Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 janvier 2011 5 28 /01 /janvier /2011 10:48

Il est plus que temps de revoir cette saloperie de Deuxième Amendement du Bill of Right !

 

gun-copie-1.jpgPeut-on condamner à la prison à vie un gamin de 13 ans pour un meurtre qu’il a commit voici deux ans ? Cette question fait actuellement débat aux Etats-Unis à travers l’histoire de Jordan Brown. En février 2009, Brown alors âgé de 11 ans, avait froidement abattu la future épouse de son père qui était enceinte de huit mois… Le gamin avait du mal, semble-t-il, à supporter la nouvelle relation affective de son père ; quand il a appris que celui-ci allait épouser sa compagne enceinte, Jordan Brown a tout simplement décidé de supprimer la gênante. Il a pris, le plus naturellement du monde, son fusil – une arme adaptée expressément à sa main – et a tiré une balle dans la nuque de la compagne de son père pendant qu’elle dormait. L’acte était tellement normal pour le gamin qu’après l’avoir accompli, il s’est dépêché afin de ne pas être en retard à l’école… Aujourd’hui, la question qui se pose est de savoir si Jordan Brown doit être jugé comme un mineur ou s’il doit être jugé comme un adulte. En Pennsylvanie, où les faits se sont déroulés, la loi prévoit qu’un crime aussi grave relève du pénal, il n’y a pas d’exception prévue pour les mineurs. Dès lors, on se dirige vers un procès au pénal qui déboucherait plus que probablement sur un emprisonnement à vie pour Jordan Brown. Mais ses avocats tentent de faire intervenir le fait qu’il soit mineur et qu’il doit être jugé en tant que tel. L’enjeu est capital car s’il est jugé selon la loi en vigueur dans l’Etat de Pennsylvanie, Brown encourt un peine irrépressible à vie dans un pénitencier traditionnel, avec des adultes, dans le même couloir que d’autres meurtriers ; s’il est jugé comme mineur alors il serait placé en détention dans un centre pénitentiaire pour mineur jusqu’à sa majorité avant de rejoindre, à 21 ans, le pénitencier traditionnel.

La différence est fondamentale pour la défense qui a réussi à mobiliser Amnesty International qui a précisé que Jordan Brown devait être la personne la plus jeune au monde à risquer la prison à vie… Amnesty International en a d’ailleurs profité pour rappeler qu’il n’y avait que deux pays sur la planète qui jugent des mineurs comme des adultes : la Somalie et les Etats-Unis ! Le débat fait rage d’autant plus qu’il y a, aujourd’hui, dans les prisons américaines quelque 2500 prisonnier à perpétuité qui ont été jugés et condamnés alors qu’ils étaient mineurs. La situation de Jordan Brown divise réellement mais elle repose uniquement sur le fait qu’il soit mineur et en aucune façon sur le fait qu’il ait une arme à feu personnelle et qu’à 11 ans il soit capable de s’en servir en toute connaissance de cause. Car, plus qu’un fait divers sordide, il s’agit là d’un nouveau drame de l’irresponsabilité américaine en matière d’armes à feu. Selon le FBI(1) 46 personnes sont tuées par balle, volontairement ou par accident, chaque jour aux Etats-Unis ; selon le Groupe d’Information sur la Paix et la Sécurité ce chiffre quotidien serait même de 82 personnes…

  

Au nom du Bill of Right


Malgré cela, la NRA (
National Riffle Association) continue de faire pression sur le monde politique pour un droit – celui de détenir et porter librement des armes - qu’elle juge inaliénable au nom du sacro-saint Bill of Right qui reprend les dix premiers amendements de la Constitution. Le deuxième amendement du Bill of Right stipule que : «Une milice bien organisée étant nécessaire à la sécurité d'un État libre, le droit qu'a le peuple de détenir et de porter des armes ne sera pas transgressé»… Clairement, la Constitution des Etats-Unis confère à chaque citoyen le droit de porter une arme ! Encore qu’il ne soit nullement précisé qu’il doive s’agir d’une arme à feu… Mais comme c’est autorisé par la Constitution, il va de soi, pour l’Américain moyen, que porter une arme à feu chargée est «normal». Plus encore que la Bible, la Constitution est la référence ultime pour bon nombre d’Américains; on dirait qu’ils ne savent pas aller pisser sans s’abriter derrière un amendement constitutionnel… Et pourtant, s’il est un pays où les lois idiotes, surannées et stupides foisonnent, c’est bien les Etats-Unis. Juste quelques exemples parmi tant d’autres qui avaient été développés voici quelques temps sur Acta Diurna(2) : A Chicago (Illinois), il est totalement interdit de manger dans un endroit ou sévit un incendie ; l’état d’Indiana interdit les bains aux mois de mars et d’octobre ; dans le Mississippi, il est totalement prohibé de se raser dans la rue principale de chaque ville ; à la Nouvelle Orléans (Louisiane), à Memphis (Tennessee) et à Waynesboro (Virginie), une femme ne peut conduire une automobile qu’à la condition expresse que son mari précède le véhicule, à pied, en agitant un drapeau rouge afin de prévenir piétons et autres automobilistes… Ces lois datent d’époques révolues et n’ont jamais étés modifiées, adaptées ou annulées. Il en va de même, pour moi, avec le deuxième amendement qui autorise la possession d’armes !


