Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 septembre 2010 2 07 /09 /septembre /2010 09:44

Quand Wikipedia saborde un secret autour de la pièce la plus jouée de tous les temps...

 

affiche002.jpgSaviez-vous que le record de longévité pour une pèce de théâtre est détenu par The Mousetrap (La Souricière), une pièce écrite par Agatha Christie. A l'origine, en 1947, cette oeuvre était destinée à une diffusion radiophonique, sous la forme d'un feuilleton quotidien. Agatha Christie s'état alors inspirée d'un fait divers qui avait secoué, en 1945, le Shropshire dans l'ouest de l'Angleterre, où un garçon avait été assassiné alors qu'il séjournait dans une famille d'accueil. Rapidement, le Reine du Roman Policier déclina son feuilleton radiophonique en pièce de théâtre et en nouvelle. La pièce de théâtre fut jouée pour la première fois le 6 octobre 1952, au Royal Theater de Notthingham avant de circuler d'Oxford à Liverpool en passant par Newcastle, Leeds et Birmingham pour être, finalement présentée, le 25 novembre 1952, au théâtre Ambassadors, dans le West End londonien. Depuis ce jour, La Souricière a été jouée sans interruption à l'exception d'une seule journée - le 24 mars 1974 - durant laquelle la pièce a été transférée de l'Ambassador au St-Martin's Theater où elle a repris, dès le lendemain jusqu'à aujourd'hui encore.

 

Ce sont près de 25.000 représentations de la pièce qui ont été données depuis novembre 1952 à Londres et si le succès ne se dément pas jusqu'a présent c'est, en grande partie, grâce au mutisme des spectateurs qui s'engagent tacitement, en allant voir la pièce, à ne pas dévoiler le nom du coupable. Depuis 58 ans, à l'issue de chaque réprésentation, un appel est fait à chaque spectateur : "Merci de ne pas dévoilez le nom de l'assassin !". Et il semble que cela fonctionne parfaitement, il faut dire que les Anglais sont plutôt fidèles à leur écrivaine préférée, lui témoignant ainsi une forme de loyauté chère à leur éducation. La tradition est respectée et même Agatha Christie l'entretient puisqu'elle s'est engagée à ne pas publier en Europe la nouvelle adaptée du feuilleton radiophonique avant l'ultime représentation de la pièce ceci afin que les spectateurs potentiels n'aient pas vent du dénouement. A ce jour, la nouvelle The Mousetrap n'a toujours pas été publiée sur le Vieux Continent(1).

 

Il n'y a pas à dire, on sait garder un secret au Royaume de Miss Marple. Mais hélàs on ne peut pas en dire autant de la planète internet ! En effet, le site Wikipedia publie - sur la version anglaise d'abord, rapidement repris par la version française - depuis quelques jours l'intrigue et le dénouement de la pièce. On sait le principe des wikis, ces sites d'édition collaborative où chacun est libre de modifier tout ou partie des contenus avec les dangers (fausses infos, rumeurs...) et les dérives (dévoilement de la chute de romans, d'intrigues...). Ainsi donc un énergumène a brisé la chaine du silence en cours depuis 1952 autour de la pièce la plus jouée au monde. Pauvre imbécile ! Evidemment, la presse anglaise s'est emparée de cette histoire pour témoigner de son indignation. Matthew Pritchard, petit-fils d'Agatha Christie, qui détien les droits de la pièce et de la nouvelle s'est déclaré choqué par cette divulgation tandis qu'une fan de l'auteur s'est rendue sur Wikipedia pour effacer le texte qui explique le dénouement. Et bien, le texte a été remis et elle a reçu un message de Wikipedia lui demandant de ne pas réitérer ce geste...

 

Il est profondément regrettable qu'internet puisse ainsi saborder une tradition longue de plus d'un demi-siècle autour d'un monument de la culture anglaise. Mais cela témoigne aussi de l'époque dans laquelle nous vivons, une époque où l'on a tendance à croire que tout est permis et que l'on peut agir à sa guise par pur plaisir...

 

------

(1) la nouvelle a été publiée, en 1950, c'est à dire avant la création de la pièce aux Etats-Unis uniquement.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Le monde est fou !
commenter cet article

commentaires