Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 décembre 2013 1 30 /12 /décembre /2013 10:57

Comme chaque année à pareille époque, coup d'oeil dansle rétroviseur sur l'année qui s'achève...

2013.jpgLa fin de l'année 2013 a été marquée par un événement d'importance planétaire : la mort de Nelson Mandela. Mais, dans l'ensemble, l'année a été moins riche que la précédente qui, faut-il le rappeler, était un exercice marqué par de nombreux rendez-vous politiques d'importance mondiale aux Etats-Unis, en Russie ou en France mais aussi une année olympique. Certes, en Belgique, l'événement est venu du monde des sciences, de la physique plus précisément avec le Prix Nobel décerné à François Englert pour ses travaux sur le mécanisme de Brout-Englert-Higgs dans le domaine de la physique des particules. 2013, aura été marquée par de nombreux décès dans les milieux politiques, des arts et du sport. En effet, outre Nelson Mandela, ce sont de grandes personnalités qui ont tiré définitivement leur révérence, citons sans être exhaustif : Margareth Thatcher, Hugo Chavez, Pierre Mauroy ou Wilfried Maertens dans le domaine politique; les deux immenses musiciens Lou Reed et Ray Manzarek; les deux Santos (Nilton et Djalma), champions du monde 1958 et 1962 avec la fabuleuse Seleçao brésilienne ou Miguel Poblet, le cycliste espagnol. Le cinéma français a payé un lourd tribut à la mort cette année puisque les réalisateurs Jacques Besnard, Patrice Chéreau, Georges Lautner et Edouard Molinaro nous ont quitté tout comme les acteurs Georges Descrières, Daniel Duval, Francis Lax ou Valérie Benguigui pour n'en évoquer que quelques-uns. En Espagne, c'est l'immense réalisateur Bigas Luna qui est mort tandis que l'avocat Jacques Vergès, le généticien et philosophe Albert Jacquard, l'écrivain Tom Clancy, le père des Francofolies Jean-Louis Foulquier, l'immense acteur Peter O'Toole ou le dessinateur de BD Didier Comès grossissent encore les rangs des morts en 2013... Mais 2013 n'est pas qu'une année marquée par les décès ! C'est aussi l'année d'un scrutin législatif délicat en Italie où la difficulté de construire un gouvernement marqua les esprits pendant plusieurs semaines à la fin de l'hiver et au printemps. Un printemps qui tarda d'ailleurs à s'installer dans nos régions tant le froid et la pluie persistèrent tard dans l'année. C'est également l'année du renversement du président Mohamed Morsi en Egypte, du Shutdown qui paralysea le fonctionnement des Etats-Unis pendant plusieurs jours ou des attentats lors du marathon de Boston. 2013, année d'abdication ou de renonciation également puisque la Reine Béatrix des Pays-Bas, le Roi Albert II de Belgique et le Pape Benoît XVI ont renoncé à leur fonction respectivement remplacés par Willem-Alexander, Philippe et François. L'année sportive a été marquée par le 100è Tour de France, remorté sans surprise par l'Anglais Chris Froome, ou encore par les aveux - enfin ont dit certains - de Lance Armstrong qui a reconnu avoir eu recours au dopage. En F1, l'Allemand Sebastian Vettel a survolé la compétition tandis que la Belgique a hérité d'un tirage que l'on dit favorable pour la prochaine Coupe du Monde... En société, ce fut l'année des terminaux nomades, les ventes de smartphones et de tablettes se sont envolées alors que Twitter entrait en bourse avec grand bruit. Google+, Pinterest et LinkedIn sont les médias sociaux qui ont le plus progressé cette année tandis que Facebook - que d'aucuns entrevoyaient moribond - a encore gagné quelques millions d'utilisateurs pour atteindre la barre des 1,15 milliards ! Comment ne pas évoquer cette première mondiale chez les Uruguayens qui ont légalisé la production et la vente de cannabis ou encore le typhon Haiyan qui ravagea, en novembre, les Philippines ?

Acta Diurna a évoqué plusieurs de ces grands thèmes de 2013 mais, fidèle à son habitde, c'est aussi et surtout des événements moins médiatiques qui ont trouvé place sur ce blog. Au total, ce sont quelque 135 articles qui ont été écrit cette année, soit un peu moins que les années précédentes mais 2013 fut aussi, à titre personnel, une année riche avec la sortie de mon premier livre et le début de mes cours de communication à la Haute Ecole de la Province de Liège. Ces deux événements majeurs de mon année 2013 ont été chronophages ce qui explique le nombre moindre d'articles publiés sur Acta Diurna ces douze derniers mois... Quoi qu'il en soit, je vous propose de revisiter l'année écoulée à travers la lorgnette d'Acta Diurna.

Janvier

Aux Pays-Bas, certains partis politiques traditionnels imitent le parti extrémiste PVV en lançant des appels à la délation sur leurs sites internet, Wildersisme 2.0

A Londres, le métro fête durant toute cette année 2013 son 150è anniversaire. Happy Birthday, the Tube !

Pour permettre la désignation d'Echevins, la petite ville de Denderleeuw, en Flandres Orientale, a briser le fameux cordon sanitaire. Rappel de ce qu'est ce Cordon Sanitaire.

L'info n'a pas été suffisamment développée par les médias traditionnels mais les Etats-Unis ne construiront pas l'Etoile de la Mort !

Le Chat rend sa carte de presse, Philippe Geluck ne dessinera plus dans la presse...

Le Royaume-Uni va-t-il sortir de l'Union Européenne ? Brixit !

Février

Elton, un pauvre chien promis à l'euthanasie parce que son maitre le pensait homosexuel est sauvé grâce à Facebook.

Le Victoria&Albert Museum de Londres annonce, pour le printemps, une exposition qui retrace la carrière de David Bowie. Bowie au V&A Museum

Après la remontée des sens uniques, les cyclistes pourront désormais passer au rouge... On donne trop de pouvoir aux cyclistes en centre-ville !

Mars

L'idée de placer des images-chocs sur les bouteilles d'alcool circulent et pourtant les autorités sanitaires hésitent. Ne faudrait-il pas traiter l'alccol comme le tabac ?

Le 19 mars, Acta Diurna fête son 10è anniversaire... Dix ans déja !

A l'arrivée du printemps, Acta Diurna s'interroge aussi sur le bonheur existentiel...

Avril

Pour promouvoir le retour de La Ronde de Nuit, le Rijksmuseum imagine un super coup de com'...

A Londres, les premiers secours peuvent être portés par des ambulanciers à vélo. Vel'Ambulances.

Le jeudi 18 avril, il y a eu 25 ans que Pierre Desproges mourrait... Etonnant, non ?

Mai

Le jour où Wikipedia trahit Agatha Christie... un wikinaute a dévoilé la fin de la pièce The Mousetrap dont le secret était gardé depuis 1952.

Le 24 mai, au Palais Provincial de Liège, l'Union Professionnelle des Métiers de la Communication a remis ses traditionnels Prix de la Communication. Prix de l'UPMC 2013.

On peut s'interroger : d'où vient le nom de certains groupes de rock ?

Fin mai, le Brooklyn Bridge à fêté ses 130 ans !

Du thé, des biscuits et du foot... Ou l'art d'éteindre un feu d'intolérance qui couvait sérieusement !

Juin

Une équipe de paléontogues américains baptiste un lézard préhistorique Barbaturex Morrisoni en hommage au leader des Doors, surnommé le Roi Lézard !

Une étude de l'université de Loughborough confirme que l'e-mail est bien générateur de stress...

A la mi-juin, 40.000 fans de Harley-Davidson se sont réunis à Rome pour le 110è anniversaire de la marque mythique. Un mythe américain.

New York inaugure son potager contre l'obésité tandis qu'aux Etats-unis Facebook a permis de multiplier par 21 le nombre de donneurs d'organes. C'est le Facebook Effect !

Le samedi 29 juin, la Corse accueille le départ du Centième Tour de France !

Une sénatrice américaine impose un discours de onze heure à l'assemblée pour empêcher le vote d'une loi réduisant le droit à l'avortement. Cela s'appelle un Filibuster !

Juillet

Cette année encore, Acta Diurna rythme les vacances d'été avec une série sur l'histoire des grandes chansons du 20è siècle. Série de l'été - Ces chansons qui ont marqué l'Histoire de la musique III.

Le 1er juillet, la Croatie entre dans l'Union Européenne, en attendant la Serbie, le Montenegro et la Macedoine.

En Espagne, le chômage baisse pour le 4è mois consécutif, on parle d'embellie mais cette "reprise" ne repose que sur des emplois précaires...

La cuvée 2013 du Tour de France n'a pas été un grand cru : le bilan de cette 100è Grande Boucle !

La Ville de Détroit se déclare en faillite. Ce n'est pas une première aux Etats-Unis. Des villes en faillite !

Sherlock Holmes et le Professeur Thorndycke ont influencé la science légale et la police scientifique moderne... Elémentaire, mon Cher Grissom !

Août

Le projet de téléphone équitable hollandais se porte bien, il a même le vent en poupe !

Pierre qui roule, Un portrait de Pierre Richard qui fête ses 79 ans le 16 août...

Tous en D.....al ! L'ennui naquit de l'uniformité... L'uniformité nait de l'imbécilité !

Septembre

En Belgique, trois nouveaux cas sont dépistés chaque jour... La tuberculose reste bien présente !

Début septembre, une nouvelle aventure d'Hercule Poirot est annoncée pour 2014, sous la plume de Sophie Hannah. Les petites cellules grises vont fonctionner à nouveau !

Le 11 septembre, on commémore les 40 ans de la chute de Salvador Allende...

