Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mai 2010 4 27 /05 /mai /2010 09:48

En 1979, des amateurs remportaient le championnat de Belgique de football. Une belle histoire qu'on ne risque plus de revoir aujurd'hui dans un sport devenu business...

 

bevereJe ne suis plus fan de foot depuis bien des années, je ne saurais même plus dire depuis quand je n’ai pas vu un match en entier… Je pense que cela devait être la finale de la Coupe du Monde 2006 durant laquelle Zidane à confirmé tout le mal que je pense désormais de ce sport. Depuis l’avènement de la Ligue de s Champions avec sa manne à pognon et depuis l’entrée en vigueur de l’arrêt Bosman qui a été le fossoyeur de bien des petits clubs, je ne trouve plus aucun intérêt à ce sport devenu business. Pourtant j’en ai couvert bien des matches, depuis la provinciale jusqu’à la Coupe d’Europe, lorsque je noircissais les pages sportives de feue La Wallonie. Mais aujourd’hui, je trouve le football gangréné – comme bien d’autres sport-business d’ailleurs – par l’argent , le racisme ou le comportement des supporters et, décidément, je n’y trouve plus aucun attrait !

Je suis, je le concède volontiers, un nostalgique, voire un passéiste, du football. Oui je le dis, le foot c’était mieux avant ! Je garde en mémoire des images d’un sport populaire qui regorgeait de joueurs vraiment doué comme Maradona, Beckenbauer, Pelé évidemment, Charlton, Best, Zico, Eusebio ou, pour moi le plus génial de tous, Cruyff. Aujourd’hui, la Ligue des Champions a transformé en stars du ballon rond des types qui n’ont pas le quart du talent de ceux que je viens d’évoquer. L’exemple de l’équipe nationale belge vient conforter cette réalité. Désormais les Diables Rouges disposent de vedettes internationalement reconnues comme Kompany, Fellaini, Van Buyten, Mirallas ou autre Vandenborre mais ils sont incapables de réussir le moindre bon résultat. Ils ont plus de reconnaissance que leurs aînés et pourtant ils sont loin d’avoir le talent de Ceulemans, Gerets, Vandenbergh, Jurion, Van Himst ou Lambert… Cela résume tout le football actuel.

Je suis un nostalgique disé-je donc et le quotidien La Dernière Heure/Les Sports vient, à travers son supplément sport du week-end, de me replonger dans une histoire remarquable qui remonte à trente ans déjà : le premier titre de champion du SK Beveren. En mai 1979, les Waeslandiens conquéraient le titre au nez et à la barbe d’Anderlecht et du Standard. Qu’un «petit poucet» gagne un championnat national cela arrive parfois, c’est toujours une belle histoire mais le petit plus du sacre beverenois est que cette équipe était composée de joueurs amateurs qui avaient quasiment tous un boulot en activité principale.

Et c’était probablement cela la force du SK Beveren en 1979, on ne s’y prenait pas au sérieux et on savait ce qu’aller au charbon voulait dire. Jean Janssens, le capitaine, était docker au port d’Anvers, d’autres étaient magasiniers ou employé d’administration, le grand Bob Stevens était ingénieur… c’était l’intello de la bande. Seuls le buteur allemand Erwin Albert, l’autre attaquant teuton Karl-Heinz Wissmann et le feu follet hollandais Wim Hofkens étaient des professionnels du ballon rond. Même le gardien de but d’alors, un certain Jean-Marie Pfaff qui allait devenir une vedette internationale (et meilleur gardien du monde en 1987) en défendant les buts du prestigieux Bayern Munich, n’était encore qu’un modeste employé de tri postal. Ces gars faisaient leur journée de boulot et allaient ensuite s’entraîner deux heures le soir avant d’affronter, le dimanche après-midi, les clubs de pointe belges d’où regorgeaient les meilleurs joueurs du pays : Anderlecht (François Van der Elst, Robbie Rensenbrink, Franky Vercauteren, Ludo Coeck, Benny Nielsen…) et le FC Bruges (Jan Ceulemans, Raoul Lambert, Jan Sorensen, Birger Jensen…) qui tutoyaient alors les Grands d’Europe ou le Standard (Eric Gerets, Asgeir Sigurvinsson, Michel Preud’homme…). En cette saison 1978/1979, Beveren parvint même à se mettre sous les feux des projecteurs européens en accédant en demi-finale de la Coupe des Vainqueurs de Coupe où il faudra le FC Barcelone pour sortir les petits Waeslandiens. Avant de tomber face au Barça de Krankl, Rexach et Neeskens, futur vainqueur de l’épreuve, le SK Beveren avait éjecté de la compétition Ballymena, Rijeka et, surtout, l’Inter Milan.

