Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 janvier 2011 4 13 /01 /janvier /2011 17:55

Le procédé est, à tout le moins, cavalier mais autorisé en Belgique.

sms.jpgNous sommes de plus en plus abreuver de SMS. Ces petits messages rapides polluent même bien souvent nos téléphones mobiles car ils ne contiennent pas réellement de contenu intéressant. Les forfaits avec SMS illimités contribuent à ce flot sans cesse croissant de message sans intérêt ! Selon un article que j’ai lu, voici quelques mois, il semble que les messages texto les plus souvent envoyés sont «T’es où ?» (bonjour le flicage privé !) et «J’arrive» (quel est l’intérêt de dire que l’on arrive… puisqu’on arrive ?), c’est dire le haut niveau d’importance !Mais parfois l’on peut recevoir des SMS au contenu primordial. C’est le cas, par exemple, de personnes, de plus en plus nombreuses, qui reçoivent la notification de leur licenciement par ce canal de communication. En décembre dernier, la société pharmaceutique Sanofi-Avenis à licencié, aux Etats-Unis, 1700 salariés d’un simple SMS… Mais cette pratique n’est pas géographiquement lointaine, à en croire le site HrWorld on recense chez nous de plus en plus de délégués commerciaux licenciés par SMS. Le fait qu’ils soient fréquemment sur la route pourrait expliquer ce constat. Le même site rapporte également le cas d’un chauffeur licencié, l’an passé, de la sorte par son patron. La plupart d’entre nous a encore en mémoire le cas de ce commercial bruxellois qui avait reçu, en avril 2009, sons SMS de licenciement alors qu’il se rendait chez un client, à Lyon(1). Ce fait divers avait été relayé par de nombreux médias, voici un peu moins de deux ans. On note encore les licenciements par SMS d’un ouvrier du bâtiment en décembre 2008 et de deux éducatrices d’une asbl hennuyère en 2007… Le licenciement par SMS n’est donc pas très courant en Belgique mais il existe bel et bien !


Mais un employeur peut-il licencier par SMS ? Un courrier recommandé n’est-il pas obligatoire ?

En France, c’est purement interdit : «Le salarié doit obligatoirement recevoir une lettre recommandée ou une lettre remise en main propre contre décharge avant la phase entretien de licenciement. Il est absolument impossible de licencier quelqu’un par texto puisque ce n’est en rien une preuve de réception d’un courrier, contrairement à une lettre recommandée» explique Alexandre Varaux, Avocat au barreau de Paris(2). Mais en Belgique, il semble que le législateur n’impose pas une procédure stricte par courrier recommandé. Selon HrWorld , en Belgique, une personne peut être informée de son licenciement par tous les moyens possible : oralement, par fax, par lettre et, donc, également par SMS ! Dans ce cas, le travailleur est immédiatement dispensé de sa période de préavis mais y a droit s’il le souhaite. Bien que cette pratique puisse être discutable, le licenciement par SMS est donc tout à fait légal dans notre pays.

Mais, finalement, quelle différence y-a-t’il entre la réception d’une lettre recommandée ou un SMS qui stipule une rupture de contrat ? Le résultat est le même, c’est souvent inattendu et cela fait aussi mal… Tout juste peut-on regretter le manque de tact du SMS qui réduit, sommes toutes, la procédure de licenciement à un petit mot, sans mise en forme, tapé du pouce en moins d’une minute. Mais le manque de tact ou d’élégance est l’apanage des Ressources Humaines modernes !


----
(1) Un licenciement par SMS, le courage numérique on Top-Logiciel.net, 30 avril 2009
(2) Licencier par SMS, est-ce possible ?», par Hanane Faro, on L’Express.fr, 17 juillet 2007

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Le monde est fou !
commenter cet article

commentaires