Une enquête de la journaliste américaine Megan Twohey met en évidence des échanges d'enfants adoptés par le bias des réseaux sociaux. Private Rehoming.

L'architecte du chantier l'affirme : la Sagrada Familia sera bien achevée pour 2026 et la commémoration du centenaire de la mort de Gaudi.

Octobre

Plus de 8000 médecins français ont signé un Contrat d'Accès aux Soins afin de réduire la fracture sociale.

L'American Association for Advancement of Science remet en cause la fiabilité des revues scientifiques en open-access. Au même moment, Acta Diurna s'interroge sur l'accessibilité des soins de santé à tous en Belgique...

La Môme et le Poête meurent, il y a 50 ans à quelques heures d'intervale. La France perd Piaf et Cocteau dans la nuit du 10 au 11 octobre 1963.

Il s'échange de plus en plus de lait maternel par les réseaux sociaux. Et pourtant, cette pratique est à grand risque !

Les Etats-Unis avancent encore un peu plus sur la voie du grand n'importe quoi ! Arian Foster, le joueur vedette des Houston Texas est le premier humain coté en bourse. Voulez-vous acheter une partie d'Arian Foster ? tandis qu'un entrepreneur propose, pour 2000$, de se mettre dans la peau de SDF pour quelques jours...

A Istanbul, un tunnel de métro de 1,4 kilomètres sous le Bosphore relie l'Europe à l'Asie.

Novembre

Janis Joplin obtient, début novembre et 43 ans après son décès, la 2510è étoile du Walk of Fame...

Haiyan a balayé les Philippines, le moment de faire le point sur les Typhons, ouragans et tempêtes...

Après 25 ans de présence, l'excellente série Agatha Christie's Poirot s'achève... Curtain !

En France, François Hollande détient le triste privilège d'être le Président le plus impopulaire de toute l'hisoire de la Vè République...

Le 22 novembre 1963, JFK était assassiné à Dallas. Pour lui rendre hommage, 50 ans plus tard, Acta Diurna revient sur son livre Le courage dans la politique, publié en 1956.

Décembre

Mon premier livre, consacré à la communication externe des organisations, vient d'être publié... Acta Diurna ne pouvait pas ne pas relayer l'info... Vade-mecum de la communication externe des organisations.

Le 5 décembre, Londres illumine son sapin de Noël et lance officiellement ses fêtes de fin d'année.

Madiba est mort ! C'est la triste info de cette fin d'année. Avec Mandela, l'humanité perd l'un des ses plus grands représentants !

Le 10 décembre, Liège a lancé son projet pour faire de la Cité Ardente une métropole internationale... Liègegettogether !

La radio a cent ans en 2014... Plusieurs radios belges s'associent pour une exposition sur ce média centenaire. Vu à la radio !

Acta Diurna souhaite à tous ses lecteurs une année 2014 pleine de belles et de bonnes choses !

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article
20 décembre 2013 5 20 /12 /décembre /2013 13:10

Les plus grands artistes de la chanson se sont essayés au chant de Noël...

christmas-songs.jpgOn l'appelle Christmas Carol en Angleterre, Villancico en Espagne, Koliadki en Russie, Pastorali ou Canti Natalizi en Italie, Weihnachtslieder en Allemagne... le chant de Noël est une des traditions incontournables de cette période de l'année, au même titre que le sapin, les boules, la bûche ou les bougies... Selon la tradition catholique, les premiers chants de Noël auraient été chantés par des anges, au dessus de la grange pour saluer la naissance de l'enfant-Jésus. Plus prosaïquement, ces chants spécifiques sont apparus au 16è siècle, en Allemagne avec une première version de Ô Tannenbaum écrite vers 1550 qui sera modifiée et adaptée par le compositeur baroque Melchior Franck, quelques décennies plus tard; en Angleterre avec We wish you a Merry Christmas et en France avec Entre le boeuf et l'âne gris. On note déjà une forte dissonance entre ces chants pionniers, l'un - le français - étant franchement chrétien, les deux autre étant totalement profanes, voire paiens. Car cette dualité quasi manichéenne marque effectivement le chant de Noël ! Il est autant paien que religieux... S'il est apparu au 16è siècle, c'est surtout entre le 17è et le 19è siècle que le chant de Noël s'est développé avec, notamment le Stille Nacht de l'Autrichien Joseph Morh, qui fut imaginé comme pendant religieux de Ô Tannenbaum et qui fut chanté pour la première fois le soir de Noël 1818, dans l'Eglise Sankt-Niklaus d'Obendorf bei Salzburg. Stille Nacht deviendra rapidement le chant de Noël religieux de la tradition allemande. Les anges dans nos campagnes (Gloria, in excelsis Deo), Venez divin Messie (± 1720), La Marche des Rois (1763), Minuit, Chrétiens (1843), Il est né le divin enfant (1874) alimenteront la tradition chrétienne alors que Oh, how Joyfully (1816), Jingle Bells (1857) ou Away in a manger (1885) viennent grossir les partitions de Noël profanes.

Au 20è siècle, entre les deux guerres, alors que la fête de Noël tend à se commercialiser, il est de bon ton pour certains chanteurs américains de sacrifier à la chanson de Noël. Santa Claus is coming to town (1934) est composée par John Frederick Coots; Rudolph, the red-nosed Reindeer (1939) est écrite par Johnny Marks pour Gene Autry tandis que I heard the bells on Christmas Day (1940) permet à Bing Crosby de s'approprier le chant de Noël, une appropriation qui sera plus poignante encore l'année suivante avec le fameux White Christmas qui sera repris par toutes les grandes voix anglo-saxonnes, de Frank Sinatra à Elvis Presley en passant par Carl Perkins, Johnny Cash, Ella Fitzgerald, Ringo Starr, Michael Bublé ou même Billy Idol et Lady Gaga...  Let it snow, let it snow, let it snow (1945) interprétée par Vaugh Monroe connaitra une destinée semblable, elle sera popularisée par Frank Sinatra cinq ans après la création originale de Monroe avant d'être reprise pas Dean Martin, Smokey Robinson, Doris Day, Rod Stewart ou Michael Bublé encore. Dans le même temps, l'actrice Judy Garland popularise, dans le film Meet me in St-Louis, la chanson Have yourself a Merry Little Christmas (1944). Vers la fin des années '50, le rock s'empare à son tour de Noël; Jingle Bells Rock (1957, Bobby Helms) et Rockin' around the Christmas Tree (1958, Johnny Marks) sont les premiers vrais rocks de Noël. On retrouvera, par la suite, de nombreux rockers sur ce thème... 

En France, si l'on trouve quelques chansons de Noël commerciales avant la deuxième guerre mondiale, il faudra réellement attendre la seconde moitié des années '40 pour que le genre se développe. C'est Tino Rossi avec son désormais mythique Petit Papa Noël (1948) qui ouvrit la voie. Brassens (Le Père Noël et la Petite Fille), Aznavour (Noël à Paris), Barbara (Joyeux Noël), Dalida, Eddy Mitchell ou Céline Dion qui interprèteront des versions françaises de White Christmas, Jacques Dutronc (La fille du Père Noël), Johnny Haliday (Mon plus beau Noël), Charles Trénet (La plus belle nuit) et bien d'autres encore s'y engouffreront... même l'imposant François Hadji-Lazaro, chantre du rock alternatif français et cheville ouvrière des Garçons Bouchers, que l'on attendait pas forcément sur ce terrain, écrira sa Lettre à Papa Noël en chanson.

C'est aussi une constante des chansons de Noël que d'avoir attiré des artistes divers et variés. Des punks y ont même sacrifés : The Pogues (Fairytale of New York ,1987, qui fut même la chanson de Noël la plus diffusée aux Etats-Unis en 2011), The Ramones (Merry Christmas), Green Day (Punk Chrismas) ou Sex Pistols (une version édifiante de Jingle Bells) ont chanté Noël... D'accord, ces versions étaient clairement anti-Noël mais, par définition, un chant qui évoque la Noël est un chant de Noël ! D'autres, à l'image de John Lennon, se sont emparés de Noël pour diffuser un message de paix bien plus en harmonie avec l'essence de cette commémoration. Happy X-mas - The War is over sort en décembre 1971 et est un véritable plaidoyer contre la guerre au Vietnam. Jona Lewie avec son plus gros succès, Stop the Cavalry (1980), est plus ou moins dans la même veine, sa chanson évoque le Noël des militaires dans les tranchées de Crimée... Les compères de Lennon,  Ringo Starr et George Harrison, ont également chanté Christmas, dès lors il n'était que logique que Paul McCartney propose à son tour un Wonderful Christmas Time (1979).

Trois histoires de chansons de Noël

Chris Rea, Midge Ure, George Michael, Mariah Carrey, Bob Geldof, Cliff Richard, Shakin' Stevens, Elton John, Coldplay, Bono, Queen, Slade, Louis Armstrong, Mahalia Jackson, Bruce Springsteen, Michael Jackson, Slade, Chuck Berry... impossible d'évoquer tous les grands de la musique qui ont accroché Noël à leur répertoire que ce soit par des créations ou des reprises. Pour conclure cette litanie, attardons-nous sur trois chansons de Noël récentes qui ont marqué les esprits.

