Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juin 2013 1 17 /06 /juin /2013 14:56

Ce week-end, quelque 40.000 Harleyistes étaient réunis à Rome pour le 110è anniversaire de la moto américaine mythique.

harley.JPG2013 est une année faste pour le constructeur américain Harley-Davidson qui fête, en grandes pompes, son 110è anniversaire. Toute l'année durant, diverses manifestations sont prévues à travers le monde et sur les cinq continents pour honorer la machine culte de Milwaukee. Depuis mercredi dernier et jusqu'à hier, plus de 40.000 bikers fidèles de Harley-Davidson venus des quatre coins du globe étaient présents dans la Cité Eternelle pour une parade dans les rues romaines et une bénédiction papale. Diverses activités (concerts, expositions,...) ont ponctué ce rendez-vous italien. Si Rome fut longtemps Caput Mundi (Capitale du Monde), l'espace de quatre jours elle fut Caput Harley-Davidsoni... Hier, à l'occasion de la traditionnelle messe dominicale sur la Place Saint-Pierre quelque 800 Harleyistes (ndlr seulement 800 pour des questions de place et de sécurité) ont pu faire bénir leur engin par François 1er. Ensuite, les motards sont partis en cohorte pour un défilé dans les rues et notamment autour du Colisée. Mercredi dernier, François 1er avait déjà reçu une délégation de Bikers Harley-Davidson en audience générale, à cette occasion, ceux-ci avaient offerts deux Harley-Davidson et un blouson de cuir aux couleurs de la marque au Pape.

C'est en juin 1903 que William Harley et Arthur Davidson, à peine sortis de l'adolescence, construisent ensemble un premier prototype de motocyclette dans le garage familial des Davidson. Ce modèle, baptisé Silent Grey, est un monocylindre sans boite de vitesses. Satisfaits du résultat, Harley et Davidson décident de créer la société Harley-Davidson, de déposer la marque et de commercialiser la Silent Grey. Le moins qu'il se puisse être écrit est que les débuts sont lents; jusqu'en 1905, ils  ne produisent et vendent que trois motos. En 1906, les deux compères installent leur atelier sur Juneau Avenue, en plein coeur de Milwaukee (ndlr où le siège social de la société est toujours, 110 ans plus tard) et développent la production. La Silent Grey est alors vendue pour 200 dollars. Walter Davidson, le frère ainé d'Arthur, injecte de l'argent dans la société et en devient le premier Président. Arthur est chargé de la partie commerciale tandis que William Harley, toujours à l'université, se voit attribuer le rôle d'ingénieur en chef chargé de superviser tous les aspects techniques de développement de la machine. C'est à William Davidson, le dernier des frères Davidson, qu'échoit la responsabilité de l'atelier. La petite entreprise familiale embauche rapidement 18 ouvriers et prend de l'ampleur. L'idée majeure de Walter Davidson est d'engager sa moto en compétition afin de montrer au public ses capacités d'endurance, de fiabilité et de vitesse. William Harley se voit donc confier la mission de créer un moteur qui réponde à ses exigences, ce qu'il fait rapidement avant que la première Harley-Davidson ne soit confrontée à d'autres machines sur un circuit. En 1908, Walter Davidson s'engage personnellement sur deux épreuves distinctes : une course d'endurance dans les Catskills Moutains, dans le sud-est de l'Etat de New York, et un Economic Run, qui consiste à parcourir la plus longue distance possible avec un gallon (3,78 litres) d'essence, sur le circuit de Long Island, à New York. Davidson remporte ces deux épreuves (avec une pointe de vitesse à 75km/h à Catskills Mountains et une distance parcourue de 188 miles, soit 302 kilomètres, à Long Island) démontrant ainsi la fiabilité de sa Silent Grey; les ventes s'envolent !

WW1, l'envol de la production

1909 est une année essentielle pour Harley-Davidson qui introduit le premier moteur bycilndre disposé en V, le fameux V-Twin est né et permet, avec une vitesse maxi de 96 km/heure, de faire de la moto de Milwaukee la plus rapide du marché. Il ne se trouve cependant que 27 acquéreurs car, si la moto est rapide, elle présente un énorme handicap : le moteur n'est pas équipé d'une courroie de transmission ce qui contraint l'utilisateur à couper le moteur et à le redémarrer (en pédalant à l'époque) à chaque arrêt, même bref. Cette même année, Arthur Davidson imagine un logo pour l'entreprise, il s'agit simplement d'un bouclier noir barré d'une plaque métallique sur lequel apparait le nom de la société. Ce logo, appelé Bar & Shield, devient officiel dès 1910. Le petit atelier de l'Avenue Juneau est devenu une grande surface de 28.000 mètres-carrés où l'on produit plus de 12.000 motos par an, avec une large part de la production consacré au monocylindre qui reste préféré au V-twin. L'entrée en guerre, en 1917, des Etats-Unis est synonyme de nouvelle prospérité pour Harley-Davidson qui voit le Gouvernement US lui commander plusieurs milliers de machines. En effet, la moto avait fait ses preuves lors du conflit contre Pancho Villa lorsque celui-ci envahit, en mars 1916, le Nouveau-Mexique. Ce sont donc quelque 20.000 Harley-Davidson qui franchissent l'Atlantique pour aller participer aux combats sur le Vieux Continent. A l'issue de WW1, Harley-Davidson est le premier constructeur mondial de motocyclettes avec 28.000 motos produites et vendues dans plusieurs pays à travers le monde.

