Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 11:53

L'alcoolorexie est le nouveau phénomène à la mode des soirées branchées des ados et des jeunes adultes.

alcoolorexie.jpgA mi-chemin entre l'anorexie et le binge-drinking, voici désormais ce qu'il est convenu de nommer l'alcoolorexie c'est à dire le fait de manger moins pour ressentir plus vite les effets de l'alcool. Selon une étude menée par l'Université du Missouri, ce phénomène toucherait jusqu'à 16% des jeunes adultes (18-25 ans) et se rencontre surtout chez les jeunes filles. En limitant les calories ingérées avant une soirée alcoolisée, les partisans de l'alcoolorexie favorisent donc l'ivresse, la précocité de l'ivresse. Pour paraphraser les anciens, ils "ne font pas les fondations" ! En effet, lorsque nous sortions, on nous conseillait toujours de manger convenablement avant pour justement limiter l'ivresse; c'est ce que l'on appelait "faire les fondations", comme pour une construction qui ne peut pas être solides sans de bonnes bases... Se priver de manger avant de boire de l'alcool c'est s'amputer de ces bases ! Les motivations des alcoolorexiques sont de trois ordres :
1° rester mince : ce qui peut être le début de l'anorexie;
2° être ivre plus rapidement : ce qui s'apparente au binge drinking;
3° dépenser moins d'argent pour être saoul : ce qui tend à démontrer que, pour les jeunes adultes, l'amusement est totalement indissociable de l'état d'ivresse, c'est le premier pas sur le chemin de l'alcoolisme pur !

Par delà l'aspect éthique de la chose - est-il normal ou moral de devoir s'enivrer pour s'amuser ? -, le phénomène doit alerter les autorités sanitaires car l'alcoolorexie représente un réel danger pour la santé. "Pris séparément, priver le cerveau de nourriture et consommer de grandes quantité d'alcool sont dangereux. Ensemble, ces deux comportements peuvent entraîner des problèmes cognitifs(1) à court et à long termes"(2) explique Victoria Osborne, Chercheuse à l'Université du Missouri. Les jeunes femmes sont doublement concernées par ce phénomène semble-t-il très tendance parce qu'elles sont plus nombreuses à le pratiquer (ndlr trois femmes pour un homme sont concernées) et parce qu'elles sont davantage exposées aux problèmes de santé liés à l'alcool que les hommes. "Les femmes ont plus de tissus adipeux et moins d'eau dans leur organisme ainsi qu'une quantité moindre de l'enzyme de métabolisation de l'alcool" confirme Victoria Osborne. Le corps féminin métabolise l'alcool de façon moins efficace que le corps maculin et est donc davantage exposé à ses effets. Le fait que les jeunes femmes soient plus concernées par l'alcoolorexie peut s'apparenter à une forme d'autodestruction lente et inconsciente.  Les comas liés à l'alcoolorexie sont plus graves parce que le cerveau à jeun est en état d'hypoglycémie sans compter que, toujours selon Victoria Osborne, "les jeunes femmes qui associent régulièrement ventre vide et alcool sont également plus susceptibles d'avoir des relations sexuelles à risque, de se droguer ou de contracter une maladie chronique"(3)...

Chez nous, l'alcool chez les jeunes est un réel problème. Selon une étude du CRIOC, 40% des Belges de 10 à 17 ans sont des consommateurs réguliers d'alcool. Le phénomène des alcooliers (contraction d'alcooliques et d'écoliers) est de plus en plus préoccupant; le binge drinking s'amplifie, nul doute que l'alcoolorexie suivra ce même chemin. Il est urgent que les autorités belges prennent le problème de l'abus d'alcool chez les jeunes au sérieux. C'est un enjeu sanitaire capital, non pas de demain mais bien d'aujourd'hui !

-----
(1) comme la perte de mémoire, la difficulté à réagir, troubles de la pensée ou de la concentration,...
(2) L'alcoolorexie, ou manger moins pour picoler plus, on Santemedecine.net, 19 octobre 2011
(3) Manger moins pour être ivre plus vite, par Pauline Fréour, on lefigaro.fr, 21 octobre 2011

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Le monde est fou !
commenter cet article

commentaires