Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 février 2012 2 14 /02 /février /2012 14:27

Le 14 février 1929, Al Capone élimine tout un gang rival dans un garage de Chicago.

valentine.jpgSaviez-vous qu’il existe non pas un mais bien trois massacres dits de la Saint-Valentin. En 1349, à Strasbourg, sur ordre des notables de la ville, un pogrom coûta la vie à 2000 Juifs accusés de favoriser la transmission de la peste bubonique. En 1952, en Guadeloupe, les forces de l’ordre françaises reçurent l’ordre de tirer sur des grévistes qui revendiquaient une hausse salariale. Entre les deux, en 1929, à Chicago, Al Capone commanditait l’élimination d’un gang rival. Ce dernier massacre est probablement le plus ancré dans la mémoire collective. Revenons-y quelques instants… Depuis 1919, le 18è amendement de la Constitution américaine interdit la vente et la consommation d’alcools forts. Un paragraphe autorise la consommation d’alcools légers ne tirant pas à plus de 3,2%, seules certaines bières entrent donc dans le cadre d’une consommation légale. La prohibition de l’alcool était réclamée par les pasteurs et les ligues chrétiennes qui voulaient moraliser la vie des plus pauvres mais aussi par des ligues féministes qui associaient alcoolisme et violences conjugales. Evidemment, rapidement, la production d’alcool se fit dans la clandestinité et tomba, dans les grandes villes, aux mains de la pègre :
- A New York, Al Capone, Lucky Luciano, Vito Genovese, Meyer Lansky et Bugsy Siegel se partagent les affaires. Ils sont aussi très actifs en Floride avant de s’approprier Las Vegas dans les années ‘40 ;
- la Famille Patriarca domine le Massachussetts ;
- Salvatore Sabella dispose d’un territoire qui englobe Philadelphie, le Delaware et, surtout, Atlantic City capitale du jeu de la côte est ;
- Vito di Giorgio, Jack Dragna et Joseph Ardizzone s’occupent de la côte ouest ;
- L’Outfit d’Al Capone et Frank Nitti dirige Chicago.

La contrebande d’alcool sert à asseoir la puissance de la mafia italo-américaine à travers les Etats-Unis. Le gouvernement perd le contrôle de l’alcool à cause de la Prohibition ; ce qui devait être un acte de salubrité publique se transforme en une guerre contre les trafiquants d’alcool. L'impact de la Prohibition sur le crime organisé a été fondamentale car elle impliquait des profits beaucoup plus importants et a permis la création de groupes mieux organisés. Capone, Costello, Luciano, Siegel et bien d’autres ont vu leur carrière criminelle décoller grâce à la Prohibition. Entre 1925 et 1930, à New York et à Chicago, Capone a amassé plus d’un demi-milliard de dollars tous business confondus. Mais, à la fin des années ’20, à Chicago, la suprématie de Capone et Nitti est remise en cause par le North Side Gang, une organisation criminelle irlandaise qui a su, elle aussi, tirer parti de la Prohibition. Hymie Weiss, Dion O’Bannion et Bugs Moran sont les parrains successifs du North Side Gang mais c’est sous la direction de Moran que les Irlandais commencent à faire de l’ombre à Capone. Le nord de la ville tombe aux mains de Moran et, en l’espace de quelques mois, Al Capone échappe de justesse à deux attentats. Aussi, début 1929, décide-t-il de passer à l’action et de ne plus se contenter du dialogue. Capone confie à son ami Jack Machine Gun McGurn l’élimination du North Side Gang. L’idée est de frapper un seul coup fatal à tout le gang adverse pour empêcher toute forme de riposte mais il faut aussi créer un alibi à Capone que la police ne manquera pas de soupçonner des faits. Machine Gun (La Sulfateuse !!!) est fiable, Capone a déjà eu maintes fois recours à ses services par le passé. Il s’entoure de sept tueurs à gages aussi efficaces que discrets.

Les hommes de Capone passent à l’action

L’idée de McGurn est la suivante : Capone doit s’absenter de Chicago de façon peu discrète, McGurn convoque alors, au prétexte de lui livrer une importante cargaison d’alcool, le North Side Gang dans un lieu de grand passage pour ne pas éveiller la méfiance de Bugs Moran. Une fausse descente de police sera organisée afin de désarmer tous les malfrats, y compris Machine Gun. Alors, les tueurs de McGurn, tapis dans l’obscurité, n’auront plus qu’à mitrailler les rivaux de Capone pour les exterminer tous. Le plan est parfaitement rodé et répété.

Le 13 février, Al Capone prétexte un voyage en Floride et voyage le moins discrètement possible afin qu’on remarque qu’il a quitté Chicago. Le rendez-vous pour prendre livraison de l’alcool est fixé au 14 février dans un garage de la North Clark Street, sur le territoire du gang de Moran. A peine le North Side Gang est-il arrivé que la fausse descente de police a lieu. L’effet de surprise est total et les faux policiers jouent leur rôle à merveille. Les bootleggers(1), y compris McGurn, sont désarmés et quelques secondes plus tard, les faux policiers et deux tueurs en civils ouvrent le feu. Les sept membres du North Side Gang sont assassinés froidement. Pour éviter la panique dans le voisinage, les faux policier poursuivent leur rôle et font mine d’embarquer les deux tueurs restés expressément en civil. Quelques instants plus tard, alors que le garage sent toujours la poudre et le sang frais, la vraie police arrive sur les lieux et découvre les cadavres de tous les pontes du North Side Gang… Tous sauf un ! Car Bugs Moran, arrivé en retard au rendez-vous n’est jamais entré dans le garage à cause de la fausse voiture de police qu’il a prise pour une vraie. Capone avait explicitement demandé de vérifier que Moran soit bien présent mais McGurn l’a confondu avec Albert Weinshank, un autre membre du North Side Gang avec lequel il y avait, c’est vrai, une vague ressemblance. Le plan ne s’est pas parfaitement déroulé puisque Bugs Moran est toujours en vie. Mais il est seul dans la nature et sa carrière de chef de gang s’arrête. Tout juste participera-t-il à quelques braquages épars pour survivre. Son dernier fait notoire sera d’assassiner, en 1936, Jack McGurn pour l’honneur des membres du North Side Gang éxécutés.

Le Massacre de la Saint-Valentin a rapidement pris une ampleur exagérée, bien relayée il faut dire par la presse de l’époque. Il est devenu, au fil du temps, un événement mythique de la guerre des gangs et de l’histoire de la mafia aux Etats-Unis. Il a aussi servi à asseoir la mainmise d’Al Capone sur tout le Middle-West. Quelques mois plus tard, le krach boursier de New York entraîne l’Amérique dans une crise financière sans précédent. La paupérisation de la population chicagolaise était dramatique, si bien que Capone décida d’ouvrir sur South Slate Street une soupe populaire à laquelle vinrent se nourrir des milliers de personne pendant les hivers de 1929 et 1930. Un Resto du Cœur avant l’heure, sommes toutes. Le dernier jeudi du mois de novembre 1930, jour du Thanksgiving, Al Capone fournit un repas à plus de 5000 pauvres de Chicago… C’était l’autre face du plus grand parrain du crime organisé !

----
(1) c’est le nom que l’on donnait aux trafiquants d’alcool

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Le monde est fou !
commenter cet article

commentaires