Do they know it's Christmas ? (Band Aid, à l'initiative de Bob Geldof)

La chanson de Noël la plus vendue dans le monde :  sept millions de 45 tours dont la moitié rien qu'en Angleterre ! En 1984, la famine en Ethiopie atteint un seuil critique. Bob Geldof, imagine alors d'utiliser la magie commerciale de Noël pour lever de fonds destinés à lutter contre cette famine éthiopienne. Il compose, avec Midge Ure, le leader du groupe Ultravox, rapidement cette chanson et, afin de toucher un public le plus large possible, réunit de nombreux chanteurs anglais de tous les styles. Ainsi, le 25 novembre 1984, à l'aube le gratin de la pop et du rock anglais se retrouve au Sarm West Studio, à Notting Hill (Londres), gracieusement mis à disposition pour l'occasion. Une cinquantaine de chanteurs parmi lesquels Bono et Adam Clayton (U2), Sting, Phil Collins, Paul Young, Simon LeBon et Roger Taylor* (Duran Duran), Martin et Gary Kemp (Spandau Ballet), Paul Weller (The Style Council), Siobhan Fahey (Bananarama), Francis Rossi (Status Quo), John Moss et Boy George (Culture Club), David Bowie, Paul McCartney, Holly Johnson (Frankie Goes To Hollywood) et, bien entendu, Bob Geldof et Midge Ure. Le succès est au rendez-vous; le disque sort le 28 novembre et en moins d'une semaine est vendu à plus d'un millions d'exemplaires. Les Anglais s'offrent en masse Do they know it's Christmas pour Noël. Le succès est tel que Band Aid se produit en concert à Wembley et à Philadelphie en 1985. Au total, Bob Geldof récoltera un peu plus de 70 millions de dollars que seront reversés à des associations luttant contre la famine en Ethiopie. Le succès de Band Aid inspirera Renaud et Valérie Lagrange qui imagineront, en 1985, Les Chanteurs sans Frontières et la chanson SOS Ethiopie qui rapporta également 23 millions de francs français (ndlr ± 3,5 millions d'euros) pour la même cause. Michael Jackson et Harry Belafonte lanceront à leur tour, en janvier 1985, un projet similaire, USA for Africa avec la fabuleuse chanson We are the World qui est le disque humanitaire le plus prolifique jamais enregistré (100 millions de dollars de bénéfices)... Mais c'est bel et bien la chanson humanitaire de Noël imaginée par Bob Geldof qui fut le détonateur de cette vague de soutien artistique occidentale à l'Afrique... Un vrai petit miracle de Noël !


Happy X-Mas - War is Over (John Lennon & Yoko Ono)

1971, John Lennon a quitté les Beatles depuis quelques mois pour se tourner davantage vers les chansons pacifistes. Il vient de sortir Give Peace a chance (1969) et le fabuleux Imagine (1971) lorsque l'idée de faire une chanson de Noël lui traverse l'esprit. En 1969, Lennon et son épouse Yoko Ono ont mis en place une campagne publicitaire contre la guerre au Vietnam; ils souhaitent un Joyeux Noël aux soldats américains basés au Vietnam en leur disant La guerre est fini (si vous le voulez) !  - War is over (if you want it) ! -  La chanson est rapidement écrite et composée, un peu trop rapidement même... Bâclée diront certains ! Toujours est-il que sa sortie, le 1er décembre 1971, sur tout le territoire américain passe totalement inaperçue. Le titre ne décolle pas, Happy X-Mas n'entre pas des les hit-parades américains... Pire, à cause d'un différend bassement commercial entre les producteurs américains et anglais, la chanson ne sort pas au Royaume-Uni au grand dam de Lennon. En janvier, il est trop tard; sortir une chanson de Noël après la Noël ,n'a aucun intérêt ! Happy X-Mas - The War is over sortira donc seulement en décembre 1972 en Angleterre et en Europe. Le succès est au rendez-vous de cette seconde sortie, la chanson se classe quatrième dans les charts anglais du mois de décembre. La Christmas Song de John Lennon rejoindra la postérité en décembre 1980, dès le lendemain de l'assassinat de John par Mark David Chapman, à New York... Happy X-Mas - War is over est aujourd'hui devenu un chant de Noël classique en raison du message pacifiste qu'elle véhicule et qui porte des valeurs propres à l'esprit de Noël, celle du cessez-le-feu, notamment...


Please, come home for Christmas (Charles Brown)

On l'a vu, certains chants de Noël sont devenus des standards que reprennent inlassablement les plus grandes voix. Silent Night, White Christmas ou Let it Snow en sont de beaux exemples. Lorsqu'il écrit Please, come home for Christmas, le bluesman Charles Brown - à qui l'on doit les tubes My baby's gone, Homesick Blues et Drifting Blues, véritables classiques du genre - n'imagine pas un instant que sa chanson connaitra un pareil destin. Ce qu'il pensait n'être qu'une petite contribution aux chansons de Noël va dépasser ses attentes. D'abord, Please, come home for Christmas se classe dans les hits-parades américains onze années successives, de 1961 à 1972. Elle est relayée par BB King, le monstre sacré du blues, qui l'ajoute à son répertoire. En 1978, le groupe californien Eagles se la réapproprie et lui redonne une seconde jeunesse, plus rock que blues... La chanson de Brown sera reprise par plus de cinquantes chanteurs ou groupes différents parmi lesquels James Brown, Willie Nelson, The Platters, Aaron Neville Luther Vandross, Harry Conick Jr ou Bon Jovi


----
* qui n'a rien à voir avec le Roger Taylor du groupe Queen !

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article
11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 10:16

Hier soir, au Forum, était présentée l'initiative Liègetogether qui vise à faire de Liège une métropole internationale.

LGET.jpgIl y a un peu plus d'un an, Liège échouait dans sa tentative d'organiser l'exposition internationale de 2017. Cependant, cet "échec" n'était que relatif car pour porter le candidature liégeoise, un ensemble de forces vives s'est créé et a continué à vivre. En effet, au lendemain de l'annonce de l'obtention de l'expo 2017 par Astana, la Ville de Liège avait clairement affirmé que le travail remarquable accompli ne resterait pas lettre morte. C'est le cas puisque de ces fonts baptismaux est né le projet Liège Métropole Puissance 3 avec pour objectif de capitaliser sur les acquis de LiègeExpo2017, en termes de visibilité et de crédibilité notamment. Ainsi donc, hier soir dans la prestigieuse salle du Forum, les autorités régionales et liégeoises ont appelé les forces vives de Liège à travailler ensemble pour faire de la Cité Ardente une métropole internationale, un grand pôle urbain qui rayonne à l'étranger au même titre que Berlin, Liverpool, Amsterdam ou Lyon pour ne citer que quelques exemples dont Liège entend s'inspirer.

A travers cette initiative, Liège entend assurer son avenir à partir de trois caractéristiques qui font notre cité :

- Liège ouverte sur le monde : avec plus de 160 nationalités représentées, Liège est volontairement ouverte aux autres cultures et nations. Cette ouverture est une richesse !

- Liège créative : de tous temps, la Cité Ardente s'est illustrée de par son ingéniosité et sa créativité. C'est, par exemple, au Liégeois Charles Morren que l'on doit la première pollinisation artificielle du vanillier; c'est à un autre Liégeois, Rennequin Sualem que l'on doit la machine de Marly qui servit à irriguer les jardins de Versailles; les wagons-lits furent inventés par Georges Nagelmackers, un Liégeois, tout comme le premier générateur électrique, la dynamo, qui fut imaginée par Zénobe Gramme... Que dire que la créativité artistique liégeoise si ce n'est qu'elle est ultraprésente à travers le monde grâce à des gens comme Georges Simenon, Stanislas-André Steeman, Paul Jaspar, Andre-Modeste Gretry, César Franck, Eugène Ysaye... De tout temps, Liège s'est montrée créative, il n'en va pas autrement au 21è siècle !

- Liège connectée : de par sa position géographique unique, à proximité de la France, de l'Allemagne, des Pays-Bas, de l'Angleterre (Londres est à trois heures !) et du Grand-Dûché du Luxembourg, Liège est une plaque tournante européenne. Il s'agit de capitaliser sur cet atout en développant un marketing territorial de première force. Mais la connectivité c'est aussi les technologies de la communication, un aspect important non-négligé et parfaitement implanté à Liège.

Ces trois atouts sont les pions majeurs de Liège Métropole ! Les forces vives vont désormais travailler ensemble sous le label Liègetogether pour concrétiser l'essai. Un calendrier de manifestations est d'ores et déjà en cours de réalisation avec en point d'orgue un événement international majeur, à Liège, en 2017.

