Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 09:08

Série de l'été - 1980, un classique de Shakespeare adapté au matérialisme des eighties...

24-romeo---juliet.jpg1980, la Guerre Froide bat son plein, les Etats-Unis décident de boycotter les Jeux Olympiques de Moscou, répondant ainsi à l'appel d'Andrei Sakharov qui condamne l'invasion de l'Afghanistan par les troupes russes. Ils seront imités par une cinquantaine d'autres nations comme l'Allemagne de l'Ouest, le Japon, Israël, la Turquie ou, ce qui est plus étonnant, la Chine. L'ambassade d'Iran à Londres est le théâtre d'une prise d'otage par six dissidents opposés à Khomeyni qui dirige son pays d'une main de fer depuis le mois de décembre précédent. La Dame de Fer, Margaret Thatcher, obtient de la CEE l'augmentation des dépenses structurelles pour le Royaume-Uni qui est en pleine récession. Aux Etats-Unis, Jimmy Carter - pourtant Président sortant - doit se battre contre Ted Kennedy pour obtenir l'investiture démocrate pour les élections de novembre. S'il l'obtient finalement, il sera laminé par Ronald Reagan lors du scrutin présidentiel. L'Amérique du Sud est en plein troubles divers; une guerre civile frappe le Salvador tandis qu'un coup d'état militaire porte le Général Garcia Meza au pouvoir moins d'un mois après les élections qui avait démocratiquement élu Luis Adolfo Siles. Au Pérou, le Sentier Lumineux et Tupac Amaru mènent une vraie guerilla urbaine contre le gouvernement d'Action Populaire récemment installé tandis que l'Argentine est en proie à une crise économique qui entraine la faillite de la plus grosse banque du pays. Bref, l'ambiance mondiale est morose ! En musique, Pink Floyd entame, en février, sa fabuleuse tournée mondiale The Wall qui l'emmènera sur les routes pour un an et demi. La station pirate britannique Radio Caroline, installée sur un bateau en mer du nord, cesse définitivement ses émissions. La comédie musicale Grease est jouée pour la 3388è et dernière fois à Broadway, le 13 avril alors que quelques albums fabuleux voient le jour comme Back in Black (AC/DC), Heaven & Hell (Black Sabbath), Boy (U2) ou Scary Monsters (David Bowie) pour n'en évoquer que quelques-uns. Call Me (Blondie), Woman in Love (Barbra Streisand), Another one bites the dust  et Crazy little thing called love (Queen), Another Brick on the Wall - part 2 (Pink Floyd), Walking on the Moon (The Police) et One step beyond (Madness) dominent les charts anglo-saxons pendant que Tiroli-Tirola (Linda de Suza), Bécassine (Chantal Goya), Banana Split (Lio), Les jardins du ciel (Jairo) ou K7 (Michel Sardou) sont consacrés en France et en Belgique marquant ainsi plus que jamais la différence de qualité entre la musique anglophone et la musique francophone. L'année musicale 1980 est également marquée par quelques moments durs : Led Zeppelin se sépare, Bon Scott (AC/DC), Ian Curtis (Joy Division), Carl Radle (Derek and the Dominos), John Bonham (Led Zeppelin) et John Lennon meurent dans des circonstances dramatiques...

