Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 14:55

Dans son Discours sur l'Etat de l'Union, Barack Obama s'est positionné pour 2012...

deu.jpg2011 est une année importante aux Etats-Unis car elle précède l'année électorale présidentielle. Déja, dans le second semestre de cette année, les candidats à l'investiture vont se dévoiler, surtout chez les Républicains car, sauf surprise, le ticket Obama-Biden devrait être reconduit ches les Démocrates. Le Discours sur l'Etat de l'Union prononcé hier par le Président Obama était donc très attendu pour deux raisons : d'abord c'était le premier depuis le renversement politique des élections de Midterm, ensuite c'était celui de l'année qui précède les présidentielles. Dans un an, quasiment jour pour jour, les caucus et les primaires débuteront, la course à la présidence sera bien entamée. Hier, devant les deux Chambres du Congrès, les Membres du Gouvernement, les Juges de la Cour Suprême et un parterre d'invités sélectionnés sur le volet, Barack Obama a mis en avant l'unité du pays, l'unité nécessaire des deux mastodontes politiques qui doivent travailler de concert pour faire progresser les Etats-Unis. "Les Américains ont décidé que la responsabilité de gouverner serait partagée entre les partis" a-t-il déclaré en faisant allusion à la victoire républicaine aux élections de mi-mandat, en novembre dernier, "De nouvelles lois ne pourront être adoptées qu'avec le soutien des Démocrates et des Républicain. Nous progresserons ensemble... ou pas du tout !" a-t-il ajouté. 

Les chantiers qui attendent le Président américain sont d'ampleur et il se rend, évidemment, compte qu'il ne pourra pas les mener à bien sans l'aide des Républicains. Aussi, Obama joua-t-il, hier, sur la corde sensible, sur le patriotisme cher aux fils de l'Oncle Sam... S'il ne veut pas que l'Amérique stagne, le Grand Old Party doit ramer dans le même sens que le Président; une forme d'union sacrée dans l'intérêt du peuple américain, finalement, c'est ainsi que l'on doit interpréter le discours de Barack Obama. Fort de cet appel lancé en direction du camp républicain, le Président a largement insisté sur deux grands axes de travail pour 2011 et 2012, l'économie et l'emploi, les deux étant intimement liés.

En termes d'emplois, Barack Obama estime que le gouvernement doit être à la base de la création de "nouveaux gisements" qui permettraient l'embauche de plusieurs dizaines de milliers de personnes. Cela pourrait passer par l'activation de grands travaux nationaux comme le renouvellement de certaines infrastructures (routes, autoroutes, chemins de fer...) mais aussi par la modernisation de certains coins isolés (accès wifi, notamment) et le renforcement des nouvelles technologies qui, à travers le monde, révolutionnent la façon de vivre et de travailler, ou encore par la revitalisation de l'enseignement. Mais, Obama est bien conscient que cela ne sera pas suffisant, que les Etats-Unis devront aussi trouver des débouchés financiers extérieurs pour créer des emplois, aussi a-t-il annoncé son intention d'entreprendre un voyage officiel en Amérique du sud (Brésil, Chili et Salvador) en mars prochain afin de nouer de nouvelles alliances commerciales et politiques...

Cependant, pour développer l'emploi, il faut assurer une économie un tant soit peu solide. La crise économique a laissé d'énormes traces aux Etats-Unis, il s'agit d'alléger la charge fiscale des particuliers. Oui, Barack Obama a évoqué une diminution des impôts qui, sur papier, ne devrait pas forcément plaire au camp républicain. Utilisant un langage plutôt à gauche, le Président à réclamé la fin des avantages fiscaux et financiers (qui se chiffrent en milliards de dollars) accordés par l'Etat aux entreprises pétrolières afin de récupérer de l'argent qui servirait à alléger la fiscalité des citoyens mais aussi à financer les énergies de demain... Il a aussi exhorté les Démocrates et les Républicains à s'entendre sur la suppression des niches fiscales, nombreuses aux Etats-Unis, ces dérogations qui permettent à des sociétés ou a de riches particuliers de payer moins d'impôts. Une réforme importante du système d'imposition des entreprises et des sociétés devrait aussi permettre, en théorie, une diminution des impôts qui permettrait à ces entreprises et sociétés de dégager de l'argent pour créer de l'emploi... Enfin, pour tenter de plaire aux Républicains, Barack Obama a également émis l'idée de geler une grande partie des dépenses fédérales sur cinq ans ce qui devrait, selon lui, dégager une économie de 400 milliards de dollars.

Globalement, l'on peut dire que lors de son Discours sur l'Etat de l'Union, le Président s'est positionné... au centre ! Pas trop Âne, pas trop Eléphant, juste de quoi éviter toute allusion partisane, préférant assurément s'appuyer sur des propos  pragmatiques et fédérateurs, appelant Démocrates et Républicains à travailler ensemble : "Au lieu de refaire la bataille des deux dernières années(1), changeons ce qui doit l'être et passons au dossier suivant" a conclu Barack Obama...

Alors que son porte-parole a confirmé que la candidature de Barack Obama à l'élection de 2012 était "plus que probable", ce dernier semble avoir déja entamé son parcours vers le scrutin du 6 novembre 2012. Il faut dire qu'il a obtenu plusieurs victoires significatives (abrogation de la loi interdisant aux homosexuels de servir dans l'armée, traité de désarmement nucléaire START,...) au Congrès en décembre dernier et que sa cote de popularité est remontée à 53% c'est à dire au plus haut depuis la mi-2009. De quoi le motiver...

-----
(1) allusion claire à la Réforme du système des soins de sante

 

P2012

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article

commentaires