Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juillet 2013 1 08 /07 /juillet /2013 09:40

Les Anglais attendaient une victoire à Wimbledon depuis 77 ans... Andy Murray leur a offert !

wimbledon.jpgSi les Britanniques sont longtemps restés les recordmen de victoires de leur tournoi de tennis, depuis 2000 le record de victoires appartenait aux Etats-Unis qui ont remporté le Tournoi de Wimbledon à 32 reprises (17 avant l'ère open, 15 depuis l'ère open). Ce dimanche 7 juillet 2013, avec la victoire d'Andy Murray, le Royaume-Uni est revenu à la hauteur des Américains non sans une certaine fierté de redevenir maitre de leur gazon... Il ne s'agit cependant là que de la première victoire d'un tennisman britannique - écossais en l'occurrence - de l'ère open, qui s'est ouverte en 1968. Chez les Dames, Virginia Wade avait remporté le tournoi en 1977, c'est d'ailleurs toujours à ce jour l'ultime victoire d'une joueuse britannique en Grand Chelem. Sur le circuit masculin, il fallait remonter jusqu'à 1936 pour trouver le nom d'un vainqueur anglais, c'était Fred Perry qui triomphait du joueur nazi Wilfried Von Cramm. Les joueurs britanniques ont dominé le tournoi depuis sa création, en 1877, mais il convient de préciser que le tournoi ne s'est ouvert à l'internationalisation qu'à l'aube du 20è siècle. Ce qui s'appelait alors Lawn Tennis Championships (Championnat de Tennis sur Gazon) s'est disputé entre Gentlemen britanniques jusqu'en 1904 et entre Ladies de 1884 (date de la création du tournoi féminin) à 1904. William Renshaw (7 succès), Hugh L. Doherty (5), Reginald F. Doherty (4), Wilfred Badeley (3), Arthur Gore (3) et Joshua Pim (2) dominent les débats jusqu'à l'ouverture aux joueurs extra-insulaires. Il ne faut pas attendre longtemps pour voir les joueurs étrangers s'imposer sur le gazon anglais puisque l'année suivant leur intronisation un premier non-britannique, l'Australien Norman Brookes, atteint la finale avant de remporter le tournoi en 1907. Britanniques, Australiens, Américains et Français se partagent les victoires jusqu'en 1936. Le joueur de la Mersey, Fred Perry domine le tennis des années '30 remportant notamment le Queen's (1929), l'US National Champ's (1933, 1934, 1936) ancêtre de l'US Open, l'Australian Open (1934), Les Internationaux de France (1935), Wimbledon (1934, 1935 et 1936) ainsi que quelques autres tournois de moindre importance mais renommés à l'image du British Hard Court de Bornemouth (1932, 1933, 1934, 1935 et 1936), du Pacific Southwest de Los Angeles (1932, 1933 et 1934) ou du Victorian Championship de Melbourne (1933). Lorsqu'il écrase le double vainqueur de Roland-Garros, Wilfried Von Schramm (6-1/6-1/6-0), le 3 juillet 1936, Fred Perry ferme le chapitre de l'ultradomination britannique sur le tournoi masculin de Wimbledon, 31 victoires depuis 1877.

Les J.O. comme étalon !

Si Henry Austin atteignit la finale en 1938, c'était là le dernier résultat remarquable des tennisman anglais dans leur tournoi-fétiche. Mais le Royaume-Uni s'est mis à rêver, à partir de 2005, lorsque Andy Murray apparait sur le circuit professionnel. Le natif de Glasgow remporte son premier tournoi, le SAP Open de San Jose (Master 250), dès 2006 avant d'enchainer les succès dans des tournois de plus en plus prestigieux. En 2008, Murray remporte deux Masters 1000 (Cincinnati et Madrid), c'est à dire les tournois qui viennent juste en dessous du Grand Chelem. Il récidive à Miami, Montréal ou Shanghai dans les années qui suivent pour faire de 2012 son objectif. En effet, les Jeux Olympiques se déroulent à Londres et, par-delà l'honneur d'une médaille olympique, le tournoi se joue sur le gazon de Wimbledon, une arène qui fait évidemment rêver Andy Murray. Le gazon est une surface sur laquelle l'Ecossais se débrouille plutôt bien puisqu'il a remporté le Queen's en 2009 et en 2011(1). Cette surface rapide qui favorise les rebonds bas et donne moins d'importance aux effets de balles lui convient assez que pour rêver d'une médaille olympique. Alors, Murray prépare les Jeux de façon consciencieuse et lorsque le tournoi débute, en l'absence de Rafael Nadal hors-condition, Murray est tête de série n° 3. Dans le troisième quart de tableau, l'Ecossais élimine succèssivement Wawrinka, Nieminen, Baghdatis pour parvenir en 1/4 de finale où il affronte l'Espagnol Nicolas Almagro TS11). Murray s'ouvre les portes des demis-finales sur un 6-4/6-1, il y affrontera la 2è tête de série Novak Djokovic. Un combat délicat face au Serbe qui a remporté l'Open d'Australie mais aussi les Masters 1000 de Miami - contre Murray - et qui pointe au premier rang mondial avant ces Jeux Olympiques. Sur un double 7-5 disputé, Murray s'offre la finale contre Roger Federer. Le résultat y est sans appel, Andy Murray devient Champion Olympique sur un sec 6-2/6-1/6-4.

Andy Murray a réussi son pari, dans la foulée il s'offre aussi l'US Open mais il s'est surtout offert une réelle possibilité de remporter Wimbledon. Les Jeux Olympiques sont comme un étalon, une répétition générale qui démontre que l'acteur est fait pour le rôle. Alors, plus que jamais le public anglais se prend à rêver d'un successeur à Fred Perry. Hier, ce rêve de tout une nation est devenu réalité, Murray a vaincu Djokovic au terme d'un match de fond de court fait d'échanges longs et ponctué par une ultime jeu de toute beauté dans lequel l'Ecossais disposa de trois balles de match avant de sauver trois balles de contre-break pour finalement l'emporter en trois sets : 6-4/7-5/6-4. Andy Murray entre dans la légende du tennis britannique. Il fut, en septembre 2012, le premier britannique a remporté un tournoi du Grand Chelem depuis l'avènement de l'ère open, il est désormais également le premier vainqueur britannique de l'ère open à Wimbledon... le premier vainqueur britannique depuis Fred Perry, en 1936, tout simplement ! Ce matin les titres de la presse britannique sont dityrambiques : Champion ! simplement pour The Guardian et The Independant, The History in his hands pour The Daily Mirror tandis que The Times et The Daily Mail en appellent tout simplement à la nomination au titre de Chevalier de l'Ordre de l'Empire Britannique... à l'image de ce qui avait été fait pour Bradley Wiggins après sa victoire sur le Tour de France en 2012. Selon The Times qui cite des sources de Downing Street, Murray sera effectivement proposé à cette distinction.

----
(1) Murray ajoutera un troisième Queen's à sa palmarès en 2013

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article

commentaires