantage, en tous cas, que ceux d'un smartphone classique. Côté performances, le Fairphone disposera d'un processeur quadricoeur de 1,2 GHz, d'un Go de RAM, de 16 Go de stockage, d'un écran tactile de 4,3 pouces, de deux appareils photos (face avant à 1,3 mios pixels, un face arrière à 8 mios pixels), d'une batterie remplaçable de 2000 maH, le tout pour un poids de 170 gr et des dimensions de 123*64,5*10 millimètres. Il tournera sous Androïd. Son prix - 325 euros - le situe dans la même gamme que le HTC Windows Phone 8S, e Sony Xperia SP, le Nokia Lumia 720 ou le Samsung Galaxy Express, par exemples, soit une gamme de prix médiane entre l'entrée de gamme et le haut de gamme. Une étude de marché leur a permis de voir que leur projet serait viable si 5000 appareils était vendus. Début 2013, la société Fairphone a été créée pour matérialiser le projet et en mai un appel à précommandes était lancé au niveau européen.

Le projet semble avoir séduit le public car, fin mai, les 2500 précommandes étaient atteintes; le 5 juin le cap de 5000 était franchi ce qui signifiait que la production pouvait commencer. Aujourd'hui, ce sont quelque 12.000 Fairphones qui ont été commandés. Le succès du smartphone équitable dépasse les espérances de ses créateurs qui envisagent désormais la concrétisation de 20.000 ventes.

Site web de Fairphone

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article
29 juillet 2013 1 29 /07 /juillet /2013 12:30

Sherlock Holmes et le Professeur Thorndyke ont été des influences majeures de la science légale et de la police scientifique moderne.

SH-CSI.jpgLa science légale - forensic science aux Etats-Unis - est un ensemble de techniques qui permet à la police scientifique d'analyser une scène de crimes, des indices ou des situations par des moyens techniques, technologiques et scientifique dans le but d'aider à résoudre des affaires criminelles. Si elle était déjà utilisée dans la seconde moitié du 19è siècle, la police scientifique s'est structurée au début du 20è siècle sur base des travaux de plusieurs pathologistes anglais comme Bernard Spilbury, Francis Camps ou Sydney Smith mais aussi avec les premiers relevés d'empreintes digitales de William Herschel(1) et l'anthropométrie judiciaire imaginée par Alphonse Bertillon. A l'aube des années 1910, le juge d'instruction Hans Gross fonda la science criminalistique et instaura le tout premier institut de criminologie, à l'Université de Grass, en Autriche. A la même époque, Edmond Locard créa le premier laboratoire de police scientifique(2), à Lyon. Mais, si la police scientifique s'est structurée pour devenir un outil performant, elle le doit aussi à... la littérature et à deux auteurs britanniques en particulier : Sir Arthur Conan-Doyle et Richard Austin Freeman. Ces deux écrivains ont apporté à la littérature policière bon nombre d'enquêtes sur papier et, forts de leur formation médicale et scientifique, ont introduit des notions de science dans leurs récits. Le Docteur Ian Burney, Historien de la Faculté des Sciences Humaines de l'Université de Manchester s'est penché depuis plusieurs années sur l'évolution de la science légale. Ses recherches l'ont amené vers la littérature et notamment vers les univers de Conan-Doyle et de Freeman. Le fait que les deux auteurs aient pratiqué la médecine(3) avant d'être des écrivains à succès l'emmena vers l'idée de voir comment ils avaient utilisés leurs connaissances dans leur oeuvre littéraire. Le moins qu'il se puisse être écrit est que les deux écrivains ne se sont pas privés de recours à la science dans les aventures de leur héros fétiche respectif : Sherlock Holmes (et dans une moindre mesure le Professeur Challenger) pour Arthur Conan-Doyle et le Dr John E. Thorndyke pour Richard Austin Freeman.

Ainsi, pour mener à bien ses enquêtes, Sherlock Holmes a recours à ses connaissances en chimie, en anatomie et en botannique, il se passionne aussi pour la toxicologie et l'étude des cadavres qui peuvent lui apprendre beaucoup de choses sur le meurtre et le meurtrier. Pour sa part, le Professeur Thorndyke - probablement moins connu dans les pays francophones mais véritable référence dans les pays anglo-saxons - se présente comme expert médico-légal, alors que le premier roman dans lequel il apparait (L'empreinte sanglante) date de 1907, soit quelques années avant la naissance officielle de la criminilistique. Thorndyke résout les enquêtes qui lui sont confiées par l'analyse scientifiques minutieuse des preuves matérielles et des indices ainsi que par l'étude des comportements psychologiques des criminels.

