Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 12:48

«Si j’étais votre époux, Madame, je le boirais»

astor.jpegNancy Astor ne fut pas la première femme élue à la Chambre des Lords, elle fut précédée par la Comtesse Rouge, Constance Markiewicz, Députée irlandaise élue en 1918 sur la liste du parti Sinn Fein. Mais Nancy Astor fut la première femme à y siéger et deviendra la première femme politique d’envergure au Royaume-Uni ! C’est le 28 novembre 1919 qu’elle fut élue, elle entra à la Chambre le 1er décembre suivant et y siégea jusqu’en 1945.
Nancy Whitcher Langhorne n’avait pourtant rien qui la prédisposait à devenir la pionnière politique de l’Angleterre. Née en Virginie, en mai 1879, et héritière d’une plantation de coton créée par son père Chiswell Langhorne, elle épousa en première noce un autre riche héritier du sud des Etats-Unis. Lorsqu’elle en divorce, en 1903, après six années d’une union sans passion mais d’où est né un fils, Nancy Langhorne choisit de quitter les Etats-Unis pour l’Europe où elle s’établit en Angleterre, à Londres. Là-bas, elle rencontre un jeune homme qui présente la particularité d’être né le même jour qu’elle – le 18 mai 1879 -, William Waldorf-Astor, 2è du nom, Vicomte d’Astor. Cette similitude de dates de naissance rapproche Nancy et William qui ébauchent une romance qui est ponctuée, en 1906, par un mariage.

William Waldorf-Astor Ier (1), père de l’époux de Nancy, est Député de Droit car anobli par le Roi George V. Il transmet le virus de la politique à son fils qui devient, en 1910, Député de la circonscription de Plymouth sous la bannière du Parti Conservateur. Lorsque que meurt en octobre 1919 Waldorf-Astor Sr, son siège de Député est automatiquement dévolu à son fils(2) qui libère ainsi le siège de Député de la Circonscription de Plymouth. Une élection partielle doit être organisée dans cette circonscription afin de pourvoir au siège vacant… Nancy Astor, probablement motivée par le comportement féministe et social de la Comtesse Rouge qui se bat pour le droit des femmes et pour une société britannique moins aristocratique, décide de se présenter. Nancy Astor défraye doublement la chronique ! A cette époque, en Angleterre, si les femmes s’intéressent de plus en plus à la politique grâce à l’action d’Emily Pankhurst qui parviendra à leur obtenir le droit de vote en 1918, elles restent quasiment inexistantes sur le plan de l’action. Tout juste peut-on citer cette fameuse activiste irlandaise connue sous le sobriquet de Comtesse Rouge, Constance Markiewicz, encore elle, qui bien qu’élue en 1918 ne siégea jamais car elle fit de la prison… Nancy Astor se présente, ce qui est déjà une gageure en soi mais en plus elle le fait sur la liste adversaire de celle de son mari : le Parti Travailliste. Et pour couronner le tout, elle se fait élire raflant le vote de toutes les femmes de plus de 30 ans (les seules à avoir obtenu le droit de vote en 1918). Le 28 novembre 1919, à 40 ans, l’Américaine de Virginie devenue citoyenne britannique par mariage devient Députée de la circonscription de PlymouthCette élection scandalise une grande part de la gent masculine conservatrice de l’Angleterre post-victorienne.

Durant toute son activité politique, Nancy Astor s’efforcera de lutter contre la discrimination qui existe en Angleterre entre homme et femme. Elle militera notamment pour l’ouverture aux femmes des lieux réservés aux hommes comme les bars ou les Smoking rooms des restaurants ; elle s’impliquera pour la reconnaissance des femmes qui s’engageaient comme infirmière pendant le second conflit mondial. Véritable passionaria des droits de la femme en Angleterre elle irrita à ce point Churchill qui conservait, depuis 1903, une rancœur tenace à l’égard des féministes(3) qu’ils échangèrent de nombreuses passes d’armes verbales dans les travées du Palais de Westminster… Parmi ces joutes oratoires, deux restèrent très célèbres :
- «Si vous étiez mon mari, je mettrais du poison dans votre café lança Nancy Astor à Churchill ;
- «Si j’étais votre époux, Madame, je le boirais certainement» répliqua immédiatement le toujours très placide Churchill…

Une autre fois, Lady Astor asséna en pleine séance à Churchill un très juste :
- «Mais vous est ivre !»
- «Et vous hideuse mais moi demain cela ne se verra plus !» avait conclu Churchill

Quoi qu’il en soit, il convient de se souvenir qu’il y a 92 ans, Nancy Astor fut la première femme à siéger au Parlement britannique et qu’elle a ouvert, en Europe, la voie à des femmes politiques d’envergure comme Simone Veil, Ministre de la Santé sous VGE et à qui la France doit la loi dépénalisant l’avortement ou Margareth Thatcher qui fut, en 1979, la première femme Premier Ministre d’Europe…

----
(1) William Waldorf-Astor est également propriétaire de l’hôtel Waldorf à New-York. Son cousin John Jacob Astor IV fera construire, en 1897, l’hôtel Astoria juste à côté. En 1931, les deux hôtels serons réunis dans un gratte-ciel art-déco pour devenir le prestigieux et mythique hôtel Waldorf-Astoria.
(2) l’hérédité du titre de Membre de la Chambre des Lords ne fut révisé qu’en 1999 ; il reste aujourd’hui 92 pairs héréditaires sur les 738 Membres de cette assemblée mais ils seront amenés à disparaître progressivement ( => House of the Lords
(3) en 1903, alors qu’il était Ministre du Commerce, Churchill fut gifflé en public, à la gare de Bristol, par une suffragette proche d’Emily Pankhurst qui lui lança : «Vous ne l’avez pas volé ! Et ce n’est pas fini, les femmes vous en feront voir d’autres…»

Partager cet article

Repost 0

commentaires