La signature visuelle de Liège Métropole
Liegetogether-logo-noir.jpg

Liège ouverte sur le monde, créative et connectée



LiègeTogether


Plus d'infos : www.liegetogether.be

 

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article
6 décembre 2013 5 06 /12 /décembre /2013 08:01

Un Géant s'en est allé... Portrait d'un Homme au courage exceptionnel qui marqua le 20è siècle.

mandela.jpgLe symbole de la lutte contre l'Apartheid et ex-Président de l'Afrique du Sud est mort cette nuit. C'est le Président Jacob Zuma qui l'a annoncé à la télévision. Depuis plusieurs mois, Nelson Mandela était fragile, le lien ténu qui le reliait à la vie s'est rompu hier soir. Il avait 95 ans et a vécu plusieurs vies en une. Celui qui fut le prisonnier 46664 de l'île de Robben est de moins en moins vaillant mais il reste un des personnages les plus marquant du 20è siècle. S'il ne fait plus l'actualité pour son engagement politique courageux, il convient de ne pas oublier celui qui fut à l'origine de la chute du pire régime ségrégationniste du siècle passé ! Tous ceux qui se sont intéressé à l’Apartheid ou qui ont milité, avec leurs moyens, en faveur de l’abolition de ce régime ségrégationniste, la date du 11 février 1990 est gravée à l’esprit. C’est en effet ce jour là que Nelson Mandela fut libéré après 27 années de captivité politique inique. C’est le 12 juin 1964 que Nelson Mandela, leader du principal parti d’opposition au gouvernement afrikaners, est condamné à la prison à vie pour son activisme politique. Il était déjà, cependant, emprisonné depuis août 1962, date de son arrestation par la police sud-africaine bien aidée, il faut le souligner et/ou le rappeler, par la CIA. Au terme d’un procès qui dura huit mois, Mandela et d’autres militants de l’African National Congress (ANC) sont condamnés à la prison à vie aux motifs de sabotages, trahison et complots. Il rejoint la prison de Robben Island, au large du Cap où étaient entassés les opposants au régime d’Apartheid. A Robben Island, comme les autres prisonniers, Mandela est contraint aux travaux forcés, il travaille à l’extraction de la chaux dans la carrière de l’île. Là-bas, les conditions de vie sont des plus ardues. L’île ne compte aucun habitant, seul les prisonniers et leurs geôliers y vivent ce qui ouvre la porte à toutes les dérives autoritaires. Les prisonniers sont séparés par couleur de peau ; l’Apartheid sévit même jusqu’en prison ! Les Noirs recevant les plus petites rations de nourriture et d’eau… Nelson Mandela émarge à la catégorie dite D, c'est-à-dire la plus basses classe. Il n’a droit qu’à une visite et un courrier tous les six mois. Et encore, la visite se fait sous très haute surveillance et la lettre est soumise à la censure… Après sept années de travaux forcés dans la carrière de chaux, Mandela est transféré vers une autre activité forcée, le ramassage du guano, destiné aux engrais, sur les plages de Robben Island. Cela lui permet de voir ainsi la mer et Le Cap et l’aide, dira-t-il, à tenir le coup.

L’emprisonnement de Nelson Mandela renforce cependant sa notoriété auprès de la population noire d’Afrique du Sud qui l’entrevoit, à l’aube des années ’70, comme une véritable icône de la lutte contre l’Apartheid. Progressivement, cette notoriété gagne du champ. Les conditions de détention du leader de l’ANC (ndlr déclaré hors la loi depuis 1960) sont connues dans toute l’Afrique avant de gagner l’Europe et même les Etats-Unis. Mais ces années ’70 sont aussi celles du durcissement de l’Apartheid. Les lois sont de plus en plus dures et la répression de plus en plus violente avec, en points d’orgue, le massacre de Soweto (16 juin 1976) et l’assassinat, en prison, de l’autre grand nom de l’ANC, Steve Biko (12 septembre 1977). Depuis sa geôle, Mandela conserve une énorme influence sur les actions de l’ANC aussi est-il placé en isolement complet. En 1979, le Président sud-africain, Pieter Botha, un nationaliste afrikaner convaincu, autorise Mandela à voir son épouse Winnie qu’il n’a pas pu voir depuis son incarcération quinze années plus tôt. Pour meubler le temps, Mandela suit, par correspondance et sous haute surveillance, des cours de l’Université de Londres. Il en sera d’ailleurs Bachelor of Laws (diplômé en droit).

Mars 1982, Mandela quitte Robben Island pour la prison de Pollsmoor, à l’intérieur des terres du Cap. Il semble que ce transfert ait été programmé par le Ministère de la Justice afin d’établir un contact plus facile avec Mandela et d’autres dirigeants de l’ANC emprisonnés. Botha entame un processus d’assouplissement de l’Apartheid ; il faut dire que la pression internationale devient de plus en plus forte et des embargos économiques se mettent en place. Progressivement, Pieter Botha prend des mesures qui adoucissent l’Apartheid : autorisation des syndicats noirs, réduction graduelle des inégalités salariales entre blancs, métis et noirs, abrogation de la loi interdisant les mariages mixtes et, surtout, suppression du fameux Pass Law Act qui date de 1952… En février 1985, alors que Mandela est emprisonné depuis 23 ans, Pieter Botha lui propose une libération conditionnelle. Les conditions : qu’il renonce à ses activités politiques et à toute forme de lutte armée. Mandela refuse car l’ANC est toujours prohibé et le principe du One man, one vote ! est loin d’être admis.

Le glas de l’Apartheid

La pression internationale s’intensifie avec le monde culturel qui entre en jeu. En 1985, Mandela est le premier lauréat du prix Ludovic-Trarieux pour son engagement en faveur des droits de l'homme ; en juin 1988 un concert exceptionnel est organisé à Wembley (Londres) pour fêter le 70è anniversaire du leader historique de l’ANC… Et il faut croire que la pression internationale, quelle soit politique, économique ou culturelle, a eu raison des dernières résistances de Botha. Le 7 décembre 1988, Nelson Mandela quitte Pollsmoor pour regagner, après 26 ans de prison, son domicile où il est assigné à résidence. Les conditions de détentions sont allégées mais il reste quand même privé de liberté.

L’arrivée au pouvoir de Frederik De Klerk, en 1989, sonne le glas de l’Apartheid. Mandela et De Klerk s’entendent pour négocier la fin réelle de l’Apartheid. En octobre de cette même année, Walter Sisulu, ami de Mandela qui avait été enfermé en même temps que lui est libéré. On devine la libération de Mandela Proche… Frederik De Klerk l’annonce lors d’un discours au Parlement en novembre 1989. Elle est effective le 11 février 1990 ! Cet événement majeur de l’histoire du 20è siècle est retransmis en direct dans le monde entier… L’ANC est, à nouveau, légalisé et le suffrage universel est instauré, chaque Sud-africain qu’il soit noir, blanc, métis ou asiate aura droit à un vote. Main dans la Main, Mandela et De Klerk vont travailler à la suppression de l’Apartheid. Ils parviendront à l’abolition totale de ce régime politique raciste le 30 juin 1991. Frederik de Klerk et Nelson Mandela recevront, conjointement à ce titre, le Prix Nobel de la Paix en 1993… L’année suivante, les premières élections ouvertes à tous voient la victoire de Nelson Mandela qui devient le premier Président noir de l’Afrique du Sud. L’hymne national est recomposé en fonction de la disparition de l’Apartheid et une nouvelle découpe des provinces est effectuée… Après 43 années d’existence officielle, l’Apartheid disparaissait mais c’est surtout plusieurs siècles de colonisation et d’exploitation qui disparaissait avec le système officiel

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article
18 novembre 2013 1 18 /11 /novembre /2013 11:59

François Hollande est au plus bas dans les sondages de popularité... En fait, aucun Président de la Vè République n'a jamais été aussi bas !

hollandebas.jpgDepuis quelques temps déjà, la cote de popularité de François Hollande flirtait avec le "record" détenu par l'autre Président socialiste de la Vè République, François Mitterrand, qui présentait un taux de popularité de 22% lors de son second mandat, en décembre 1991. En octobre dernier, Hollande affichait le triste chiffre de 23%, soit à peine plus que son prédécesseur socialiste mais en novembre, l'actuel Président a encore chuté de trois points. 20% de de Français satisfaits par l'action de François Hollande, à peine un sur cinq, c'est effrayant pour celui qui dirige le pays depuis 18 mois désormais. François Hollande est le Président le plus impopulaire de toute l'Histoire de la Vè République, un record dont il se serait volontiers passé, je pense... Même ceux qui, dans le public, affichent leur sympathie socialiste sont déçu puisque seulement 54% se disent satisfaits, 9% de moins qu'en octobre. Le 11 novembre dernier, sur les Champs-Elysées, lors des cérémonies de l'Armistice, le Président fut copieusement hué par la foule qui réclamait même sa démission. Entre patrons de PME qui grognent, Bonnets Rouges Bretons qui revendiquent,  Maires qui clament le manque de confiance de l'Etat dans la Communes (ndlr n'est-il pas maladroit pour Hollande, qui a préféré être en Israël, de manquer le Congrès des Maires de France, ce 18 novembre, alors que ceux-ci s'inquiètent pour leur avenir face à l'intercommunalité ?) et sondages catastrophiques, la fin de la première année complète de présidence de Hollande sera tout sauf agréable.

361.000 likes pour une démission... et une récupération par le FN !

L'homme a-t-il la stature d'un chef d'Etat ? Beaucoup - de plus en plus - en doute dans l'Hexagone. Au lendemain de son élection, les premières pétitions appellant à sa démission ont circulé, elles se sont amplifiées. Le 13 novembre dernier, une page Facebook intitulée 1 million de j'aime pour la démission de Hollande et de son Gouvernement était créée. Son objectif avoué, obtenir au moins l'appui d'un millions de personnes pour faire pression sur le Président afin qu'il dissolve L'Assemblée nationale et qu'il remette sa démission. Au soir de la création de la page, 100.000 personnes l'avait liké; le lendemain ils étaient 200.000 pour être aujourd'hui(1) 361.000 !

Evidemment, l'extrême droite qui matrise plutôt bien les médias sociaux n'a pas laissé passer cette aubaine. Voyant probablement la forte mobilisation autour de cette page Facebook, Marine Le Pen y est allée de son intervention lors du lancement, hier à Paris, de la campagne du FN pour les Municipales de 2014. La Président du Front National a réclamé la dissolution de l'Assemblée Nationale estimant que "l'exécutif n'a plus aucune légitimité"(2), ajoutant également que "le quinquénat est déjà perdu"(2). La Présidente du FN espère - envisage même ! - une forte percée de son parti lors des élections municipales, en mars prochain.

Quelques flops du Président Hollande...

