Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juillet 2012 5 13 /07 /juillet /2012 10:43

Série de l’été - 1964, une ballade folk/rock pour lancer un duo incontournable des sixties…

serieete04---simon---garfunkel.jpgSimon & Garfunkel est un des duos les plus mythiques de la musique américaine des années '60. Voyageant continuellement entre rock et folk, les deux compères ont offert quelques-unes des plus grandes chansons de l'époque; Mrs Robinson, Bridge over troubled water, Old Friends, Homeward Bound ou encore The Boxer sont entrées dans la mémoire collective. Artistes engagés, les textes qu'ils mettent en musique se veulent le reflet d'une époque dérangée et dérangeante faite, entre autres, de guerre du Vietnam, des assassinats de JFK et de MLK,… A l'aube des années '70, Paul Simon et Art Garfunkel, qui vivent une vraie relation je t’aime moi non plus, décident pourtant de se séparer car leur différences les divisent plus qu'elles ne les unissent ! La musique du duo de la côte-est est toujours tellement présente que l’on a du mal à imaginer qu’il s’est lancé sur les scènes new-yorkaises à la fin des années ’50 et qu’il est officiellement séparé depuis 1970 malgré quelques réapparitions extraordinaires comme ce concert devenu mythique dans Central Park, en septembre 1981, ou encore cette tournée américaine à l’automne 2003. Et pourtant, c’est bien en 1957 que Paul Simon et Art Garfunkel enregistrent, avec un groupe baptisé Tom & Jerry, leur premier titre, Hey, schoolgirl, un rock typique de l’époque qui se vend à plus de 100.000 exemplaires. Simon et Garfunkel ont, à peine, 16 ans et pensent qu’ils peuvent vivre de la musique… Mais Hey, schoolgirl ne sera qu’un pétard mouillé et, fin 1958, Tom & Jerry splitte. Paul et Art se perdent de vue… Ce n’est qu’en 1963 qu’ils se retrouvent lors d’un concert de musique folk. Le folk, influencé par l’esprit rebelle du rock, prend alors son envol avec des chanteurs comme Bob Dylan, Joan Baez ou Leonard Cohen. Cette musique engagée séduit Paul Simon et Art Garfunkel qui décident de tenter l’aventure en duo. Ce sont deux musiciens talentueux et leur idée est de créer un duo de guitaristes pour produire un folk épuré. Le label Columbia leur donne rapidement leur chance et un premier album, Wednesday morning, 3 A.M. est pressé. Il contient douze titres dont une reprise de The times they are a-changin’ de Bob Dylan.

La plage principale de cette plaque c’est The Sounds of Silence, une balade folk qui évoque l’aveuglement, les choses que l’on ne veut pas voir, le repli sur soi ou l’individualisme mais aussi les idoles auxquelles on souscrit pour éclairer nos vies. La version originale de cette chanson est acoustique. Les voix de Simon et Garfunkel ne sont accompagnées que par la seule guitare de Paul Simon. L’album Wednesday morning, 3A.M. ne marche pas du tout ; Simon et Garfunkel se séparent à nouveau. Simon s’envole pour l’Angleterre où il espère trouver le succès, il y sort d’ailleurs un album (The Paul Simon Songbook) qui n’est guère plus plébiscité… Mais, un événement va relancer la carrière de Simon & Garfunkel ; Tom Wilson, qui avait produit Wednesday morning, 3 A.M., décide de réorchestrer The Sounds of Silence. Il y ajoute des guitares électriques et sort cette version sur 45 tours sans en dire un mot à Simon et Garfunkel. Surprise, cette version plus rock accroche les auditeurs des radios de la côte-est… puis le succès s’étend à travers les Etats-Unis pour atteindre la première place du Bilboard Hot 100 en janvier 1966. Pour surfer sur ce succès grandissant, Wilson rappelle les deux chanteurs pour un nouvel album. Simon et Garfunkel acceptent et entrent en studio pour mettre en boite une plaque intitulée Sounds of Silence qui contient, évidemment, une version de The sounds of Silence. Pour compléter l’album, le duo récupère cinq chansons de l’album The Paul Simon Songbook dont I’m a rock et Kathy’s Song qui deviendront des standards du duo. Quelques semaines plus tard, Simon & Garfunkel enregistrent Scarborough Fair, une chanson moyenâgeuse anglaise de troubadour qu’ils adaptent à leur façon en conservant cependant les consonances médiévales, qui installent définitivement les deux hommes en tant que références de la musique des années soixante.

The Sounds of Silence apparaîtra encore sur la bande originale du film Le Lauréat (Mike Nichols, 1967) où, pour l’anecdote, elle est orthographie The Sound of Silence, au singulier…


The Sounds of silence

Hello, darkness my old friend
I've come to talk with you again
Because a vision softly creeping
Left its seeds while I was sleeping
And the vision that was planted in my brain
Still remains
Within The Sound Of Silence.

In restless dreams i walked alone
Narrow streets of cobblestone,
'Neath the halo of a street lamp
I turned my collar to the cold and damp
When my eyes were stabbed by the flash of a neon light
That split the night
And touched The Sound Of Silence.

And in the naked light I saw
Ten thousand people, maybe more
People talking without speaking
People hearing without listening
People writing songs that voices never share
And no one dared
Disturb The Sound Of Silence.

"Fools" said I, "You do not know
Silence like a cancer grows.
Hear my words that I might teach you,
Take my arms that I might reach you."

But my words like silent raindrops fell,
And echoed
In the wells of silence

And the people bowed and prayed
To the neon god they made
And the sign flashed out its warning,
In the words that it was forming.
And the signs said the words of the prophets
Are written on the subway walls
And tenement halls.

And whisper'd in the sounds of silence

Traduction :

Salut, obscurité ma vieille amie
Je suis encore venu discuter avec toi
Parce qu’une vision a doucement rampé
Et planté ses graines pendant que je dormais
Et la vision qui a été plantée dans mon cerveau
Reste encore
Dans le bruit du silence

Dans mes rêves agités je marchais seul
Dans les ruelles étroites et pavées
Sous le halo d’un réverbère
Je relevais mon col contre le froid et l’humidité
Lorsque mes yeux ont été agressés par le flash d’un néon
Qui a éclaté dans la nuit
Et heurté le bruit du silence

Et dans la lumière nue j’ai vu
Dix mille personnes, peut-être plus
Des personnes qui discutaient sans parler
Des personnes qui entendaient sans écouter
Des gens qui écrivaient des chansons qu’aucune voix ne partagera
Et pas un n’osait
Déranger le bruit du silence

"Pauvres fous" ai-je dis, "Vous ne savez pas"
Le silence comme le cancer se développe
Entendez mes paroles que je puisse vous enseigner
Prenez mes bras que je puisse vous atteindre

Mais mes mots, tels des gouttes d’eau sont tombée silencieuses
Et on fait écho
Dans les puits du silence

Et le peuple s’est soumis et a prié
Vers le néon qu’ils avaient fabriqué comme un Dieu
Et un signal cingla comme un avertissement
Dans les mots qui s’étaient formés
Et les signaux disaient que les mots des prophètes
Sont écrits sur les murs du métro
Et dans les couloirs des vieilles bâtisses

Et sont murmurés dans les bruits du silence

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans A découvrir
commenter cet article

commentaires