Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mars 2012 2 20 /03 /mars /2012 12:49

Comme en 1981 lorsque l'extrême gauche dépassait les 15%, le candidat socialiste devrait pouvoir compter sur l'aile gauche de l'échiquier politique français pour devenir Président...

rf2012.jpgDans un mois - 32 jours exactement - les Français iront aux urnes pour le premier tour de la Présidentielle. Ils devront choisir, en deux tours, de donner un second mandat à Nicolas Sarkozy ou bien de ramener la Gauche au pouvoir en la personne de François Hollande. Il reste bien une troisième option qui serait de confier les clés de la République à Marine Le Pen mais je ne peux pas imaginer que nos voisins choisissent cette solution pire que tous les problèmes qu'ils peuvent rencontrer. Le premier tour devra déterminer quels seront les deux candidats qui s'affronteront pour l'Elysée, selon toutes vraisemblance, et selon les sondages, cela devrait être Nicolas Sarkozy et François Hollande respectivement crédités de 27,5% et 30% d'intentions de vote dans les derniers sondages. Hollande fait la course en tête dans les intentions mais Sarkozy revient à la corde et est, plus que jamais, dans le coup pour conquérir ce second mandat dont il rêve tant... Un autre qui se distingue plutôt bien dans les sondages c'est Jean-Luc Mélenchon, l'ex-socialiste qui a fondé son parti de gauche, le Front de Gauche, est crédité de 11% et sa Prise de la Bastille, du 18 mars dernier, à plutôt bien marché. Il y avait entre 80.000 et 100.000 personnes sous la Colonne de Juillet pour écouter le discours très à gauche de Mélenchon, une harangue sur un projet de VIè République qu'il prône activement, une VIè République plus sociale, avec un pouvoir d'assemblée plus démocratique et l'introduction de nouveaux droits fondamentaux(1) pour le citoyen. L'ancien Ministre socialiste se positionne clairement comme le cinquième homme du débat présidentiel, en quelques semaines il a doublé ses intentions de vote pour venir talonner désormais François Bayrou qui fait 12,5% dans les derniers sondages. Voila qui pourrait bien servir les desseins de François Hollande pour le second tour. Dans l'Histoire de la Vè République, il faut une gauche forte - c'est à dire au moins un parti de gauche ou d'extrême gauche avec 12 à 15% comme résultat au soir du premier tour - pour permettre à un Président de gauche d'émerger. En 1981, lors de sacre de François Mitterrand, le Parti Communiste de Georges Marchais totalisait 15,34% au premier tour. En 1995, lors de la première victoire de Jacques Chirac (ndlr celle qui n'avait pas été biaisée par un fort taux d'abstention au premier tour !!!), le Parti Communiste de Robert Hue franchissait à peine la barre des huit pourcents tandis que la Lutte Ouvrière de Laguiller grattait les quelques dixième de pourcents qui lui permettaient de passer le cap fatidique des 5%, seuil de remboursement d'une partie importante des frais de campagne par l'Etat. Lors du dernier scrutin présidentiel, en 2007, La Ligue Communiste Révolutionnaire (LCR) d'Olivier Besancenot était la première alternative de gauche au PS, elle ne collecta que 4,08% des voix du premier tour... Le Parti Communiste s'essoufllait à 1,93% et Lutte Ouvrière à 1,33%. Une extrême gauche faible est toujours gage d'un échec du candidat socialiste au second tour de la présidentielle française !

Clairement, pour ce rendez-vous présidentiel, l'échiquier politique français se dessine à gauche. Sur les dix candidats en lice, cinq candidats se placent à gauche (Hollande), à l'extrême gauche (Mélenchon, Arthaud et Poutou) ou au centre gauche (Joly). Trois candidats se placent à droite (Sarkozy, Cheminade et Dupont-Aignan), une à l'extrême droite (Le Pen) et un au centre (Bayrou)...

