Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 août 2013 2 13 /08 /août /2013 09:41

Série de l'été - 1979, Roger Hodgson signe la complainte d'une innocence perdue...

17-The-logical-song.JPGDoit-on encore présenter Supertramp ? Groupe-phare des années '70, Supertramp continue à vivre de ses nombreux succès acquis avant que Roger Hodgson ne s'en aille, en 1983. Une tentative de réintégration de Hodgson a lieu, en 1993, lorsque ce dernier revient jouer avec Supertramp à l'occasion de l'anniversaire de Jerry Moss, fondateur de A&M Records qui produisait le groupe. Cependant, en raison du caractère bien trempé d'Hodgson qui voulait absolument redevenir le centre de Supertramp, l'essai est manqué... Supertramp est donc un vrai groupe des seventies qui connaitra encore un seul grand succès, It's rainning again (1982), par la suite. Le groupe du sud de l'Angleterre accède à la renommée dès 1974 avec l'album Crime of the century qui contient la chanson éponyme mais aussi School, dont les paroles au vitriol égratignent l'éducation à l'anglaise et, surtout, Dreamer, pierre angulaire du LP. L'album est totalement porté par Rick Davies et Roger Hodgson qui écrivent et composent tous les titres. Au vu du succès rencontré par Crime of the century, qui devient très vite disque d'or, plusieurs critiques n'hésitent pas à considérer Hodgson et Davies comme les "nouveaux Lennon et McCartney", une comparaison qui n'est pas pour déplaire aux deux leaders de Supertramp. Crisis ? What Crisis ? (1975) passe un peu plus inaperçu avant que Even in the quietest moments (1977) ne devienne disque d'or aux States et en Allemagne ainsi que disque de platine au Royaume-Uni, en France et au Canada grâce, notamment, à la chanson Give a little bit, une chanson résolument optimiste qui va à l'encontre des thèmes du rock d'alors, fortements influencés par le pessimisme ambiant du mouvement punk naissant. Le meilleur est encore à venir pour Supertramp qui s'installe alors dans la propriété de Rick Davies, à Los Angeles, pour travailler sur son prochain album. Fort de son succès américain, le groupe souhaite donner une vraie couleur US à ce prochain album dont le titre provisoire Hello Stranger est choisi en référence au fait qu'ils sont des étrangers installé aux Etats-Unis. Cependant, une des pistes de l'album porte le titre Goodbye Stranger et crée une sorte de hiatus avec le titre du LP. C'est finalement la chanson Breakfast in America qui donne son nom à l'album. Ecrite par Hodgson alors qu'il était adolescent, elle évoque un jeune homme qui rêve d'Amérique.

Si Breakfast in America, Gone Hollwood et Child of Vision apportent cette couleur américaine (plutôt ironique et railleuse de certaines institutions du pays) voulue par le groupe, c'est surtout le titre The Logical Song qui va devenir l'élément central de l'album. Musicalement, la construction fait la part belle aux orgues, aux synthétiseurs et au saxophone, elle est introduite par des castagnettes, ce qui est plutôt original pour un titre qui émarge au rock. Les paroles écrites par Roger Hodgson, sont une critique de l'éducation qui pervertit les enfants pour les faire entrer dans un moule sociétal. Les paroles évoquent le passage à l'âge adulte d'un jeune homme qui perd ainsi les illusions de son enfance, qui ne sait plus vraiment où il en est, certains évoquent même un état schizophrénique du narrateur qui a du mal à percevoir la réalité et qui tient des discours absurdes (Please tell me who I'm). Cependant, ce même narrateur garde un soupçon de réalisme puisqu'il met en garde celui qui l'écoute en disant que lorsque l'on tente de casser le moule, de sortir du chemin tracé, on est considéré comme un gauchiste (ndlr le terme Liberal est souvent associé au New Deal de Roosevelt et à l'Etat-providence qui est clairement assimilé au gauchisme par les Américains) voire un terroriste (fanatique) ou même un criminel.

The Logical Song est le premier single extrait de Breakfast in America, qui va devenir en quelques mois l'un des albums les plus vendus de tous les temps à travers le monde. Ce sont plus de 25 millions d'exemplaires de Breakfast in America qui se sont écoulés depuis sa sortie, en mars 1979. L'album est une réussite complète avec des titres comme Goodbye Stranger, Take a long way home, Breakfast in America, Child of Vision et, bien entendu, The Logical Song, il est la quintescence de l'esprit de Supertramp, une espèce de best-off de ce que le groupe pouvait faire de mieux... La sortie de l'album est assortie d'une gigantesque tournée mondiale, The Breakfast Tour, qui emmènera Supertramp sur les routes pour plus d'une année avec, en point d'orgue, le Live in Paris qui donnera naissance à un double album exceptionnel capté au Pavillon de Paris, le 29 novembre 1979.

Au terme de la tournée, une certaine forme de lassitude s'installe et Supertramp s'offre dix-huit mois de pause, il semblerait que des tensions soient nées entre Hodgson et d'autres membres du groupe. En 1982, l'album Famous last words porte un titre quelque-peu prémonitoire puisque It's raining again, Crazy et Don't leave me now sont les derniers mots écrits par Roger Hodgson qui quitte Supertramp pour se lancer dans une carrière solo.



17-The-logical-song---paroles.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans A découvrir
commenter cet article

commentaires

archery supplies 16/07/2014 12:17

Summer season has approached us sooner than ex expected and for this time MCCartney has decided to give a visual treat for us entitled the logical song. The lyrics reminded me of my child hood in which ma mum used to sing lullabies.