Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mai 2011 2 17 /05 /mai /2011 09:36

Les Etats-Unis atteignent aujourd'hui le plafond de la dette publique. Obama va devoir faire relever le plafond de cette dette sinon l'économie nationale sera à l'arret !

usdebt.jpg14.294 milliards de dollars - 14.294.000.000.000 $ - c'est la limite fixée par le Congrès National pour le montant de la dette publique américaine. Ce montant, il sera atteint aujourd'hui ! Cela fait plusieurs semaine que Timothy Geithner, le Secrétaire d'Etat au Trésor, tire le signal d'alarme (lire à ce propos P2012 : sur le terrain de l'économie) et que Barack Obama s'emploie à convaincre les Députés et les Sénateurs de Washington DC de l'urgence qu'il y a à relever le plafond de la dette. Selon les prévisions du Trésor, la date fatidique sera le 2 août prochain, si une solution n'est pas trouvée et appliquée, les Etats-Unis seront tout simplement en défaut de paiement sur certaines de leurs obligations, ils ne pourraient dès lors plus fonctionner... ce serait la banqueroute ! Dans un courrier alarmiste qu'il a adressé à la Chambre des Députés et au Sénat, Timothy Geithner décrit l'urgence de la situation et explique les mesures mises en place pour dégager du temps et permettre à l'Etat de fonctionner. Dès ce jour, le Trésor Américain va diminuer drastiquement son alimentation de la Caisse de Retraites des Fonctionnaires ce qui permettra de dégager une enveloppe budgétaire de 224 milliards de dollars pour faire fonctionner l'Etat. Cette mesure n'aura pas d'influence directe sur les paiements des pensions aux fonctionnaires d'ici le 2 août mais la caisse sera sous-alimentée d'ici là et les réserves vont évidemment fondre ce qui finira, à moyen terme (mais après août), par empêcher le paiement correct de ces retraites. Geithner insiste sur la date-butoir du 2 août après laquelle l'Etat américain ne pourra plus honorer certaines de ses obligations et serait donc placé en incapacité de fonctionner. Le spectre de la faillite pointe à l'horizon avec toutes les conséquences que cela aurait sur l'économie mondiale...

Il y a donc une réelle urgence ! La seule action possible est de relever le plafond de la dette publique; une action qui n'est pas extraordinaire en soi puisqu'elle a été menée à 74 reprises depuis le crash de 1929. Où est le problème alors ? Et bien, par delà l'aspect économique de la chose - relever le plafond n'est pas la meilleure chose qui soit pour l'économie globale d'un pays mais c'est toujours la plus facile et la plus rapide à faire - il y a, évidemment, l'aspect politique ! La décision de relever le plafond de la dette publique doit être avalisée par le Congrès... Or, si le Sénat est majoritement Démocrate (53/47), la Chambre des Représentants est largement républicaine (242/193). Dès lors, la demande de relèvement du plafond se trouve asservie aux conditions des Républicains. Et clairement, les Députés du Great Old Party conditionnent leur aval à un plan d'austérité budgétaire drastique. Pour relever le plafond de la dette, Barack Obama devra imposer l'austérité au pays... Les Républicains jubilent et la mort d'Oussama Ben Laden ne sera bientôt plus qu'un lointain souvenir dans les sondages favorables au Président des Etats-Unis ! Les Républicains ne se privent pas - ils auraient tort de le faire - pour mettre en avant que le déficit public des Etats-Unis est en augmentation constante, au delà des 10%, depuis trois années (ndlr donc au moins une avant l'entrée d'Obama à la Maison Blanche, c'est bel et bien sous l'ère Bush que le déficit a commencé à augmenter de façon considérable) et que le Président ne met concrètement en oeuvre aucune mesure pour freiner cet envol.

Démocrates et Républicains sont conscients qu'il faille réduire les dépenses de l'Etat mais ils sont totalement opposés sur la façon d'y parvenir. Ainsi, pour les Démocrates il s'agirait d'augmenter les impôts et de faire des coupes budgétaires dans certains postes, ce qui permettrait de réduire le déficit public de quatre mille milliards de dollars sur douze ans; tandis que pour les Républicains il faut sabrer dans les soins de santé et privatiser les programmes d'accès aux soins de santé, notamment le fameux Medicare qui vient en aide aux personnes âgées et aux plus démunis... Cette coupe dans les soins de santé déboucherait sur une réduction du déficit de six mille milliards de dollars en dix ans. D'un côté, celui des Démocrates, on taxe davantage (surtout ceux qui ont les moyens) et on réduit les dépenses; de l'autre, celui des Républicains, on prive les plus démunis du peu d'avantages qu'ils ont... Le traditionnel combat social vs libéral a encore de beaux jours devant lui au Pays de l'Oncle Sam !

Le plafond sera relévé !

Si Obama ne veut pas être le Président qui aura plongé les Etats-Unis dans l'abîme économique, il a donc intérêt à caresser les Députés républicains dans le sens du poil afin qu'ils votent le relèvement du plafond. Il faut, pourtant, tempérer cette assertion car les Républicains ne doivent pas oublier qu'ils n'ont pas non plus intérêt à ce que le pays parte en faillite. Soyons clair, cela n'arrivera pas ! Les Républicains voteront tôt ou tard - et plus tard que tôt afin de mettre le plus de pression possible sur Obama - le relèvement du plafond de la dette car c'est leur intérêt, à fortiori si c'est un Républicain qui devait reprendre la Maison-Blanche dans 18 mois... En effet, si les Etats-Unis étaient incapables d'honorer leur dette publique et se retrouvaient en situation de défaut de paiement, cela entrainerait à tout le moins des pertes d'emplois en masse, une récession économique d'envergure et une baisse significative du PIB. Certains analystes affirment même que le pays perdrait, endéans le couple d'années, son AAA c'est à dire sa solvabilité financière... Si le Great Old Party vise la Présidence en 2012, il ne va pas scier la branche sur laquelle il rêve de s'asseoir ! C'est pour cela que le Congrès relèvera, avant le 2 août, le plafond de la dette publique.

Ajout du 1er aout 2011

Le Président Obama a annoncé aujourd'hui qu'un accord avait été trouvé entre Républicains et Démocrate pour remonter le plafond de la dette. Cet accord doit encore être avalisé par les deux chambres du Congrès d'ici demain. Il prévoit une réduction stricte des dépenses publiques (notamment dans le secteur de la défense) mais pas de hausse des impôts. Malgré d'importantes passes d'armes entre Républicains et Démocrates, cet accord a finalement été dégagé quelques heures avant la date limite du 2 août... comme c'était prévisible (voir ci-dessus).



P2012

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article

commentaires