Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 août 2013 5 16 /08 /août /2013 09:34

Série de l'été - 1965, Otis Redding écrit un plaidoyer pour le respect des maris qui travaillent dur qui va devenir... un véritable hymne des mouvements féminins de la fin des années '60. 

18-respect.jpgNous avons déjà évoqué dans nos séries de l'été des chansons qui ont été créées par un artiste et popularisées par un autre. Nothing compare 2 U, The house of Rising Sun ou Proud Mary, cet été; One step beyond l'an passé. C'est à un titre rendu immense par Aretha Franklin que nous allons faire allusion aujourd'hui : Respect ! C'est pourtant l'un des Parrains de la Soul qui composa cette chanson qui est devenue l'un des classiques de la musique soul. Associée à la musique noire américaine, la soul est née de l'urbanisation du rhythm 'n blues (le black blues originaire de la Nouvelle Orléans) et de popularisation du gospel. La création, en 1959 à Détroit par Berry Gordy, de la Tamla Motown va permettre l'éclosion de talents purs comme Barrett Strong, Marvin Gaye, Gladys Knight, The Temptations, The Supremes ou The Four Tops pour n'en citer que quelques-uns. Avec ces locomotives, la soul music explose à l'aube des années '60, Des titres comme Stand by me (Ben E. King, 1961), At last (Etta James, 1961), Night Train (James Brown, 1962), I found a love (Wilson Pickett, 1962), Papa's got a brand new bag (James Brown, 1964), In the midnight hour (Wilson Pickett, 1965) ou I got you (James Brown, 1965) lui donnent ses lettre de noblesse. Pendant ce temps, Otis Redding végète dans sa petite ville de Macon, en Georgie. Il y est notamment batteur dans divers groupes de gospel et occupe divers petits emplois afin de subvenir aux besoins de sa famille. En 1958, à l'âge de 17 ans, Redding rencontre Johnny Jenkins, un guitariste gaucher qui tient sa guitare à l'envers et qui produit un son extraordinaire (qui inspirera Jimi Hendrix quelques années plus tard), et le rejoint au sein de Pinetoppers. Jenkins présente Otis Redding à son manager, Phil Walden, qui après avoir entendu une première version de These arms of mine, l'introduit auprès de Stax, un label de Memphis spécialisé dans le rhythm 'n blues et la soul. Après quelques hésitations, Stax permet à Redding d'enregistrer un premier single composé de These arms of mine et de Hey, hey Baby. Les choses s'enchainent alors, quelque 800.000 exemplaires de ce single sont écoulés et Stax signe un vrai contrat avec Otis Redding. Pain in my heart, un premier album voit le jour en 1964. c'est un mélange de composition de Redding (Something is worrying me, That's what my heart needs, These arms of mine,...) et de reprises diverses (Lucille, de Little Richard, Stand by me de Ben E. King ou le classique You send me de Sam Cooke).

Otis Blue, un sommet de la soul !

Le principe fonctionne bien alors Otis Redding envisage immédiatement un second album fait de compositions originales et de reprises. Rapidement, il choisit de réinterpréter des classiques comme Satisfaction, des Rolling Stones, My girl, de Smokey Robinson, Rock me Baby, de BB King, Change gonna come, Wonderful world et Shake, de Sam Cooke qui vient de mourir dans des circonstances bizarres dans un hôtel d'Hollywood, ou Down in the valley, de Solomon Burke. Il ne reste plus à Redding qu'à créer quelques titres pour compléter l'album. Il en compose trois : I've been loving you too long, Ole man trouble et, surtout, Respect. A l'origine, Respect est une ballade douce et mielleuse qui avait été écrite pour le groupe The Singing Demons. Mais, ayant besoin de chansons pour son nouvel album, il décide de la garder, en réécrit les paroles et en accélère le tempo. Dans son texte, Otis Redding évoque l'histoire d'un homme qui est prêt à tout donner à sa femme, à tout lui pardonner à condition d'obtenir son respect lorsqu'il rentre à la maison. En fait, il constate lors d'une discussion avec Al Jackson, le batteur de MG, le groupe qui accompagne Booker T., que beaucoup de femmes de chanteurs ont du mal à supporter les absences répétées de leur mari qui sont soit en studio soit sur les routes américaines. Dès lors, les retours à la maison ne se font pas sans heurts et disputes. Cette anecdote incite Otis Redding à écrire une chanson qui fustige les épouses qui acceptent la vie dorée qu'on leur offre (on est en plein American Dream à cette époque) mais qui ne supportent pas l'absence de leurs époux qui travaillent pour leur donner cette vie. Ils leur demande donc un peu de respect lorsque leur homme rentre à la maison...

Otis Redding sings soul est enregistré entre avril et juillet 1965, dans les studios de Stax à Memphis. L'album sort le 15 septembre précédé, mi-août, de son titre-phare Respect. Si la chanson connait un succès honnête (4è place dans les charts R'n B), l'album cartonne. Rapidement rebaptisé Otis Blue, à cause de sa couverture bleutée, il devient numéro 1 aux Etats-Unis et numéro 6 au Royaume-Uni. Musicalemenent, Otis Blue est parfait, les compositions originales sont remarquables, les reprises le sont tout autant; elles portent la griffe unique d'Otis Redding.

Et Aretha s'en empara...


En 1967, le journaliste musical Jerry Wrexler propose à Aretha Franklin d'adapter Respect, ce qu'elle fait en modifiant quelques paroles pour en faire l'histoire d'une femme forte qui affirme clairement à son homme qu'elle a tout ce qu'il lui faut et que c'est elle la pierre angulaire du couple. La version d'Aretha Franklin est enregistrée en février 1967, dans les studios d'Atlantic Records à New York. On y ajoute un pont musical et un saxophone pour la rythmer différement. Elle sort en avril et rencontre un immense succès international. Respect devient vite l'hymne des mouvements féministes - américains d'abord, européens ensuite - et permet à Aretha Franklin de devenir une star internationale. On ne m'ôtera pas de l'idée que c'est loin de l'esprit que Redding voulait donner à sa chanson mais force est de reconnaitre que la version d'Aretha est puissante et qu'elle est une réussite incontestable. Otis Redding saluera d'ailleurs la performance de Franklin...

Travailleur prolixe, Otis Redding écrira encore bon nombre de chansons. Deux albums studio - The Soul Album et Dictionnary of Soul - sortiront encore en 1996 ainsi qu'un album de duo avec Carla Thomas, King & Queen, en 1967. Il travaille sur un nouvel album intitulé The Dock of the Bay dont il enregistre la chanson éponyme le 8 décembre 1967. Le 10 décembre, son avion s'écrase dans le lac Monona, dans le Wisconsin. L'album The Dock of the bay sort, à titre posthume, le 23 février 1968 avec cette chanson fabuleuse qui restera son plus gros succès... sans qu'il l'ait connu !

 



18-Respect---paroles.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans A découvrir
commenter cet article

commentaires

lucas duplan clinkle 23/09/2014 14:10

deuxième évêque qui a partagé son manteau avec un mendiant nu à Amiens. Cet incident et l'importance de Martin dans l'Occident chrétien médiéval faites Tours, et sa position sur la route de pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle, un centre important au Moyen Age.

outlook help now 24/07/2014 11:43

Summer season has approached us sooner than ex expedited. In addition, for this season, a visual treat is awaiting us. The artist wanted to teach the wives on the subject as how to give respect to husbands. I think the so-called respect has to be given nobly to the deserved ones.