Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 08:40

Série de l'été - 1967, une longue ballade psychédélique et poétique...

 

serieete25---The-Doors.jpgThe End pour terminer... quoi de plus normal ! Nous achevons donc notre série de l'été par une pièce d'anthologie signée Morrison, Manzarek, Krieger et Densmore.

The Doors, fondé par hasard, sur la plage de Venice par Jim Morrison, qui terminait ses études de cinéma à UCLA, et Ray Manzarek, un organiste méticuleux qui avait aussi fréquenté UCLA, a très vite connu la gloire. De la rencontre des deux hommes, en juillet 1965, aux premiers concerts donnés au London Fog, à Los Angeles, il ne s’écoule que cinq mois. Rapidement, le groupe à trouvé sa carburation avec Jim Morrison au chant, Ray Manzarek aux claviers et en homme à tout faire, Robby Krieger qui peut tout jouer à la guitare et John Densmore le batteur, véritable métronome de la bande. Jusqu’en mai 1966, The Doors est à l’affiche du London Fog avant de décrocher un contrat intéressant avec le prestigieux Whisky a Go-Go, le bar tendance du moment, sur le Strip à West-Hollywood. The Byrds, Otis Redding, The Who, Jimi Hendrix… autant de noms qui sont passés sur la scène du Whisky ; pour Morrison et ses potes, c’est le début de la consécration. The Doors font la première partie du groupe Them ce qui permet à Jim Morrison de rencontrer le leader de ce groupe, Van Morrison avec qui il n’a aucun lien de parenté mais qui va le marquer à vie. Van Morrison, qui est à l’aube d’une carrière remarquable, chante pour lui, se moque de son public, l’insulte même parfois. Jim Morrison s’inspirera beaucoup de cette façon de faire de la scène, l’agrémentant à sa façon d’un soupçon de provocation et d’un trait d’érotisme…

Sur scène, The Doors teste ses créations et ça passe plutôt pas mal. Un soir, un ponte de la maison de disque Elektra à la recherche de talents entend Morrison et tente de lui faire signer un contrat… seul. Mais c’est en groupe que The Doors signeront ou ils ne signeront pas. Sentant la bonne affaire, Elektra signe un contrat pour six albums au groupe. Pour fêter ce premier album en préparation, Morrison monte sur scène au Whisky a Go-Go sous LSD et improvise quelques paroles crues sur une chanson qu’il avait écrite voici plusieurs mois suite à une rupture amoureuse. Dans cette chanson qui parle de la mort, il introduit sans prévenir les autres membres du groupe, des phrases inspirées des écrits de Freud sur le Complexe d’Œdipe. Il les improvise de façon un peu trop crue pour le patron du bar qui éjecte le groupe de la scène et rompt immédiatement leur contrat avant même que la chanson ne soit finie… Il faut dire que : Father. Yes son ? I want to kill you. Mother, I want to fuck you all night long (Père. Oui fils ? Je veux te tuer. Mère, Je veux te baiser toute la nuit) c’est effectivement une vision crue des travaux de Freud. Pas fausse… mais crue !

Cette première provocation de Jim Morrison va devenir la marque de fabrique des Doors et contribuer à créer et entretenir la légende autour du groupe et de son chanteur. Cela ne rebute pas Elektra qui permet aux Doors d’enregistrer leur premier album, simplement intitulé The Doors, à l’automne 1966. Cette plaque contient les premiers tubes du groupe, Light my Fire, Break on through, Alabama Song, une reprise d’un air d’opéra écrit par le poète allemande Berthold Brecht… Ce premier album se conclut par une longue ballade psychédélique et poétique, The End, que Morrison retravaille, sur base de son improvisation du Whisky a Go-Go, pour en faire une complainte sur la psychanalyse freudienne, le chamanisme et la tragédie grecque (référence à Œdipe Roi de Sophocle), trois thèmes qui le passionnent depuis l’adolescence. The End est une véritable plongée dans le subconscient et dans le monde des Esprits. Morrison s’inspire des individus ayant pratiqué le chamanisme à sous influence d’ayahuasca (un breuvage à base de liane aux effets psychotropes avalé par les chamans des tribus amazoniennes) et qui rapportent que l’on se retrouve face à un serpent, incarnant nos propres démons, et qu’il s’agit d’arriver à tuer ce serpent. Dans le texte enregistré sur l’album, Jim Morrison, contre l’avis de Manzarek, laisse les paroles scandaleuses qui l’ont fait éjecter du Whisky…

L’album The Doors séduit un large public, aussi bien des adolescents en quête de romantisme qui succombent à Light my Fire, qui évoque l’amour fou et inconditionnel, que des intellos qui mettent en exergue la poésie et la qualité lyrique des textes de Morrison, y compris sur Break on through… qui a été écrite par Robby Krieger. Richard Goldstein écrit, à propos de The End la plus belle des critiques, celle qui ne pouvait que plaire à Jim Morrison : «Quiconque conteste la notion de littérature rock devrait méditer sur cette chanson» ! Il sous-entend clairement qu’il existe une littérature musicale (du rock) comme il en existe une romancée… Pour Jim Morrison, grand amateur de littérature et de poésie classiques, le compliment est ultime, avec The End, il a réussi à faire le lien entre littérature et rock ‘n roll…

Francis Ford Coppola, qui a parfaitement compris le sens de la chanson en fait un élément clé de son chef d’œuvre Apocalypse Now, la musique lancinante de The End accompagne la mort du Colonel Kurtz.