NRA… dangereuse et obsolète !


Peut-être est-il judicieux de revenir brièvement sur ce fameux lobby des armes à feu qu’est la NRA ? Ce groupe de pression se présente comme la plus ancienne association pour la protection des droits civils aux Etats-Unis. Créée au lendemain de la Guerre de Sécession (1861-1865), la National Riffle Association a vu le jour sur base d’un constat posé par quelques officiers de l’armée de l’Union qui avaient remarqué que bien peu de soldats étaient capables de manier les armes à feu de façon adéquate. Il convient de relativiser ce constat, de le tempérer en précisant que beaucoup de ces soldats n’étaient pas des militaires formés mais bien des civils recrutés par l’armée nordiste dont les dirigeants étaient persuadés que le conflit civil ne durerait pas… Beaucoup de civils ont donc été engagés, sans formation correcte, pour aller au front.


Aujourd’hui, la NRA défend le droit à la possession d’armes à feu et le fait de s’en servir pour défendre ses biens et son territoire. Les milices privées, l’entraînement de survie, le maniement des armes à feu et la compétence de tir sont les quatre valeurs essentielles prônées par cette association qui compte trois millions de membres à travers le pays. La NRA est considérée comme le lobby le plus puissant des Etats-Unis car ses dirigeants disposent d’une capacité sans égale à rassembler les membres, les orienter et les guider dans leur choix au moment des élections. Bref, la NRA c’est un troupeau de trois millions de moutons qui suivent quelques bergers… Troupeau moutonnier fortement apprécié par les politiques au moment de se présenter au suffrage !


La question à se poser est de savoir si les valeurs prônées par la NRA sont encore défendables aujourd’hui ? Les Etats-Unis sont le pays le plus militarisé et le plus fliqué au monde, la présence de milices privées et d’initiatives personnelles en matière de sécurité ne génère-t-elle pas, aujourd’hui, plus de problèmes que de solutions ? A mon sens, c’est l’évidence même. Ne pas se rendre compte que la libre circulation des armes à feu contribue à entretenir le nombre de morts quotidiens, par meurtre ou par accident, aux Etats-Unis c’est se voiler la face… Contribuer au maintien de la liberté de porter une arme à feu c’est aussi être le complice direct de chaque meurtre commis par une arme à feu ! Donc oui, la NRA est bien complice des 46 (ou 82) meurtres par armes à feu commis chaque jour aux Etats-Unis !


Pour se donner bonne conscience suite aux nombreux massacres dans les écoles, la NRA a produit un film intitulé «Eddie Eagle» dont l’objectif est de prévenir les enfants du danger. Le film est largement diffusé dans les écoles mais il n’empêche pas les massacres de s’enchaîner (Arkansas, octobre 2008 – école primaire de Détroit, octobre 2008 – Virginia Tech, avril 2007 – Colombine, avril 1999…) ni une gamine de trois ans d’abattre accidentellement son petit frère (Bakersfield, mai 2009) ou un ado de tuer de sang-froid sa future belle mère ! D’aucuns, parmi les opposants à la liberté de porter une arme, voient même en ce film une propagande idéologique pour inciter les enfants à s’initier aux armes à feu en compagnie de leurs parents…


Quant aux fameuses milices qui tiennent tant à cœur à la NRA, elles doivent théoriquement servir à défendre chaque citoyen américain de toutes formes d’attaques et à protéger ses biens et sa famille. Le moins qu’il se puisse être écrit est que c’est un échec total ! Entre Waco, le premier attentat contre le WTC de New York en 1993, l’attentat contre l’immeuble fédéral d’Oklahoma City ou l’attaque aérienne contre le WTC et le Pentagone ces milices n’ont servi à rien. Par contre, dans le même temps, le nombre d’assassinats ou de morts accidentelles par balle est en croissance !