Lors du 24è Congrès International de l'Histoire de la Science, des Technologies et de la Médecine, qui s'est tenu à l'Université de Manchester du 21 au 28 juillet dernier, le Professeur Burney a présenté ses travaux et a conclu en disant "C'est surprenant mais il est évident que les personnages fictifs de Sherlock Holmes et du Professeur Thorndyke ont eu une influence majeure sur les scènes de crimes que nous connaissans aujourd'hui"(4). Pour étayer cette conclusion, Ian Burney avance, outre les recours fréquents des deux personnages aux sciences pour faciliter leurs enquête,  trois arguments principaux :
- souvent Holmes et Thorndyke se plaignent de la contamination de scènes de crime par des policiers qui ne prennent pas de précautions, véritable comportement de policier légal. La protection d'une scène de crime est, désormais, le premier geste de la police scientifique;
- dans le manuel de criminalistique écrit par Hans Gross, il y a une référence concrète au kit de médecine utilisé par le Professeur Thorndyke pour prélever et analyser des indices. Gross décrit de kit comme essentiel au prélèvement d'indices;
- dans ses cours de criminologie, Edmond Locard invitait ses étudiants à lire les romans et nouvelles de Sherlock Holmes afin de s'imprégner de sa manière de travailler.

"Ces aventures ont introduit de nouvelles méthodes de police scientifique comme la protection d'une scène de crime contre la contamination externe, la préservation des indices, la mise en relation de tous les indices même les plus insignifiants ou l'examen scientifique minutieux des indices"(4) explique Ian Burney. Incontestablement, Holmes et Thorndyke - Conan-Doyle et Freeman en l'occurence - ont influencé la création de la police scientifique, élement essentiel de l'investigation moderne.

La journaliste et historienne du crime E.J. Wagner est également arrivée à la conclusion évidente de l'impact des romans de Sir Arthur Conan-Doyle sur les méthodes de la police scientifique moderne dans son ouvrage "La science de Sherlock Holmes - de Baskerville Hall à la Vallée de la peur, la vraie criminalistique derrière les plus grandes affaires du détective mythique", publié en 2004 chez John Wiley and Sons.

----
(1) en 1877, l'officier anglais William Herschel, en poste aux Indes, utilisa les empreintes digitales pour indentifier les bénéficiaires de pensions de l'armée afin d'éviter que certains ne touchent plusieurs fois la pension. En 1890, le premier fichier d'empreintes digitales fut créé en Argentine, Scotland Yard cée le sien en 1897 tandis que la police française attendra 1902.
(2) qui allait devenir Interpol, en 1923.
(3) Chirurgien de formation, Freeman exerça dans un hôpital colonial au Ghana avant de revenir en Angleterre pour pratique l'oto-rhino-laryngologie; Conan-Doyle était généraliste et avait un cabinet à Portsmouth
(4) Sherlock Holmes inspired real life CSI, on www.manchester.ac.uk, consulté le 28 juillet 2013

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article
23 juillet 2013 2 23 /07 /juillet /2013 10:15

Différentes études etayent cette réalité, au plus on est instruit en meilleure santé on est !

sante-et-instruction.jpgNous l'avions déjà évoqué dans les collones de ce blog, mais une nouvelle étude de l'Organisation de Coordination et de Développement Economiques (OCDE) le démontre et le constat reste, plus que jamais, d'actualité : plus le niveau d'éducation est haut, plus la santé est bonne ! L'OCDE vient de mener une enquête, baptisée Regards sur l'Education, auprès de 24 pays, cette étude montre notamment qu'il y a deux fois moins d'obèses dans les couches de population nanties d'un diplôme universitaire que dans celle dépourvue de tout diplôme. Dans les pays de l'OCDE, 19% de la population présentent un IMC supérieur à 30, c'est à dire un état d'obésite. Ce taux varie donc de 13% de la population qui a décroché un diplôme universitaire à 25% dans la population sans diplôme. L'étude de l'OCDE confirme d'autres études dont celle menée en 2010 menée par l’Institut Scientifique de Santé Publique et celle, la même année, du Tackling Health Inequalities in Belgium (TAHIB) : le niveau d’éducation est un facteur important de la santé. Plus le niveau d’éducation est élevé, plus le niveau de santé est bon !

