Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 septembre 2010 4 30 /09 /septembre /2010 12:32

Ils sont deux et par des actions aussi osées que farfelues, ils se sont assigné comme mission de mettre en évidence les dangers de l'ultralibéralisme.

 

yes1.jpgLa chaine Planète diffuse ce soir – en seconde partie de soirée, très tard évidemment ! – un documentaire relatif aux Yes Men et à leur vision de la catastrophe de Bhopal. Les  Yes Men sont un duo d’activistes, tendance légèrement anar à mon sens, dont le but est de dénoncer par la caricature les dérives du libéralisme exacerbé qui pollue notre planète. Je dois dire que j’ai un faible pour ces deux types qui mènent des actions dans l’unique but de pointer du doigt le danger, l’irresponsabilité et l’animosité des dirigeants ultralibéraux de notre société déclinante. Ils refont fréquemment surface pour démontrer par l’absurde que nous sommes soumis aux diktats de monstres d’inhumanités dont le profit et le lucre sont les uniques desseins… Les Yes Men ont quelques cibles privilégiées comme George Bush, lorsqu’il était Président des Etats-Unis, ou des sociétés multinationales comme Exxon Mobile, Dow Chemical, Halliburton mais aussi, et surtout, l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) qui fut piégée à maintes reprises…

Quelques actions des Yes Men…

Depuis leur apparition à la fin des années ’90, les Yes Men ont mené plusieurs actions qui n’ont pas forcément eu un grand écho médiatique mais qui ont eu le grand mérite de faire passer les dirigeants ultralibéraux pour les guignols qu’ils sont assurément ! Je vous propose un relevé non-exhaustif de ces actions…

- Ils ont mené leur première action en créant un faux site officiel de campagne électorale de George W. Bush alors en course pour son premier mandat à la Maison Blanche avant de lancer sur la toile un autre faux site officiel de l’OMC.

- Mai 2000, sous le nom inventé d’Andreas Bilchbauer, l’un des Yes Men parvient à se faire inviter en tant qu’expert au sommet de l’Organisation Mondiale du Commerce, à Salzbourg. Il y présente un discours farfelu et sans fondement qui évoque, entre autres, le coût élevé du système électoral et propose le plus sérieusement du monde de le remplacer par un système de Vote auction c'est-à-dire de votes aux enchères…. Cette intervention est saluée par un tonnerre d’applaudissements des véritables experts de l’OMC présents dans la salle.

- L’année suivante, toujours devant un aréopage d’experts de l’OMC et de grands patrons internationaux réunit en Finlande pour une conférence sur l’avenir du textile, les Yes Men obtiennent un créneau pour présenter un système de surveillance des travailleurs de secteurs. Ce système imaginaire, baptisé Appendice de Visualisation, est présenté telle une avant-première révolutionnaire pour tous les dirigeants d’entreprise. Il se yes2présente sous la forme d’un long phallus doré par lequel le dirigeant peut obtenir électroniquement et de façon sensorielle la surveillance, le contrôle et la soumission totale des travailleurs. Travailleurs qui, tout au long de la présentation, et sans aucune restriction de la part des organisateurs ou du public sont appelés esclave C’est gros comme une maison mais la supercherie n’est pas découverte, tout au plus une dame s’étonne-t-elle que le système soit représenté sous la forme d’un organe sexuel male… Plusieurs patrons présents s’informent même de l’éventuelle date de commercialisation
de cet Appendice de Visualisation !!! Il y a peu, dans son émission Reporters, RTL-TVI diffusait un reportage sur cette action des Yes Men… Sept ans après, mieux vaut tard que jamais !


- 2002, dans l’amphithéâtre d’une grande université américaine, les Yes Men se présentent comme des représentants de l’OMC qui viennent faire une conférence sur la famine dans le monde. Ils entament leur exposé par la distribution de hamburger avant de dire que la famine est un réel problème pour l’OMC car un travailleur affamé est un travailleur moins rentable. Dès lors, ils proposent une solution qui permettra, par un système de filtres, de recycler les excréments en nourriture… Ils proposent aussi d’envoyer par un système de pipe-line les excréments occidentaux en Afrique et en Asie afin de les recycler ainsi en nourriture pour les populations touchées par la famine. Ils ajoutent que le hamburger proposé en début de conférence est issu de ce recyclage… Cette dernière remarque soulève quand même quelques réactions dans l’assistance qui aura quand même du attendre de croire manger de la merde pour réagir ! Qu’on en fasse manger tous les jours aux Africains et aux Asiatiques ne leur posa pas de soucis, qu’on leur fit goûter les indigna !

