Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 11:18

Paul Is Dead... c’est le nom de la légende urbaine qui accrédita la mort de Paul McCartney.

PID.jpgAlors que Sir Paul McCartney fête aujourd'hu son 70è anniversaire, j’avais envie de revenir sur un épisode tragi-comique de la vie du groupe le plus célèbre du monde… la mort de Paul McCartney. Oui, oui vous avez bien lu Paul McCartney est mort ! Ou plutôt Paul McCartney serait mort en novembre 1966… C’est l’incroyable rumeur qui avait couru à l’époque et que je vais vous rapporter dans les lignes qui suivent. Balade au coeur d'une légende urbaine.... Alors que l’album Revolver vient de sortir, qu’il est considéré comme une plaque capitale dans la discographie des Beatles et qu’il cartonne, Paul McCartney aurait été victime d’un grave accident de la route à l’automne 1966. Il ne serait pas sorti vivant de ce crash… L’information aurait été tue car le succès commercial des Fab Four est tel à l’époque que la mort d’un membre du groupe aurait été synonyme de pertes financières importantes pour l’avenir. Dès lors, toujours selon la rumeur, le décès de McCartney n’est pas révélé et il est remplacé par un sosie. A cette époque, McCartney apparait avec une moustache ce qui est nouveau et qui renforcera, plus tard, la thèse de ceux qui affirment que le vrai McCartney est mort ; cette moustache n’est, pour eux, qu’un leurre pour masquer une légère différence entre le sosie et le vrai bassiste des Beatles… Ce n’est qu’en septembre 1969, lors de la sortie de l’album Abbey Road, celui avec la mythique pochette où l’on voit les Fab Four sur le passage pour piéton londonien, que la légende urbaine prend réellement corps.

PID01.jpg

Pour les partisans de la mort de McCartney, emmenés par le DJ américain Russ Gibb, la pochette d’Abbey Road regorge de signes qui confirment la mort de McCartney. Passons en revue ces «indices» :

- McCartney est le seul à être pieds nus sur cette pochette ; pieds nus comme les personnes que l’on enterre aux Indes. La culture indienne inspira fortement les Beatles, ils séjournèrent même dans un ashram à Rischikesch, au nord de l’Inde, lors de l’hiver 1967/1968. Le fait que McCartney soit le seul à être sans chaussures indiquait donc, pour certains, qu’il était mort ;

- Ringo Starr et John Lennon qui devancent McCartney sur le passage sont habillés respectivement en noir et en blanc. Le noir est la couleur de la mort en Europe ; le blanc est la couleur de la mort aux Indes… McCartney suit donc les deux couleurs de la mort dans le deux cultures qui ont inspiré les Beatles.

- La plaque minéralogique de la voiture que l’on voit sur la pochette est LMW 28 IF soit Living McCartney Would be 28 If, soit Vivant McCartney aurait eu 28 ans, si…. Mais ce n’est pas tout a fait fondé car, à la sortie de d’Abbey Road, Paul McCartney, né le 18 juin 1942, avait 27 ans…

- Paul McCartney tient une cigarette dans la main droite alors qu’il est gaucher… Ce serait donc bien le sosie qui est sur la pochette.

Ces «signes» peuvent évidemment être librement interprétés et semblent dignes de peu de foi. Cependant, la rumeur est lancée et est alimentée par d’autres éléments que certains s’évertuent à chercher dans les albums des Beatles sortis entre 1966 et 19689. Ainsi, par exemple :

- Sur la chanson Strawberry Fields forever, face B du 45 tours Penny Lane, sorti en 1967, d’aucuns affirment que l’on entend distinctement John Lennon dire : «I burried Paul» («J’ai enterré Paul»). Lennon dira cependant que s’il marmonne bien quelque chose c’est «Cranberry sauce» («Sauce à la canneberge») et non pas «I burried Paul»… Quel intérêt avait-il a parler de sauce à la canneberge diront les partisans de la mort de McCartney.

- Sur A day in Life, également sorti en 1967, Lennon chante : «He blew his mind out in a car» («Il s’est éclaté la cervelle en voiture»). Mais il est démontré que cette chanson plutôt psychédélique est dédiée à Tara Browne, héritier des brasseries Guiness, qui s’est tué en voiture en 1967.

- Dans certaines chansons, en écoutant les bandes à l’envers, on peut entendre des messages qui confirmeraient la mort de McCartney. «Turn me on, dead man» («Allume-moi, homme mort») sur la chanson Revolution 9 (1968) et «Paul is a dead man, miss him, miss him, miss him» («Paul est mort, il me manque, il me manque, il me manque») sur le titre I’m so tired. On le sait, les Beatles aimaient jouer avec les bandes musicales et intégrer des passages de bandes défilant à l’envers dans leurs chansons. De là à imaginer des messages cachés sur certains titres…

- Enfin il y aurait sur le mythique album Sergent Pepper’s Lonely Hearts Club Band (1967) deux autres signes de la disparition de Paul McCartney. Le premier est une photo ou l’on voit, sur fond jaune, les quatre garçons de Liverpool. Ringo Starr, John Lennon et George Harrison sont de face tandis que Paul McCartney est de dos.
PID02.jpg 


Le second est une autre photo ou l’on peut voir un badge sur le bras gauche du costume de McCartney. Sur ce badge il y a les initiales OPD un acronyme utilisé en médecine légale pour les termes Officialy Pronouced Dead (Officiellement Prononcé Mort)…
PID03.jpg 


Il s’agirait en fait, on ne voit pas le badge en entier, du sigle de la Police Provinciale d’Ontario (OPP)…

Quoiqu’il en soit, ce canular fit bien rire Paul McCartney qui déclara à l’époque : «Qu'est-ce que j'apprends ? Je suis mort ? Pourquoi suis-je toujours le dernier à être mis au courant de tout ?»… C’était surtout une belle promotion, inespérée pour la sortie de l’album Abbey Road ! McCartney concèdera avoir bien eu un accident en novembre 1966… un accident de mobylette qui lui écorchera fortement la lèvre supérieure. Il dut avoir recours à la chirurgie esthétique et se laissa pousser la moustache pour masquer les séquelles momentanées du bistouri…

Bien avant l’avènement du net, Paul McCartney fut victime d’un hoax, un canular qui fit rapidement le tour du monde…

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Le monde est fou !
commenter cet article

commentaires