Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2010 2 23 /02 /février /2010 10:59

Pour faire passer sa réforme de la santé, Barack Obama ouvre le débat lors d'un sommet avec les Républicains...

 

obama04.jpgLe plan de réforme du système des soins de santé de Barack Obama suit son cours. Le moins qu’il se puisse être écrit est que ce cours est loin d’être un fleuve tranquille. Aujourd’hui, le système d’assurance-maladie américain est monopolisé par les assureurs privés et laisse sur le carreau, c'est-à-dire sans protection, plus de 30 millions de personnes aux Etats-Unis. C’est cette tendance qu’Obama veut inverser en permettant à tous les Américains, quelle que soit la catégorie sociale à laquelle ils émargent, de s’assurer sur la santé. Si le plan avait été approuvé par la Chambre des Représentants, en novembre dernier, il en avait été de façon différente au Sénat. La perte du siège de Sénateur du Massachussetts, en janvier dernier (voir à ce propos Failed ), avait été synonyme de perte de majorité qualifiée (60 sièges sur 100) au Sénat pour les Démocrates. Dès lors, le plan de réforme du système des soins santé avait subit un sérieux coup d’arrêt. Mais Obama n’entend, évidemment, pas baisser les bras sur ce dossier essentiel de son programme électoral, même si les Républicains souhaitaient que les négociations autour de la réforme repartent de zéro.

Le Président avait promis de tenter de concilier les différents points de vue politiques autour de cette réforme et de présenter rapidement un nouveau projet. C’est chose faite, il a présenté sa nouvelle mouture du plan de réforme, ce lundi 22 février. Selon Barack Obama, ce nouveau plan, publié sur le site internet de la Maison Blanche, «permettrait à 31 millions d’Américains de s’assurer tout en encadrant les hausses des primes et en maîtrisant les coûts». Pour parvenir à son objectif, le nouveau plan présenté par le Président s’appuie surtout sur un plafonnement subventionné par le gouvernement des dépenses de santé par rapport aux revenus pour les classes moyennes. Ce plan coûterait, selon les estimations de la Maison Blanche, quelque 950 milliards de dollars sur les dix ans à venir. Il serait, cependant, totalement compensés, selon la Maison-Blanche, par des économies réalisées en sacrifiant certaines dépenses gouvernementales de santé superflues.

Bras de fer dangereux


Début février, Barack Obama avait proposé un sommet entre les deux camps politiques principaux afin de débattre et de passer en revues toutes les meilleures idées pour faire avancer la réforme de la couverture des soins de santé. Ce sommet aura lieu à la fin de cette semaine et Obama à profité de la présentation de son nouveau plan pour dire clairement au camp républicain qu’il était ouvert à leurs propositions : «Si vous me montrez que vous pouvez protéger les gens de problèmes d'assurance, contrôler les coûts, et faire en sorte que les gens sans assurance soient couverts, et le faire pour moins cher, pourquoi ne le ferions-nous pas ?» a-t-il affirmé sur le site internet de la Maison Blanche, en espérant que ce sommet soit productif.

Mais le sera-t-il ? En effet, on sait la frilosité des Républicains à l’idée de modifier le système d’assurances-santé actuel, le réformer irait à l’encontre des principes de l’idéologie économique américaine disent-ils. Dès lors, on ne peut qu’affirmer que le Président Obama joue un énorme coup de poker avec ce sommet. Ce sera un bras de fer dans lequel les Républicains ânonneront que le plan d’Obama va couter des milliards à la communauté et les Démocrates rétorqueront que ces dépenses seront couvertes ou compensées par la diminution ou la suppression d’autres dépenses gouvernementales moins prioritaires. A l’heure où le chômage de longue durée gagne du terrain aux Etats-Unis et alors que le New York Times annonce que 2,7 millions d’Américains perdront leur allocation de chômage à la fin du mois d’avril(1), éprouvant ainsi encore plus de difficultés à accéder aux soins de santé, si Barack Obama perdait ce bras de fer sur la réforme de la santé face aux républicains, il ferait plus qu’entamer son capital de crédibilité auprès de son électorat. L’air de rien, c’est déjà un peu l’élection présidentielle de 2012 qui se joue autour de la réforme des soins de santé…

----
(1)
Millions of unemployed face years without jobs par Peter S. Goodman, in New York Times, 20 février 2010

P2012

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article

commentaires