Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 octobre 2012 3 17 /10 /octobre /2012 10:24

Dans un décor qui évoque la Russie des Tsars, un endroit exquis à l'histoire pas aussi vieille qu'on ne le croit...

pouchkine.jpgJe rentre de Paris où, avec ma chérie, j'ai flâné autant sur les Grands Boulevards qu'à Montmartre ou dans les petites rues du 18è arrondissement que j'affectionne tout particulièrement. Nous avions décidé, cette fois, de porter notre attention sur les grands magasins du Boulevard Haussmann, les Galeries Lafayette, avec la magnifique coupole de style byzantin, et Le Printemps, une ode magnifique à l'Art Nouveau. C'est justement au rez-de-chaussée du Printemps, au croisement du Boulevard Haussmann et de la rue de Caumartin, que nous avons découvert le magnifique Café Pouchkine. Bien entendu, nous le connaissions au moins de nom, ne fut-ce que par la voix de Gilbert Bécaud qui l'immortalisa dans sa chanson Nathalie... Dans un couplet, Bécaud évoque ce lieu, non loin de la Place Rouge, de Moscou, où sa jolie guide et lui vont boire un chocolat. C'était en 1964 et grâce à - ou à cause de - cette chanson et du somptueux décor rappelant la Russie de Catherine II, l'impression se dégage que le Café Pouchkine est séculaire. Il ne s'agit pourtant que d'une croyance populaire bien ancrée mais totalement erronée ! Le Café Pouchkine est sorti de l'imaginaire de Pierre Delanoë et Gilbert Bécaud qui écrivirent, en 1964, Nathalie. Certes, il existait bien un petit estaminet baptisé Pouchkine à Moscou dans les années '50, un endroit miteux où se retrouvaient quelques artistes sans le sou mais jamais il n'y eut de Café Pouchkine tel que décrit par Bécaud avant que le restaurateur franco-russe Andrey Dellos n'ait l'idée de le créer, à la fin du 20è siècle.

1999, la Russie commémore avec faste le 200è anniversaire de la naissance d'Alexandre Pouchkine auteur prolifique à qui l'on doit, notamment, les romans Eugène Oneguine, Le Cavalier de Bronze ou Boris Godounov et les poèmes Poltava, Le Fiancé, La Fontaine de Bakhtchisaraï... Pouchkine est un phare culturel incontournable de la Grande Russie, Nicolas Gogol, autre écrivain fondamental de la littérature russe qui ne fut pourtant pas contemporain de Pouchkine ne pouvait d'ailleurs pas imaginer son pays sans l'auteur de Boris Godounov : "La Russie sans Pouchkine, comme c'est étrange !" déclara-t-il un jour... Andrey Dellos, propriétaire de deux restaurants cotés de Moscou - Le Turandot et Le Duc - entend rendre hommage à Pouchkine aussi imagine-t-il de donner vie au café qu'évoque Gilbert Bécaud dans Nathalie. Ainsi, dans un prestigieux hôtel particulier du Boulevard Tverskoi, assez loin à vrai dire de la Place Rouge, Dellos ouvre-t-il, le 6 juin 1999 date anniversaire de la naissance de Pouchkine, son Café Pouchkine dont l'idée est de mettre à l'honneur la grande cuisine russe du 18è siècle. Le décorum rappelle la Russie des Tsars et, clairement, le public-cible est argenté et amateur de belles choses. Au rez-de-chaussée, l'on trouve un bar et un restaurant qui propose de la cuisine traditionnelle russe; au premier étage un autre restaurant plus prestigieux dans un décor de bibliothèque (avec d'ailleurs quelque 15.000 ouvrages anciens) qui propose de la fine cuisine russe et française ainsi que le salon de thé-pâtisserie qui attire les amateurs de douceurs sucrées; et enfin une mezzanine qui abrite un bar sélect... Rapidement, dans une Russie qui s'ouvre au libéralisme, le Café Pouchkine séduit une large clientèle russe et étrangère. Il acquiert bientôt une renommée internationale certainement amplifiée par la chanson de Bécaud qui donne l'impression que cet endroit existe depuis plusieurs décennies. Pelminis, Veau Pojarski, Boeuf Stroganoff, Pirojkis... la carte regorge de grands classiques de la gastronomie russe cuisinés par des valeurs sûres comme Andrei Makhov ou Nikolaï Gribov.

Onze ans après avoir ouvert à Moscou, Andrey Dellos a décidé d'exporter son concept à Paris. C'est au rez-de-chaussée de l'espace mode du grand magasin Le Printemps que le Café Pouchkine parisien a ouvert ses portes en septembre 2010. Si l'endroit n'est certainement pas aussi somptueux que l'original, il n'est pas exclus de dire qu'il fleure bon le luxe et la qualité. Le pâtissier Emmanuel Ryon, Champion du Monde de la spécialité en 1999, fait de ses créations un art véritable. Pavlova, Rose du Tsar, Tarte Sgouchonka, Or Noir, Bon Baiser de Moscou, Saint-Honoré aux Noisettes ou encore l'incontounable Mille-Feuille Pouchkine sont autant de moments de pur bonheur gustatif. Bien que ce fut le mois d'octobre, un généreux soleil d'automne nous autorisa à prendre place en terrasse pour un savoureux moment sucré couplé à un service remarquable. Et si en définitive, la note n'est pas exagérée - une trentaine d'euros pour deux avec un Mille-Feuilles Pouchkine, un Saint-Honoré aux Noisette, un café et une limonade aux paillettes d'or - on ne peut que se dire que cela en vaut largement la peine, tant au niveau de la qualité que du service ou du décorum...

 

pouchkine-2.jpg


Le Café Pouchkine

A Moscou
26/5 boulevard Tverskoï

A Paris
Boulevard Haussmann, 64
75009 Paris

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans A découvrir
commenter cet article

commentaires

agence matrimoniale Nice 07/11/2012 10:01

huum..., ça c'est intéressant!!