Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 octobre 2011 2 25 /10 /octobre /2011 14:39

Et si Obama appliquait la Méthode Bush pour reconduire son mandat présidentiel en 2012 ?

aubama.jpegL'économie du pays n'est pas au mieux, sa cote de popularité est au plus bas et la présence américaine au Moyen-Orient est de moins en moins populaire... on peut le dire, la situation de Barack Obama n'est pas optimale ! A un an des élections présidentielles, l'actuel locataire de la Maison-Blanche est loin de jouer sur du velour pour sa reconduction. Son atout majeur étant, pour l'heure, probablement les dissonances internes au Parti Républicain autour des candidats potentiels. Evidemment, l'entourage proche d'Obama planche sur la situtation et cherche déja des pistes qui permettraient de retourner la situation. A vrai dire, ils n'ont pas dû chercher bien loin dans l'histoire présidentielle américaine. En effet, au début de l'année 2004, à quelques encablures du scrutin présidentiel, le Président Bush qui achevait son premier mandat, présentait un bilan dramatique : une économie moribonde, une cote de popularité en chute libre et une présence américaine en Irak et en Afghanistan de plus en plus décriée... Les parallèles sont évidents ! Malgré cela, en novembre 2004, Bush assurait facilement sa réélection face à John Kerry. La conclusion s'impose, il faut calquer la campagne d'Obama sur celle de Bush en 2004 !  "Les parallèles sont suffisants pour qu'Obama et son équipe aient étudié et dupliqué la feuille de route de la réélection de Bush"(1) écrit d'ailleurs à ce propos le journaliste politique du New York Times Richard Stevenson. Et les Conseillers du Président se sont mis au travail sur cette base. "Ils construisent déja un discours autour des décisions politiques courageuses qu'Obama a prises pour faire ce qu'il fallait pour l'économie alors que ces décisions étaient impopulaires"(1) enchaine Stevenson. Un calque de la stratégie de Bush en 2004... Juste faut-il changer le thème central de cette campagne, alors que Bush axait ses démarches sur la sécurité nationale, Obama devra surtout l'axer sur la situation économique. Car si le Président actuel peut se targuer d'une politique internationale satisfaisante (ndlr mort de ben Laden, retour des troupes US d'Irak avant la fin de l'année, évolution politique au Moyen-Orient et au Maghreb...), la situation est totalement inversée. En 2004, les attentats du WTC étaient encore frais dans les mémoires, Ben Laden courrait toujours et les Américains vivaient dans la craintes de nouveaux actes terroristes sur leur sol. La situation extérieure les importait davantage que la situation intérieure... Bush avait tablé sur la sécurité pour rassurer sa population et cela avait marché. Mais, en 2012, la situation internationale est moins alarmante pour l'Américain moyen; par contre sa santé économique est préoccupante. Les Conseillers politiques d'Obama l'ont bien compris et ils vont tenter, dès à présent et tout au long de la campagne, de valoriser les décisions que barack Obama a du prendre, aussi impopulaires fussent-elles, pour maintenir le pays à flot économiquement parlant.

Aux Etats-Unis, les similarités et les différences entre les deux campagnes de réélections - celles de Bush en 2004 et celles d'Obama en 2012 - sont devenues un vrai sujet de débat. "La politique infuse de riches ironies"(1) commente de façon laconique Mark McKinnon, qui fut en charge de la stratégie médias de George Bush pour les campagnes de 2000 et 2004. En effet, Barack Obama avait largement critiqué la façon de faire de la politique de Bush pour assurer son succès en 2008... Mais, comme le rappelle aussi très justement Karl Rove, un ancien Conseiller de Bush, l'élection présidentielle n'est pas un jeu de politesse, chaque candidat doit simplement prouver, à un moment donné, qu'il est meilleur que l'autre pour remplir la fonction de Président. Quitte donc pour cela à piquer les stratégies de ses prédécesseurs... Et tant qu'à faire, l'entourage d'Obama prépare aussi, au cas où, des costumes sur mesures pour les différents adversaires potentiels. Ainsi, Mitt Romney - actuel favori des sondages avec Rick Perry - pourrait être présenté, si besoin, comme un homme sans conviction, qui change d'avis sans cesse et qui pense surtout à son avancement personnel. Une technique de sape que George Bush avait effectivement aussi utilisée avec succès contre John Kerry en 2004... Obama et son entourage se laisseront-ils aller à "kerryniser" Perry ou Romney pour favoriser leurs desseins présidentiels ? Après tout, La fin justifie les moyens parait-il et puis il n'y a pas loin d'un Kerry à un Perry ! Quoi qu'il en soit, et l'entourage d'Obama doit en être conscient, il faudra plus que des calques stratégiques pour remporter l'élection du 6 novembre 2012. Les Républicains ne se priveront pas d'attaquer sur des fronts bien précis comme les Soins de Santé avec leur fameuse réforme de 2010, l'avortement (auquel Obama est favorable), le mariage homosexuel (Obama est partisan des unions civiles entre personnes du même sexe), la régularisation des immigrés clandestins ou l'énergie. Des positions sur lesquelles Barack Obama ne pourra arguer d'aucunes comparaison avec son prédécesseur !

------
(1) Can Obama 2012 replicate Bush 2004 ?, par Richard W. Stevenson, in The New York Times, 21 octobre 2011

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article

commentaires