Selon l'étude 2010 du TAHIB, une femme de 25 ans, en bonne santé, disposant d’un diplôme de l’enseignement supérieur peut espérer vivre 18 ans de plus qu’une femme du même âge, aussi en bonne santé, sans qualification ! Ces deux études renforcent un fait que l’on sait avéré depuis quelques années déjà : les personnes qui ont un niveau d’instruction et/ou un rang social plus élevés s’avèrent, de façon générale, en meilleure santé et disposent donc, de façon idoine, d’une espérance de vie plus longue…
L’étude de l’Institut Scientifique de Santé Publique pointe principalement deux réalités :

 

- Les maladies chroniques (affections de longue durée qui en règle générale, évoluent lentement. Ex. cardiopathies, accidents vasculaires cérébraux, cancer, affections respiratoires chroniques, diabète...) touchent 20% des personnes ayant un parcours scolaire qui va jusqu’à l’enseignement supérieur ; elles touchent 44% des personnes dont le niveau d’instruction ne dépassent pas le secondaire. Les maladies chroniques sont la première cause de mortalité dans le monde (60% des décès).

 

- Le tabac : dans les classes les plus instruites, 13% des individus fument quotidiennement. Ce pourcentage varie entre 22% et 29% dans les classes de la population qui n'ont pas effectué d'études supérieures. Le risque d'être fumeur quotidien est donc 3,7 fois plus élevé dans les milieux les moins scolarisés.

 

Mais l’étude du TAHIB, en janvier 2010, allait encore plus loin

- les personnes non-instruites, c'est-à-dire sans bagage scolaire, meurent en moyenne sept ans et demi plus tôt que les personnes les plus instruites ;


- les personnes peu instruites, c'est-à-dire n’ayant suivi aucun enseignement autre que le primaire, vivent en moyenne six ans de moins que les plus instruits ;

- les personnes moyennement instruites, c'est-à-dire ayant un diplôme du secondaire supérieur, meurent en moyenne deux ans et demi plus tôt que les plus instruits

L’inégalité face à la santé qui découle de l’inégalité sociale et socioprofessionnelle est un fait connu des autorités sanitaires. Un groupe de travail de la Fondation Roi Baudouin, baptisé Inégalité et Santé, travaille depuis quelques temps déjà pour tenter de mettre sur papier des recommandations sanitaires pour atténuer cette inégalité. Malgré les efforts fait par les pouvoirs publics, le constat est bel est bel et bien réel !

Quelles sont les causes de ces inégalités ?

Il semble que le niveau d’instruction engendre une approche différente de la santé. Mais il appert aussi qu’une meilleure instruction engendre une meilleure position sociale, donc un meilleur salaire et par corollaire plus de moyens à consacrer à la santé. Un meilleur salaire permet aussi d’évoluer dans un meilleur cadre de vie qui est meilleur pour la santé. Mais il y a, encore une fois, la consommation qui entre en ligne de compte. Les personnes instruites auraient tendance à consommer plus intelligemment et à ne pas se ruer sur les produits low-cost qui sont très souvent moins bien équilibré. La multiplication des magasins hard-discount, fréquentés en grosse majorité par les personnes ayant forcément moins de moyens financiers, engendre un retour néfaste à la santé. Tous les produits vendus moins chers coûtent forcément moins chers à la fabrication. Certes le packaging simplifié et l’absence de promotion autour de ces produits en diminuent largement le coût mais leur composition propre influe aussi sur leur coût. Ainsi, par exemple, de plus en plus de marchandises low-cost (barres chocolatées, plats préparés, chips, margarine…) que l’on trouve chez les hard-discounter contiennent cette fameuse huile de palme dont on sait qu’elle est nocive à la santé. L’huile de palme est nettement moins onéreuse que les autres huiles végétales mais elle est aussi nettement plus néfaste et favorise l’augmentation du mauvais cholestérol. On ne m’ôtera pas de l’idée que beaucoup de ces produits hard-discount ont une influence négative sur la santé. L’une des priorités serait, pour les autorités sanitaires, d’imposer des critères plus stricts dans la composition de tous les produits de consommation alimentaire…

Pointons également un paradoxe qui joue sur l’espérance de vie plus courte des gens moins instruits et moins aisés. Fumer coûte cher ! Et paradoxalement, on fume plus dans les couches sociales moins favorisées… Une étude française montre qu’il existe une association forte entre le risque de survenue d’un cancer du poumon et le niveau d’éducation en Europe, avec les taux les plus forts généralement observés au sein des classes sociales défavorisées(1). J’ai eu l’opportunité de discuter, voici quelques mois, avec des personnes que je connais et qui sont issues d’un milieu plutôt moyen, voire bas, dont le niveau d’études est limité. J’avais été surpris de les entendre dire que, pour eux, le tabac n’est pas un problème de santé… Ainsi donc pour eux, fumer n’aurait pas d’influence sur la santé. En avril 2010, une étude confirmait cette idée en précisant que pour deux Belges sur trois, le tabac n’est pas un problème médical(2) !!! Et tout cela malgré les campagnes de prévention…

Les exemples de comportements face à la santé selon les couches sociales pourraient se multiplier mais on arriverait, je pense, à un constat similaire. Le niveau d’études influe assurément sur les comportements, sur la santé et donc sur la vie.

