Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 novembre 2011 4 17 /11 /novembre /2011 12:46

Dans la série des personnages noirs de la littérature populaire, il en est un qu'il faut (re)découvrir au plus vite : Gabriel Lecouvreur dit "Le Poulpe"… Enquêteur libre et témoin d'une société nauséabonde, il entraîne le lecteur dans les tréfonds de la race humaine !


poulpe.jpgNous avons évoqué, en janvier dernier, sur Acta Diurna, un personnage du roman noir dont il faut absolument faire connaissance, j'ai nommé Pepe Carvalho … Aujourd'hui, je vous propose une plongée dans l'univers particulier d'un de ses congénères, le Poulpe. Le Poulpe - de son vrai nom Gabriel Lecouvreur - est un être à part dans la littérature populaire française. Non, il ne s'agit pas d'un détective privé quelconque qui agirait sur commande ou pour sauver la veuve et l'orphelin. Le Poulpe est un homme libre, curieux et qui adore laisser traîner ses tentacules où il n'est pas le bienvenu. Créée en 1991 par Jean-Bernard Pouy, la série présente une particularité de taille, elle est écrite par une multitude d'auteurs. Ainsi, chaque aventure - toujours courte; ± 100 pages - est livrée à la plume d'un écrivain différent ; outre Jean-Bernard Pouy Patrick Raynal, Hervé Prudon, Guillaume Nicloux, Emma Christa, Jean Marboeuf et quelques dizaines d'autres se sont succédés pour faire vivre Lecouvreur… Cette diversité d'auteurs confère au personnage une évolution permanente et un caractère qui s'affine au fil des histoires; chaque romancier s'engageant à respecter la vision des autres.

Le Poulpe est donc un personnage entier et libre. Il n'a aucune attache, ni financière, ni morale ou amoureuse. Pas de carte de sécurité sociale, pas de carte de crédit et pas de carte d'électeur… Il fouille, à son compte et souvent par curiosité, les entrailles de la société moderne pour tenter de mettre à jour ce qu'elle a de plus immonde, de plus affreux. D'extrême droite active en magouilles politiciennes en passant par la paupérisation urbaine, les mouvements sectaires, la Mafia ou le monde étrange des footeux…, Le Poulpe se mouille pour le plaisir de remuer la merde d'une société dans laquelle l'argent et le pouvoir autorisent tout ! Volontiers anar, amateur de bière en tout genre, amoureux de la vie et écœuré par l'injustice, Gabriel Lecouvreur est un solitaire… Mais un solitaire entouré car la solitude à ses limites et il ne faut pas trop les dépasser. Toujours épris de liberté, il refuse d'avoir une adresse fixe, "Je suis un SDF avec un toit sur la tête" se plait-il à souligner, logeant dans les hôtels de Paris dont les propriétaires consentent à lui louer une chambre sans demander ses papiers ou squattérisant l'appartement de Cheryl, la dame de cœur. Ah, Cheryl la jolie coiffeuse de la rue Popincourt, toujours là pour l'écouter, l'aider ou le réconforter. L'unique amour de sa vie, somme toute, mais leur relation est basée sur une liberté totale et sans justification… Autour du Poulpe gravitent encore quelques personnages capitaux pour sa bonne santé mentale et physique. Il y a là :

* Pedro, l'ami paternel, ancien imprimeur catalan et toujours anarchiste et révolté;
* Gérard, le patron du "Pied de Porc à la Sainte Scolasse", le troquet où le Poulpe à ses habitudes, un ami de vingt ans;
* Maria, la femme de Gérard qui n'a pas pu avoir d'enfant et qui reporte son amour maternel sur Gabriel;
* Vlad, le cuisinier roumain du "Pied de Porc…", aussi étrange que surprenant;
* Raymond, le mécano de l'aéroport de Moiselles;
* Vergeat, l'inspecteur des RG qui enquête sur le Poulpe depuis des années mais entretien avec lui une relation de ressentiment, de haine envieuse comme aurait dit Platon…

Au fil du temps et des aventures, le personnage principal s'affine. Ainsi apprend-t-on que Gabriel Lecouvreur est né le 22 mars 1960 et qu'il a perdu ses parents très tôt dans un accident de voiture. Recueilli par son oncle et sa tante, il a été élevé dans leur quincaillerie. Le Poulpe a réussi son baccalauréat en 1978 avant d'entrer à la faculté. Mais, le sac d'une librairie d'extrême droite avec d'autres étudiants anars lui a valu un séjour en camp disciplinaire car il était en âge de service militaire… Là, il a côtoyé des adjudants et des petits chefs qui n'ont réussi qu'à renforcer son caractère anarchiste et son envie de liberté. Le Poulpe est grand, à peu près 1,85 mètres et possède deux très longues jambes et deux très longs bras qui lui valent son surnom… On ne lui connaît qu'une seule passion, la remise en état d'un vieux Polikarpov, un avion d'origine russe utilisé par les Républicains durant la guerre d'Espagne… Une grande partie de l'argent qu'il récolte - de manière plus ou moins nette au fil de ses enquêtes - est engloutie dans cet avion, restauré par Raymond, et que seul un miracle permettrait de voir voler un jour ! Gabriel aime a flâner dans le 11è arrondissement de Paris car c'est le seul où il n'y a aucun monument à visiter et que, par conséquent, il n'est pas l'otage des touristes avides de photographies de fonds de tiroirs…

Le Poulpe est un personnage auquel on s'attache très vite car il est proche de la réalité quotidienne de chacun d'entre nous. Et puis, il est libre, désentravé, comme nous souhaiterions tous quelque part pouvoir l'être… Mais il n'est ni un vengeur solitaire à l'américaine, ni un représentant d'une quelconque forme d'ordre ou de morale. Le Poulpe est juste un témoin de notre époque !

"Le Poulpe" c'est plus de 200 titres parus, aux Editions La Baleine ou en collection Librio. Des titres jouant sur les mots comme "Les damnés de l'artère", "La Belge et la bête", "La dingue aux marrons", "Helvète Underground",… Le Poulpe a été adapté au cinéma en 1998 par Guillaume Nicloux avec un Jean-Pierre Darroussin plus que crédible dans le rôle titre et, depuis peu, en bandes dessinées…

Quelques enquête du Poulpe à lire :

"Nazis dans le Métro" (Didier Daeninckx), "La cerise sur le gâteux" (Jean-Jacques Reboux), "Chili Incarné" (Gérard Delteil), "La p'tite écuyère à cafté" (Jean-Bernard Pouy) ou "Un travelo nommé désir" (Noël Simsolo).

Partager cet article

Repost 0

commentaires