1979 : l’année d’or des prolos du foot


Des prolétaires du foot, sans aucune connotation péjorative, voila ce qu’étaient les joueurs de Beveren à l’époque. Ils formaient un groupe soudé qui allait marquer, pendant deux saisons, le football belge. Le SK Beveren, fondé en 1934, est une équipe moyenne qui végète entre la troisième division et le niveau provincial jusqu’en 1966. Sous la houlette d’un joueur exceptionnel nommé Wilfried Van Moer, qui évoluera ensuite au Standard, Beveren accède à la deuxième division. Un an plus tard, en 1967, l’équipe entrainée par Guy Thys, futur coach des Diables Rouges de la grande époque (1979-1989) accède à la première division et parvient même à se qualifier, en 1969, pour la coupe d’Europe où elle élimina Vienne et Valence avant de chuter contre Arsenal. Hélas, si Beveren brillait sur la scène européenne, il ne put éviter la descente en D2 au terme de la saison 69/70. Il ne faut attendre qu’un seul exercice pour retrouver les Jaune et Bleu parmi l’élite ; en effet grâce à son jeune gardien de but, Jean-Marie Pfaff, notamment, Beveren remonte en 1971.

L’équipe se construit autour de jeunes joueurs de la région comme Pfaff, Baecke, Cluytens, Coninckx, Buyl ou Stevens encadrés par des joueurs plus chevronnés comme Van Genechten et Janssens mais aussi par quelques renforts de poids comme le milieu hollandais Wim Hofkens. Sur le terrain, l’équipe est dirigée de main de maître par un petit joueur allemand totalement inconnu ; Heinz Schönberger qui était ouvrier chez Combori, le sponsor principal du club. En 1978, ce groupe hétéroclite remporte la Coupe de Belgique au détriment de Charleroi grâce à des buts de Coninckx et Stevens. Cette victoire ouvre les portes de la Coupe des Vainqueurs de Coupe à Beveren qui y réussira, en 1979, le parcours que l’on sait.

Le championnat 1978/1979 sera celui du sacre pour le Sport Kring Beveren. L’équipe est restée la même, seuls les deux attaquants allemands Erwin Albert (venu de son pays natal) et Karl-Heinz Wissmann (en provenance du RWDM) renforcent le groupe qui est toujours confié à l’entraîneur Robert Goethals, lui-même enseignant, qui parvient à tirer le meilleur de chacun de ses joueurs. «L'équipe était bien balancée: une réelle touche technique dans le chef de Schönberger par exemple, un physique avéré, le tout baignant dans une ambiance exceptionnelle. Entre toutes les composantes d'un groupe en apparence disparate, l'osmose était totale. Nous n'avions pas de secret sinon que ce Beveren-là illustrait à merveille l'expression courante aujourd'hui de team building(1) se souvenait d’ailleurs le coach beverenois voici quelques années. Au terme de la saison, Beveren remportait son premier titre de champion de Belgique avec quatre points d’avance sur Anderlecht.

Que faisaient-ils en plus de jouer au foot ?


Les principaux artisans du sacre de Beveren, en 1979, étaient donc pour la plupart des amateurs passionnés de foot qui avaient un boulot dans la vie de tous les jours.

- Jean-Marie Pfaff – Gardien : Employé dans un centre de tri postal
- Albert Cluytens – Défenseur : Cantonnier à Anvers
- Eddy Jaspers – Défenseur : Ouvrier du bâtiment
- Freddy Buyl – Défenseur : Gérant d’une société d’informatique
- Paul Van Genecheten : Défenseur : Pompier
- Marc Baecke – Défenseur : Magasinier
- Wim Hofkens – Milieu : Professionnel
- Heinz Schönberger – Milieu : Magasinier
- Johan Coninckx – Milieu : Ouvrier
- Rudy Van Goethem – Milieu : Concierge d’école
- Erwin Albert – Attaquant : Professionnel
- Bob Stevens – Attaquant : Ingénieur chez Electrabel
- Jean Janssens – Attaquant : Docker à Anvers
- Karl-Heinz Wissmann – Attaquant (mais qui ne joua que 9 matches) : Professionnel

Anecdotes


* En tant que pompier, Paul Van Genechten avait des tours de garde de 48h00. Parfois, ces gardes tombaient le week-end et il venait au stade pour jouer le match du dimanche après-midi alors qu’il n’avait pas dormi depuis deux jours…

* En quart de finale de la Coupe des Vainqueurs de Coupe, lors du match aller à l’Inter Milan (0-0), Bob Stevens a du faire l’impasse. Il n’a pas pu accompagner ses équipiers à Milan, non pas qu’il fut sous le coup d’une suspension mais bien parce qu’il avait épuisé son quota de jour de congé chez Electrabel… Lors du match retour, c’est lui qui marqua l’unique but de la partie éliminant ainsi l’Inter.

* En 1979, le SK Beveren devenait champion de Belgique, atteignit les demi-finales de la Coupe d’Europe ; Erwin Albert décrocha le titre de Meilleur Buteur du championnat tandis que Jean Janssens remporta le Soulier d’Or qui récompense le Meilleur Joueur de l’Année.

Sources :
- Site internet du
SK Beveren
- Supplément Sport de La Dernière Heure (16/05/2009)
- Et puis nous avions Zean-Marie, par MD, in La Dernière Heure/Les Sports, 15/09/2004


----
(1) Et puis nous avions Zean-Marie, par MD, in La Dernière Heure/Les Sports, 15 septembre 2004.

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans A découvrir
commenter cet article

commentaires