Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 août 2012 5 10 /08 /août /2012 08:40

Série de l'été - 1955, dans la guerre des Hoochie-Coochie Men Muddy Waters pique Bo Diddley au vif...

serieete14---Muddy-Waters.jpgLe blues est la source de tous les grands courants musicaux du 20è siècle, du jazz au r'n'b en passant par le rock 'n roll ou même le hard-rock. Né à la fin du 19è siècle, dans le sud des Etats-Unis, le blues est une musique noire dont le nom provient, semble-t-il, de l'expression argotique having the blue devils, qui signifie avoir les idées noires. Expression culturelle des ouvriers noirs des champs de coton du Delta du Mississippi, le blues est une musique simple rythmée, à l'origine, par des instruments rudimentaires comme le jug, une cruche en terre dans laquelle on soufflait (un peu comme on le ferait dans le goulot d'une bouteille), le diddley bow, une corde fine tendue sur une planche, forme de guitare ultra-basique, ou encore le fifre, une petite flute en bois. Rapidement, le blues s'est structuré pour devenir un phénomène social important, il s'est articulé autour de vrais instruments comme la guitare sèche, le piano et l'harmonica. Le blues se développe très fort dans les années '20, grâce notammment à l'éclosion de l'industrie du disque qui le popularise partout dans le sud du pays. Blind Black, Lonnie Johnson ou Bessie Smith en sont les locomotives. Mais ce genre reste associé aux noirs et est fustigé par la société blanche bien-pensante, la rumeur fait même état d'une musique diabolique car Robert Johnson, un guitariste virtuose, aurait passé un pacte avec Satan afin de jouer aussi bien de son instrument. La réalité est, évidemment, plus terre à terre, c'est Ike Zinnerman, référence incontournable du Delta Blues, qui perfectionna le jeu de Johnson... Après la seconde guerre mondiale, le blues quitte les campagnes du sud pour gagner les grandes villes. Muddy Waters, Howlin' Wolf, Elmore James, Homesick James ou Sonny Boy Williams amènent cette musique vers Chicago, New York, Philadelphie et Dallas. B.B. King, T-Bone Walker, John Lee Hooker et Bo Diddley (qui doit son nom de scène au fameux instrument diddley bow) imposent le blues urbain comme une musique majeure du 20è siècle. En 1954, Muddy Waters chante Hoochie-Coochie Man, une histoire de religion vaudou, d'amulettes et d'aphrodisiaques, qui se classe 8è des charts américains alors pourtant dominés par des chanteurs lisses comme Doris Day, Perry Como ou Bing Crosby. Hoochie Coochie est, en fait, une danse suggestive faite de mouvement de bassin qui évoque l'acte sexuel. Peu le savent, peu comprennent les paroles de la chanson de Waters ce qui explique probablement qu'elle se place si haut dans le hit-parade de 1954.

Bo Diddley va surfer sur cette vague en enregistrant, au printemps 1955, I'm a Man, qui joue sur des sonorités semblables, notamment le riff de trois notes, et des intonations articulées autour du mot man (I'm a man, I spell M-A-N, a man - Je suis un homme, j'épelle H-O-M-M-E, un homme) sur lequel Bo Diddley insiste comme le fit Waters avant lui. I'm a Man cartonne et Muddy Waters en prend ombrage. Il estime que Diddley lui a volé ses idées, qu'il a simplement imité son titre Hoochie-Coochie Man, pour faire de l'argent et être aussi dans le hit-parade... Dès lors, Muddy Waters s'isole, griffonne rapidement des paroles sur un bout de papier, imagine quelques accords basiques et entre en studio le 24 mai 1955 pour enregistrer Mannish Boy qui, sous des airs d'histoire d'homme à femmes, se veut ouvertement une attaque à l'encontre de Bo Diddley. A nouveau, le rythme est similaire à Hoochie-Coochie Man et à I'm a Man et certaines paroles de Mannish Boy sont une moquerie flagrante de celles de I'm a Man. I'm a Man, I spell M-A child-N - Je suis un homme, j'épelle M-petit a-N chante Waters qui raille ainsi le jeune âge de Bo Diddley - 26 ans quand même ! - à l'époque, un Diddley qu'il tient pour un adolescent incapable de produire de l'original, juste capable de copier les "grands". Dans ses paroles acides, Muddy Waters évoque un homme - Diddley en l'occurence - qui se voit comme un amant extraordinaire, un homme à femmes qui est, en fait, incapable de les satisfaire, mais que l'on peut aussi interpréter comme l'image d'un homme qui veut faire un tube mais qui ne peut que copier celui d'un autre... un fanfaron en fait ! Waters signe plusieurs allusions directes à l'incapacité de créer de Diddley : come up two hours late (arriver deux heures en retard, sous entendu tu arrives avec ta chanson alors que la mienne a déjà cartonné), I'm a rollin' stone (je suis une pierre qui roule, sous entendu quelqu'un qui avance sans savoir où il va).