Si Hollande se trouve dans cette situation peu enviable de Président le plus impopulaire de la Vè République, il le doit à certains facteurs indépendants de son action comme la fameuse Ecotaxe dont personne ne veut qui fut votée en 2008, sous Sarkozy, mais dont il est l'applicateur ou encore l'affaire Cahuzac qui laissa des traces indélébiles. Mais il y a aussi des échecs personnels comme ce fameux Contrat de Génération qui devait, dixit le candidat Hollande, faire baisser fortement le chômage mais qui ne parvient pas, loin sans faut, à tenir ses ambitions. Au contraire, depuis la rentrée de septembre, les plans sociaux et les restructurations se multiplient. Le choix de Jean-Marc Ayrault comme Premier Ministre peut aussi être avancé comme une erreur de casting du Président; Ayrault semble totalement incapable de diriger le Gouvernement, sa cote de popularité est d'ailleurs à peine moins pire que celle de Hollande. La réforme des rythmes scolaires est aussi révélatrice d'une certaine mésentente entre Hollande et ses Ministres. En novembre 2012, Hollande annonçait le report de cette réforme alors que le Ministre de l'Education Nationale affirmait le contraire quelques jours plus tôt. Aujourd'hui, cette réforme qui visait à mieux répartir les heures de cours sur la semaine n'est appliquée que dans 20% des villes françaises. En termes de fiscalité avec notamment la réforme des impôts directs (annoncée mais enterrée) ou d'économie, avec la perte du AA+ par l'Agence Standard&Poor's et une dette qui atteint le seuil d'alerte (95% du PIB), le Président Hollande est aussi à côté de la plaque... Dans sa communication également !

Mais, à mon sens, s'il y a un grand problème qui mine la présidence de François Hollande, c'est son manque de fermeté, son manque de décision et peut-être même son manque d'autorité. Hollande déteste les conflits alors il les laisse aller plutôt que d'y faire face. Homme de compromis, il cherche souvent (trop !) à ménager la chèvre et le chou et cela se retourne contre lui... le cas de Léonarda en est un bel exemple, celui des Bonnets Rouges qu'il a minimisé au départ aussi !

De plus en plus le Président Hollande avance dans une impasse. Je ne me joindrai jamais à ceux qui réclament sa démission car il a été placé la par le volonté du peuple mais s'il envisage d'être réélu en 2017, il doit changer son fusil d'épaule, peut-être remanier son gouvernement mais, en tous cas, le diriger de manière plus ferme. Plus que jamais, Hollande est seul dans une France saignée à blanc, une France qui grogne face à la rigueur. Il s'éloigne chaque jour un peu plus, réalité du terrain oblige, de ses promesses électorales. Le Président doit changer quelque chose mais comme le souligne très justement Françoise Fressoz, journaliste au Monde, François Hollande se trouve face à un choix cornélien  : "reconnaitre qu'il a péché par optimisme au début du quinquénnat et réformer vigoureusement, ou poursuivre sur sa lancée : la promesse d'un lendemain meilleur qu'aucun économiste n'ose plus prédire tant la reprise s'annonce poussive à travers l'Europe. Le dilemme est terrible car reconnaitre une erreur aussi stratégique en cours de mandat revient à affaiblir la crédibilité présidentielle, mais continuer à la nier aboutir à dévitaliser la fonction"(3). C'est pourtant face à ce choix cornélien se trouve le Président le plus impopulaire de la Vè République...

----
(1) 18/11 à 9h30
(2) Pour Marine Lepen, Hollande doit "dissoudre l'Assemblée Nationale", par Abel Mestre, on lemonde.fr, 17 novembre 2013
(3) Face à la crise, le dilemme du Président, par Françoise Fressoz, blog Le 19 heures de Françoise Fressoz, on fressoz.blog.lemonde.fr, 8 novembre 2013

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article
16 novembre 2013 6 16 /11 /novembre /2013 15:28

Après 25 ans, l'excellente série d'ITV Agatha Christie's Poirot s'achève. David Suchet n'endossera plus le costume du plus célèbre des détectives...

curtain.jpgCurtain - Rideau (assez maladroitement traduit en français par Poirot quitte la scène) - est le titre de l'ultime aventure d'Hercule Poirot. Publiée en 1975, elle avait pourtant été écrite à l'aube de la seconde guerre mondiale par Agatha Christie. Dès que Poirot rencontra le succès, la romancière voulut écrire la dernière histoire, celle dans laquelle son personnage fétiche mourrait non seulement pour que personne d'autre ne reprît le filon(1) mais aussi pour assurer de confortables rentrées financières à son époux et à sa fille. En effet, Curtain ne devait être publié qu'après la mort d'Agatha Christie, il représentait une sorte d'assurance-vie au profit de son époux et de sa fille au cas où elle serait prématurément décédée. Mais le cinéma en décida autrement. Le fabuleux succès rencontré, en 1974, par le film Le crime de l'Orient-Express, de Sidney Lumet avec Albert Finney, Lauren Bacall, Vanessa Redgrave, Anthony Perkins et Ingrid Berman redonna un nouveau souffle aux romans et nouvelles d'Agatha Christie. Dès lors, elle fut pressée par ses éditeurs de leur donner un nouveau roman... A bientôt 85 ans, elle n'avait plus la force ni l'envie d'écrire alors céda-t-elle le manuscrit de Curtain, écrit 35 ans plus tôt. Quelques mois plus tard, le 12 janvier 1976, Agatha Christie s'éteignait à Wallingford, dans l'Oxfordshire, où elle avait une maison.

En 1988, le producteur Brian Eastman et le scénariste Clive Exton travaillent sur une adaptation en série des aventures d'Hercule Poirot. Ils proposent le projet à une chaine de télévision régionale qui voit là une idée originale pour se démarquer des programmes habituels surtout centrés sur l'information et les documentaires régionaux. Le cadre des aventures de Poirot est fixé aux années '30 afin de ne pas avoir trop de décors à créer mais aussi par la fascination du producteur pour l'Art Déco qui est omniprésent tout au long de la série. C'est David Suchet, un acteurque l'on a pu voir notamment dans Greystoke, la légende de Tarzan (Hugh Hudson, 1984), Aigle de Fer (Sidney J. Furie, 1986) ou Un monde à part (Chris Menges, 1988) qui est retenu pour jouer le rôle titre. Suchet est surtout un acteur de télévision et c'est sur insistance de la famille d'Agatha Christie qu'il accepta d'endosser le rôle de Poirot... avec un réel bonheur. David Suchet est assurément le meilleur Poirot de chair et d'os qui ait été interprété; meilleur qu'Albert Finney, Peter Ustinov ou Tony Randall, ce qui n'est pas rien ! Suchet à donner vie au Poirot tel que l'imagina Agatha Christie, avec ses manies, ses tics, sa suffisance, son estime de soi et même ce physique rondouillard au visage ovale et aux moustaches cirées. David Suchet est entré dans le personnage comme personne avant lui...

Une série remarquable !

Si Suchet campe un Hercule Poirot de haut niveau, l'ensemble de la série est à mettre en exergue. Si les scénaristes successifs se sont autorisés quelques libertés avec les histoires originales, l'esprit de l'oeuvre est totalement respecté. Les infidélités sont souvent liées à des contingences pratiques de la réalisation, au dynamisme de la série ou à l'envie inaliénable de maintenir Poirot dans les années '30. L'un des reproches que l'on fit parfois aux producteurs est que le Capitaine Hastings est bien plus présent qu'il ne l'ait dans l'oeuvre de Christie. Mais le personnage joué par Hugh Fraser est réellement attachant et sa présence excessive ne nuit en rien à la qualité des scénarios. Les premiers épisodes sont des adaptations des nouvelles dans lesquelles apparait Hercule Poirot. La cuisine mystérieuse de Clapham (diffusé le 8 janvier 1989 sur ITV), Meurtre par procuration et L'aventure de Johnnie Waverly sont ainsi les trois premiers épisodes, d'une durée de 50 minutes, mis en boite. Rapidement, la série rencontre un réel succès d'audience et, dès 1990, elle reçoit quatre British Academy Television Award - la plus haute distinction pour un programme de télévision anglais - pour les costumes, le graphisme, le maquillage et la musique. ITV se frotte les mains, une seconde et une troisième saison sont prévues toujours sur base d'adaptation de nouvelles d'une durée de 50 minutes. Cependant, à l'aube de la troisième saison, en 1991, l'envie d'adapter un roman sur une durée de 100 minutes est présente. Le succès remporté par la série dont l'audience est en croissance perpétuelle permet de passer à l'étape supérieure. Ross Devenish met donc en boite le tout premier roman écrit par Agatha Christie, La mystérieuse affaire de Styles (1920). La troisième saison est complétée par dix autres épisodes reposant sur des nouvelles. Mais la réussite visuelle et le succès d'audience du premier long épisode incitent la production à alterner désormais adaptations de nouvelles et de romans. Il faut dire que le vivier est important puisque Christie laissa 51 nouvelles et 33 romans d'Hercule Poirot... 

A la surprise générale, après six saisons, en 1996, ITV décide d'arrêter la production de la série Agatha Christie's Poirot. Les audiences sont pourtant bonnes mais la production semble coûter trop cher à ITV. En fait, les patrons d'ITV entendent surtout capitaliser sur l'existant ! La série est vendue aux Etats-Unis, à la chaine A&E qui la diffuse avec tout autant de succès. Les six saisons existantes sont diffusées sur trois ans et, en 2000, A&E demande à ITV d'en produire de nouveaux. Les deux chaines s'associent pour la production de deux épisodes longs : Le meurtre de Roger Ackroyd et Le couteau sur la nuque. Le succès des deux côtés de l'Atlantique renforce la collaboration et six autres saisons vont s'enchainer avec uniquement des épisodes de 100 minutes. Le tournage est long et, dès 2001, les saisons s'étalent sur... deux ans ! Dès 2010, les producteurs voient le bout du tunnel. Il ne reste que neuf aventures à adapter. Ils annoncent la fin de la série pour l'automne 2013 !

