3 janvier 2013 4 03 /01 /janvier /2013 10:00

L'animateur américain Adam Richman voyage à travers les Etats-Unis pour relever des défis alimentaires de la plus grande des imbécilités !

manvsfood.jpgPour la première fois depuis trente ans, les chiffres de l'obésité sont en baisse pour la population infantile américaine. Selon une étude réalisée durant l'année 2011 (sur des chiffres 2010) par le Centre pour le Contrôle et la Prévention des Maladies (Center Disease Control Prevention), le taux d'enfants obèses a baissé de 0,42%. C'est plutôt mince - si j'ose érire - mais c'est effectivement le premier frémissement vers le bas depuis trois décennies ! Cependant, l'obésité reste un réel fléau pour les Etats-Unis dont un tiers de la population(1) est en excès profond de poids. La junk food et la culture du fast-food ne sont pas étrangères à cette réalité. Je rentre de Londres où j'ai eu l'occasion de voir, un soir dans ma chambre d'hôtel sur la chaine Travel, une émission de télé-réalité américaine intitulée Man vs Food (L'Homme contre la Nourriture). C'était effarant ! Dans ce programme, créé en 2008 sur la chaine cablée Travel Channel, un animateur parcours le pays afin de relever les défis les plus stupides qui soient dans les fast-foods. Hamburger XXXL, pizzas hors-format, nourriture frite et sucreries en tous genre... tout est bon à être avalé dans des quantités impressionnantes par l'animateur Adam Richman. Ce programme est suivi par des millions de téléspectateurs qui se passionnent pour les aventures gargantuesques de Richman et qui attendent de voir s'il pourra relever les defis qui lui font face. Parmi ces défis insensés, on peut citer sans être exhaustif : venir à bout d'un burger de 5 livres (± 2,5 kilos) en moins d'une heure; battre le record d'ailes de poulet frites ingurgitées en 45 minutes (32 ailes pour l'anecdote); engloutir un menu Texas composé d'un steak de boeuf de deux kilos, de pommes de terre, de pain beurré, de haricots en sauce, d'un cocktail de crevettes et de (quelques) feuilles de salade; parvenir au bout d'un sandwich aux cinq viandes (jambon, poulet, hamburger, saucisse et dinde) et trois sauces; baffrer une pizza de 42 pouces (1,1 mètre) de diamètre; avaler le plus JDBurge.jpgpossible de nuggets de poulet nappés de sauce aux piments jalapenos et habaneros (577.000 unités sur l'échelle de Scoville) ou encore ingérer 100 huitres en trois minutes... Le sommet de l'imbécilité restant un immonde Judgement Day Burger - rien que le nom est idiot ! - comprenant du boeuf, du bacon, du poulet pané, deux types de fromage et des pommes de terre servi avec des frites (en plus des pommes de terre) et de la salade pour un total de 15.000 calories...

La presse américaine a comparé Man vs Food à l'émission Jackass et affirmé clairement qu'elle repose sur des excès malsains. Le critique de télévision Alan Sepinwall écrivait à propos de Man vs Food qu'il "sentait ses artères se boucher rien qu'à regarder l'émission"(2). Pour sa part, le journaliste anglais Charlie Brooker comparait, dans The Guardian, cette émission à de la pornographie alimentaire. "Si la nourriture est le porno nouveau, c'est une orgie totale !"(3) écrivait-il au printemps 2010.

Ainsi donc, alors que les Etats-Unis sont engagés dans une lutte contre le fléau de l'obésité et que les agences sanitaires - le Centre pour la Prévention et la Contrôle des Maladies en tête - initient quantité d'actions pour tenter d'enrayer le processus (ndlr des actions qui restent sans effet car une baisse de 0,42% en trente ans est en définitive loin d'être une vraie victoire !), Adam Richman se faisait le chantre de la malbouffe et drainait derrière lui une manne importante de téléspectateurs prêts à l'imiter dans n'importe quel fast-food du coin. En 2011, l'animateur new-yorkais décidait de mettre fin à l'émission. Une prise de conscience ? Absolument pas ! C'était simplement pour remplacer Man vs Food par deux autres émissions du même acabit : Incroyable Eats, un programme dérivé (une spin-off dirait-on pour une série télé) de la précédente qui reprend le même thème en y ajoutant une "leçon" d'histoire sur les aliments de la junk food, et Adam Richman's Best Sandwich in America, qui se concentre uniquement sur la nouriture que l'on sert entre deux morceaux de pain, sandwiches, burger et autres durums...

Man vs Food fut un tel succès télévisuel aux Etats-Unis que l'Europe s'est engouffrée dans la brèche ! Voyage, le pendant français de Travel Channel qui produisait l'émission de Richman, racheta le programme pour l'inscrire dans sa grille de diffusion. En Angleterre, le concept a même été adapté à la junk food made in Great-Britain, un animateur se lançant dans un tour du pays pour y déguster les plats les plus riches en lipides et en calories des fast-foods anglais. Ne nous voilons pas la face, il nous arrive à tous de succomber à la junk food mais ce genre de programme tombe dans un excès inadmissible qui va à l'encontre de l'intelligence. Par-delà l'aspect sanitaire et les enjeux financiers liés à l'impact de l'obésité dans nos sociétés, Man vs Food et ses dérivés sont aussi un affront à ceux qui n'ont pas les moyens de manger au quotidien. En effet, l'animateur est loin de remporter tous les défis qu'il se lance, dès lors l'émission engendre un gaspillage important de nourriture alors que dans chaque ville parcourue par Richman se trouvent des milliers de personnes qui vivent avec peu ou pas de ressources et qui ne peuvent se garantir un repas quotidien...

----
(1) chiffre fourni par le Centre pour le Contrôle et la Prévention des Maladies dans le rapport Overweight and obesity
(2) Me want food, par Alan Sepinwall on newjersey.com, 31 décembre 2008
(3) Charlie Brooker's Screen burn : Man vs Food, par Charlie Brooker, in The Guardian, 12 mars 2010.

Partager cet article

Published by Olivier Moch - dans Le monde est fou !
commenter cet article

commentaires

jeune femme russe 24/01/2013

Intéressant article !! des gens se goinfre de nourriture à en mourir... tandis que d'autres meurent de faim... Bizarre la vie !!

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog