Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 novembre 2009 5 20 /11 /novembre /2009 13:35

Un Gamin de 10 ans refuse de prête le serment d'allégeance...

imagesCA738PZY.jpgLes Etats-Unis se présentent souvent comme la plus grande démocratie du monde, comme le pays des libertés et des droits. Il s’agit pourtant de l’un des pays où les inégalités sont les plus marquées, ou la valeur des êtres humains se jauge à leur race et à leur portefeuille. Un gamin de dix ans semble l’avoir remarqué puisqu’il refuse, désormais, de saluer le drapeau américain comme c’est la coutume dans son école chaque matin… William Philips est un enfant de dix ans qui vit une vie des plus normales dans l’Arkansas. Chaque jour il va à l’école et, à l’image de ce qui se fait dans presque tous les lycées américains, il doit avec ses camarades réciter le Pledge of Allegiance chaque matin. Il s’agit d’un serment de loyauté et de fidélité au drapeau américain prêté depuis 1892. Mais voila, depuis quelques jours, William refuse de prêter serment… Il juge, en effet, que ce serment ne cadre pas avec la réalité de son pays. C’est plus particulièrement la dernière strophe du serment qui lui pose problème : «… Indivisible with liberty and justice for all»(1). Pour William «Il n'y a pas vraiment de liberté et de justice pour tous. Les gays et les lesbiennes ne peuvent pas se marier. Et il y a encore beaucoup de sexisme et de racisme» ainsi qu’il l’a déclaré sur CNN(2). Will a aussi expliqué qu’il avait réfléchi pendant sept jours en relisant les paroles du Pledge of Allegiance avant de prendre sa décision. Certains se sont imaginé que le jeune garçon était victime d’un endoctrinement politique de la part de ses parents mais ceux-ci - et en particulier Jay Philips, le père de Will – sont les premiers surpris par la réaction de leur enfant. Jay Philips a d’abord pensé à un acte de rébellion mais s’est vite rendu compte que son fils était capable d’argumenter son choix et qu’il ne faisait qu’exprimer un réel sentiment d’injustice qui l’habite.

C’est le 10 novembre dernier que William Philips a débuté sa «grève du serment». Depuis dix jours, il s’y tient même si un professeur a voulu l’y contraindre le 18 novembre dernier. Will a refusé et ne s’en est pas laissé compter. Suite à ce refus, la direction de l’école l’a contraint à présenter des excuses écrites au professeur, ce que Will à fait tout en précisant à la fin de son mot qu’il continuerait à refuser de prêter le serment tant que la liberté et la justice ne serait pas réellement effective pour tous comme prévu dans le serment. Will ajoute encore lorsqu’on l’interroge que ce n’est pas parce qu’il n’a que dix ans qu’il ne peut pas avoir d’opinions tranchées…

Under God et autres petites contrariétés…

Ce Pledge of Allegiance a déjà posé pas mal de problème par le passé et parfois même jusqu’au sein de cénacles politiques. En effet, en 1954, le Président Dwight Eisenhower fit rajouter les mots «Under God»(3) qui posèrent, par la suite, pas mal de souci aux partisans de la séparation des pouvoirs de l’Etat et de l’Eglise. Dans un passé récent, la première phrase de ce texte écrit à la fin du 19è siècle avait déjà initié un débat. En effet, cette phrase, «I pledge allegiance to the flag»(4), heurta certaines sensibilités qui s’étonnaient que l’on prête serment à un morceau d’étoffe plutôt qu’à une nation ou à un individu, le Président par exemple…

Aujourd’hui, après la décision de Will Philips, plusieurs journalistes américains s’accordent à dire que cette dernière phrase du Pledge of Alliance, celle-là même qui dérange Will, est sujette à caution. Quant à Will Philips, il est la risée de plusieurs de ces petits camarades de classe qui le surnomment, avec beaucoup d’élégance et d’intelligence,
Le défenseur de Tapettes mais peu lui en chaut, il maintient sa ligne de conduite. Que l’on soit d’accord ou pas avec ce gamin, force est de reconnaître qu’il a de la suite dans les idées et que celles-ci sont biens arrêtées ! Il a des valeurs et, pour paraphraser le dicton, je conclurais en disant que pour Will les valeurs n’attendent pas le nombre des années…


----
(1) «…indivisible, avec la liberté et la justice pour tous»
(2) Will Phillips, 10 years old, won’t pledge allegiance to a country that discriminates against gays, in The Huffington Post, 10 novembre 2009
(3) «Sous la providence de Dieu»
(4) «Je promets d’être sincère, loyal et fidèle au drapeau»

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article

commentaires