Rideau !

Bien que la série n'ait pas été adaptée dans l'ordre des nouvelles et romans écrits par Agatha Christie, il semblait incontournable de garder le roman Curtain pour la fin, pour conclure l'aventure télévisée d'Hercule Poirot. ITV a diffusé cet ultime épisode le 13 novembre dernier, une aventure qui montre - comme dans le roman - un Poirot vieillit, impotent mais dont les cellules grises sont capables de résoudre un ultime mystère apparemment insoluble. Certains spectateurs furent, parait-il, choqué de découvrir un Poirot assassin dans cet ultime opus ! N'avaient-ils pas lu le roman ? Oui, Poirot quitte bien la scène par un meurtre pour protéger des innoncents d'un psychopathe. 

Pour rendre hommage à la série qui s'achève, une soirée spéciale a été organisée le jour de la diffusion de Curtain dans les locaux de la British Academy of Film & Television Arts (BAFTA), à Londres. La soirée fut un long hommage à l'équipe qui pendant près de 25 ans, de La cuisine mystérieuse de Clapham (1989) à Poirot quitte la scène (2013) a su faire vivre avec brio Hercule Poirot.

Si la série fonctionna si bien, cela repose sur l'alchimie parfaitement réussie de plusieurs éléments :
- l'interprétation parfaite de David Suchet, il sera difficile voire impossible de reprendre la rôle de Poirot derrière David Suchet;
- la qualité des seconds rôles, tant l'inspecteur Japp  que Hastings, Miss Lemon, George ou les meurtriers sont joués avec un réel talent;
- la qualité des scénarios de Clive Exton qui a du s'employer à adapter les romans et nouvelles au format télévisé ce qui n'est pas toujours aisé;
- la musique de Christopher Gunning qui apporte un réel plus à la série;
- l'omniprésence du style Art Déco qui confère une vrai ambiance et une vraie âme à la série;
- la réalisation sobre, méticuleuse et méthodique qui aurait incontestablement plu à... Hercule Poirot !

Pour la version française, il convient aussi d'ajouter la qualité du doublage et notamment celui de Roger Carel pour David Suchet.

La télévision ne nous réserve plus que de trop rares grands moments, Agatha Christie's Poirot est l'un de ceux là ! Loin de la médiocrités d'émissions comme les Got Talent, Danse avec les Stars, Nouvelle Star ou autres Anges de la Télé-Réalité, la série Hercule Poirot a constitué un vrai phare de qualité dans la brume blafarde des programmes sans âme et sans esprit dont l'unique raison d'être est le rôle de pourvoyeurs de publicités.
 
___
(1) Et pourtant, une nouvelle aventure d'Hercule Poirot est annoncée pour 2014 sous la plume de Sophie Hannah, avec l'accord des ayants droits d'Agatha Christie. Lire à ce propos Les petites cellules grises vont fonctionner à nouveau

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article
14 novembre 2013 4 14 /11 /novembre /2013 09:53

Le typhon Haiyan vient de ravager les Philippines, cette triste opportunité climatique nous permet de revenir sur ces phénomènes que sont les ouragans et autres tempêtes.

 

tacloban.jpgHaiyan est passé de façon dramatique sur les Philippines avant de foncer sur le Vietnam, Christian a fait onze morts en Europe, fin octobre, Raymond a balayé la cote nord-ouest du Pacifique à peu près au même moment... Les tempêtes dévastatrices font l'actualité de cet automne ! Les ouragans, plus encore que les tempêtes et autres cyclones, sont des phénomènes naturels souvent dévastateurs. Le mot «ouragan» vient de l’espagnol huracan et est dérivé la langue indienne caraïbe dans laquelle Hunraken était le nom donné au dieu des vents et des tempêtes. L’ouragan prend différentes appellations en fonction de l’endroit de la planète où l’on se trouve. Ainsi, s’il est ouragan (où Hurricane en anglais) en Amérique du nord, il devient typhon dans le Pacifique sud-ouest ; cyclone dans l’Océan indien ; willy-willy dans les régions australes ou encore baguias aux Philippines...

L’ouragan est une tempête violente d’origine tropicale qui nécessite trois facteurs simultanés pour se déclencher : une accumulation de chaleur, une accumulation d’humidité et une absence de vent en altitude. Pour devenir ouragan, la tempête doit aussi répondre à des critères de vitesse et de taille. Ainsi, l’ouragan se déplace à une vitesse moyenne de 25 km/h tout en dégageant des vents d’une vitesse minimale de 117 km/h avec des rafales pouvant aller jusqu'à 300 km/h... Le diamètre d’un ouragan varie entre 500 et 1000 kilomètres ! Concrètement l’ouragan se forme consécutivement à une période de forte chaleur au dessus de l’océan. Le soleil réchauffe l’océan pendant plusieurs jours créant ainsi une masse d’air chaud et humide d’au moins 26° celsius. Cette masse s’élève rencontre une masse d’air plus frais ce qui crée une dépression, phénomène météorologique classique, avec formation d’une spirale en son centre. Les vents déplacent la colonne ainsi formée vers les côtes. Sous la colonne, l’eau de l’océan entretient l’instabilité tandis que la rencontre permanente d’airs chaud et froid perturbe davantage la masse engendrant des vents de plus en plus violents. Ce n’est qu’en touchant la terre ferme et en étant privé, par là même, de la masse d’eau chaude qui l’entretient que l’ouragan commence à perdre de sa puissance et de sa vitesse. Cependant, avant de disparaître dans les terres, il peut parcourir plusieurs milliers de kilomètres et provoquer de dégâts incommensurables. Il est à noter que le cœur de l’ouragan, d’un diamètre variant de 20 à 100 kilomètres, peut-être ensoleillé et sans nuage, en tous cas, toujours sans précipitation et avec des vents d’environs 30 km/h...

L’échelle de Saffir-Simpson détermine l’intensité des ouragans. Elle va de la simple dépression tropicale, avec des vents avoisinant 60 km/h mais augurant d’un ouragan à venir car les trois conditions de formation sont réunies, à l’ouragan de catégorie 5 dont les vents dépassent 249 km/h et qui engendre des marées de plus de 5,5 mètres. En terme d’intensité, la tornade avec des vents pouvant aller jusqu'à 760 km/h, est encore supérieure à l’ouragan mais ce dernier est probablement la tempête la plus destructrice qui soit à cause de sa durée (jusqu'à 9 jours) et de son étendue (il peut parcourir plusieurs milliers de kilomètres). En outre, les ouragans n’obéissent à aucune loi précise ce qui rend la prévision de leur point d’impact très difficile à l’avance. Si les spécialistes peuvent prédire qu’il passera sur la Floride, par exemple, il leur est impossible d’être plus précis... La saison des ouragans - qui ne touchent donc que l’Amérique du nord et les Caraïbes - débute en juin pour se terminer fin novembre. On compte, en moyenne, quelque 7 ouragans de diverse intensité par an, avec un record de 21 pour l’année 1993, et la Floride est la région la plus exposée à ce phénomène.

Pourquoi des prénoms ?

Les ouragans et autres tempêtes violentes ont quasiment tous un prénom, longtemps ce furent même des prénoms féminins que les météorologistes utilisèrent pour distinguer ces phénomènes climatiques. Cette habitude est née au 19è siècle quand les scientifiques décidèrent de donner aux ouragans le nom du saint du jour de leur naissance. En 1896, un météorologiste choisit de donner à ces tempêtes violentes le nom d’hommes politiques de l’époque mais des plaintes émanant des politiciens mis à l’honneur aboutirent à l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM) qui décida donc d’utiliser pour nommer les ouragans le prénom des femmes de ces politiciens... Par la suite, la nomination fut étendue à l’ensemble des prénoms féminins. Cela dura jusqu’en 1979(1) lorsque l’OMM décida d’établir une liste de prénoms masculins, féminins, francophones, anglophones et hispanophones qu’elle utilise en alternance.

Quelques chiffres relatifs aux tempêtes les plus violentes

C’est en 1993 que l’on comptabilisa le plus d’ouragans et/ou tempêtes tropicales, à savoir 21. Viennent ensuite les années 1995 (19) et 1969 (18) ;

Le typhon Tip, qui se déclara le 12 octobre 1979, dans le sud-ouest du Pacifique détient toujours le record de la plus grande amplitude avec 1100 kilomètres de diamètres ;

La plus longue durée de vie revient à John qui dura 31 jours en août et septembre 1994. Né ouragan dans le Pacifique nord-est, il devient typhon en traversant la démarcation du Pacifique nord-ouest avant de redevenir ouragan en revenant sur ces base initiales... ;

Au Bengladesh, en 1970, un cyclone anonyme tua quelque 300.000 personnes qui furent, pour la plupart, submergées par plusieurs vagues déferlantes gigantesques ;

En 1992, Andrew causa les dégâts matériels les plus importants. L’estimation de ces dégâts se montait à plus de 25 milliards de dollars ;

Le willy-willy de Bathurst Bay généra, en 1889, le plus grand raz de marée jamais recensé avec des vagues de 13 mètres de hauteur...

