Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 janvier 2013 6 12 /01 /janvier /2013 10:39

Agatha Christie a atteint une qualité littéraire jamais égalée…


agatha.jpgHercule Poirot et Miss Marple sont planétairement connus et ils sont nés de la plume d’une des plus grandes dame de la littérature ; Agatha Christie ! 80 livres et pièces de théâtre traduits et vendus à plus de 100 millions d’exemplaires sur les cinq continents, une carrière longue de 56 ans entre «La mystérieuse affaire Styles» (1920) et «Sleeping Murder» (1976, publié de façon posthume), la dernière enquête de Madame Marple, une imagination débordante d’originalité et des récits raffinés… tel est en quelques mots brossé le portrait d’une formidable femme qui s’est imposé dans un genre alors plutôt réservé aux écrivains mâles : le roman policier ! Née d’un père américain et d’une mère anglaise dans le Devon, le 15 septembre 1890, Agatha Miller reçoit une éducation britannique très stricte et privée à domicile. En effet, ses parents refusent de la voir fréquenter un établissement scolaire aussi huppé soit-il. Le décès de Frederick Miller, son père, rapproche la jeune Agatha de sa maman. A 16 ans, elle décide quand même de quitter le doux nid familial pour aller à Paris où elle doit apprendre le chant et le piano. Assurément, elle est douée tant pour les vocalises que pour le clavier ébène et ivoire mais Agatha Miller présente une timidité maladive – probablement initiée par l’isolement dans lequel elle a grandi – qui l’empêche de s’exprimer devant un public, même restreint. Cette anxiété ruine tout espoir d’une carrière musicale qui semblait pourtant se dessiner. De retour en Angleterre, la jeune Miller doit se trouver un avenir. Elle s’engage dans un cursus d’infirmière et le premier conflit mondial qui se profile à l’horizon lui ouvre les portes de la profession. Lorsque les hostilités débutent, elle se fait engager comme infirmière. Agatha vient d’épouser un jeune homme de la middle class anglaise, Archibald Christie.

Pour meubler ses moments libres entre l’arrivée de blessés au front, Agatha écrit dans un petit cahier qui ne la quitte jamais. Elle couche diverses pensées et idées sur papier qui rapidement lui servent de base pour l’écriture d’une histoire policière complète qu’elle intitule «La mystérieuse affaire Styles». Son métier d’infirmière lui permet d’apprendre l’effet des drogues et des poisons ce qui lui servira plus tard dans ses récits. La guerre se termine et avec elle la carrière d’infirmière de celle qui est devenu Agatha Christie par mariage et maman d’une petite Roselind. Un pari avec sa sœur aînée va modifier la vie d’Agatha ! Celle-ci soutient que son histoire n’est pas assez bonne que pour trouver un éditeur mais sa sœur mise sur le contraire et remue le tout Londres littéraire pour remporter son défi… Et elle y parvient ! «La mystérieuse affaire Styles» est publiée et on y fait la connaissance d’un détective privé belge qui jalonnera la vie d’Agatha Christie de manière récurrente ; Hercule Poirot.

En treize années, la romancière publie huit récits policiers dans lesquels les petites cellules grises du détective belge font des merveilles pour résoudre les crimes les plus variés. Poirot et Christie grandissent ensemble dans l’univers littéraire britannique. Le principe développé par Agatha Christie est simple : un huis-clos ou interviennent un nombre déterminé de personnages, un meurtre et un mobile plausible pour chacun des personnages. Le jeu pour le lecteur consiste à essayer de deviner qui est l’assassin… Seul «Les quatre», écrit en 1927, ne repose pas sur cette base puisque les quatre criminels sont sus dès l’entame du livre… Cela passionne le grand public qui se prend d’amitié pour Hercule Poirot dont les manières continentales vont pourtant souvent à l’encontre du flegme anglais. En 1930, Hercule Poirot se voit confronter à une rivale de taille, Jane Marple une retraitée qui vit à Saint-Mary Mead (ndlr un village imaginaire) et dont le hobby est de résoudre en amateur des énigmes d’abord et des crimes ensuite…

C’est en 1934 que la renommée de la romancière va réellement exploser en dehors des frontières britanniques. Elle retrouve son détective fétiche - Poirot - et publie l’un de ses meilleurs opus, «Le crime de l’Orient Express» dont la trame s’inspire librement de l’enlèvement et de l’assassinat du bébé de l’aviateur Charles Lindbergh. Ce roman constitue l’une des références majeures lorsqu’il s’agit d’évoquer Agatha Christie mais aussi le roman policier dans son ensemble !

Au fil des années, le professionnel Poirot et l’amatrice Marple résoudront maintes énigmes et meurtres que les auteurs avaient pourtant imaginés parfaits ! Agatha Christie ajoutera un duo de détectives – Thomas Beresford, dit Tommy, et Prudence Cowley, dite Tuppence – qui reviendront dans cinq aventures. A ces personnages récurrents du monde Christien, il faut ajouter divers enquêteurs qui n’apparaîtront que le temps d’un roman…

Mary Westmacott, la rivale ?

Agatha Christie s’impose comme le chef de file du roman britannique de la première moitié du 20è siècle. Elle est la plus lue en tous cas et son univers littéraire séduit à grande échelle. Et pourtant, à l’aube des années trente, une rivale pointa le bout de sa plume. Avec «Le pain géant» et «Le mystérieux M. Quinn» (publiés en 1930), Mary Westmacott vient écrire sur les plates-bandes de la génitrice de Poirot. Voyant que sa rivale lui nuit, Agatha Christie décide de la supprimer… C’est d’autant plus facile que Mary Westmacott est Agatha Christie ! Ainsi la seule rivale possible pour Christie n’était qu’elle-même… Elle utilisera encore pourtant ce pseudonyme pour quatre romans publiés entre 1947 et 1956.

Parmi la centaine de récits – romans et nouvelles – imaginées par Agatha Christie et publiés dans quelque 80 ouvrages, on peut pointer une série de chefs d’œuvres de la littérature à l’image de «Le meurtre de Roger Ackroyd» (1926), «Les sept cadrans» (1929), «Miss Marple au club du mardi» (1932), «Le crime de l’Orient Express» (1934), «Mort sur le Nil» (1937), «Témoin Muet» (1937), «Dix petits nègres» (1939), «Cinq petits cochons» (1942), «Le Miroir se brisa» (1962) ou encore «Une mémoire d’éléphant» (1972)… Autant de récits qui sont passés dans la mémoire collective !

En 1971, Agatha Christie est anoblie par la Reine et devient Dame de l’Empire Britannique. Quatre ans plus tard, dans «Hercule Poirot quitte la scène», elle publie la mort de Poirot ! En effet, sentant sa fin proche – elle a 85 ans ! – Agatha Christie ne souhaite pas que son personnage fétiche soit repris lorsqu’elle aura disparu. Aussi décide-t-elle de le faire mourir dans une œuvre qu'elle avait déjà écrit en 1940, avec à l'esprit qu'aucun autre n'écrirait les aventures d'Hercule Poirot. Miss Marple, par contre, mènera sa dernière enquête sans pour autant connaître la fin tragique de Poirot… Agatha Christie s’éteint le 12 janvier 1976 laissant derrière elle une œuvre extraordinaire et une fortune colossale.

=> Site officiel d’Agatha Christie

Partager cet article

Repost 0

commentaires