Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 11:11

Le Gouverneur de la Province de Liège, le Bourgmestre de Liège et le Président de la RATP ont inauguré, hier, la nouvelle station Liège du métro parisien. L'occasion est belle de revenir sur l'histoire de cette station baptisée en l'honneur de l'héroïsme liégeois.

metro.jpgHuitième arrondissement, Quartier de l'Europe, à mi-chemin entre la Place de Clichy et la Gare Saint-Lazare, non loin du Casino de Paris, au croisement des rues d'Amsterdam et de Liège, sur un petit terre-plein, derrière le kiosque, en face du Tabac de Liège... un escalier descend vers le métropolitain. Station de Liège, nous y sommes ! Une seule ligne - la 13 - passe par ici mais c'est la plus longue de tout le réseau parisien, elle relie Saint-Denis à Montrouge et Chatillon sur un peu plus de 24 kilomètres.

Liège regroupe cinq particularités qui en font une station unique à Paris :


- une particularité architecturale : ses quais ne se font pas face, eu égard à l'étroitesse de la rue d'Amsterdam, en surface, il a été impossible de construire deux quais en vis-à-vis, ils sont donc décalés. Seule la station Commerce présente cette même particularité à Paris;
- une particularité historique : elle a été fermée durant près de 30 ans entre le début de la seconde guerre mondiale et la fin des années soixante;
- une particularité décorative : la station Liège dispose d'une décoration en céramique qui représente des fresques uniques inspirées de la province de Liège;
- une particularité régionale : c'est le seul endroit public de Paris où chacun peut apercevoir le blason de la Province de Liège;
- une particularité sociologique : elle fut l'ultime station de métro parisienne à utiliser les horaires restreints eu égard au faible trafic dans la station. Jusqu'en 2006, Liège fermait ses portes à 20h00 et n'était pas accessible le dimanche et les jours fériés.

Lorsqu'elle fut inaugurée, en février 1911, la station était baptisée Berlin du nom de la rue de Berlin où se trouvait la bouche de métro. A cette époque, la gestion du métropolitain est partagée entre deux sociétés concurrentes, la Compagnie du Chemin de Fer Métropolitain de Paris, qui est la plus importante, et la Société Nord-Sud, à laquelle appartient la station Berlin. 4 août 1914, la première guerre mondiale est déclarée et l'Empire allemand entame sa marche sur Paris. Le 5 août, débute la Bataille de Liège; pour les Allemands, celle-ci est anecdotique car la région n'a pas de défense militaire de poids. Il y a du côté belge quelque 32.000 soldats et 250 canons pour affronter une armée de 240.000 hommes de l'Empire Allemand, bientôt renforcés par une armée de siège de 60.000 hommes. Le siège durera jusqu'au 16 août avec une résistance remarquable des troupes belges placées sous les ordres du Général Leman. Cette résistance héroïque des Belges à Liège a offert 17 jours à la France pour préparer sa défense et regrouper ses troupes aux frontières franco-belge et franco-allemande, en Lorraine, dans les Ardennes et dans la Marne pour protéger Paris. La capitale française est épargnée par les combats, tout juste subit-elle quelques bombardements mais jamais elle ne sera occupée par l'Empire allemand. La station de métro Berlin est fermée le 2 août 1914 tant à cause de son appellation qui rappelle l'ennemi que par la réorganisation des transports en commun suite à la guerre qui s'annonce. Elle sera rouverte le 1er décembre 1914 et rebaptisée, en même temps que la rue de Berlin, station Liège en hommage aux nombreux soldats qui ont perdu la vie lors de la Bataille de Liège qui permit de préserver Paris.

C'est à l'aube du second conflit mondial que l'histoire de la station Liège bascule à nouveau. Pour des raisons socio-économiques liées à la guerre, le gouvernement français prévoit une réduction drastique des services métropolitains. Seules 85 stations sont maintenues en service, à peine un tiers de l'ensemble du réseau. Liège fait partie des stations fermées... La situation restera similaire durant toute l'Occupation de Paris. Après la guerre, les stations rouvrent les unes après les autres, cette réouverture dure 24 ans entre août 1994, la Libération de Paris, et septembre 1968. Liège est la dernière station à rouvrir au public, le 16 septembre 1968, elle sera restée station-fantôme(1) pendant 29 ans. Mais l'évolution démographique de Paris intra-muros étant à la baisse depuis les années '50(2), elle ne rouvre cependant que selon le principe des horaires restreints adaptés à sa fréquentation. Au début des années '80, un lifting de Liège est prévu par la RATP. Dans le contexte d'échanges culturels entre la France et la Belgique, l'idée d'orner les murs de fresques à l'effigie de la Province de Liège est émise et acceptée. Dix-huit fresques représentant des paysages et des monuments liégeois sont comandées à des artistes de Liège, Marie-Claire Van Vuchelen et Daniel Hichter. On y trouve, notamment, le Château de Colonster, le Palais des Princes-Evêques, le circuit automobile de Spa-Francorchamps, le Perron ou le Barage de la Gileppe. Les céramiques qui constituent ces immenses tableaux viennent de Welkenraedt, une localité située au nord-est de la Province de Liège. Les fresques, en couleurs côté nord et en bichromie bleue côté sud, sont inaugurées en 1982. La nouvelle décoration de la station est complétée par l'ajout, à l'entrée de chaque quai, d'un blason de la Province de Liège.

