Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juillet 2010 3 28 /07 /juillet /2010 14:12

Il y a 65 ans, un B25 se crasha sur l’Empire State Building… A l’époque, les secours ont maitrisé le sinistre en une heure à peine et il n’y eut que 14 morts !

 

empirecrash.jpgNous avons tous en mémoire les sinistres images de ces avions percutant les tours jumelles, le 11 septembre 2001, à New York. Il ne s’agissait pas de la première fois qu’un avion heurtait de plein fouet un gratte-ciel new-yorkais puisque le samedi 28 juillet 1945, il y a donc 65 ans aujourd’hui, un B25 Mitchell de l’US Air Force s’écrasa dans la face nord de l’Empire State Building, au niveau du 79è des 102 étages…

 

C’est un samedi matin très brumeux sur New York, à bord de son Bombardier B25 Mitchell baptisé Old John Feather Merchant, le Lieutenant Colonel William Smith doit passer au dessus de la Grosse Pomme pour aller atterrir sur sa base à Newark, dans le New Jersey. La tour de contrôle de l’aéroport municipal de New York (aujourd’hui La Guardia Airport dans le Queens), repère le B25 sur son radar et, en raison de conditions climatiques pénibles, lui demande de se poser sur une de ses pistes. Smith prend avis auprès des autorités militaires qui l’autorisent à continuer son vol car un officier important attend l’arrivée de l’avion à Newark. Mais le brouillard est dense, alors afin d’avoir une meilleure visibilité, le Lieutenant Colonel Smith descend son appareil de quelques pieds sans se rendre compte qu’il est déjà au-dessus de Manhattan. Ainsi redescendu, il fonce droit sur un gratte-ciel… Au prix d’une manœuvre désespérée, il parvient à l’éviter par la gauche mais se retrouve en plein dans l’axe de l’Empire State Building. Smith tente, inutilement, de faire remonter le B25 mais rien n’y fait. Il est tellement bas que c’est au niveau du 79è étage, où se trouvent les bureaux du Secours Catholique aux victimes de la Guerre, qu’il percute l’ESB de plein fouet. L’avion fait un trou de 5,50 mètres de largeur sur 6 mètres de hauteur, immédiatement l’étage s’embrase. Il est 9h49 et il y a pas mal de monde qui travaille dans le gratte-ciel. Le carburant en feu circule à grande vitesse dans les couloirs, les escaliers et les ascenseurs du bâtiment. Rapidement, ce sont quatre étages sous le point d’impact qui sont en feu. Les pompiers arrivent sur place et se rendent compte de l’ampleur de la tâche qui les attend. Ils montent à l’assaut de l’Empire State Building ; il ne leur faudra, finalement, qu’une petite heure pour venir à bout de l’incendie… Heureusement, l’avion n’était pas lesté pour son court voyage des 3875 litres de carburant qu’il aurait pu contenir. Cette contenance limitée a aussi influé sur la rapidité de maitrise des flammes par les pompiers.

 

De son bureau, dans le building en face, Helen J. Hurwitt rapporte alors aux journalistes arrivés sur place ce qu’elle a entendu et vu : «Nous avons entendu un bruit effrayant et nous nous sommes précipités aux fenêtres. Nous avons été horrifiés de voir u B25 à moitié dedans et à moitié dehors d’un étage de l’Empire State Building»(1). Doris Pope, qui était elle dans l’Empire State Building mais bien plus bas que le point d’impact, ajoute : «Nous faisions la pause-café lorsque nous avons entendu un bruit terrible, puis le building s’est mis à trembler. Nous avons vu des débris tomber dans la rue et nous avons pensé que New York était bombardée»(1). Certains ont même cru que le conflit mondial, pourtant en phase terminale, arrivait sur le sol américain… Pour sa part, Catherine O’Connor, qui travaillait au Secours Catholique, est une miraculée. Elle était 79è étage, dans un autre bureau que celui directement percuté par le B25. «L’avion a explosé dans le bureau, il n’a fallut que cinq ou six secondes pour les trois quarts du bureau soient consumés par un mur de flammes»(2). Heureusement pour elle, Catherine O’Connor a pu fuir rapidement avant l’embrasement complet du 79è étage…

 

Au total, cet accident coûta la vie à 14 personnes, le Lieutenant-Colonel Smith et ses deux membres d’équipage ainsi que onze employés qui travaillaient entre le 76è et le 79è étage de l’Empire State Building. 26 autres personnes seront blessées plus ou moins sévèrement. Jamais le gratte-ciel ne menaça de s’effondrer malgré le choc terrible des dix tonnes du B25 et de son embrasement. L’enquête démontra, par la suite, que la structure principale du gratte-ciel n’avait pas été endommagée. Il faudra plusieurs mois pour réparer les dégâts dont le montant a été chiffré à un million de dollars de l’époque. Mais, le lundi 30 juillet 1945, l’Empire State Building ouvrait ses portes normalement et la vie avait repris ses droits dans les étages non touchés par la catastrophe. On accédait aux étages supérieurs au 79è par les ascenseurs sud

 

Ce crash fit la renommée du cabinet d’architectes Shreeve, Lamb & Harmon qui avait dessiné les plans de l’Empire State Building. Ainsi donc, un avion pouvait percuter le gratte-ciel et exploser à l’intérieur sans que le building ne s’effondrât ! Les constructions américaines semblent inaltérables, indestructible tout comme leur nation. Cette certitude gagna tous les Américains qui s’imaginèrent, des années durant, invulnérables… jusqu’au 11 septembre 2001 !

 

NB : la photo qui illustre cet article est un cliché réalisé quelques jours après le crash par le photographe de presse Ernie Sisto. Pour prendre cette photo, Sisto monta au 90è étage de l’Empire State Building, se pencha au maximum par une fenêtre en étant maintenu par les pieds par deux collègues. Pour saisir cette vue de l’impact, il était quasiment suspendu dans le vide, à près de 300 mètres du sol… Cette photo fait aujourd’hui partie de la collection du Museum Of Modern Art (MoMA) de New York.

 

------

(1) The B-25 that crashed the Empire State Building, par Alan Bellows, on Damn Interesting, 12 juillet 2006

(2) Plane that crashed into the Empire State Building, par Jennifer Rosenberg, on About.com : 20th century history,

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Le monde est fou !
commenter cet article

commentaires