The End 

This is the end
Beautiful friend
This is the end
My only friend, the end

Of our elaborate plans, the end
Of everything that stands, the end
No safety or surprise, the end
I'll never look into your eyes...again

Can you picture what will be
So limitless and free
Desperately in need...of some...stranger's hand
In a...desperate land ?

Lost in a roman...wilderness of pain
And all the children are insane
All the children are insane
Waiting for the summer rain, yeah

There's danger on the edge of town
Ride the King's highway, baby
Weird scenes inside the gold mine
Ride the highway west, baby

Ride the snake, ride the snake
To the lake, the ancient lake, baby
The snake is long, seven miles
Ride the snake...he's old, and his skin is cold

The west is the best
The west is the best
Get here, and we'll do the rest
The blue bus is callin' us
The blue bus is callin' us
Driver, where you taken' us ?

The killer awoke before dawn, he put his boots on
He took a face from the ancient gallery
And he walked on down the hall
He went into the room where his sister lived, and...then he
Paid a visit to his brother, and then he
He walked on down the hall, and
And he came to a door...and he looked inside
"Father ?", "yes son", "I want to kill you"
"Mother?...I want to...fuck you"

C'mon baby, take a chance with us
C'mon baby, take a chance with us
C'mon baby, take a chance with us
And meet me at the back of the blue bus
Doin' a blue rock, On a blue bus
Doin' a blue rock, C'mon, yeah
Kill, kill, kill, kill, kill, kill

This is the end, Beautiful friend
This is the end, My only friend, the end
It hurts to set you free
But you'll never follow me
The end of laughter and soft lies
The end of nights we tried to die
This is the end

Traduction :

Voici la fin
Ma belle amie
Voici la fin
Ma seule amie, la fin

De nos plans élaborés, la fin
De tout ce qui a un sens, la fin
Ni salut ni surprise, la fin
Je ne te regarderai plus dans les yeux... jamais

Peux-tu imaginer ce que nous deviendrons
Sans limites et sans entraves
Désespérément avides... de quelque... ... main étrangère
Dans une... contrée désespérée

Perdus dans un roman... de douleurs égarés
Et tous les enfants sont devenus fous
Tous les enfants sont fous
Dans l'attente de la pluie d'été

Les abords de la ville sont dangereux
Chevauche la grand route du roi (lézard)
Scènes étranges au fond de la mine d'or
Chevauche la grand route vers l'ouest, bébé

Chevauche le serpent, chevauche le serpent
Jusqu'au lac, le lac antique
Le serpent est long, sept miles
Chevauche le serpent... il est vieux, et sa peau est froide

L'ouest est ce qu'il y a de mieux
L'ouest est ce qu'il y a de mieux
Viens ici, et nous ferons le reste
L'autobus bleu nous appelle
L'autobus bleu nous appelle
Chauffeur, où nous emmènes-tu ?

Le tueur s'éveilla avant l'aube, il mit ses bottes
Il prit un visage dans la galerie antique
Et il s'avança le long du couloir
Il rentra dans la chambre où vivait sa sœur, Et... puis il
Rendit visite à son frère, puis il
Continua le long du couloir, et
Il arriva à une porte... et il regarda à l'intérieur
Père, oui fils ? Je veux te tuer
Mère... je veux... . te baiser

Viens bébé, tente ta chance avec nous
Viens bébé, tente ta chance avec nous
Viens bébé, tente ta chance avec nous
Et retrouve-moi à l'arrière de l'autobus bleu
Danser un rock bleu
Sur un bus bleu
Danser un rock bleu
Viens, ouais
Tue, tue, tue, tue, tue, tue

Voici la fin
Ma belle amie
Voici la fin
Ma seule amie, la fin
Cela me peine de te laisser partir
Mais tu ne me suivras jamais
La fin du rire et des doux mensonges
La fin des nuits où nous avons voulu mourir

Voici la fin

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans A découvrir
commenter cet article

commentaires

Outlook problems help 11/04/2014 11:26

Actually I am hard core fan of Jim Morison and have got a collection of his songs with me! He has got a great talent in pop music! Actually I was in search of this lyric and glad to land on this web page! Thanks for sharing the lyric