-----
(1) Cancer du poumon et inégalité, Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (INSERM), 26 février 2009.
(2) Tabac : pas un problème médical pour deux belges sur trois, on www.rtbf.be, 19 avril 2010

Lire également : L'enseignement supérieur comme rempart contre l'exclusion sociale

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article
21 juillet 2013 7 21 /07 /juillet /2013 22:05

La cuvée 2013 du Tour de France s'est achevée ce soir, sous les réverbères, sur les Champs-Elysées par la victoire finale de Froome... sans surprise !

tdfLe 100è Tour de France a-t-il été passionnant ? Oui... pour les accessits et le maillot à pois ! Cela devient une vraie mauvaise habitude, le vainqueur de la Grande Boucle est connu avant le départ; Chris Froome était le favori number one, l'Anglais n'a pas déçu et était au rendez-vous. Pareillement pour le maillot vert, beaucoup s'accordaient à dire que Sagan serait son propre successeur, il l'a été ! J'avais espéré un duel avec Cavendish (lire à ce propos Le Centième !), un duel arbitré par Greipel voire Kittel ou Degenkolb, il n'en a rien été... Je dois avouer, cependant, que je n'y croyais pas beaucoup, d'autant moins après le coup extraordinaire joué par Sagan et son équipe dans l'étape d'Albi dans laquelle les Canondale ont donné aux srinteurs des autres équipes une vraie leçon d'anticipation ponctuée par la victoire de leur leader slovaque. Le vert joué au tiers du Tour, le jaune joué le lendemain ! En effet, de leçon il fut aussi question lorsque le Team Sky a porté Chris Froome vers le maillot jaune à Ax-3-Domaines. Au soir de la première vraie étape de montagne, le Tour de France était joué comme à la "grande" époque d'Armstrong... avec le lot de suspicions que cela a engendré. Et pourtant, le Britannique a montré des signes de faiblesses à plusieurs reprises, son équipe aussi. Mais personne n'en a profité, ou plutôt personne n'a osé en profiter ! Beaucoup d'équipes ont roulé à contretemps ou en suivant une stratégie à tout le moins surprenante, à commencer par SaxoBank-Tinkoff qui, à l'exception de la bordure de Saint-Amand-Montron qui reste un beau coup de panache, d'autant plus beau qu'inutile, a adopté une stratégie incompréhensible sur ce Tour. Ne restait donc pour nous enflammer que la lutte pour compléter le podium et celle pour le classement de la montagne, ces deux combats ont tenu toutes leurs promesses puisqu'il a fallu attendre l'ultime vraie étape (ndlr je ne considère toujours pas le critérium des Champs-Elysées comme une "vraie" étape) pour que soit attribués ces accessits, et ce fut tant mieux pour le spectacle ! 


En définitive, on a vu de belles choses, des étapes dynamiques, de beaux vainqueurs, des moments inédits (un Sud-Africain en jaune, un Colombien deuxième final ou une double ascension de l'Alpe d'Huez) ainsi qu'un vent de fraicheur qui souffla sur cette centième grande boucle. Comme chaque année au terme du Tour de France, je retrouve donc mes vieux réflexes de journaliste sportif - ce fut mon premier métier - afin de vous livrer mon bilan de l'édition 2013.