RF2012-ligne-copie-2.jpg
Si l'on se base sur le dernier sondage(2), à droite Nicolas Sarkozy (27,5%) n'a rien à craindre de Cheminade et Dupont-Aignan, tous deux crédités de 0,5%. L'éparpillement des voix sera plutôt faible ! Par contre, pour le second tour, le report des voix risque bien d'être tout aussi faible à droite... Pour sa part, François Hollande (30%) est autant sur du velour pour le 22 avril. L'éparpillement ne devrait pas être important, seul Jean-Luc Mélenchon (11%) lui fait un peu d'ombre. Mais ces 11% pourraient réellement avoir de l'importance au soir du second tour, d'autant plus que Mélenchon a d'ores et déjà annoncé qu'il inviterait ses partisans à voter pour le meilleur candidat de gauche, soit Hollande, le 6 mai...

Bayrou et Le Pen en Faiseurs de Roi de la République...

Avec cette annonce de Jean-Luc Mélenchon pour son report de voix, on a clairement quatre blocs de voix qui se dessinent car il ne fait aucun doute que les autres candidats de gauche, qu'elle soit extrême ou plus centriste, s'aligneront :

1° un bloc de gauche avec Hollande (30%), Mélenchon (11%), Joly (3%), Arthaud (0,5%) et Poutou (0,5%), soit un total potentiel de 45% des voix;
2° un bloc de droite avec Sarkozy (27,5%), Dupont-Aignan (0,5%) et Cheminade (0%), soit un total potentiel de 28%;
3° un bloc centriste avec Bayrou (12,5%), soit un total potentiel de 12,5%;
4° un bloc d'extrême droite avec Le Pen (14,5%), soit un total potentiel de 14,5%.

Ces chiffres ne tiennent, malheureusement, pas compte des électeurs encore indécis. A cet égard, les sondages américains pour la Présidentielle de novembre prochain sont plus fiables car ils incluent automatiquement les indécis et ceux qui disent voter blanc. Ceci dit, ils permettent de dégager une tendance qui, si elle reste un instantané ponctuel à un mois du premier tour, montre que Marine Le Pen et François Bayrou détiennent peut-être la clé de la Présidentielle. Vers quel candidat ces deux-là inciteront-ils leurs militants à reporter leur voix ? Quatre scénarios sont possibles pour Bayrou et Le Pen :
   - soit ils appellent à un report de masse vers Sarkozy;
   - soit ils appellent à un report de masse vers Hollande;
   - soit ils appellent à l'abstention au second tour;
   - soit ils ne donnent aucune consignes et chacun de leurs militants votent selon sa conscience.

Pour l'heure(3), l'IFOP nous apprend que la tendance de report des voix de Bayrou serait plutôt favorable à François Hollande (courbe rose sur le graphique 1) tandis que celle pour le report des voix de Le Pen oscillerait entre abstention (courbe grise sur le graphique 2) et Nicolas Sarkozy (courbe bleue sur le graphique 2), avec un léger avantage pour le report sur le Président sortant.

rf2012 report bayrou 
rf2012 report le pen

S'il récupère les voix de toute la gauche au second tour, François Hollande devrait arriver à 45% des voix (qui ne sont encore que des intentions de vois, rappelons-le). Il ne lui manquerait donc que 5,1% pour conquérir l'Elysée; des pourcents qu'il devrait aller chercher chez François Bayrou ! IFOP donne d'ailleurs un résultat au second tour de 54%-46%(4) qui serait favorable à François Hollande. Tout ça n'est que théorie évidemment, la réalité du terrain ne la confirmera ou ne l'infirmera qu'au soir du 6 mai 2012. Mais il n'en reste pas moins que François Hollande à une belle carte à jouer parce qu'il dispose à sa gauche d'un candidat fort... Jean-Luc Mélenchon.

----
(1) notamment des droits de disposer de soi comme on l'entend (loi pour l'avortement ou la fin de vie...)
(2) IFOP - réalisé du 15 au 19 mars 2012 sur les intentions de vote au premier tour
(3) en date du 6 mars 2012, selon une estimation IFOP
(4) IFOP - réalisé du 15 au 19 mars 2012 sur les intentions de vote au second tour

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article

commentaires