A cette époque, Dire Straits a imposé son rock à l'ancienne à travers deux albums, Dire Straits (1978) qui contient l'extraordinaire Sultans of swing et Down to the waterline, et Communiqué (1979) avec Lady Writer, Portobello Belle ou Once upon a time in the West. Le groupe repose surtout sur la personnalité de son leader, Mark Knopfler qui, en plus d'être un virtuose de la guitare et le roi du picking sur sa Stratocaster rouge, compose et écrit tous les titres de Dire Straits. Alors que le rock punk, le disco, le funk ou le heavy metal sont tendances, que la new-wave et la musique electro pointent le bout des notes, Dire Straits navigue à contre-courant et réussit à imposer la présence de ses deux albums (dont la sortie est pourtant séparée par huit mois) dans plusieurs charts européens. En Allemagne, pendant plusieurs semaines, Communiqué est n° 1 et Dire Straits n° 3... Le Communiqué Tour avec ses 58 dates en Europe et aux Etats-Unis entre février et décembre 1979, a été un franc succès mais quelques tensions sont apparues entre Mark Knopfler et son frère, David, qui a du mal à trouver sa place dans le groupe, à l'ombre de son aîné. David Knopfler souhaite davantage de responsabilités au sein de Dire Straits mais, alors que le troisième album est en préparation, Mark garde la main sur la composition des musiques et l'écriture des textes. En outre, il décide également de produire, avec Jimmy Iovine, cette plaque dont le titre sera Making Movie. Cette huile jetée sur le feu attise la discorde entre les deux frères et lorsque Dire Straits entre en studio, au Power Station de New York, le 20 juin 1980, ce n'est plus de la tension qui existe entre Mark et David Knopfler, c'est de l'animosité ! Elle atteindra son paroxysme au début du mois d'août lorsque, après une énième dispute, David Knopfler claque la porte du studio et du groupe. Ses plages de guitare sont toutes enregistrées mais, de rage, Mark Knopfler les réenregistre toutes, il ne veut pas du nom de son frangin sur Making Movies.

La plage principale de Making Movies est une chanson d'amour qui va plutôt à l'encontre de ce que Dire Straits à proposé jusqu'alors. Intitulée Romeo & Juliet, en référence évidente à l'oeuvre de William Shakespeare, la chanson parle pourtant non pas d'un amour rendu impossible par la rivalité de deux clans mais bien d'un amour perdu, devenu impossible à cause de comportements matérialistes qui préfigurent la façon de vivre qui va apparaitre dans cette décennie de surconsommation. Le Roméo de Dire Straits a été abandonné par sa Juliette et sombre dans une mélancolie qui lui rappelle des moments heureux (You said I love you like the stars above, I'll love you till I die - Tu disais je t'aime comme les étoiles là-haut. Je t'aimerais jusqu'à ma mort) mais lointains et sans espoirs (And all I do is miss you and the way we used to be - Et tout ce que je fais c'est être en manque de toi et de ce que nous étions). Il se rend pourtant compte que leur histoire était vouée à l'échec dès le départ tant ils sont différents. Elle est vénale (When you can fall for chains of silver, you can fall for chains of gold - Si tu peux succomber à pour des chaines en argent, tu peux succomber à des chaines en or) et n'a qu'une ambition, sortir de la misère dans laquelle elle est née (Come upon different streets they boot were streets of shame. Both dirthy, both mean... - Nous venions de rues différentes, elles étaient toutes les deux des rue de la honte, Toutes les deux sales, toutes les deux misérable...) et lorsque elle y parvient, elle l'abandonne (And now your dream is real, how can you look at me if I was just another of your deal - Et maintenant que ton rêve est réalité, comment peux-tu me regarder comme si je n'étais qu'une autre de tes conquêtes).

Musicalement, Romeo & Juliet s'ouvre sur un arpège de guitare très doux et repose sur un temps calme et simple sur les couplets pour migrer vers des accords nettement plus rock sur le refrain. Le titre ne connaitra qu'un succès moyen lors de sa sortie en single, en janvier 1981. C'est probablement du au fait que l'album Making Movies est sorti quelques mois plus tôt, en octobre 1980, et qu'il a cartonné, devenant disque d'or au Royaume Uni, en France, en Allemagne et aux Etats-Unis. Usuellement, le ou les single(s) sort(ent) avant le LP, forme de teasing de l'album. Mais, dans ce cas, l'album est sorti avant les singles (Romeo & Juliet, Tunnel of love et Love Expresso) qui ne seront jamais des succès commerciaux. Cela n'empêche pas Romeo & Juliet d'être un classique de Dire Straits, repris dans tous les concerts et sur tous les best-of...
 



24-romeo---juliet---paroles.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans A découvrir
commenter cet article

commentaires