Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 août 2013 5 09 /08 /août /2013 09:09

Série de l'été - 1991, le riff de mandoline le plus célèbre du rock...

15-Loosing-my-religion.jpgL'année 1991 marque la sortie de quelques très grands albums rock comme Nevermind, de Nirvana, Blood Sugar Sex Magik, des Red Hot Chili Peppers, Achtung Baby, de U2, Use your illusion I & II, de Guns 'n Roses, Innuendo, qui sera le dernier album de Queen du vivant de Freddie Mercury ou encore Metallica (aussi baptisé Black Album), de Metallica. En septembre, Dire Straits édite ce qui sera son sixième et dernier album, On every streets, tandis que Liam Gallagher, un jeune homme de 19 ans, remplace le chanteur Chris Hutton au sein d'un groupe de Manchester appelé The Rain pour en faire Oasis et jeter les bases de l'aventure que l'on sait. Dans cette année musicale importante, un groupe va s'imposer au grand public avec un album d'une rare qualité musicale mêlant rock alternatif, folk, pop et un soupçon de musique classique, Out of Time. Ce groupe n'est pas, loin s'en faut, récent puisque c'est en 1979 que Michael Stipe (chant), Peter Buck (guitare), Mick Mills (basse) et Bill Berry (batterie) se sont rencontrés et ont lancé R.E.M. (à partir de l'expression Rapid Eye Movement, une phase du sommeil paradoxal). Avec des influences protopunk et punk rock, reposant sur le jeu de guitare en arpège de Buck et des textes mystiques écrits par Stipe, R.E.M. tourne surtout sur les scènes underground du nord-est des Etats-Unis, un peu à l'image de ce que fit leur référence, The Velvet Underground. R.E.M. traverses les années '80, où le rock progressif n'est pas très tendance, en enchainant les tournées où se presse un public estudiantin avec pour corollaire une fréquence de passage importante sur les radios de campus. A l'époque, le rock alternatif traine une réputation de college rock qui le cantonne à une catégorie de public très ciblée. Pourtant, si R.E.M. séduit la scène underground et le milieu estudiantin, il se fera remarquer une première fois du grand public, en 1988, avec le titre The one I love dont le jeu de guitare remarquable de Peter Buck touche les masses étasuniennes mais aussi canadiennes et anglaises. Ce titre ouvre les portes internationales au groupe d'Athens (Georgie) qui en profite pour se positionner dans un militantisme environnemental et social qui tient à coeur à Michael Stipe. Avec des plaques comme Mother's Milk, des Red Hot Chili Pepeers ou Doolitle, des Pixies, The one I love et l'album Document qui l'intègre contribuent largement à faire émerger le rock alternatif qui quitte ainsi la scène underground pour exploser aux oreilles du grand public. Nirvana, Offspring, Smashing Pumpkins, Meat Puppet ou Pearl Jam notamment ne tarderont pas à s'engouffer dans la brèche...

Au terme d'une longue tournée internationale baptisée Green qui achève de positionner politiquement le groupe, les membres de R.E.M. décident de prendre quelques mois sabbatiques afin de récupérer. Ils se retrouvent donc au printemps 1990 pour commencer à travailler sur un nouvel album qui sera une remise en question du groupe. Aussi, le choix est-il fait de privilégier des instruments différents pour composer les musiques des titres de l'album. L'orgue et la guitare sèche sont choisis mais à cette époque, Peter Beck découvre la mandoline, un petit luth à manche court et à six cordes, très utilisé dans la musique traditionnelle napolitaine. Pour apprendre à maitriser cet instrument, Beck répète sans cesse sur des morceaux connus. Ensuite, il essaie de composer quelques airs avec sa mandoline et les enregistre afin de vérifier ses progrès. En réécoutant l'enregistement, Peter Beck a l'attention captée par quelques accords qui donnent bien, ils les imagine en intro d'une chanson. Aussi fait-il écouter ces accords au reste du groupe qui embraye... Mick Mills compose une ligne de basse largement inspirée du travail de John McVie, bassiste de Fleetwood Mac, Bill Berry trouve un tempo avec sa batterie et Michael Stipe écrit des paroles qui évoquent un homme qui perd patience dans un amour qui n'est pas réciproque et qui tourne à l'obsession. Le narrateur cherche le moindre signe qui pourrait lui faire croire que la personne qu'il aime est prête à lui rendre cet amour en retour... Il cherche en vain !  L'expression Loosing my religion est un idiome du sud des Etats-Unis qui signifie perdre confiance, elle donnera le titre à la chanson. Lors de l'enregistrement de la chanson, dans les studios Soundscape à Atlanta en septembre 1990, il est décidé d'ajouter une guitare acoustique mais aussi de faire appel à l'orchestre symphonique d'Atlanta qui apporte une touche de cordes classiques à la chanson.

Rien de religieux !


Beaucoup ont pensé que Loosing my religion évoquait une perte de foi en Dieu, cette impression fut d'ailleurs renforcée par le clip superbe, signé par le réalisateur indien Tarsem Singh, qui contient plusieurs références religieuses. La chanson fut d'ailleurs clouée au pilori par plusieurs associations catholiques américaines. Cependant, il s'agit bel et bien d'un cri de désespoir lié à un amour à sens unique. Loosing my religion contient deux références majeures, la phrase What if all these fantasies come flailing around est un clin d'oeil au dernier album de John Lennon, Double Fantasy (1980) qui sort trois semaines avant l'assassinat de l'ex-Beatle; le clip fait référence à la nouvelle Un très vieux monsieur avec des ailes immenses qui rapporte l'histoire d'un ange tombé sur terre et qui est traité comme une bête de foire par quelques hommes avides. Loosing my religion sort le 19 février 1991, en préface de l'album Out of time (mars 1991) et sera un succès énorme, restant au Billboard Hot 100 américain 21 semaines durant et envahissant le Canada, l'Australie et l'Europe. La chanson reçoit de nombreux prix, dont des Grammies et des MTV Awards. Ce succès immense étonne toujours Michael Stipe qui déclara un jour à propos de Loosing my religion : "Une chanson qui dure plus de cinq minutes ne passe normalement jamais sur les ondes radio, surtout quand l'instrument de base est une mandoline !". Mais c'est un fait avéré, la mandoline de Peter Beck a porté Loosing my religion au titre de chanson incontournable et de standard des années '90...

 



15-Loosing-my-religion---paroles.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans A découvrir
commenter cet article

commentaires

tvg watch 10/11/2015 11:37

I am so glad this internet thing works and your Information really helped me. Might take you up on that home advice you.

google seo company 04/06/2015 21:47

You provided a valuable service to the community. Thank you for doing such a great job all these years.

boynton beach orthodontist 03/06/2015 22:41

I am so happy to read this. This is the kind of manual that needs to be given and not the random misinformation thats at the other blogs. Thanks for sharing this.

Best web development company 03/06/2015 21:55

I was working and suddenly I visits your site frequently and recommended it to me to read also. The writing style is superior and the content is relevant. Thanks for the insight you provide the readers!

cost effective seo 01/06/2015 21:10

I know you face lots of difficulties while collecting this information.