Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 mai 2013 3 29 /05 /mai /2013 09:58

Il s'agit du plus ancien des ponts qui relient Manhattan au reste de la Ville de New York.

brooklyn.jpgManhattan est, aujourd’hui, le centre névralgique de New York, autant dire donc du monde, notamment au niveau financier. La presqu’île de 52kms² est reliée au continent par six ponts :
* George Washington Bridge (1931) qui relie le nord de Manhattan au New Jersey ;
* Manhattan Bridge (1909) qui relie le sud de l’île à Brooklyn ;
* Queensboro Bridge (1909) qui rejoint Long Island ;
* Triborough Bridge (1936) qui relie Manhattan, le Queens et le Bronx ;
* Williamsburg Bridge (1906) qui unit Manhattan à Brooklyn ;
* Brooklyn Bridge (1883) qui enjambe l’East River pour relier Manhattan et Brooklyn.

Si la colonie de l’Île débuta au 17è siècle par l’arrivée d’une trentaine de familles des Pays-Bas espagnol qui rachetèrent pour une bouchée de pain le territoire des indiens Manhattes, le véritable développement de Manhattan remonte au 19è siècle avec l’ouverture, en 1825, du canal Erié qui relie le fleuve Hudson (et donc l’Atlantique) aux Grands Lacs. Ce canal permet à New York de devenir un port de premier plan au vu de sa situation face à l’Europe. Manhattan devient le centre administratif et économique de New York aussi la nécessité de relier la presqu’île à Brooklyn qui s’ouvre sur l’Atlantique se fait-elle sentir. C’est le cabinet d’architecte Roebling, de Trenton dans le New Jersey, qui doit réaliser cet ouvrage d’art d’ampleur gigantesque pour l’époque. Il s’agira, en effet, d’un pont suspendu long de près de deux kilomètres tout en acier et en maçonnerie au dessus de l’East River.

C’est en 1867 que Roebling commence les plans du pont. Les travaux débutent au printemps 1869 pour une durée de 14 ans. Deux septennats qui seront tout sauf une partie de plaisir ! Quelques semaines après le début du chantier, John Augustus Roebling, l’architecte, se blesse au pied et la plaie s’infecte, il meurt un peu plus tard du tétanos. Son Fils, Washington Roebling, reprend le chantier mais il est victime, comme de nombreux ouvriers qui travaillaient dans des caissons pressurisés sous l’eau pour bâtir les fondations du pont, d’un accident de décompression qui le laisse gravement handicapé. Washington Roebling est contraint de rester à domicile ; il décide donc de poursuivre les travaux en les observant aux jumelles tandis que son épouse Emily assure la transition entre lui et les ouvriers du chantier. Wilhelm Hildenbrand terminera le chantier.

C’est le 24 mai 1883 que le Pont de Brooklyn est inauguré et ouvert au public. Ce jour là, ce sont 150.000 piétons qui font la traversée dans les deux sens ; 1800 véhicules – des fiacres, des carrosses, des charrettes tractées par des bœufs et même quelques automobiles – traversent également Brooklyn Bridge en ce jour inaugural. Mais il est dit que ce pont n’enjambera pas une longue rivière tranquille car six jours après son ouverture, une rumeur est lancée, elle prétend que le pont n’est pas assez résistant et qu’il est occupé à s’écrouler… La panique générée par cette rumeur provoque la mort de douze personnes sur le pont. Malgré que Washington Roebling avait utilisé des armatures six fois plus résistantes que ce qui n’était utile, la rumeur perdure plusieurs mois, le pont de Brooklyn n’est pas assez résistant dit-elle. Alors, en 1884, pour prouver la fiabilité de la construction, Phineas Barnum propose de faire la traversée du pont avec les 21 éléphants de son cirque, s’assurant au passage une solide publicité. Cette opération achève enfin de convaincre tous les New Yorkais de la solidité du pont…

Aujourd’hui, Brooklyn Bridge accueille plusieurs dizaines de milliers d’automobiliste chaque jour. Le pont propose deux niveaux de circulation, un pour les véhicules motorisés, l’autre pour les piétons et les vélos. La balade est très courues des touristes car Brooklyn Bridge offre une vue panoramique sur Manhattan.

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article

commentaires