Le vainqueur

Chris Froome est un beau vainqueur, il a mérité sa victoire tant il fut supérieur aux autres, bien aidé par son équipe et Richie Porte en particulier. Froome devance son dauphin de 5'03'' alors qu'il n'y a que trois minutes entre le deuxième et le cinquième classé. Pourtant, le Team Sky a montré beaucoup de moments de faiblesse et Froome aussi. Dans certaines ascencions finales, le Kényan Blanc était à la limite de la rupture, parfois il n'a pas pu suivre et dans l'Alpe d'Huez il a même été victime d'une fringale qui aurait pu lui coûter cher (20 secondes de pénalité pour un ravitaillement illicite, c'est un vrai cadeau de la part des organisateurs !). Mais voila, aucune autre équipe n'a réellement pris le risque de mettre à mal Froome, un peu comme si Contador, Quintana, Rodriguez ou Mollema roulaient pour la seconde place, comme s'ils avaient décidé au soir d'Ax-3-Domaines que la victoire appartenait à Froome. Sur le Tour d'Espagne, il y a fréquemment eu une union sacrée entre les équipes espagnoles ou avec des leaders espagnols afin de favoriser la victoire finale d'un Ibère. J'ai cru que cette union sacrée serait possible sur le Tour de France mais Valverde, Anton, Rodriguez et Contador ont roulé chacun pour soi (ou pour Quintana dans le cas des Movistar de Valverde) offrant fréquemment une aide précieuse au Team sky et au maillot jaune. Le seul moment où le Team Sky a été malmené c'est lors de l'étape de Bagnères-de-Bigorre, au lendemain de son coup de force d'Ax-3-Domaines. Les Movistar ont mené tempo battant et sont parvenus à isoler Froome pour l'ultime montée. Cela aurait du dicter les comportements à venir tant pour Movistar que pour SaxoBank-Tinkoff, pour Katuscha ou pour Euskaltel. Froome aurait pu être isolé à plusieurs reprises, Froome aurait du être isolé à plusieurs reprises... il n'en a rien été ! Ses adversaires n'ont pas osé ! Le Britannique avait imposé sa marque sur l'épreuve, il l'a dominé avec les jambes et avec l'esprit. Il a maté ses adversaires physiquement et moralement. Dès lors, sa victoire ne souffre d'aucune contestation. Ses performances sont-elles suspectes ? Jusqu'à preuve du contraire, non ! Plusieurs médias ont avancé des chiffres qui permettent de se poser des questions, notamment lors de ses escalades du Ventoux ou d'Ax-3-Domaines. Certains experts en performances sportives tempèrent en affirmant que les résultats du Kényan Blanc sont crédibles (lire à ce propos Tour de France 2013 : pourquoi Froome n'est pas forcépent dopé, sur Le Nouvel Observateur). 

Les révélations

Comment ne pas parler de Nairo Quintana ? Le petit Colombien est LA révélation de ce Tour de France. Il offre de sérieux espoirs à la Colombie pour les années à venir ! Une victoire d'étape, deux maillots distinctifs et une seconde place finale, difficile (mais pas impossible !) de faire mieux pour une découverte du Tour... Marcel Kittel s'est montré le plus véloce des sprinteurs en remportant quatre succès d'étape au terme d'un emballage final. On pensait Cavendish intouchable au sprint, Kittel l'a maté ! En définitive, l'an passé sans train pour l'emmener, l'Express de Man s'est nettement mieux débrouillé... Le Portugais Rui Costa - qui est tout sauf une surprise car double vainqueur du Tour de Suisse - a également montré, avec deux succès d'étape, qu'il pouvait être un prétendant au top10 sur le Tour de France. S'il ne doit pas rester avec Valverde lorsque celui-ci crève dans l'étape de Saint-Amand-Montrond, l'étape de la bordure d'anthologie des OmegaPharma et des SaxoBank, il est dans le top20 final, cette année... Costa a les jambes pour un top10 ! 

Les déceptions

Elles sont nombreuses ! A commencer par Alberto Contador qui n'était que l'ombre de lui-même. Son classement au Dauphiné-Libéré, en juin, était clairement indicatif, l'Espagnol était loin de son niveau d'avant-Clenbuterol. Certains avancent que cela signifie que Contador était "chargé" lors de ses triomphes précédents et que sa suspension était donc logique (ndlr personnellement, je continue de croire qu'elle ne l'était pas sur base des "preuves" à son encontre - lire Contador/Armstrong... pas le même combat !) mais Contador n'était pas non plus à son niveau de la Vuelta 2012 qu'il avait brillamment remportée après sa suspension pour dopage... Non, simplement, El Pistolero s'est enrayé sur cette 100è Grande Boucle, il n'avait pas les moyens de faire mieux et plus le temps passait, moins il était performant contrairement à son habitude où il est meilleur en troisième semaine qu'au début de l'épreuve. Comme beaucoup, j'ai cru que Contador serait un adversaire à la mesure de Froome, ce ne fut pas le cas ! En outre, son équipe a roulé stupidement, à croire que Bjarne Riis a perdu sa science de la course...Pourquoi Roche et Paulhino ont-ils attaqué dans l'étape de l'Alpe d'Huez et roulé bêtement en chasse-patate entre le groupe d'échappés et le peloton ? Si ça avait été pour servir de relais à Contador lors d'une attaque dans la première ascension de l'Alpe d'Huez, c'eut été intelligent mais les deux hommes était cuits avant d'avoir été utiles et Contador n'a pas attaqué dans l'Alpe. Ce jour-là, SaxoBank a éliminé elle-même deux pions majeurs autour de son leader. C'était idiot ! Ce n'était pas la seule erreur tactique de l'équipe danoise mais c'était la pire. Sur le papier, SaxoBank-Tinkoff avait l'une de équipes les plus fortes, sur le terrain elle ne l'a pas été ! Si Contador constitue une réelle déception, son équipe aussi... sinon plus. Roche était largement en-dessous de ses possibilités tandis que Paulhino a tout simplement volé  la place d'un autre, plus compétitif que lui.

