Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 juillet 2008 3 23 /07 /juillet /2008 15:41

Réminiscence du jeu favori de mon enfance…

joujou.jpgLorsque j’étais gamin, je pouvais passer des heures à joueur aux p’tits cyclistes ! Dans ma chambre, sur des circuits dessinés à la main sur des feuilles A4 assemblées entre elles, je rejouais le Tour de France, le Giro, les grandes classiques, le championnat du monde et même quelques courses plus petites uniquement avec quelques figurines de cyclistes et un dé… J’ai rejoué des saisons entières, seuls dans la pénombre de ma chambre… Roche, LeMond, Theunisse, Argentin, Criquielion, Hinault ou Anderson se disputaient les plus belles épreuves. J’avais reconstitué un peloton d’une cinquantaine de coureurs en achetant ces fameux petits cyclistes en plastique ou en les échangeant contre des voitures Matchbox ou des petits soldats qui m’intéressaient beaucoup moins… Je ne vous dirais pas jusqu’à quel âge j’ai fait évoluer ces cyclistes en plastique sur mes circuits en papier mais c’est un âge qui me ferait passer pour un gamin attardé auprès des ados de la génération actuelle… Ceci dit, en toute objectivité, je m’en fous ; j’ai toujours préféré jouer seul avec mes cyclistes que de courir les rues en bande avec les autres ados de mon âge. D’ailleurs, aujourd’hui encore, au fond d’une armoire de mon bureau je conserve, dans un vieux sac en plastique, ce peloton désormais endormi… Après tout, quand j’y réfléchis, ce jeu de mon enfance, avec ses courses, ses classements, ses victoires et le hasard des dés, c’est un peu l’ancêtre artisanal, à ma façon, du jeu Pro Cycling Manager avec lequel il m’arrive encore de passer quelques heures. La différence fondamentale est que, avec mes cyclistes en plastique, mes circuits en papier et mon dé, je développais davantage mon imagination que cela n’est permis avec ce jeu moderne et complet de l’ère de électronique…

Ce que j’ai pu en jouer des saisons cyclistes qui s’enchaînaient, imaginant un système de classement UCI avant l’heure et un système de transfert en fonction de l’argent fictif amassé par les équipes selon leurs victoires tout aussi fictives… Les saisons se suivaient et les équipes évoluaient. Alors, un jour je me suis mis en tête de changer les maillots de mes cyclistes en pastique pour les adapter à ma fiction… Des pinceaux, de la peinture pour maquettes et zou, à la fin de chaque saison fictive, je modifiais certaines équipes en les repeignant pour en inventer de nouvelles ou pour «moderniser» le maillot d’une déjà existante… Autant dire que, comme je ne suis pas très doué en travaux manuel, certains petits cyclistes ont vite été hors d’usage. En outre, après deux ou trois changements de couleurs, certains autres ne ressemblaient plus à rien. Heureusement, mes maigres économies me permettaient, de temps à autre, de filer à Liège pour acheter trois, quatre, cinq ou six nouveaux coureurs pour remplacer ceux qui avaient fait leur temps…

Une passion d’orfèvres

C’était le bon temps, celui de l’insouciance ! En 2004, lors du départ du Tour de France à Liège, une expo avait été organisée sur le thème de la Grande Boucle et des vitrines présentaient des reconstitutions de scènes réelles du Tour de France à l’aide de ces fameux petits cyclistes en plastique… Il y avait, notamment, la victoire de Johan Bruyneel, à Liège, en 1995 devant Miguel Indurain. Ces quelques scènes avaient été reconstituées par un maquettiste de talent qui avait du peindre des petits cyclistes en fonction de la situation à recréer. Il avait fait ça avec beaucoup plus d’aptitudes que les miennes quelques années auparavant.

Hier soir, alors que je surfais sur le net, j’ai tapé «Petits cyclistes en plastique» dans Google et je suis tombé sur quelques pages de vente de ce jouet ancien mais aussi sur les pages de quelques passionnés qui peignent ces coureurs plastifiés ou métallisés, qui inventent ou recréent des situations. Je ne résiste pas à l’envie de vous faire partager quelques-unes de ces pages qui m’ont permis l’espace d’un instant de replonger dans ce bon temps, celui de l’insouciance…

Les p’tits vélos

Janol Apin

Miniatures City

Tour de France Miniature

Un vrai travail d’orfèvre !

J’en entends déjà demander ce que font ces passionnés mercredi soir… Mais moi, je veux bien les inviter à dîner afin d’évoquer avec eux foultitude de souvenirs d’enfance liés à ces petits cyclistes en plastique. Ce sera tout sauf un dîner de cons...

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Humeurs
commenter cet article

commentaires