Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 septembre 2012 2 18 /09 /septembre /2012 09:38

Une application Facebook pour préciser que l'on est donneur d'organes dès ce midi !

Logo-facebook-don-organes.jpgLa Belgique, comme bien d'autres pays, est confrontée à une pénurie réelle d'organes; notre pays manque cruellement de donneurs d'organes même si le nombre de donneurs est en forte croissance depuis quelques années (ndlr il est passé de 33.000 à 144.000 entre 2005 et 2012). Cependant, si l'on considère la population de notre pays, soit 11 millions d'habitants, cela ne représente qu'une faible proportion de 1,30%. Sur l'année 2010, les listes d'attente des demandeurs d'organes ont augmenté de 15%, chaque secteur (reins, coeur, poumons, pancréas...) est confronté au même phénomène des listes d'attentes qui s'allongent et pourtant, selon le Législateur, nous sommes tous des donneurs potentiels. En effet, le don d'organes est régi, en Belgique, par la loi du 13 juin 1986 qui autorise le prélèvement d'organes et de tissus de tous les citoyens belges ou étrangers domiciliés en Belgique depuis six ans au moins sauf si la personne décédée a officiellement exprimé, de son vivant, l'avis contraire en remplissant un document ad hoc à la Commune ou encore si un membre de la famille proche (au premier degré c'est à dire parents, enfants ou conjoint) s'y oppose. C'est clairement là que le problème peut se poser car lorsqu'un proche vient de décéder et que le médecin vient demander aux proches s'il peut prélever les organes, sur le coup de l'émotion du décès, la réponse est très souvent négative... Dès lors, chaque année, des centaines de personnes qui n'étaient pas opposées à l'idée de faire don de leurs organes sont privées de ce geste solidaire posthume à cause de l'émotion familiale qui entoure son décès... La perte d'organes vitaux pour des demandeurs est énorme et lorsque l'on sait qu'un tiers des patients(1) en attente d'un don d'organes ne survit pas à l'attente, on ne peut s'empêcher de penser qu'il y a là un énorme gâchis !

Pour éviter cette perte d'organes, il existe deux solutions : une officielle, l'autre moins mais pas forcément moins efficace. La première, officielle, consiste à aller remplir auprès de son administration communale un document qui précise que l'on est donneur d'organes. La seconde, pas officielle mais qui s'il existe un respect familial peut être porteuse, consiste à prévenir ses parents proches que l'on désire vraiment que ses organes soient prélevés après le décès afin de sauver des vies. Dans cette optique, la nouvelle application Facebook lancée ce matin par la Ministre Fédérale de la Santé, permettra aux utilisateurs belges de ce réseau social de préciser qu'ils veulent être donneurs d'organes. Ainsi donc, désormais, ceux qui le souhaitent pourront publier sur leur timeline (la ligne du temps qui répertorie les éléments les plus importants de la vie de chaque utilisateurs) leur volonté d'être donneur d'organes. Bien sûr, cette indication facebookienne n'a rien d'officiel et si un parent proche refuse, les organes ne seront pas prélevés mais un lien sera possible vers un formulaire officiel qui pourra être rempli et remis à l'administration communale afin de rendre officielle cette volonté. Par ailleurs, l'objectif principal de cette démarche est citoyen. Il s'agit de stimuler le dialogue autour du don d'organes car il est un paradoxe assez dommage en Belgique : la loi précise que nous sommes tous donneurs d'organes sauf si l'on précise officiellement le contraire mais dans les faits si l'on a pas précisé officiellement que l'on est donneur, le prélèvement ne se fait pas ! Un dialogue et des moyens de préciser à sa famille proche, la seule qui puisse s'opposer au prélèvement, sont des médias en plus pour changer les mentalités et augmenter le nombre de dons d'organes via des personnes qui n'y sont pas opposées mais qui n'ont pas, pour diverses raisons, confirmé à la Commune qu'ils acceptent le prélèvement.

Le don d'organe est une démarche solidaire par excellence puisque le prélèvement sur un donneur cadavérique permet de sauver jusqu'à huit vies.


----
(1) Le don d'organes en hausse en 2011, par Quentin Marceron, in La Dernière Heure/Les Sports, 18 janvier 2012

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article

commentaires