Que dire de BMC et de ses deux leaders ? J'avais écrit que Cadel Evans (lire Le Centième !) n'avait plus les jambes pour faire un résultat et que son équipe était trop juste, je n'imaginais pas que ce "trop juste" serait à ce point lamentable. Plus que jamais, je pense que John Lelangue n'a pas l'étoffe d'un manager, qu'il est incapable de tirer le meilleur d'une équipe cycliste. Lors d'un direct, Rodrigo Beenkens laissait échapper que beaucoup des coureurs qui avaient rejoint BMC étaient nettement moins performants qu'avant de rejoindre cette équipe... Je suis entièrement d'accord, cela confirme mon sentiment à propos de Lelangue. BMC est la déception la plus lourde de ce 100è Tour de France.

Europcar n'a pas vraiment de raison de jubiler non plus ! Contrairement aux années précédentes, le hommes de Bernaudeau n'ont guère brillé. Ils ont réussi à se mettre Movistar à dos en roulant lors de la crevaison de Valverde dans l'étape de Saint-Amand-Montron et tout le reste de l'Espagne également lorsque Pierre Rolland a tassé Igor Anton qui le débordait au sommet du col des Prés. Le Français à agi scandaleusement pour prendre un point en plus au sommet de ce col, un point qui - il le savait bien - ne lui offrirait pas le maillot à pois. Quand bien même cela eut-il été le cas, un coureur a-t-il le droit de couper la  route à un autre, de l'envoyer dans le public pour gagner un sprint ? Assurément, non ! Heureusement, il a été pénalisé et les deux points acquis lui ont été retirés. Les équipes Astana, Lampre, Vacansoleil, FDJ.fr, Euskaltel sont bredouilles et n'ont pas vraiment justifié leur place sur le Tour, tout comme les équipes française invitées par les organisateurs que sont Cofidis et Sojasun. Il y avait probablement d'autres équipes à qui attriuber une wild card... mais voila, elles n'étaient pas françaises ! 

Au rayon des déceptions, j'ai encore envie de pointer Belkin. Certes Bauke Mollema termine dans le top10 et Laurens Ten Dam y a longtemps été. Mais jamais l'équipe batave n'a montré de velléités offensives, les Hollandais ont roulé... à la hollandaise comme on disait dans les années '70 et '80 pour parler de Zoetemelk, Lubberding, Kneteman et quelques autres suceurs de roues hollandais. Sans panache, Mollema et Ten Dams ne méritaient pas le top10...

Et les Belges ?

Du côté belge, on peut être satisfait même s'il y a l'énorme déception Van den Broeck. Une fois encore, VDB aura goûté le bitume pour abandonner tôt le Tour. Pas de chance ai-je lu et entendu ! Mais la chance, elle se provoque et Van den Broeck est incapable de la provoquer. Pourquoi est-il dans la roue de Bouhani lors du sprint de Marseille ? Il n'a aucune chance au sprint, il doit être plus bas dans le peloton pour éviter l'éventuelle chute. Mais non, il se cale dans la roue d'un sprinteur qui se vautre et l'entraine avec lui... Ce n'est pas une question de chance, mais une question d'intelligence de course. Van den Broeck a du talent, c'est indéniable mais aucune intelligence tactique ! C'est la seconde fois que l'on parle de lui pour un podium sur le Tour de France, après 2011, et c'est la seconde fois qu'il abandonne sur chute... J'ai parfois l'impression que VDB a peur de faire des résultats ! D'ailleurs, en dix années de professionnalisme, il ne compte qu'un seul succès, une étape du Dauphiné-Libéré, en 2011. C'est assurément trop peu pour un coureur de son talent ! Thomas De Gendt est une autre vraie déception. Celui qui fut troisième du Tour d'Italie 2012 (en gagnant une étape) était prometteur de bien mieux que sa 96è place, à près de trois heures de Froome. Ce n'est pas sa troisième place au contre-la-montre du Mont-Saint-Michel qui me console de sa piètre prestation... 

Sinon, la Belgique n'a pas à rougir des prestations de ses quelques autres de ses représentants. Une victoire d'étape, un maillot jaune et un top20 final pour une première participation, Jan Bakelants a été remarquable. Son tempérament offensif a été un vrai régal; le meilleur Belge de ce 100è Tour de France incontestablement. Maxime Monfort s'offre une 14è place finale, son meilleur classement en six participations. Dommage que Max soit si peu offensif, se contentant de s'accrocher comme il peu. Il est régulier mais manque singulièrement de panache, c'est dommage. Ceci dit, ne boudons pas notre plaisir... 14è ce n'est pas mal. Bart De Clercq a laissé entrevoir de réelles possibilités pour l'avenir, c'est plutôt intéressant d'autant que le coureur de Zottegem a déjà remporté une étape du Giro. 