-----
(1) sauf entre 1950 et 1952 où il fut décidé d’utilisé l’alphabet phonétique international pour nommer les ouragans

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article
5 novembre 2013 2 05 /11 /novembre /2013 13:48

43 ans après son décès, Janis Joplin a son étoile sur prestigieux trottoir du Hollywood Boulevard.

janis.jpgSon histoire fut brève mais elle a laissé une trace indélébile dans la musique du 20è siècle. Janis Joplin fait partie du "club" Forever27, ces chanteurs de légende qui sont morts à l'âge de 27 ans, de façon aussi violente que subite. Janis Joplin était née le 19 janvier 1943, au Texas, à Port-Arthur. Bercé de blues, elle se dirige naturellement très tôt vers la musique et le chant en intégrant la chorale de son lycée. Ses performances vocales sont remarquables et elle impose sa présence sur les petites scènes où se produit la chorale, souvent au détriment des autres membres. Le rock se répend sur les Etats-Unis comme une trainée de poudre, Janis accroche à cette musique et, surtout, à ses dérivés comme le rock psychédélique, l'acid rock ou le rock garage qu'elle découvre à l'Université d'Austin. En 1963, Janis Joplin quitte le Texas (et les études) pour San Francisco où se développe son côté rebelle, largement influencé par les auteurs de la Beat Generation comme Burroughs, Kerouac ou Ginsberg. Elle rejoint rapidement l'importante communauté hippie de Frisco et s'adonne avec elle aux plaisirs artificiels du LSD, des amphétamines et de l'héroïne dilués dans le Southern Comfort. Dès 1965, sa consommation de drogue inquiète ses amis proches, cependant sa voix rauque et bluesy séduit Sam Andrews et James Hurley qui l'invitent à rejoindre leur groupe : Big Brother & the Holding Company qui existe depuis quelques mois mais qui cherche toujours une vraie voix. Janis Joplin sera cette voix ! Le groupe participe au Festival de Monterey (1967) et éclate aux yeux et aux oreilles du grand public. Il devient un groupe-phare de la scène psychédélique américaine et enregistre deux albums, Big Brothers and the Holding Company (1967) et Cheap Thrills (1968). L'année suivante, celle que l'on surnomme désormais Cosmic Mama quitte cependant Big Brother et fonde, avec Sam Andrews, The Kozmic Blues Band avec lequel elle acquiert une notoriété grandissante au fil des semaines. Le groupe participe a de nombreux shows télévisés et donne beaucoup de concerts à travers le pays. Pas toujours simple de tenir les engagements car Janis Joplin est de plus en plus dépendante des différentes drogues qu'elle consomme et de l'alcool. D'aucuns disent que Jim Morrison fait figure d'enfant de coeur à côté d'elle... The Kozmic Blues Band ne dure que quelques mois, à la fin de l'année 1969 la page est tournée.

En février 1970, Janis Joplin prend du recul et passe quelques temps au Brésil pour tenter de diminuer ses dépendances, cela se passe plutôt bien. Elle y rencontre un jeune touriste américain, David Niehaus, qui gravite loin du monde du rock et de ses excès. Il l'aide à diminuer sa consommation de drogue et les deux tourtereaux passent pour un couple "normal" loin des feux de la rampe... Au printemps, Janis Joplin rentre à New-York et décide de monter un nouveau groupe, The Full Tilt Boogie Band qui donne ses premiers concerts en mai 1970. Les critiques sont bonnes, le public suit. Mais ce retour dans l'univers du rock libère les démons enfouis depuis quelques semaines et Joplin replonge dans l'héro. Le groupe consacre l'été aux traditionnels festivals qui jalonnent les Etats-Unis et le Canada. Le 3 août 1970, Joplin participe à l'émission The Dick Cavett Show, sur ABC. C'est sa dernière apparition publique ! A la rentrée, elle entre en studio pour l'enregistrement d'un album avec The Full Tilt Boogie Band. Elle n'en verra jamais l'aboutissement puisqu'elle est retrouvée morte, des suites d'une overdose d'héroïne, dans une chambre d'hôtel de Los Angelès, le 4 octobre 1970.

Une femme dans un monde d'hommes

La carrière de Janis Joplin fut courte puisqu'il s'est écoulé à peine sept années entre ses débuts sur les scènes intimes de San Francisco et sa mort à Los Angelès. De son vivant, elle n'enregistra que trois albums (ndlr alors que 26 plaques ont été gravées et diffusées à titre posthume) et cinq singles. Mais Cosmic Mama personnifie mieux que personne le Flower Power Rock et le son typique de Frisco. Elle a influencé de façon importante le rock des sixties en imposant une touche féminine dans un milieu surtout dominé par des hommes jusqu'alors. En effet, jusqu'au milieu des années '60, le rock était surtout affaire d'hommes, les groupes les plus en vogue (The Doors, The Beatles, Creedence Clearwater Revival, The Rolling Stones, Jefferson Airplanes, The Jimi Hendrix Experience...) reposaient sur des hommes. En s'imposant comme leader de trois groupes qui ont marqué la décennie, Janis Joplin ouvrit la voie à d'autres femmes comme Maggie Bell, Patti Smith, Marianne Faithfull, Tina Turner ou même Pat Benatar et Cher... Finalement, seule Joan Baez fut, peut-être, la seule à ne pas avoir eu besoin de l'éclosion de Janis Joplin pour se révéler au grand public. Quoi qu'il en soit, Joplin est une influence majeure - ne fut-ce que par sa voix exceptionnel - du rock; elle est d'ailleurs classée par le magazine Rolling Stones à la 28è place des plus Grands Chanteurs de Tous les Temps. Si Janis Joplin fut intronisée au Rock 'n Roll Hall of Fame en 1995, elle n'avait pas encore reçu les honneurs du Walk of Fame, ce trottoir de Hollywood qui rend hommage à toutes les personnes qui ont eu une influence sur l'industrie américaine du spectacle. C'est chose faite depuis hier puisque Janis Joplin est devenue la 2510è étoile de Walk of Fame.

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article
30 octobre 2013 3 30 /10 /octobre /2013 13:41

Istanbul a inauguré hier son passage de métro qui relie l'Europe à l'Asie, sous le Bosphore.

marmaray.jpgIstanbul est une ville magnifique, riche d'histoire, de culture, d'arts et d'architecture. Mais c'est aussi une ville moderne, à l'interface de deux continents. Située sur le détroit du Bosphore qui marque la limite méridionale entre l'Asie et l'Europe, la ville s'étend sur 2650 km² et constitue ainsi l'une des plus grande mégalopole du monde. Pour  parcourir l'immensité de cette ville et déplacer une partie importante de 13 millions d'habitants ainsi que les nombreux touristes qui visitent l'ancienne Constantinople, les autorités stambouliotes ont développé, depuis des années, un système de transports en commun remarquable fait de bus, de métros, de tramways, de dolmus (des minibus) et même d'un funiculaire. L'offre multimodale couvre l'ensemble de la ville, des deux côtés du Bosphore. Le métro est l'une des possibilités de transport en commun les plus récente puisqu'il n'a vu le jour qu'à l'aube du 21è siècle. Face à l'engorgement de la ville dans les années '80, il était essentiel de trouver une solution pour véhiculer un maximum de personne avec une alternative à la voiture, une solution complémentaire aux bus et aux tramways. Rapidement, l'idée du métro s'est imposée et les travaux ont commencé en 1992. Il aura fallu huit années pour terminer les premiers tronçons et inaugurer le métro stambouliote, c'était le 16 septembre 2000. Depuis, le réseau a fortement évolué puisqu'il comprend désormais quatre lignes - dont deux dites Halif Metro, Métro Léger - qui couvrent ensemble quelque 75 kilomètres.

En 1987, face à l'engorgement des deux ponts qui franchissent le Bosphore et qui permettent de relier les deux continents, il avait été décidé de percer un tunnel sous-marin qui permettrait le passage d'un transport en commun. Ce n'était pas la première fois que l'idée d'un tunnel sous le Bosphore était envisagée puisque, dès 1860, le sultan Abdulmecit 1er avait ce projet afin de gagner du temps sur la fameuse Route de la Soie. L'idée fut à deux doigt de se concrétiser, trente ans plus tard, quand Abdulhamid II(1) confia à des architectes français, anglais et américains la responsabilité de trouver la meilleure façon de procéder. Plusieurs projets avaient été présentés au sultan mais leur concrétisation ne vit jamais le jour par manque de moyens financiers et technique. Lorsque l'idée refit surface, en 1987, les études de faisabilité et l'appel d'offres ont pris plusieurs années, ce n'est qu'en 2004 que les travaux ont débuté. Aujourd'hui, 120 ans après l'idée d'Abdulmecit 1er, le tunnel sous le Bopshore a vu le jour. Sa traversée sera nettement plus rapide puisque le trajet subaquatique - soit 1,4 kilomètres jusqu'à 62 mètres de profondeur - se fera en quatre minutes. L'ensemble du nouveau tronçon, baptisé Maramay(2), mesure près de 14 kilomètres et relie Halkali, au sud-ouest de la ville sur la rive européenne, à Atalar, au sud-est sur la rive asiatique.

Paré pour faire face  un séisme !

La réalisation du tunnel sous le Bosphore est une véritable prouesse technique. Il est donc immergé par plus de 60 mètres et est constitué de 11 sections de 123 mètres d'un poids unitaire de 18 tonnes. Ce tube est relié à deux tunnels - un côté européen, l'autre côté asiatique - qui font de cette nouvelle ligne de métro un ensemble totalement couvert. Mais la difficulté résidait surtout dans la proximité de la faille sismique nord-anatolienne qui passe à moins de 20 kilomètres. Il fallait donc prévoir une construction antisismique afin de prévenir une véritable catastrophe en cas de séisme. En effet, la faille nord-anatolienne, longue de ± 1000 kms à travers la Turquie a fréquemment été secouée par des tremblements plus ou moins importants mais le secteur qui passe au sud de la ville d'Istanbul n'a pas bougé depuis 1766. Les sismologues n'y excluent pas la possibilité d'un séisme important dans les années à venir.

