Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 septembre 2011 1 12 /09 /septembre /2011 11:32

Chaque semaine ce sont quelque 25 pubs qui disparaissent à cause de la chute de fréquentation...

pub.jpgLe pub est une institution en Grande Bretagne. Anglais, Ecossais et Irlandais s'y précipitent souvent après journée pour boire une pinte entre amis ou grignoter un petit repas sans prétention mais roboratif. Lieu de convivialité et de rencontre, le pub (contraction de Public House, l'appellation originelle) est une tradition séculaire. On trouve la trace des premières Maisons Publiques dès le 9è siècle et leur expansion est si rapide et si importante que le Roi Edgard sera contraint, moins d'un siècle plus tard, de décréter une limitation des pubs. Une distance minimale est ordonnée entre deux pubs de telle sorte qu'il ne puisse plus y avoir qu'un seul de ces établissement par village. A l'origine, les pubs sont des brasseries de bière de type ale, c'est à dire à haute fermentation. On fabrique ce type de bière depuis, au moins, le 10è siècle avant Jésus-Christ en terre britannique. Avec la conquète romaine, en 43 de notre ère par l'Empereur Claude, la Britannia voit son réseau routier se développer très rapidement. Les voies de communication engendrent forcément la création d'auberges qui permettaient aux voyageurs de trouver gîte et couvert. Rapidement, les aubergistes ont commencé à fabriquer leur ale et à la servir aux voyageurs de passage. Il ne faudra évidemment que très peu de temps aux villageois riverains des auberges pour découvrir les joies de l'ale. On se retrouvait dans les auberges à la tombée de la nuit pour boire et discuter, des spectacles y furent organisés... De vraies Maisons du Peuple avant l'heure ! Alors, les auberges sont devenues des Public Houses accessibles à tous.

Le pub est tellement ancré dans les mentalités britanniques qu'il fut accusé dans la seconde moitié du 19è siècle de concourir à l'augmentation de l'alcoolisme des masses populaires. Pour quelques pences, les Anglais qui émargeaient à la classe prolétaire pouvaient oublier leur misère dans une pinte. Aussi, le gouvernement décida à l'aube du 20è siècle d'imposer la fermeture des pubs à 23h00. Cette obligation légale donna naissance à une tradition, celle de la cloche. En effet, à 22h50, le barman faisait tinter une cloche pour annoncer la dernière tournée. Chacun se précipitait alors au comptoir pour commander son ultime pinte et la boire à toute vitesse avant la fermeture. La cloche s'est rapidement étendue à l'ensemble des pubs sur le sol britannique tandis que la loi sur la fermeture fut abandonnée en 2005... Mais, depuis quelques années, les campagnes de prévention contre la consommation d'alcool, amplifiées par la crise économique, ont eu pour conséquence de diminuer la fréquentation des pubs en Angleterre. Aujourd'hui, la British Beer & Pub Association (BBPA - Association pour  la Bière et le Pub Britannique) tire la sonnette d'alarme, les citoyens de sa Très Gracieuse Majesté consomment autant de bière chez eux que dans les pubs. Dans les années septante, 90% de la bière consommée en Grande-Bretagne l'étaient dans les pubs; aujourd'hui seuls 50,9% sont consommés dans les pubs. 49,1% de la bière bue sont désormais achetés en supermarché pour une consommation personnelle et à domicile... Par ailleurs, selon la BBPA(1), la fréquentation moyenne diminue aussi très fortement passant de 5,3 visites mensuelles par client à 4,3. Ajoutons encore que chaque client dépense 16% en moins à chaque visite (15,08£ au lieu de 17,88£ entre 2010 et 2009). Cela se ressent évidemment sur le chiffre d'affaires des pubs ! Chaque semaine ce sont, en moyenne, 25 pubs qui ferment au Royaume-Uni et ce chiffre ira sans cesse à la hausse. La BBPA entrevoit deux causes majeures à ce désamour des pubs :
1° les supermarchés qui proposent, de plus en plus souvent, de la bière à bon marché en guise de produit d'appel;
2° l'augmentation de la taxe sur la vente d'alcool (patente) pour les débits de boissons qui est la seconde plus élevée de l'Union Européenne (à titre de comparaison, elle est huit foisplus élevée en Grande-Bretagne qu'en France). Cette taxe élevée se répercute évidemment sur le prix de la pinte dans les pubs.

Depuis quelques années, les pubs anglais fleurissent en dehors des pays anglo-saxons; la Belgique, la France, les pays scandinaves, la Pologne, la République Tchèque ou même des pays plus orientaux comme la Turquie ou l'Inde voient leur nombre de pubs anglais partir à la hausse ces dix dernières années. Paradoxalement, l'Angleterre et l'Irlande connaissent le phénomène inverse...

-----
(1) Drinkers snub the pub for a cheaper pint from the supemarket, par Emily Allen, in the Daily Mail, 12 septembre 2011

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Le monde est fou !
commenter cet article

commentaires