Mannish Boy devient le sixième 45 tours le plus vendu de 1955, meilleur résultat jusqu'alors pour un titre de blues. Bo Diddley aura l'intelligence de ne pas répliquer mais, piqué au vif, le chanteur de McComb, dans le Mississipi, va mettre un point d'honneur à créer, à innover. Il mettre ainsi au point le Diddley Beat - le rythme Diddley - un mélange de blues, de sonorité latinos et de hambone (ce fameux rythme obtenu par claquement des mains sur les cuisses, la poitrine, les joues ou les avants-bras). Il est aussi le premier à introduire des maracas dans le blues. Diddley rythme aussi ses chansons par de petites percussions du corps de sa guitare avec le plat de la main, plus tard, il créera même des guitares (ndlr Bo Diddley avait une formation de luthier suivie dans son adolescence) concues pour ce genre de percussion manuelle. Enfin, il sera le premier à utiliser le vibrato électrique obtenu par réverbération de son ampli.  Le son saturé, cher au rock et au hard-rock est du à Bo Diddley qui l'imagina en torturant volontairement un vieil ampli à la recherche de sons nouveaux. Bo Diddley, avec son rythme unique, influence Chuck Berry et Elvis Presley qui sortent respectivement, en 1956, Roll over Beethoven et Blue Suede Shoes, une reprise de Carl Perkins, qui participent à l'explosion du rock 'n roll. Il n'est franchement pas insensé de dire que Bo Diddley a jeté les bases du rock 'n roll !


Mannish Boy est donc, involontairement, la chanson qui boostera la carrière de Bo Diddley, paradoxalement il ne l'a jamais chantée, c'est un titre qui fut écrit rapidement pour se moquer de lui, de son inexpérience et de son incapacité à créer... Ca le motivera à innover, il le fera tant et si bien qu'il est désormais considéré comme une référence incontournable de la musique du 20è siècle. C'est un peu à Muddy Waters qu'il le doit !



Mannish Boy

Exerythin', everythin', everythin' s gonna be allright this morning
Now when I was a young boy, at the age of five
My mother said I was gonne be the greatest man alive
But now, I'm a man, way past twenty one
Want you believe me baby
I had a lots of fun

I'm a man

I spell M-a child-N
That represents man
No B-o child-Y
That means mannish boy
I'm a man
I'm a full grow man
I'm a man
I'm a natural born lovers man
I'm a man
I'm a rollin' stone
I'm a man
A hoochie-coochie man

Sittin' on the outside, just me and my mate
You know I'm made to love you baby
Come up two hour late
Wasn't that a man

I'm a man

 

I spell M-a child-N
That represents man
No B-o child-Y
That means mannish boy
I'm a man
I'm a full grow man
Man
I'm a natural born lovers man
Man
I'm a rollin' stone
Man-child
I'm A hoochie-coochie man

The line I shot will never miss
When I make love to a woman
She can't resist
I think I go down
To old Kansas Stew
I'm gonna bring back my second cousin
That little Johnny Cocheroo
All you little girls
Sittin' out at that line
I can make love to you woman
In five minute time
Ain' t that a man

I'm a man

 

I spell M-a child-N
That represents man
No B-o child-Y
That means mannish boy
I'm a man
I'm a full grow man
Man
I'm a natural born lovers man
Man
I'm a rollin' stone
Man-child
I'm A hoochie-coochie man

Well, well, well, well
Hurry, hurry, hurry, hurry
Don't hurt me, don't hurt me child
Well, well, well, well

Traduction

Tout, tout, tout va bien ce matin
Quand j'étais un petit garçon, à l'âge de cinq ans
Ma mère m'a dit que j'allais devenir le plus grand homme vivant
Mais maintenant que je suis un homme de 21 ans passé
Je veux que tu crois en moi bébé
J'ai pris pas mal de bon temps

Je suis un homme
J'épelle M-petit a-N
qui veut dire homme
Pas B-petit o-Y
Qui signifie petit garçon
Je suis a homme
Un homme qui a achevé sa croissance
Je suis un homme
Je suis né pour être un amant
Je suis un homme
Je suis une pierre qui roule
Je suis un homme
Je suis un homme hoochie-coochie

Assis dehors avec mon pote
Tu sais que je suis là pour te faire bouger bébé
Arriver deux heures en retard
Ce n'est pas ça être un homme

Je suis un homme
J'épelle M-petit a-N
qui veut dire homme
Pas B-petit o-Y
Qui signifie petit garçon
Je suis a homme
Un homme qui a achevé sa croissance
Un homme
Je suis né pour être un amant
Un homme
Je suis une pierre qui roule
Un homme-enfant
Je suis un homme hoochie-coochie

Je ne rate jamais mon coup
Quand je fais l'amour à une femme
Elle ne peut pas y résister
Je pense que je vais aller
Jusqu'à ce bon vieux Kansas chaud
Pour ramener mon petit cousin
Le petit Johnny Cocheroo
Vous toutes les filles
Attendrez votre tour
Je peux te faire l'amour femme
En moins de cinq minutes
Ce n'est pas ça être un homme

Je suis un homme
J'épelle M-petit a-N
qui veut dire homme
Pas B-petit o-Y
Qui signifie petit garçon
Je suis a homme
Un homme qui a achevé sa croissance
Un homme
Je suis né pour être un amant
Un homme
Je suis une pierre qui roule
Un homme-enfant
Je suis un homme hoochie-coochie

Bien, bien, bien, bien
Vite, vite, vite, vite
Ne me fait pas de la peine, ne me fait pas de la peine gamin
Bien, bien, bien, bien

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans A découvrir
commenter cet article

commentaires