Un vent de fraicheur...

Bart De Clercq n'est pas le seul à avoir apporté sa fougue de néophyte sur ce Tour de France. En effet, Bakelants, Trentin et Quintana ont tous les trois remporté une étape pour leur première participation. Nairo Quintana s'offrant même le luxe de terminer second final avec le maillot blanc du Meilleur Jeune et le maillot à Pois du Meilleur Grimpeur. Au total ce sont sept victoires d'étapes - Kittel (4), Sagan (1), Quintana (1) et Trentin (1) - qui sont revenues à des coureurs de 25 ans ou moins. Ils sont aussi quatre dans le top20 : Quintana (2è), Talansky (10è), Kwiatkowski (11è) et Bardet (15è). C'est un vent de fraicheur qui a soufflé sur cette 100è édition !

Rendez-vous dans le Yorkshire !

Le 100è Tour de France est fini, je reste sur ma faim vous l'aurez compris ! Si la Vuelta (24/08-15/09) est aussi passionnante que celle de 2012, j'aurais enfin de quoi me rassasier de cyclisme-spectacle. Quoi qu'il en soit, c'est en Angleterre, à Leeds dans le Yorkshire, que le peloton se donne rendez-vous pour la prochaine Grande Boucle. Puisse la cent et unième édition être plus haletante que celle qui vient de s'achever... 
 

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article
17 juillet 2013 3 17 /07 /juillet /2013 10:15

A partir du 1er janvier 2014, la carte de couverture sociale disparaîtra progressivement pour faire place à un nouveau système.

sis.jpgLa carte Système Information Sociale (SIS) est un document dont dispose, en Belgique, tous les citoyens couverts par un organisme de sécurité sociale. Elle a pour vocation d'identifier les assurés sociaux et connaitre leurs statut et droits  afin de faciliter le remboursement des dépenses de santé. En vigueur en 2003 et contenant toutes les données relatives à l'assuré, la carte SIS est en voie d'extinction, elle sera remplacée par le système MyCareNet qui sera accesible via la carte d'identité électronique de chaque individu. La migration vers un nouveau système est préparée par la Banque Carrefour de la Sécurité Sociale, l'INAMI (Institut National d'Assurance Maladie-Invalidité) et les différentes mutualités. Cette transition se fera progressivement à partir de janvier 2014. En effet, au 1er janvier de l'année prochaine, on ne produira plus de cartes SIS et celles dont la validité arrivera à échéance ne seront pas renouvelées. Les données d'assurabilité ne seront pas transférées sur la carte d'identité électronique mais celle-ci sera le sésame qui permettra aux professionnels de la santé et de la sécurité sociale d'accéder aux dites données via le réseau sécurisé MyCareNet, qui relie les professionnels de la santé et les mutualités. La carte d'identité électronique sera donc la clé d'accès aux données de chaque assuré. Il y aura donc, en définitive, une double sécurité au nouveau système mis en place puisque il faudra deux éléments pour remplir les deux objectifs de l'actuelle carte SIS. L'identification de l'assuré se fera via la carte d'identité électronique (eID) tandis que le statut des assurés sera connu via MyCareNet. Au delà de la carte d'identité électronique, divers alternatives sont prévues car chaque assuré social ne dispose pas encore forcément de l'eID. Ainsi, les personnes en attente d'une carte d'identité électronique recevront une carte appelée ISI+ (ndlr Identification Sociale Identificatie et + pour préciser que le document vient en complément ou en attente de l'eID) tout comme les travailleurs frontaliers qui résident au GD Luxembourg, en Allemagne, aux Pays-Bas ou en France mais qui travaillent en Belgique. Les enfants de moins de 12 ans disposeront également de cette carte ISI+.

Les avantages de ce nouveau système, outre une sécurité accrue, résident surtout dans l'actualisation des données consultées par les prestataires de soins. Le nouveau système est déjà en vigueur, depuis quelques mois, dans les pharmacies, 80% des pharmaciens belges utilisent déjà MyCareNet, les 20% restants devront migrer avant le 1er janvier vers ce système. Les hôpitaux, les dispensateurs de soins, les CPAS, les institutions de sécurité sociale, la médecine du travail et les administrations fiscales implémentent progressivement la consultations en ligne via MyCareNet pour être prochainement opérationnels. A toutes fins utiles, une période de transition est prévue et les cartes SIS non périmées pourront encore être utilisées pendant quelques mois après le basculement vers MyCareNet. Les deux systèmes cohabiteront donc pendant un moment, le temps d'assurer la migration complète vers le nouveau...

