Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 10:57

La Députée ECOLO Zoé Genot s'insurge contre l'idée de baptiser une voiture Zoé... Franchement, n'a-t-elle rien d'autre à faire en ces temps politiquement troublés ?

zoe.jpgLe Ministre en charge de la Protection des Consommateurs, Paul Magnette, a été saisi hier par une Députée Ecolo qui l'a  interrogé sur l'usage dénaturé d'une prénom féminin - en l'occurence le sien, Zoé - pour un modèle de voiture. En fait, l'année prochaine, Renault lancera son modèle de voiture électrique qui serait baptisé Zoé (ndlr la vie en grec) et cela semble irriter Zoé Genot que son prénom, comme celui de tant d'autres personnes, puisse être associé à une voiture. En fait, elle craint surtout les amalgames que cela pourrait générer, des amalgames du type "Ma Zoé est dégueulasse", "Ma Zoé a quelques heures de vol, je vais en changer" et autres traits de cet acabit qui apparaitraient réducteurs pour les femmes prénommées Zoé. La Députée Genot a également demandé au Ministre s'il était envisageable de légiférer sur l'interdiction d'user d'un prénom pour nommer une marque commerciale. A l'heure où la Belgique s'enlise dans un communautarisme exarcerbé, où elle joue avec des records d'absence de gouvernement, où l'on demande, au mépris de la démocratie, à un gouvernement en affaires courantes d'assurer des tâches qui ne sont pas les siennes, où la population s'enfonce dans une précarité croissante et une déculturation tout aussi croissante, une verte Députée décide de mener un combat de seconde zone... Telle une Dona Quichotte de bas-étage, la voici qui se bat contre des moulins à vents. Je pense que, même s'il doit y avoir des limites ou des balises, toute personne est dépossédée commercialement et juridiquement de son prénom; il n'y a pas de copyright sur un prénom...

Déja en France, en 2010, cette future Renault Zoé avait suscité l'ire de plusieurs personnes prénommées Zoé. Une jeune femme dont le patronyme est Zoé Renault avait même, si je ne m'abuse, été fortement impliquée dans le combat juridique qui visait à faire débaptiser la voiture. Le 13 octobre 2010, une association de défense des prénoms et deux familles dont les enfants sont prénommées Zoé assignaient le constructeur automobile français dans l'optique de lui faire perdre le droit d'usage du nom Zoé. Bien entendu, la justice française a donné, quelques semaines plus tard, raison à Renault en estimant qu'il n'y a ni dommage, ni atteinte à la dignité ou à la vie privée à baptiser une voiture par un prénom...

Mais on vit quand même une drôle d'époque où pour un oui ou pour un nom on saisit la justice ! A l'américaine finalement... Faut-il s'étonner dès lors que nos tribunaux soient surchargés et que la justice soit parfois défaillante sur des dossiers plus pointus ou plus graves ? Car, ne l'oublions pas, des voitures qui portent un prénom il y en a depuis que la voiture existe, ou presque. Rappelons-nous de la Citroën Dyane, produite entre 1967 et 1983, de la Lancia Aurelia (1954-1958), simplement de l'automobile allemande Mercedes, baptisée dès 1881, ou plus près de nous des Fiat Ulysse, Renault Mégane et Clio, Suzuki Jimmy, Dacia Logan ou Ford Shelby qui sont encore produites de nos jours. Les Ulysse, les Aurélia et les Dyane ont-elles un jour porté plainte parce qu'une voiture portait leur nom ? Non... lorsque ces modèles sont sortis, c'était une autre époque où l'on ne s'excitait pas pour une pécadille. Que dire alors des autres produits de consommation courante qui portent un prénom en guise de marque ? Alice (fournisseur d'accès internet), Marie (plats préparés), Zara (textiles), Jennyfer (textiles), Morgan (textiles), Ariel (lessive), Chloé (parfum)... faut-il aussi les contraindre à se rebaptiser ?

Et quand les marques deviennent des prénoms ?

Assurément ce genre de combat m'horripile au plus haut point car il n'est s'apparente réellement à une don quichotterie. Plutôt que de vouloir prohiber les marques commerciales qui utilisent des prénoms, le vrai combat serait de prohiber des marques qui sont utilisées comme prénoms... ou plutôt de sévir à l'encontre des parents qui affublent leur enfant d'une prénom de marque. Récemment, une Egyptienne a baptisé sa fille Facebook en hommage au réseau social qui semble avoir joué un grand rôle dans la révolution populaire qui a récemment secoué le pays. Mais c'est loin d'être un cas isolé. On recense, en France, quelque 300 Chanel nées depuis 2006; plus ou moins 450 Séphora (marque de cosmétique) et, de façon certes plus éparse mais bien réelle, quelques Nike, Prada ou autres Guerlain. L'Internaute nous apprend même que des Ikea, Nivea, Porsche ou Fanta ont fait leur apparition au rang des prénoms(1)...

Il me semblerait plus opportun que Madame Genot consacre ses efforts à prohiber les prénoms qui sont des marques commerciales plutôt que de s'insurger contre les marques commerciales qui utilisent un prénom. Il y a, pour conclure, encore une chose qui me heurte dans la démarche de la Députée Ecolo... c'est le fait qu'elle s'attaque à une voiture électrique, c'est à dire plus écologique ! Les écologistes prônent la voiture électrique et quand une voiture électrique grand public est proche d'être disponible, il s'en trouve l'un ou l'autre pour l'attaquer, la critiquer de façon futile ! C'est assez révélateur d'un état d'esprit contradictoire ce genre de comportement... un peu comme si les écolos étaient juste là pour faire chier le monde sans apporter quelque chose de constructif !

------
(1) Source : L'Internaute : les prénoms les plus excentriques

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Le monde est fou !
commenter cet article

commentaires

RedJack 09/08/2011 16:05


"A croire que les Ecologistes ne sont là que pour faire chier le monde"

Ben oui, ils ne sont là que pour ça !


Le Webzine de l'Histoire 24/02/2011 08:57


Bravo pour cet article ! je suis entièrement d'accord avec toi. J'ajouterai simplement que l'initiative de cette députée écolo entre bien aussi dans la tendance de l'Etat (et des personnes qui le
servent) à vouloir tout réglementer.
Perso, mon nom de famille est celui d'une grande marque de parfum mondialement connu... et j'en suis très fier. Bon, c'est mon nom de famille, pas mon prénom. Mais quand même !