Quelques 15.000 personnes - parmi lesquelles très peu de réprésentants diplomatiques des autres pays ce qui en dit long sur les motivations européennes à laisser entrer la Turquie dans l'UE - ont donc assisté hier à l'inauguration du Marmaray et du tunnel sous le Bosphore. D'autres travaux d'agrandissement du métro d'Istanbul sont prévus dans les années à venir, le prolongement de lignes existantes, notamment, mais aussi la création d'au moins deux nouvelles lignes ainsi que celle d'un mini-métro, au nord de la Corne d'Or, dans le nord de la ville. Les travaux de ce mini-métro sont déjà en cours. Les prévisions font, dans un avenir proche, d'Istanbul la troisième mégalopole mondiale en terme d'utilisation de métro derrière Tokyo et new York.

A noter que les travaux de cette ligne ont été retardés par la découverte de trésors archéologiques lors du chantier sur la partie européenne. En effet, des vestige du port de Theodose et de la muraille de Constantinople (édifiée par Constantin le Grand au 7è siècle avant JC) ont été mis à jour.

-----
(1) Abdulhamid II (qui régna de 1876 à 1909) avait succédé à son père Abdulmecit 1er (1839-1861) après Abdulaziz (1861-1876) et Mourad V (1876).
(2) contraction évidente de Marmara et Ray (qui signifie rail en turc)

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article
15 octobre 2013 2 15 /10 /octobre /2013 13:12

15% des Belges vivent sous le seuil de pauvreté, 20% postposent ou annulent des soins faute de moyens... et la consultation chez le médecin va augmenter de 1,39% en 2014 !

soins-de-sante.jpgCe matin, hasard de l'actualité, je suis tombé sur deux sujets qui m'ont interpellé au moment de faire ma revue de presse quotidienne : un français sur trois renonce à se soigner pour des raisons financières(1) tandis que chez nous la consultation chez le médecin augmentera de 1,39% en 2014(2), elle suivra en fait l'indexation. Mais, comme en France, chez nous aussi, de plus en plus de monde a du mal à se soigner. La Belgique est pourtant reconnue pour sa grande accessibilité aux soins de santé, les mutuelles absorbant une très grande partie des frais. Par ailleurs, nous savons par différentes études que quelque trois quarts des Belges sont satisfaits du système de soins de santé en place. Bref, on serait en droit de croire que la Belgique est un pays de cocagne pour ses malades. Ce serait totalement vrai si 20% des Belges ne devaient, malgré tout, pas renoncer à se rendre chez un médecin lorsqu'ils sont malades. On n'est pas encore au niveau de nos voisins français, semble-t-il, mais quand même, un Belge sur cinq ne peut pas se soigner par manque d'argent... Une étude internationale mené par Deloitte, fin 2011 mais qui reste crédible presque deux ans plus tard, montrait effectivement que, dans notre pays, une personne sur cinq renonce à une visite chez le médecin en cas de maladie(3). C'est effarant car cela place la Belgique en seconde position de ce "classement négatif" juste derrière les Etats-Unis où l'on sait pourtant que l'accessibilité aux soins est encore fortement limitée malgré la réforme mise en place par Obama.

L'étude Deloitte confirmait la confiance du Belge dans les médecins (75% de satisfaction) et dans les hôpitaux (68% de satisfaction) mais avoir confiance ne signifie pas que l'on puisse se permettre. Car, si les mutuelles remboursent tout ou partie des soins de santé, il faut garder à l'esprit que tous les soins de santé n'intègrent pas la nomenclature, c'est à dire la liste officielle des soins remboursés. Par ailleurs, il faut souvent avancer le coût d'une consultation ou d'un soin avant de retoucher, si l'on ajoute encore que l'on constate que de plus en plus de personnes ne sont pas en ordre de mutuelle (cotisations payées et/ou documents à jour), la proportion de Belges qui a des difficultés à se soigner part à la hausse. Les médecins posent également le constat que de plus en plus de patients postposent, faute de moyens, une opération ou se renseignent pour savoir si cette opération est vraiment nécessaire(3). Enfin, au niveau pharmaceutique aussi la difficulté de faire face se fait sentir, ce sont désormais 42% des Belges qui utilisent des médicaments génériques, moins chers. Pour les ménages belges qui vivent au-dessus du seuil de la pauvreté, la dépense moyenne pour les soins de santé équivaut à 4,6% du budget global(4). Pour ceux qui vivent sous le seuil de la pauvreté, on grimpe à 5% du buget. Cela signifie que les plus pauvres ont, non seulement, moins d'argent à consacrer à la santé mais que ces dépenses santé grevent davantage un budget global plus étriqué. Selon une enquête menée par le Service Public Fédéral de la Santé, en 2007(4), un ménage belge vivant sous le seuil de la pauvreté(5) dépense chaque année 20.017€ par an (soit 1668€ par mois) pour couvrir ses frais alimentaires, d'énergie, de location ou de remboursement de prêt immobilier, de transport, d'habillement, de loisirs etc. Un ménage au dessus du seuil dépense annuellement 33.711€ (soit 2809 € par mois) pour ces mêmes frais. La différence entre ces ceux ménages est donc de 1141€ par mois; pour sa santé, le ménage au-dessus du seuil de pauvreté dépense ± 129€ chaque mois tandis que le ménage sous le seuil ne peut dépenser que 83,40€. Mais proportionnellent, cette dépense greve davantage le budget de la famille la plus pauvre... Et cela risque de ne pas s'arranger avec la politique d'austérité actuelle au niveau des soins de santé menée par le gouvernement ! Est-il utile de rappeler que quelque 15% de la population belge vivent déjà sous le seuil de la pauvreté ?

De plus en plus de Belges vers les maisons médicales et/ou les soins gratuits

Il y a un peu plus d'un an, à l'été 2012, le quotidien De Standaard posait le constat implacable que le nombre de Belges qui a recours aux soins gratuits a explosé. Il est passé de 123.000 en 2004 à 250.000 en 2011(6), soit plus du double. Dans le même laps de temps, le nombre de centres de soins communautaires (ou maisons médicales) a aussi plus que doublé, passant de 51 à 110, dans notre pays. Selon De Standaard, ce chiffre est appelé à aller encore à la hausse dans les années à venir. La Ville de Gand, par exemple, dispose de neuf centres de soins communautaires, dont le dernier en date a ouvert au début de l'année 2013. Ce sont plus de 6000 patients qui ont recours aux maisons médicales gantoises pour une vingtaine de travailleurs de la santé qui assurent le suivi, précisait alors le Pr Thierry Christiaens(6), qui exerce notamment dans des centres de soins communautaires brugeois et gantois. Le nombre de patients qui fréquentent ces centres de soins communautaires est exponentiel et la saturation reste une réalité concrète. La crise économique semble être le facteur principal de cette explosion de patients qui se tournent vers des soins gratuits ou meilleurs marché. "On estime que deux tiers de nos patients vivent dans des conditions difficiles, n'ont pas beaucoup d'argent" expliquait également Thierry Christiaens(7) "Ces dernières années, nous avons vu plus de réfugiés et de migrants mais le nombre de Belges a aussi fort augmenté. Ils nous disent qu'ils ne peuvent pas se permettre de payer pour leur soins de santé"(7). Un constat qui était confirmé par Francina, une patiente de 72 ans qui se rend trois fois par semaine dans un centre de soins communautaires de Gand pour soigner ses pieds fortement touchés par le diabète dont elle souffre. "Loyer, eau électricité, vous savez ce que ça coute ? Mon loyer vient d'augmenter de 10 euros. Je gère mon argent au mieux mais à la fin du mois il ne me reste rien de ma pension"(8) dit-elle dans la carte blanche que lui offrait De Standaard en août 2012. Alors elle n'irait pas chez le médecin, au péril de sa vie car les pieds diabétiques nécessitent des soins sérieux, si elle devait payer... Plus d'une année plus tard, alors que l'austérité est de rigueur dans le secteur des soins de santé, la situation ne s'est évidemment pas améliorée. L'augmentation du coût de la consultation en 2014 risque d'empirer encore un peu plus une situation déjà délicate.

Si la Belgique reste bien un pays où l'accessibilité aux soins est bonne, elle l'est quand même un peu moins chaque jour qui passe...

----------------

(1) Un tiers des Français n'a pas les moyens de se soigner, par lexpress.fr avec APF on www.lexpress.fr, 15 octobre 2013
(2) INAMI : le prix de la consultation chez le médecin augmentera en 2014, par Belga, on www.rtbf.be, 15 octobre 2013
(3) Malade, un Belge sur cinq ne vas pas chez le médecin, par P.M., in La Meuse, 6 décembre 2011.

(4) Source : www.luttepauvrete.be, consulté ce 15 octobre 2013
(5) En Belgique, le seuil de la pauvreté est de 973€ par mois. Il est fixé à 60% du salaire moyen annuel, soit 60% de 19.464€ = 11.678€ c'est à dire un revenu mensuel de 973€ (11.678/12) par personne. Grosso modo, pour un ménage moyen (deux adultes et deux enfants), le seuil de la pauvreté s'établit sous les 2000€ mensuels.
(6) Crisis blijft belgen naar gratis zorg, par Maxie Eckert, in De Standaard, 2 août 2012

(7) Gratis zorg succes bij patiënt en arts, par Maxie Eckert, in De Standaard, 2 août 2012
(8) "Ik ga niet naar de dokter als het geld kost", par Francina Vervaeke, in De Standaard, 2 août 2012

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article