Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 novembre 2010 1 08 /11 /novembre /2010 15:13

C'est à Amboise, au Clos-Lucé, que Léonard de Vinci termina sa vie...

luce.jpgHomme d’esprit, artiste, scientifique de premier plan, ingénieur, musicien, mais aussi poète, philosophe et écrivain, Leonardo da Vinci est, assurément, l’un des plus grands génies de tous les temps. Né le 15 avril 1452, De Vinci s’est éteint en France, à Amboise, 67 ans plus tard… C’est sur les dernières années de sa vie que j’ai envie de revenir aujourd’hui. J’ai eu la chance de visiter le Clos Lucé, à Amboise, où Léonard de Vinci passa les trois dernières années de sa vie. Ce manoir juché sur les hauteurs de la ville était, dit-on, relié au château d’Amboise par un passage secret qui permettait au souverain François 1er, connu pour sa générosité envers les artistes, de rejoindre Léonard de Vinci pour qui il s’était pris d’affection et qu’il surnommait d’ailleurs «Mon Père». Au sous-sol du Clos Lucé, on peut voir une très belle collection de maquettes réalisées d'après les plans et les dessins de Léonard de Vinci. On y voit notamment un char d'assaut, un pont transbordeur, une excavatrice, un planeur ou l'ancêtre de l'hélicoptère. Je garde de ce passage au Clos Lucé l’un de mes meilleurs souvenirs d’escapades…


Le talent et le génie de Léonard de Vinci sont reconnus de son vivant. Ainsi, par exemple, l’homme d’état florentin, Laurent de Médicis, utilise le savant et artiste comme objet de diplomatie ; pour entretenir de bonnes relations avec le Duc de Milan, Ludovic Sforza, il n’hésite pas à lui envoyer De Vinci afin que celui-ci flatte son égo et travaille en son honneur. Léonard de Vinci reste à Milan plusieurs années de cette fin de 15è siècle pendant lesquelles il s’attèle à des projets techniques, militaires et urbanistiques. C’est aussi durant sa période milanaise qu’il peint la fabuleuse Cène, achevée en 1498. Cette même année, en France, Louis XII accède au trône et fait immédiatement valoir ses droits sur le Duché de Milan suite à sa filiation avec les Visconti (ndlr sa grand-mère était une Visconti) qui ont régné sur ce duché jusqu’en 1447. Afin de récupérer ce territoire qu’il considère comme le sien, Louis XII entame la seconde Guerre d’Italie. Sforza est destitué et s’enfuit en Allemagne tandis que Léonard de Vinci se retrouve employé par les Vénitiens qui lui confient la mission d’élaborer un système de protection de la ville. De Vinci n’y reste que quelques semaines

Successivement on retrouve De Vinci dans les Marches, au service de César Borgia, à Florence où il réalise une fresque murale – hélas aujourd’hui perdue – sur les batailles d’Anghiari et de Cascina avec Michel-Ange, à Milan qui est repassée aux mains des Sforza, ou à Turin jusqu’en 1513 où, âgé de 61 ans, il est appelé auprès du Pape Léon X, membre de l’influente famille Médicis, qui vient de succéder à Jules II. Mais ce qui aurait pu être l’apothéose de la carrière de Léonard de Vinci se transforme en déception pour lui. En effet, à cette époque, Michel-Ange, qui vient d’achever le plafond de la Chapelle Sixtine, et Raphaël sont très courtisés et s’accaparent tous les travaux artistiques tandis que l’ingénieur Giuliano da Sangallo prend en charge l’édification des bâtiments religieux voulus par le Pape.

Dans les bras de François 1er…

De Vinci est donc largement déçu par son expérience romaine. Aussi lorsqu’au terme de la Bataille de Marignan par laquelle François 1er , qui vient d’être sacré Roi de France, reconquiert, en septembre 1515 le territoire milanais, il est contacté par ce Roi pour une commande un peu spéciale (ndlr un lion mécanique pouvant marcher et dont la poitrine s'ouvre pour révéler des lys !!!), Léonard de Vinci acceptera et partira s’installer en France. François 1er installe De Vinci au Clos-Lucé, le manoir où il passa son enfance, à proximité du château d’Amboise qui, pendant la Renaissance, sert de résidence principale aux Rois de France. Léonard de Vinci acquiert ainsi les titres de peintre, premier ingénieur et premier architecte du Roi. Il imagine la construction d’un nouveau palais à Romorantin, là où est née l’épouse de François 1er, avec le détournement d’un fleuve dans la Sauldre. Il esquisse un projet de canal entre la Loire et la Saône et organise des fêtes somptueuses pour le Roi.

Malade depuis de longs mois, De Vinci meurt le 2 mai 1519au Clos-Lucé. Selon son épitaphe, rédigée en latin, il serait mort sinu regio, soit sur la poitrine d’un roi, c’est à dire dans les bras de son protecteur François 1er. Cependant cette fin touchante d’un roi accompagnant celui qu’il considérait comme un père dans ses derniers instants est sujette à caution. D’abord, sinu regio peut être prise comme une métaphore signifiant «dans l’affection, dans le cœur, d’un roi» ; ensuite l’épitaphe n’a jamais été gravée sur quelle que tombe que ce soit. Enfin, Claude, l’épouse de François 1er, a donné naissance, le 31 mars à Saint-Germain-en Laye, à son fils Henri, futur Roi de France. François 1er était à Saint-Germain-en-Laye pour la naissance de son fils et plusieurs ordonnances royales datées du 1er mai 1516 sont signée à cet endroit. Il parait donc invraisemblable que le Roi fut, le lendemain, à Amboise pour la mort de Léonard de Vinci. A cette époque, les quelque 200 kilomètres qui séparent ces deux villes ne pouvaient pas être effectués en quelques heures…

Quoiqu’il en soit, selon ses dernières volontés, Léonard de Vinci est enterré dans la chapelle Saint-Hubert, en plein cœur du château d’Amboise. Son cortège funéraire est suivi, touours selon sa volonté, par soixante mendiants. Célibataire et sans descendance, il légua toute son œuvre à son disciple Giovanni Melzi, issu de la bourgeoisie milanaise, qui le suit et le sert depuis 11 ans avec pour consigne de la faire publier. Hélas, jamais Melzi ne publiera l’œuvre de son maître…

De Léonard de Vinci, François 1er dira un jour : « Il n'y a jamais eu un autre homme né au monde qui en savait autant que Léonard, pas autant en peinture, sculpture et architecture, comme il était un grand philosophe».

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans A découvrir
commenter cet article

commentaires