Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2008 5 04 /04 /avril /2008 09:31

Il y a désormais de grandes chances que ce soient les Super-Délégués démocrates qui décideront du candidat à l’investiture…

obaton.jpgSi dans le camp républicain on peut d’ores et déjà se concentrer sur le rendez-vous présidentiel de novembre prochain, il n’en va pas de même chez les Démocrates. Alors qu’il reste dix consultations avant la fin des primaires, ni Obama ni Clinton n’ont fait la différence et aucun des deux n’entend lâcher prise. Hier encore, Hillary Clinton affirmait, lors d’un passage en Californie, qu’elle pouvait remporter l’investiture pour aller affronter John McCain. Evidemment, Barack Obama prétend aussi pouvoir être le candidat des Démocrates… Et pendant que ces deux là en sont à afficher leur prétention de candidat à l’investiture, le Républicain John McCain affiche, lui, sa prétention à la présidence ! «Je connais très bien l'économie, certainement mieux que la Sénatrice Clinton et que le Sénateur Obama» a-t-il déclaré sur CNN mercredi dernier. Arguant du fait que l’économie nationale est un point clé de la présidence, McCain a également souligné qu'il avait été très impliqué dans l'élaboration de la politique économique en tant qu'ancien président de la commission du Commerce du Sénat… Pas de doute, il est déjà occupé à construire sa campagne électorale présidentielle. Les Démocrates ne risquent-ils pas de perdre ce rendez-vous électoral capital pour eux à force de tergiverser entre eux. Ne serait-il pas plus judicieux que l’un des deux candidats à l’investiture renonce pour le bien de son parti afin que l’autre puisse se lancer dans la campagne et se mettre à la hauteur de John McCain ? Mais voilà, lequel de Clinton ou Obama accepterait de s’effacer pour l’autre ? Aucun des deux, évidemment, et c’est là le problème des Démocrates. C’est que, tant Clinton qu’Obama, ils sont au seuil de l’Histoire des Etats-Unis… Imaginez un instant que, quel que soit le candidat des Démocrates, s’il est élu en novembre prochain, il s’agirait d’une première historique : le premier président noir ou la première femme à la Maison-Blanche… Avec cette perspective, aucun des deux ne renoncera tant qu’il n’y sera pas contraint ! Ce qui tend à prouver, si besoin en était encore, que lorsque l’on entre en politique on le fait avant tout pour soi et non pas pour l’intérêt général…

Pas assez de Délégués pour être investis…

Alors, la campagne interne se poursuit chez les Démocrates. Le prochain rendez-vous est fixé au 22 de ce mois, en Pennsylvanie. Il sera capital car, si à l’heure actuelle, l’écart en nombre de Délégués reste à l’avantage d’Obama (1632 contre 1500 à Clinton alors qu’il en faut 2025 pour obtenir l’investiture), il est minime(1). Hors, des dix états restant en jeu, la Pennsylvanie est la plus riche, avec 181, en Délégués… Mais c’est aussi le berceau de la famille Rodham, la famille d’Hillary Clinton. Celle-ci est donc largement favorite dans le Coal State. L’ambition de Barack Obama sera d’y limiter la casse et de veiller à ce que sa rivale ne l’emporte pas avec une trop grande marge. Mais il convient désormais de poser un constat ! Il reste dix consultations(2) pour lesquels sont en jeu quelque 635 Délégués… Si l’on se livre à un simple calcul, on s’aperçoit que, ni Obama ni Clinton pourrait n’obtenir le nombre de Délégués utiles à l’investiture. En effet, à la condition sine qua none de remporter tous les Délégués restant en jeu on aurait le cas de figure suivant pour chacun des deux candidats démocrates
=> Barack Obama : 1362+ 635 = 2267 Délégués
=> Hillary Clinton : 1500 + 635 = 2135Délégués

Il est évident qu’aucun des deux ne raflera tous les Délégués en jeu puisqu’ils sont répartis à la proportionnelle des voix obtenues. Pour que l’un des deux les remporte tous, il faudrait imaginer que l’autre ne fasse plus aucune voix dans les dix états restants… Même le plus optimistes des supporters ne peut envisager cette possibilité… Donc, et l’éventualité est plus que réelle, on pourrait se retrouver à la Convention Démocrate de Denver, du 25 au 28 août prochains, avec deux candidats qui n’ont pas suffisamment de Délégués que pour être investis ! Quid alors ? Si ce cas de figure se présente alors ce sera aux Super-Delegates de décider !

Les Super-Délégués ne sont pas des héros de comics américain mais bien des pontes démocrates désignés, en plus des Délégués traditionnels, de par la fonction qu’ils occupent ou ont occupés dans la vie politique américaine. Ils sont au nombre de 793 et sont totalement libres du choix de leur candidat à l’investiture. Parmi ces Super-Délégués, on trouve notamment les Membres démocrates du Congrès, les Gouverneurs démocrates, des élus variés, des Membre du Comité du parti national et d’anciens membres illustres comme Bill Clinton, Al Gore ou encore Jimmy Carter… Ils auront donc le libre-arbitre pour choisir leur candidat préféré. Pour l’heure, 246 Super-Délégués sont ouvertement en faveur d’Hillary Clinton ; 216 sont pour Barack Obama et 331 ne ce sont pas encore positionné officiellement(3)… Les voix des Super-Délégués viendront s’ajouter à celles des Délégués mais comme la différence entre Clinton et Obama est minime (et qu’elle risque de se resserrer encore après la Pennsylvanie), il est désormais plu que probable que ce sont ces fameux Super-Delegates qui ont le sort des deux candidats entre leurs mains.

Une désignation non démocratique ?

Beaucoup de monde dans le camp démocrate est perplexe quant au rôle de ces Super-Délégué. D’aucuns avancent même que le choix pourrait ne pas être démocratique… ce qui serait un comble au sein d’un Parti Démocrate ! En effet, imaginons que, au jour de la Convention de Denver, aucun des deux candidats n’ait atteint le quorum des 2025 Délégués utiles (ndlr une situation plus que probable, rappelons-le) et que Barack Obama ait engrangé plus de Délégués qu’Hillary Clinton (ndlr situation tout aussi probable) mais que les Super-Délégués se rangent en masse derrière Clinton pour la désigner… On pourrait donc avoir une candidate démocrate qui aurait été choisie à l’encontre du choix des électeurs démocrates qui se sont prononcés depuis le mois de janvier. Une situation que craint Nancy Pelosi, la Présidente de la Chambre des Représentants qui estimait, lors de l’émission Good Morning America, sur ABC le 1er avril dernier : «qu'il serait à son avis dommageable pour son parti que les super-délégués donnent l'impression de voter contre la volonté des électeurs qui se sont exprimés. Cette élection doit suivre son cours mais il est important que l’on se rassemble derrière un candidat longtemps avant la Convention nationale si nous espérons gagner en novembre»…

----
(1) source : USA Today page spéciale elections mise à jour 3/04/2008
(2) Pennsylvanie (22/04 – 181 Délégués), Guam (3/05 – 3 Délégués), Caroline du Nord (6/05 – 110 Délégués), Indiana (6/05 – 79 Délégués), Virginie occidentale (13/05 – 37 Délégués), Kentucky (20/05 – 55 Délégués), Oregon (20/05 – 62 Délégués), Porto-Rico (1/06 – 58 Délégués), Dakota du Sud (3/06 – 22 Délégués) et Montana (3/06 – 23 Délégués) soit 635 Délégués encore en jeu…
(3) Source : 2008 Democratic Convention Watch

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article

commentaires