Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juillet 2010 4 29 /07 /juillet /2010 12:20

Le vent de la colère politique et populaire gronde… Le Président américain à 95 jours pour le faire tourner en sa faveur.

 

midterm.jpgA 95 jours des élections de mi-mandat (Midterm), les Républicains et les Démocrates commencent à fourbir leurs armes. C’est que l’enjeu est important à mi-parcours de la législature présidentielle. En effet, déjà à l’horizon se profile la campagne de 2012 et le résultat des élections de Midtern donnera une indication de la volonté des Américains… Le scrutin, qui aura lieu le 2 novembre prochain, a pour objet de renouveler la Chambre des Représentant et une partie du Sénat. Ce seront donc quelques 200 millions d’Américains qui seront appelés à (ré)élire les 435 Représentants, 33 des 100 Sénateurs et 36 des 50 Gouverneurs d’Etat. L’enjeu est capital car ces élections peuvent faire basculer les majorités en place… Pour l’heure, au Sénat, les Démocrates d’Obama disposent d’une large majorité de 59 sièges sur 100, mais avec la remise en jeu de 33 sièges, cette majorité pourrait s’amenuiser voire se renverser. Il en va de même à la Chambre des Représentants où les Républicains peuvent reprendre une majorité qu’ils avaient perdue lors des Midterm de 2006…

 

Les sondages, très courus aux Etats-Unis, tendent plutôt en défaveur des Démocrates pour l’instant. On le sent d’ailleurs très fort dans ce début de campagne car le parti de Barack Obama à beaucoup à perdre lors de cet enjeu capital. En effet, avec la cinglante victoire lors des élections de mi-mandat, en 2006, suivie de l’élection d’Obama à la Maison Blanche, deux ans plus tard, les Démocrates disposaient des pleins pouvoirs(1), une situation que ce parti n’avaient plus connue depuis l’époque de Jimmy Carter, à la fin des années 70. Et lorsque l’on possède tout, on peut effectivement perdre beaucoup… Voici quelques jours, le Sénat a infligé une cuisante défaite au Président Obama en rejetant ses propositions visant à adopter rapidement des mesures contraignantes sur les émissions de gaz à effet de serre. Clairement, le Sénat américain, et donc tout aussi clairement des élus Démocrates, ne veut pas d’un plan draconien en faveur du climat. Et par delà ce revers politique, Barack Obama doit faire face à la critique de la population qui trouve que le changement promis lors de la campagne de 2008 ne vient pas assez vite. Les troupes US sont toujours en Irak, Guantanamo n’est pas encore fermée, l’écologie a bien du mal à s’imposer, le chômage grandit, le conservatisme reste très présent dans beaucoup de domaines et la situation des finances publiques est catastrophique… Lors d’une émission économique sur Blomberg TV, on a fait état d’un déficit budgétaire avoisinant les 1500 milliards de dollars pour l’exercice 2009/2010 !

 

Au crédit d’Obama, on pointera quand même la réforme de Wall Street par laquelle le Président américain entend réguler le système financier américain afin que les citoyens n’aient plus à subir directement les erreurs du Temple de la Finance. Cette réforme de Wall Street est la plus grande entreprise depuis le krach boursier de 1929. Autre victoire d’Obama, le rétablissement des indemnités pour les chômeurs qui ont été doublement victimes(2) de la crise économique, cela concerne quand même 15 millions de personnes à travers le pays. Le Sénat a adopté, la semaine passée, majorité contre opposition la procédure de rétablissement de ces indemnités. Il ne faut pas, non plus oublier, la réforme du système des soins de santé acquise au printemps dernier et qui constitue probablement le plus grand changement politique aux Etats-Unis depuis plusieurs siècles…

 

A Las Vegas, lors d’une intervention publique, Barack Obama a appelé la population à faire confiance au Parti Démocrate et à lui maintenir ses majorité camérale et sénatoriale afin de poursuivre les changements annoncés, rappelant aussi que la présence américaine en Irak touchait à sa fin et que la fermeture de Guantanamo est imminente. Pour poursuivre sur la voie du changement – un changement qui ne peut pas venir d’un simple claquement de doigts, un changement qui prend du temps – Obama a insisté sur l’importance de disposer de majorités à la Chambre des Représentants et au Sénat. Mais même au sein de son parti, Obama commence à sentir le vent tourner. L’aile gauche, la plus sociale, du Parti Démocrate reproche au Président d’être trop conciliant avec les Républicains et d’avoir échoué dans la création d’une option d’assurance santé gérée par les pouvoirs publics dans le cadre de la réforme du système des soins de santé.

 

A cet instant, il n’est pas exagéré de dire que les Midterm Elections se présentent mal pour Obama et que les Démocrates devraient abandonner des sièges tant à la Chambre qu’au Sénat. Il est impossible de prévoir l’ampleur de cette perte, sera-t-elle limitée et insuffisante que pour priver Obama de ses pleins pouvoirs ou, au contraire, sera-t-elle importante assez que pour remettre une portion de pouvoir dans les mains républicaines ? Si tel est le cas, le Président Obama aura bien du mal à faire passer ses réformes et le changement promis sera dissout dans le retour des Républicains aux affaires. Le seul changement qui pourrait encore avoir lieu serait celui de Présidence en 2012, une Présidence qui pourrait alors retomber dans l’escarcelle du Great Old party…

 

Il reste 95 jours à Barack Obama et aux Démocrates pour infléchir une tendance qui leur est défavorable avant le scrutin capital de Midterm !

 

----------

(1) Présidence + majorité à la Chambre des Représentants (59/41) + majorité au Sénat (257/435)

(2) doublement car à cause de la crise économique ils ont perdu leur emploi et ont été, ensuite, pour des questions budgétaires, privés d’indemnités de chômage

 

P2012 : les élections présidentielles de 2012 aux Etats-Unis se préparent d'ores et déja. Retrouvez tous les articles liées à ce scrutin en saisissant P2012 dans le moteur de recherches d'Acta Diurna

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article

commentaires