Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 septembre 2010 1 13 /09 /septembre /2010 10:14

 

Depuis plusieurs siècles, les Yakuzas torpillent le sumo... Pour la Fédération officielle, c'en est assez !

 

yak.jpgLe sumo est plus qu'une tradition au Japon, c'est un rite voire même une légende. La première trace écrite de ce sport ancestral remonte à 712 lorsque le fameux Kojiki - le livre des mythes autour de la naissance du Japon - évoque le combat entre les dieux Takemikazuchi et Takeminakata pour la possession d'îles. Takemmikazuchi remporta l'affrontement et s'installa avec son peuple dans ces îles, y fonda le Pays d'Origine du Soleil - Nippon - et fonda la famille impériale dont est toujours issu Akihito, l'Empereu actuel. La légende veut donc que le Japon soit né d'un combat de sumo ! Dès leur origine, les combat de sumo sont introduits à la cour impériale et progressivement ces combats anarchiques sont codifiés et régulés. Il faut cependant attendre 1925 pour qu'une fédération sportive officielle soit mise en place pour encadrer les compétitions et les compétiteurs.

 

Il faut cependant bien reconnaitre que, depuis quelques années, le sumo souffre fortement de la concurrence d'autres sports plus populaires chez les jeunes, le football et le baseball surtout. Mais s'il est une plaie dont souffre surtout le sumo c'est celle liée à la présence des Yakuzas c'est membres d'organisations criminelles, maffia locale, qui font main basse sur tout ce qui peut générer de l'argent. Les paris autour des combats de sumo sont une source lucrative importante des Yakuzas depuis plusieurs siècles. En fait, les Yakuzas sont les héritiers naturels des Bakutos, des joueurs professionnels de dominos, de cartes ou de dés, qui écumaient les marchés et les foires au 17è siècle. Certains d'entre eux se sont aperçu qu'il était plus facile d'empocher de l'argent en organisant des paris sur le jeu des autres plutôt qu'en jouant en personne. Les risques de perte étaient moindre et les rentrées plus importantes. Rapidement, ces paris se sont étendus aux combats de sumo et ont généré des profits énormes...

 

Tant pour contrer le développement des ces paris et des tricheries qui allaient autour que pour s'approprier une manne financière importante, les autorités japonaises ont strictement règlementer les jeux de hasard dès le début du 20è siècle. Mais cette règlementation n'a fait que plonger dans la clandestinité les paris et renforcer la puissance des Yakuzas qui menaient ainsi toutes leurs opérations dan l'ombre. Avant la seconde guerre mondiale, beaucoup d'anciennes gloires du sumo ont même rejoint les rangs des Yakuzas soit comme collecteurs de paris, soit comme gardes du corps des haut dignitaires de la maffia japonaise ou encore comme relais au sein des autorités sportives. En effet, les Yakuzas ont patiemment infiltré le milieu du sumo, depuis la fédération jusqu'aux petits clubs locaux qui organisent un ou deux tournois annuels. Mais voila, alors que le ver est bien dans le fruits, cette présence de la maffia ennuie sérieusement et de plus en plus les responsables de la Fédération Japonaise de Sumo. Les contrats juteux avec les sponsors ou la télévision ne sont pas reconduits et plusieurs scandales impliquant des vedettes qui auraient accepté des pots de vin polluent l'univers du sumo. 27 lutteurs et entraineurs ont récemment été pris la main dans le sac occupés à mettre en place des paris clandestins sur le baseball. Keiji Kotomitsuki, un lutteur parmi les plus gradé et les plus respecté du pays, a même été exclu de la fédération pour avoir été impliqué dans ces paris.

 

La crise qui frappe le sumo depuis quelques années atteint son paroxysme ! Les sponsors annulent de plus en plus de contrat et les descentes de police deviennent récurrentes dans le milieu. Par ailleurs, sumotori ont été impliqués dans des affaires de dopages ou des scandales sexuels et des matches ont été arrangés pour satisfaire aux exigences de parieurs clandestins. Aussi, la Fédération Japonaise de Sumo vient-elle de faire savoir qu'elle entendait mener son opération Mains-Propres et ainsi nettoyer son sport de la présence séculaire des Yakuzas. "Nous sommes attentifs à notre responsabilité sociale et nous décalrons que nous exclueront toutes les forces antisociales telles que les Yakuzas. Nous n'accepterons aucun gangsters aux événements liés au sumo que ce soit les tournois, les tournées d'entrainement, les opérations promotionnelles ou dans les centres d'entrainements"(1) a déclaré le Président de la Fédération. Il faut dire qu'en quelques mois, avec le retrait de la télévision NHK qui retransmettait, pour 500 millions de yens par an, les grandes compétitions mais aussi des plusieurs gros sponsors, ce sont plusieurs centaines de millions de yens qui ont été amputés des budgets de fonctionnement de la Fédération Japonaise de Sumo... Pour mener à bien cette opération Mains-Propres, les autorités de la Fédération de Sumo travaillerons de concert avec la police qui mène, depuis plusieurs années, une traque acharnées contre les parrains de la maffia japonaise.

 

-----

(1) Japon : le monde du sumo ne veut plus des Yakuzas, on zigonet.fr, 12 septembre 2010

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

laudet 11/12/2010 17:58


Que de fautes d'orthographes..!!!! il faut retourner à l'école...et pas celle des Sumos.


Olivier Moch 30/01/2011 12:07



C'est très juste ! J'en suis désolé... parfois j'écris un peu vite et je ne prends pas le temps de relire. C'est une erreur de ma part ! Au temps pour moi...