- Durant une partie de l’année 2004, les Yes Men parcourent les Etats-Unis dans un van aux couleurs de George Bush avec le slogan «Yes, Bush Can !». Ils se présentent aux populations comme deux représentants d’un lobby de soutien au Président sortant et proposent de faire signer un Engagement patriotique qui prévoit notamment que les signataires s’engagent à stocker chez eux des déchets nucléaires, à envoyer leurs enfants en Irak et à renoncer à certains de leurs droits constitutionnels… Il se trouve quantité de crétins pour signer cet engagement ! C’est aussi cela que les Yes Men – que l’on traduira par Béni-oui-oui en français – veulent mettre en évidence, l’asservissement aveugle des masses à des idées que des dirigeants opportunistes leur impose en leur faisant croire que c’est pour le bien de la société…

- 3 décembre 2004, jour du 20è anniversaire de la catastrophe de Bhopal l’un des Yes Men intervient en direct dans le journal de BBC World News sous les traits du porte-parole de Dow Chemical qui a absorbé Union Carbide (responsable de la catastrophe de Bhopal) . Il annonce que Dow Chemical va vendre Union Carbide pour 12 milliards de dollars et que cette somme servira enfin à indemniser les victimes de Bhopal, nettoyer le site de la catastrophe et financer des recherches sur les dangers de la pétrochimie. Immédiatement cette information est relayée par les médias du monde entier avant que Dow ne démente confirmant ainsi son manque d’intérêt totale pour les victimes de la catastrophe provoquée par se filiale…

- 9 mai 2006, par le biais d’un faux site internet d’Halliburton qu’ils ont mis en ligne, les Yes Men sont invités à une conférence sur le réchauffement climatique. Ils y présentent la «dernière invention» d’Halliburton, une boule de survie gonflable protégeant des conséquences de l’effet de serre. On croirait cette boule géante sortie en droite ligne de L’Age de Cristal mais elle récolte un immense succès auprès des participants…

- En 2006 toujours, à Sidney, en marge de la conférence mondiale de l’OMC – décidément la cible favorite des deux activistes -, ils annoncent la dissolution de cette organisation car les plus haut responsables ont compris que la mondialisation à pour conséquence majeure de fragiliser les plus faibles. Dès lors, l’OMC renaîtra de ses cendres sous une autre forme, plus sociale et plus responsable envers tous les citoyens du monde. Cette annonce est reprise par des médias du monde entier et nécessite un démenti officiel de l’OMC.

- Juin 2007, au Canada lors d’une conférence mondiale sur le pétrole, les Yes Men se présentent comme un représentant d’Exxon Mobile et un envoyé du National Petroleum Council. Ils présentent le projet Vivoleum qui, en cas de catastrophe liée à l’utilisation du pétrole, permettrait de continuer à produire un pétrole fossile à base de cadavres humains. Les milliers de personnes qui meurent chaque jour à travers le monde pourraient être transformées en pétrole. Pour appuyer leur exposé, ils distribuent des bougies qui sont censée avoir été créées avec du pétrole fabriqué à partir du cadavre d’un employé d’Exxon décédé. Les Yes Men proposent alors à l’assistance d’allumer la bougie afin de constater qu’elle est parfaitement similaire à une bougie à base de pétrole fossile… Sans se poser de question éthique, une immense majorité de l’assemblée allume la bougie !

 

- le 12 novembre 2008, les Yes Men étaient partie-prenante dans la distribution du faux New York Times qui annonçait la fin de la guerre en Irak (lire à ce propos Iraq War Ends ). Ce faux NYT a été édité à 100.000 exemplaires et distribué aux passants dans les rues de New York.

Avec ces actions grotesques et des idées farfelues les Yes Men parviennent à infiltrer les organisations les plus puissantes de la planète et faire avaler des couleuvres aux maîtres à penser de l’ultralibéralisme. Ils démontrent aussi que dans le monde actuel, plus c’est gros plus ça passe ; au plus on imagine des systèmes d’asservissement des masses au plus les dirigeants de la World Company sont prêts à les intégrer à leur gestion des Ressources Humaines. L’homme au service de la production et au profit de quelques-uns ! Grâce au net, il est possible de suivre les agissements des Yes Men qui n’ont de cesse d’attirer l’attention du grand public, de vous et de moi, sur le danger de l’ultralibéralisme qui nous manipule…

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Le monde est fou !
commenter cet article

commentaires

wwwrpublicairforce.over-blog.com 02/10/2010 10:47


Je ne les connaissait pas ,j'ai fait une découverte !