Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 13:27

En remportant les cinq états mis en jeu mardi dernier, Mitt Romney s'est pratiquement assuré l'investiture républicaine.

romney-copie-1.jpgSi ça n'est pas garanti car il ne dispose pas encore des 1144 Délégués utiles à assurer son investiture, en pratique Mitt Romney peut considérer qu'il sera bel et bien le candidat républicain pour la Présidentielle de novembre prochain. Mardi dernier, l'ancien Gouverneur du Massachussetts a remporté largement les états de New York, du Delaware, du Connecticut, de Pennsylvannie et de Rhode Island. Il dispose désormais de 844 Délégués pour 137 à Gingrich et 79 à Paul. Mais plus que ces chiffres largement en sa faveur ce sont les rumeurs d'abandon de Newt Gingrich - il se murmure en effet que Gingrich renoncera à l'investiture avant la fin de cette semaine - qui permettent à Romney de faire plus qu'entrevoir la victoire. Déjà débarrassé de son plus sérieux rival, Rick Santorum, il peut maintenant pleinement se consacré à la campagne présidentielle contre Barack Obama. Et d'ores et déjà, Mitt Romney ne se prive pas dans ses diverses interventions publiques d'attaquer Obama et sa politique. Il brandit l'arme de la dépression économique qui étoufferait les Etats-Unis si les électeurs décidaient de garder leur confiance au Président sortant. Hausse du prix de l'essence, hausse des impôts, baisse du pouvoir d'achat... ce sont, selon Romney, les affres qui attendent les Américains si Obama reste quatre années de plus à la Maison-Blanche. Par ailleurs, le probable adversaire d'Obama martèle désormais avec puissance les points noirs du bilan économique du Président : chomage élevé, dette publique importante, croissance qui tarde à reprendre... Pas de doute, cette fois la campagne est lancée !

Elle l'est d'autant plus que Mitt Romney a commencé à rencontrer de potentiels co-listiers pour constituer son ticket présidentiel. Parmi les personnes qui entrent en ligne de compte (ndlr il y a quand même un poste de Vice-Président potentiel à la clé), le Sénateur Marco Rubio (Floride), la Sénatrice kelly Ayotte (New Hampshire), le Sénateur Rob Portman (Ohio) ou le Député Paul Ryan (Wisconsin) mais aussi les Gouverneurs Chris Christie (New Jersey) et Suzana Martinez (Nouveau-Mexique). Hier, Fox News n'hésitait pas à affirmer que le choix du co-listier de Romney devenait même le nouvel enjeu capital du côté républicain rappelant au passage le (très) mauvais choix posé par John McCain en 2008. Le candidat républicain avait alors opté pour Sarah Palin qui, par ses comportements incontrôlables, ses écarts verbaux et son inexpérience totale avait largement défavorisé le ticket du Grand Old Party. Le choix d'un co-listier opportun et fiable est, selon Fox News, capital pour Romney qui doit aussi concentrer ses efforts de campagne sur ce point. Selon différents médias américains, le profil du futur co-listier de Mitt Romney doit répondre au moins à trois critères : il doit représenter l'aile droite des Républicains, il doit symboliser une minorité ethnique et doit avoir de sérieuses compétences en matière d'économie. Les noms de Marco Rubio, proche du Tea Party et issu de l'immigration cubaine, de Suzana Martinez, issue de l'immigration mexicaine et porteuse d'un projet de budget percutant pour l'économie du Nouveau-Mexique, et de Ryan Paul, Président de la Commission du Budget au Congrès et considéré comme l'une des pointures républicaines en matière économique, reviennent avec insistance. Marco Rubio et Suzana Martinez ont pourtant, semble-t-il, déjà laissé entendre que la place de co-listier de Romney ne les intéressait que très peu. En effet, il y a à l'horizon 2016 un rendez-vous capital qu'il s'agit de prendre en compte. En cas de défaite républicaine contre Obama, en novembre prochain, cela fermerait définitivement la porte au ticket républicain pour l'élection de 2016 à laquelle Barack Obama ne pourrait plus se présenter (deux mandats au maximum pour un Président américain). L'élection présidentielle de 2016 se ferait alors avec deux candidats "novices" partant de zéro, avec les mêmes chances au départ ce qui n'est pas tout à fait le cas lors d'un scrutin qui inclut le Président sortant... Les stratégies se mettent en place à long terme ! Le tiède enthousiasme de Rubio et de Martinez laisse-t-il la place à Ryan Paul ? Rien n'est moins sûr car il y a un nom qui revient avec insistance dans la bouche de plusieurs analystes politiques et éditorialistes, celui de... Rick Santorum ! Très conservateur, Santorum représente l'aile droite du GOP qui pourrait être un contrepoids à l'appartenance mormone de Romney.

Plus rien, en tous cas, ne semble devoir se dresser sur la route de Mitt Romney qui devrait donc recevoir, en août prochain lors de la Convention Nationale de son parti, l'investiture républicaine.

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article

commentaires