Les années '20 sont consacrées à l'amélioration de la machine, le V-Twin est développé et améliorer, il finit par supplanter le monocylindre, tandis que la réservoir d'essence en forme de goutte (qui deviendra l'un des signes de reconnaissance de la marque) est implémenté et qu'un frein est ajouté sur la roue avant de la moto. Les moteurs se succèdent ; 8-Valves, Flathead, Knucklehead étoffent la gamme de motos proposées par Harley-Davidson. La crise économique de 1929 marque un tournant important, Harley-Davidson y survit grâce à son contrat avec l'armée américaine alors que tous les constructeurs américains - l'exception d'Indian, basée dans le Massachissetts - disparaissent sévèrement touchés par la situation économique du début des années '30. A l'issue du second conflit mondial, Harley-Davidson, fort de ce quasi-monopole, s'endort un peu sur ses lauriers d'autant plus qu'Indian met la clé sous le paillasson en 1953. Seule la firme anglaise Norton fait un peu d'ombre à HD sur le terroire américain...

Easy Rider, la machine devient mythe

En 1969, Dennis Hopper réalise un film qui va marquer l'histoire du cinéma américain, Easy Rider. Ce road-movie rapporte le voyage de deux jeunes hommes qui traversent les Etats-Unis, de Los Angeles à La Nouvelle Orléans à moto, sur des Harley-Davidson évidemment. Easy Rider marque la naissance du Nouvel Hollywood, un mouvement culturel qui révolutionna la façon américaine de tourner des films. Inspiré du néoréalisme italien et de la Nouvelle Vague française, le Nouvel Hollywood s'intègre dans la contre-culture de l'époque et permet de replacer le réalisateur au centre du film au détriment des argentiers d'Hollywood. Ce mouvement permet donc aux réalisateurs d'avoir plus d'indépendance et de briser les tabous de la sexualité ou la violence. Des cinéastes comme Coppola, Allen, Scorsese, Altman, Forman ou Cimino ont éclos de ce mouvement initié par Peckinpah et Hopper. Easy Rider est un film-référence, il repose sur le jeu de trois acteurs remarquables (Peter Fonda, Dennis Hopper et Jack Nicholson) mais aussi sur la présence essentielle de Billy Bike et Captain América, deux Harley-Davidson Panheads de 1951 customisées pour le film. L'idée géniale de Hopper est de peindre le Star Spangled Banner sur le réservoir d'un des deux engins et de le baptiser Captain America. Cette idée associe les Etats-Unis (et leurs valeurs de liberté, de découverte et de grands espaces) et la Harley-Davidson. La moto de Milwaukee avait déjà été associée à des films comme L'équipée sauvage (Laszlo Benedek, 1953) ou La Motocyclette (Jack Cardiff, 1968) mais Easy Rider l'éleva définitivement au rang de mythe américain.

A 110 ans, la Vieille Américaine reste une valeur sûre, le HOG (Harley Owner Group) est, avec plus d'un millions de membres dans le monde, le plus gros club de motards du monde. Pendant quelques années, Harley-Davidson a trainé une réputation de moto capricieuse, de problème sur roues ou de moto que l'on ne pouvait aimer que pour ses défauts. Mais à l'aube du 21è siècle, Harley-Davidson présenta un nouveau moteur à refroidissement liquide, le Revolution conçu en partenariat avec Porsche. L'injection électronique fut également introduite progressivement dans les moteurs HD et, depuis 2007, toute la gamme présente une boite à six vitesses. Toutes ses améliorations, qui ne se sont pas faite au détriment (ou à peine) du célèbre son Harley-Davidson qui fait le bonheur des puristes depuis des décennies, ont amené le mythe américain au niveau de fiabilité des motos japonnaises et européennes.

Prochains rendez-vous du 110è anniversaire Harley-Davidson :
- du 4 au 9 août - L'Epopée Sturgis dans le Dakota du Sud;
- du 4 au 9 août - L'Epopée sur le plateau tibétain en Chine
- du 30 août au 2 septembre - HD Museum, à Milwaukee
- du 4 au 9 septembre, European Bike Week, en Autriche

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article

commentaires