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article
10 juillet 2013 3 10 /07 /juillet /2013 08:00

Pour la communauté musulmane, ce 10 août marque l'entre dans le mois du Ramadan.


rama.jpgTous les Musulmans pratiquants du monde ont entamé le Ramadan, un mois de jeûne et d’abstinence. Trente jours durant, ils devront s’abstenir de boire, de manger, de fumer et d’avoir des relations sexuelles, de l’aube au coucher du soleil. Véritable action de piété, le Ramadan est, surtout, un des cinq Piliers de l’Islam. Traditionnellement, le Ramadan débute au lendemain de la Nuit du Doute qui est marquée par la fin du huitième mois lunaire et l’apparition de la nouvelle lune... Durant cette période, la pratique religieuse doit atteindre son paroxysme. Les cinq prières quotidiennes sont plus largement observées - à la Mosquée ou à la maison - par l’ensemble de la Communauté musulmane. Ces prières sont davantage orientées vers l’aspect social car c’est, en effet, aussi le mois du pardon et le mois du partage. Le jeûne est considéré comme un effort spirituel pour lutter contre la séduction des plaisirs terrestres. Cependant, une frange de la population - les femmes enceintes, les vieillards et les enfants en bas âge - est exemptée à cause des risques que ce jeûne volontaire pourrait induire. Les voyageurs, selon le Coran, disposent aussi d’un statut spécial car ils ont besoin de toutes leurs forces pour poursuivre leur périple. Ils sont donc appelés à postposer le jeûne ou à le compenser en faisant l’aumône aux plus démunis. Le Ramadan est, pour tous les pratiquants, une obligation religieuse. Il rappelle le mois au cours duquel le Coran a été révélé au Prophète Mohamed. C’est, en effet, la 27è nuit du neuvième mois lunaire – dite Nuit du Destin ou Laylat al-Quadr – que le Coran fut révélé à Mohamed. Mais, il s’agit aussi d’une action d’ouverture vis-à-vis des non-musulmans, une période durant laquelle les musulmans veulent profiter de l'occasion pour expliquer ce qu'est le Ramadan, son message de paix et de réconciliation. L’occasion pour les cultures diverses de se tourner les unes vers les autres…


Le Ramadan est donc un mois particulier pour le milliard et demi de musulmans à travers le monde. Il est consacré à faire une introspection mais, pour chacun, aussi à évaluer sa relation avec Dieu, à mesurer sa dévotion. Concrètement, du lever au coucher du soleil, les musulmans pratiquant doivent s'abstenir intégralement de manger, de boire, de fumer et d'avoir des relations sexuelles, mais aussi de dire du mal de quiconque, de jurer, de respirer du parfum, de se mettre en colère ou de regarder quoi que ce soit d'illégal. Un repas - le sahur – est servi avant l'aube, de préférence le plus tard possible, et un second repas – l’iftar – est servi après le coucher du soleil, à la rupture du jeûne. Entre les deux, l’abstinence totale est de rigueur. La journée est consacrée à la spiritualité et est jalonnée de cinq prières ainsi que de la lecture du Coran. Une nouvelle prière a lieu quelques minutes après le coucher du soleil, avant l’iftar. Et, comme le Ramadan met l'accent sur la vie communautaire, il n’est pas rare que ceux qui suivent le Ramadan partagent l'iftar à la mosquée la plus proche avec des amis, des parents ou des voisins. La fin du Ramadan est marquée par la fête de l’Aïd al-Fitr qui marque le début du 10è mois lunaire et la fin du jeûne.

J’ai eu la chance – car c’en est une ! – d’être invité, voici quelques années, à partager l’aïd al-Fitr à la Mosquée de Cheratte. Il y a deux ans, j'étais à Instanbul pendant le Ramadan et j'ai vécu à son rythme pendant dix jours. Le soir, les familles se réunissaient en différents endroits de la ville pour attendre ensemble la tombée du jour et l'appel à la prière du muezzin avant d'enfin pouvoir se restaurer au terme d'une longue journée de jeûne. C’était à chaque fois, tant à Cheratte qu'à Istanbul, de vrais moments de partage et d’ouverture vers les autres. Aussi quand j’entends certains idiots qui résument l’Islam à l’intégrisme et au terrorisme, je bondis car c’est tout le contraire de la vision des vrais pratiquants de l’Islam.

NB :  si le Ramadan débute ce mercredi 10 août dans une majorité de pays, il a commencé hier en France et dans quelques autres pays.

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article