Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 avril 2011 2 19 /04 /avril /2011 08:49

La N-VA irrite les autres partis partis... même les flamands !

eyskens.jpgIl est peut-être grand temps que nos politiciens, qu'ils soient du nord ou du sud, se rendent compte que tant que la N-VA aura voix au chapitre on n'avancera pas dans la négociation. La clique de De Wever c'est un mur dans lequel il faut cesser de foncer benoitement avant de constater que l'on est face à un obstacle de taille. L'adage dit qu'un âne ne bute pas deux fois sur la même pierre... et pourtant, le caillou N-VA, on bute dessus depuis tellement de temps que l'on en a fait un record mondial. C'est à croire que nos politiques sont moins intelligents que des ânes ! Mais les esprits semblent se désembrouiller avec la venue des beaux jours; les brumes donnent l'impression de se dissiper chez certains. Ainsi les critiques sur le jeu politicien du parti séparatiste flamand commencent à poindre... La N-VA énerve, c'est évident ! "Il faut cesser d'être l'otage la la N-VA"(1) déclarait au début de l'année Charles Michel qui était alors candidat à la Présidence du MR, un poste qu'il a obtenu depuis. Une déclaration sur laquelle embrayait, quelques jours plus tard, le Sénateur ECOLO Marcel Cheron en remarquant très justement que "Si on pouvait se passer de la N-VA, ce serait mieux pour tout le monde"(2). Mais globalement, en dehors de quelques autres sorties verbales éparses, c'était à peu près tout ! Les partis flamands continuaient, surtout le CD&V, à faire bloc autour de la N-VA sauf, peut-être, Groen qui pointait le manque de préparation de la N-VA dans le cadre des négociations...

Trois mois plus tard, alors que le CD&V Wouter Beke s'enlise à son tour dans une mission royale, le discours des partis flamands est un peu différent. C'est Johan Vande Lanotte, ancien Concilliateur du SPa, qui se rendait compte - enfin serais-je tenté de dire - qu'avec 27% des voix, la N-VA n'était pas incontournable. "Je suis par ailleurs d'avis que la N-VA se montre quelque peu présomptueuse. Si vous avez la moitié des voix, vous êtes incontournable. Si vous disposez de 27% des voix dans une partie du pays vous ne l'êtes pas. Vous pouvez toujours penser que vous représentez 80% des Flamands, in fine c'est toujours le nombre réel d'électeurs qui compte"(3). C'est la stricte vérite arithmétique et c'est le propos que je tiens depuis le lendemain des élections de juin 2010 (lire à ce propos Hypothèses ou De Wever... genoeg ! ou Continuer sans la N-VA ou encore Nu durven veranderen ...). Le rejet, au début du mois de janvier, de la note Vande Lanotte a clairement montré que la N-VA ne veut pas d'un compromis mais il y a, désormais, une différence fondamentale : les autres partis flamandes osent critiquer l'attitude de La N-VA; ils envisagent la possibilité que Bart De Wever ne soit pas ce Roi de Flandres qu'il aimerait être.

Florilège de critiques flamandes

Désormais certains politiques flamands se lâchent dans la presse exaspérés qu'ils sont par l'immobilisme engendré par la N-VA. Vous avez entendu, comme moi, ces commentaires mais peut-être est-il opportun de les regrouper...

- Guy Verhofstadt (Open VLD), ancien Premier Ministre : "Je vois mal comment on peut discuter avec des partis qui veulent la fin de la Belgique"(4);
- Yves Leterme (CD&V), actuel Premier Ministre du Gouvernement en affaires courantes faisant allusion aux ultimatums de la N-VA : "Fuir n'est pas une solution"(5);
- Bruno Tobback (SPa), Chef de Groupe à la Chambre : "Depuis janvier, ce sont Bart de Wever et la N-VA qui empêchent de nous réunir"(6);
- Servais Verherstraeten (CD&V), Chef de Groupe à la Chambre : "Ce serait mieux si de Wever menait davantage de concertations comme le fait Di Rupo avec les francophones"(6);
- Guy Vanhengel (Open Vld), Ministre du Budget dans le Gouvernement en affaires courantes : "J'ai parfois l'impression que la N-VA est une bande d'amateurs"(7);
- Gwendolyn Rutten (Open VLD), Députée : "Après dix mois, le tableau affiche toujours un zéro pointé [...] La N-VA est un parti sans objectif !"(8).

La balle est dans le camp du CD&V

Seul Groen s'est montré un peu discret à propos du comportement des nationalistes flamands mais on sait aussi que le parti de Wouter Van Besien n'est pas foncièrement attaché à l'idée d'un gouvernement avec la N-VA... Finalement, le seul parti flamand qui reste malgré tout attaché à cette idée c'est le CD&V; son Chef de Groupe à la Chambre, Servais Verherstraeten l'a d'ailleurs rappelé, en même temps que ses critiques, qu'il n'était pas question de lâcher la N-VA. cependant, au sein même du CD&V, les opinions divergent. Marc Eyskens, ancien Premier Ministre et Ministre d'Etat, a demandé à son parti d'aller au Gouvernement sans la N-VA. "Bart de Wever a eu dix mois pour parvenir à un compromis, maintenant cela suffit ! Il faut former un Gouvernement sans lui et le faire rapidement car les marchés financiers ont un oeil sur nous"(9). Et l'ancien Premier Ministre de réclamer que ce Gouvernement amputé de la N-VA se fasse rapidement, avant les vacances d'été encore car ensuite la Belgique entrera dans le canal des élections communales qui auront lieu en octobre 2012. Marc Eyskens propose de lier la Réforme de l'Etat au Parlement et d'en faire dépendre le sort du  prochain Gouvernement. Et pour parvenir à la majorité des deux-tiers utile à toute réforme de l'état, Eyskens prône, pour la partie flamande du pays, la tripartie classique CD&V/SPa/OpenVLD avec l'appui ponctuel de Groen... Un Gourvernement avec les partis traditionnels et sans la N-VA, c'est LA solution si la Flandre veut une Réforme de l'Etat, je le répète depuis plusieurs mois, il suffit d'avoir le courage d'écarter celui qui a fait le plus de voix mais qui est loin d'en avoir fait suffisamment que pour imposer sa volonté unique ! Le CD&V aura-t-il ce courage ? Il est encore permis d'en douter mais il faut vraiment que - à l'image de Marc Eyskens - les Démocrates Chrétiens flamands admettent l'idée que Bart De Wever et la N-VA nuisent à la Belgique et à la Réforme de l'Etat... La sortie de crise est à ce prix !

----
(1) Avec le MR, sans la N-VA, par Mathieu Colleyn et Francis Van de Woestyne, in La Libre Belgique, 15 janvier 2011
(2) Si on pouvait se passer de la N-VA, ce serait mieux pour tout le monde, on la meuse.be, 27 janvier 2011
(3) Vande Lanotte : La N-VA n'est pas incontournable, on lesoir.be, 14 mars 2011
(4) Verhofstadt s'en prend aux nationalistes, on dhnet.be, 7 mars 2011
(5) Leterme : Fuir n'est pas une solution, on lecho.be 17 avril 2011
(6) Crise : la N-VA cible des critiques des autres partis flamands, on rtbf.be, 18 avril 2011
(7) La N-VA attaquée de partout, par Antoine Clevers, in La Dernière Heure/Les Sports, 19 avril 2011
(8) La N-VA critiquée par les partis flamands, on flandreinfo.be, 18 avril 2011
(9) Eyskens roept CDd&V op te regeren zonder N-VA, on demorgen.be, 19 avril 2011

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article

commentaires