Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mars 2003 7 23 /03 /mars /2003 15:50

La démocratisation de l'Irak et la lutte contre le terrorisme sont, bien évidemment, des prétextes fallacieux pour justifier la guerre en Irak. Le Président des Etats-Unis tente par ces arguments de justifier son intervention dans le golfe persique. Mais, le contrôle du pétrole irakien est la véritable motivation du conflit… Tentative d'explication !


petrole.jpgLa deuxième guerre en Irak a donc débuté depuis quelques jours. Malgré l'opposition d'une très grande majorité de la population mondiale et sans l'aval de l'Organisation des Nations Unies, George Bush a lancé l'offensive. Officiellement, le Président des USA se pose en chevalier blanc de la paix mondiale. Il entend lutter contre le terrorisme islamique et démocratiser l'Irak. Mais, la réalité est toute autre ! Les Etats-Unis représentent ± 5% de la population mondiale mais ils consomment 25% de la production mondiale de pétrole. Les Etats-Unis sont, eux-mêmes, producteurs mais leurs réserves sont estimées à 10 ans(1). George W. Bush, le Président des USA, et Dick Chenney, son Vice-Président, sont tous deux issus de l'industrie pétrolière américaine et connaissent, par conséquent, cet état de faits. Depuis son investiture, le Président Bush a, par ailleurs, élevé le lobby des industries pétrolières à un niveau jamais égalé aux Etats-Unis. Ce n'est, finalement, qu'un juste retour des choses car les grosses sociétés du pétrole - Enron en tête - ont financé la campagne présidentielle de W.

Les réserves mondiales

Il faut savoir que le Moyen-Orient dispose de deux tiers (66%) des réserves mondiales de pétrole. L'Arabie Saoudite en détient, à elle seule, 25 % et l'Irak dispose de 11 % de ces réserves. Avant l'entame du présent conflit, l'Irak exportait 40 à 50 % de sa production nationale vers le marché américain ! Cependant, l'Irak n'arrive qu'en 5è position des fournisseurs de pétrole aux USA, derrière l'Arabie Saoudite, le Venezuela, le Canada et le Mexique. Mais, les Etats-Unis doivent faire face à une pénurie en provenance du Venezuela, leur deuxième fournisseur.

Pour les experts de l'Administration Bush, Saddam Hussein représente une menace sérieuse pour l'industrie pétrolière de tout le Moyen-Orient et, notamment donc, pour l'Arabie Saoudite, principal fournisseur des Etats-Unis… Le contrôle de la production irakienne arrangerait plutôt bien le gouvernement américain qui résoudrait ainsi son double problème de réserves propres et de pénurie vénézuélienne. Dès lors, l'installation, à Bagdad, d'un pouvoir favorable aux Etats-Unis simplifierait grandement le contrôle des puits irakiens. En outre, la levée de l'embargo sur l'Irak permettrait la mise en place d'un programme de relance économique et l'exploitation accrue des gisements du pays. Les experts américains estiment que la production irakienne serait ainsi quadruplée passant de 1,5millions de barils par jour à 6 millions de barils par jour (2).

Il semble d'ailleurs que des réunions entre l'opposition irakienne en exil et des représentants de l'Administration Bush ont déjà eu lieu. A l'ordre du jour, la reconstruction en Irak avec une priorité sur la question du pétrole (3). Selon le département d'Etat américain, les puits de pétrole irakien doivent être privatisés et les Etats-Unis doivent gérer la plus grande partie de ces puits, en laissant une partie appréciable à des sociétés britanniques, seulement quelques miettes aux sociétés russes et rien, si possible, aux autres sociétés pétrolières européennes…

(1). Dixit "La Semaine Economique" diffusée sur Arte le 22 mars 2003
(2). Chiffres avancés sur le site internet de Radio France (www.radiofrance.fr)
(3). Op cit.

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Le monde est fou !
commenter cet article

commentaires