Si Paris connait une importante chute démographique à partir des années '50, le Quartier de l'Europe, où se trouve la rue de Liège, voit sa population augmenter. Les espaces de bureaux sont progressivement remplacés par des espaces d'habitations. Cela entraine une forte augmentation des déplacements (surtout professionnels, les gens quittent leur habitations pour aller travailler dans d'autres quartiers) qui se répercute sur l'utilisation des stations de métro alentours, Clichy, Europe et, bien entendu, Liège. Celle-ci est l'ultime station qui applique les horaires restreints au grand dam des habitants du Quartier de l'Europe qui, à grands coups de pétitions et de manifestations, obtiennent la fin de cette pratique désuète le 4 décembre 2006...

Depuis hier, la station Liège connait une nouvelle évolution. Les deux artistes qui ont réalisé les fresques sontt mis en évidence, ils avaient curieusement été oubliés en 1982, mais un espace encore non décoré de la station a servi aussi de champs artistique à un autre artiste, Patrick Corillon qui vit entre Liège et Paris. Ce dernier a imaginé deux scènes qui invitent au voayge Paris-Liège. Enfin, un blason de la Province de Liège a été installé dans la salle des billets et un éclairage led a été mis en place.

Le petit plus de l'article


La station Liège et le Café Liégeois... même Bataille !

Je suis toujours amusé de voir les touristes se précipiter, à Liège dans ma bone Cité Ardente, sur le fameux Café Liégeois, ce dessert à base de glace à la vanille ou au moka et de café expresso. Je ris aussi lorsque je vois inscrit sur certaines vitrines de restaurant "Ici véritable Café Liégeois"... Je ris à l'idée de ces gens qui sont persuadés de déguster une spécialité typique, inventée à Liège, et qui n'est, en fait, qu'un Café Viennois rebaptisé. Lors de la première guerre mondiale, Vienne était la capitale de l'Empire Austro-Hongrois qui faisait partie de la Triple Alliance aux côtés de l'Empire Allemand, de l'Empire Ottoman et de la Bulgarie. Vienne était donc une ville ennemie de Paris où le Café Viennois était très à la mode au début du vingtième siècle. Le Café Viennois fut donc débaptisé en 1914 et renommé Café Liégeois en hommage à la résistance du front liégeois. Le Café Liégeois tient donc son nom de son homologue viennois qui était en vogue à Paris à un mauvais moment de l'histoire contemporaine... un peu, finalement, comme la rue de Liège et sa station de métro !

-----
(1) ndlr c'est ainsi que l'on nommaient les stations fermées au public entre 1939 et 1968
(2) Paris comptait 2,7 millions d'habitants en 1900; 2,9 millions en 1920; 2,85 millions en 1955; 2,3 millions en 1975 (on constate donc la perte de 500.000 habitants entre 1955 et 1975) et 2,2 millions en 2008 (source INSEE 2008)

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans A découvrir
commenter cet article

commentaires

serrurier lyon 30/03/2015 08:10

Hommage des Parisiens à une ville qui a offert une résitance qui a permis de sauver Paris des mains allemandes en 1914

electricite paris 14/02/2015 15:17

J'apprécie votre blog , je me permet donc de poser un lien vers le mien .. n'hésitez pas à le visiter.
Cordialement

Olivier Moch 14/12/2012 15:48

Merci pour ce gentil commentaire !

petites annonce Liége 14/12/2012 13:57

Tous mes respects à cette rédaction, un article intéressant et le sujet est instructif, c'est un plus à nos connaissances et je vous remercie pour le bon choix, bonne continuation !!

Olivier Moch 21/02/2011 12:54


Et oui... le café liégeois est un Viennois !
Hommage des Parisiens à une ville qui a offert une résitance qui a permis de sauver Paris des mains allemandes en 1914