Que les Démocrates agissent… tant qu’ils sont au pouvoir !


Il est plus que temps que la NRA se rende compte de sa dangerosité, de son inutilité et de son obsolescence… Tout comme il est grand temps que le monde politique américain se rende compte que la NRA ne doit plus être un lobby influent ! Au Canada, une étude menée par la Coalition pour le Contrôle des Armes à Feu montre une corrélation de 92% entre les foyers qui détiennent des armes et les décès par armes à feu, et ce tant au Canada que dans les pays industrialisés comparables. Cette enquête montre aussi clairement que le risque d’homicide est 2,7 fois plus important dans un ménage qui possède une arme à feu par rapport à un ménage qui n’en détient pas(3). Un autre constat à poser est celui de l’Australie qui mène une politique stricte en matière de possession d’armes à feu ; le taux de suicide et d’homicide par arme à feu y est négligeable par rapport à celui des Etats-Unis…


Il va de soi qu’un contrôle organisé de ces armes irait dans le sens d’une diminution sérieuse du nombre de meurtres aux Etats-Unis. Mais, le monde politique osera-t-il un jour se saisir de cet argument pour limiter ou même interdire la liberté d’avoir une arme ? Dans un excellent ouvrage qu’il rédigea, JFK parla du courage dans la politique… Aujourd’hui, le vrai courage politique aux Etats-Unis serait de modifier le deuxième amendement du Bill of Right, de l’adapter à tout le moins, et d’ainsi limiter l’influence de la NRA dans la vie politique et quotidienne. «Ce ne sont pas les armes qui tuent, ce sont les criminels» se sont empressés de dire les responsables de la NRA après le massacre de Virginia Tech, en avril 2007. Mais si ces criminels n’avaient pas accès aux armes, il ne fait aucun doute que le nombre de victimes serait considérablement revu à la baisse. A Virginia Tech, comme à Littleton, à Red Lake ou à Paradise, ce ne sont pas les mains de criminels qui ont tué mais bien les balles de leurs armes à feu !


Et pourtant aucun camp politique n’a jamais véritablement évoqué l’idée de la mise en place d’un contrôle des armes à feu. Au lendemain du massacre de Virgina Tech, la Maison Blanche avait même tenu à réaffirmer la position de George Bush en faveur du port des armes à feu… On sait le camp républicain traditionnellement conservateur et militant depuis sa création pour le deuxième amendement. Mais dans le camp démocrate, Bill Clinton et Al Gore avaient tenté, à leur époque, de limiter les ventes d’armes. En 2000, des analyses avaient montré que c’est cette prise de position qui avait coûté à Al Gore la victoire dans l’Etat du Tennessee et, par corollaire, la Présidence des Etats-Unis… Si les Républicains sont ouvertement pro armes à feu et si les Démocrates ne réagissent pas de peur de déplaire à une grande frange de leur électorat potentiel, la liberté de porter une arme à feu a encore de belles années devant elle ; les adolescents dans les lycées et les gamins de deux ans tués par accident pas !


Dans son édition du 17 avril 2007, au lendemain du massacre de Virginia Tech, le New York Times réclamait ouvertement le renforcement urgent du contrôle des armes à feu. Il était le seul média à le faire ! Les journalistes du Times ont eu le courage d’aller à l’encontre de la position de tous leurs collègues de presse… il est désormais temps que les Démocrates (puisque les Républicains y sont irrémédiablement favorables) aillent à l’encontre de la politique archaïque établie en matière d’armes à feu et réclament la mise en place d’un contrôle strict !


-------
(1)
FBI – Table 1 – Crime in the United States, publié le 20 septembre 2009µ

(2) d’autres exemples dans le texte de l’esprit des lois…

(3) source : Coalition pour le Contrôle des Armes à Feu – Guncontrol

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Le monde est fou !
commenter cet article

commentaires

point tiret exclamation 11/02/2011 08:42


Qu 'il soit condamné en tant que mineur me semble équitable. Cependant une chose m 'interpelle le fait que le gamin ait tué la compagne de son père, pendant son sommeil.
Il savait à ce moment que la victime serait sans défense... A cet âge l 'idée de tuer me serait jamais venue à l 'esprit, pourtant nous possédions de long couteaux de cuisine.


Olivier Moch 14/02/2011 10:43



Il y a une préméditation qui me semble évidente; c'est un comportement d'adulte par excellence. Lorsqu'il y a comportement d'adulte, ne doit-on pas juger en tant qu'adulte ? Là est toute la
question !



hopla 28/01/2011 14:48


Excellent article.
Bonne journée.