Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 septembre 2012 4 06 /09 /septembre /2012 14:09

Bill Clinton comme atout majeur de la réélection de Barack Obama...

clintonobama.jpgLes choses changent décidément souvent en politique, la girouette tourne dans le sens d'un vent tantôt mauvais tantôt favorable. Alors qu'il y a quatre ans, l'ancien Président Bill Clinton, ne témoignait que peu de soutien au candidat Obama qui était en course contre son épouse Hillary Rodham-Clinton pour l'investiture démocrate, le voici érigé en joker de luxe du Parti Démocrate. C'est que Clinton garde, onze années après avoir rendu les clés de la Maison Blanche, une cote de popularité importante(1), oubliée la fameuse Affaire Lewinski qui empoisonna son second mandat. A l'heure ou Obama et Romney font jeu égal dans les sondages, le Président sortant risque fort d'avoir besoin de son prédécesseur démocrate qui reste associé, dans la mémoire collective, à une période plutôt euphorique pour les Etats-Unis. Les Années Clinton ont été une période florissante pour l'économie américaine (1993-2001) : création de 22 millions d'emplois, diminution de la pauvreté et du chômage, taux d'inflation au plus bas depuis les années 50, augmentation du nombre de propriétaires, remboursement d'une partie importante (360 milliards de dollars) de la dette nationale,... bref tout le contraire de la situation économique actuelle qui perturbe fort les Américains. Conscient de l'aura importante de Bill Clinton, les dirigeants du Parti Démocrate ont consenti à une entorse importante à l'occasion de la Convention Démocrate qui s'est déroulée le 4 septembre à Charlotte, ils ont sacrifié le discours du Vice-Président sortant, Joe Biden, au profit d'une allocution de Bill Clinton qui témoigna de tout son soutien à Barack Obama. Usuellement, la Convention Démocrate se conclut sur une intervention vice-présidentielle, celle-ci fut étouffée au profit de la parole de Clinton... c'est dire si les pontes démocrates savent l'importance que revêt l'ancien Président dans la course à la réélection d'Obama.

Mais pourquoi Clinton est il si important dans cette course ? D'abord, et c'est important, par l'image qu'il véhicule auprès du public. Clinton garde l'image du seul Président démocrate réélu depuis Truman, à l'aube des années 50, mais aussi l'image d'un Président qui dirigea une Amérique prospère et qui laissa à sa sortie de pouvoir un excédent budgétaire de 236 milliards de dollars... Un excédent budgétaire, un doux rêve utopique à l'heure actuelle. Mais Bill Clinton est surtout un homme politique d'envergure capable de rendre son second souffle à la campagne de Barack Obama qui a vu son avance dans les sondages fondre comme neige au soleil. Clinton retrouve le devant de la scène, l'endroit où il est le meilleur. Communicateur hors-pair, il va véhiculer un message porteur et est probablement le seul capable de "vendre" avec la conviction nécessaire le bilan mitigé d'Obama comme une présidence de qualité dans un contexte ardu. Et finalement, ce bilan il n'est pas si mauvais que d'aucuns veulent l'affirmer. Entre le début de son mandat et le terme de celui-ci, Obama a évité à General Motors une faillite certaine sauvant ainsi de milliers d'emplois directs et indirects; après avoir été étatisé, GM est même redevenu leader mondial dans le secteur automobile au détriment du japonais Toyota. En matière d'emploi on constate une balance positive d'un millions de postes crées sur les six derniers mois alors que la tendance était négative à la supression de 800.000 postes par mois en 2008. Les secteurs de la bourse et de l'immobilier sont plus forts en 2012 qu'ils ne l'étaient en 2008 et, par la loi Dodd-Frank, les banques ont été limitées dans leurs spéculations financières afin d'éviter la reproduction du scénario financier de 2007/2008. Quant à la santé, elle a subit sa réforme la plus importante de toute l'histoire nationale rendant l'assurance soins de santé obligatoire afin d'assurer une meilleure couverture sanitaire. Mais, si la reprise économique est bel et bien là, elle reste faible; c'est même la plus faible reprise depuis la seconde guerre mondiale. Le chômage reste au-dessus de la barre des 10% depuis plusieurs mois alors qu'Obama avait promis qu'il ne dépasserait jamais les 8% (la plus grosse erreur stratégique du mandat selon les analystes politiques américains) et la dette publique est à un niveau historique élevé. Ces réels points noirs  du bilan présidentiel sont, évidemment, mis en exergue par les Républicains. L'un des rôles majeurs de Bill Clinton sera donc de contrebalancer ses points noirs par les nombreuses et réelles avancées positives de la présidence d'Obama.

Et Bill Clinton a décidé de prendre son rôle de joker de luxe à bras le corps. Il participera à une grosse douzaine de rencontres avec le public dans différents états afin d'assurer la promotion de Barack Obama qu'il entend faire rester à la Maison Blanche. Time Magazine n'hésite d'ailleurs pas à conseiller à Obama de faire appel à Bill Clinton aussi souvent que possible s'il veut être réélu... Voilà donc l'ancien Président des Etats-Unis dans une mission d'évangélisation pour l'actuel Président qui aimerait aussi être le futur Président !

----
(1) selon un sondage Gallup publié début septembre, 60% des Américains considèrent Bill Clinton comme un Président exceptionnel. Ils n'étaient qu'un peu plus de 50% dans ce cas en 2009.

P2012

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article

commentaires