Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 10:53

Ségolène Royal paie cash ses comportements et sa personnalité !

sego.jpgDécidément, depuis cinq ans, Ségolène Royal cultive la défaite comme une philosophie politique. En mai 2007, elle perdait la présidentielle face à Sarkozy, l'année suivante elle échouait dans sa tentative de conquête du Parti Socialiste (c'est Martine Aubry qui en devenait Première Secrétaire), en octobre 2011 c'est à la primaire socialiste qu'elle essuyait un cinglant revers (seulement quatrième sur six candidats, avec moins de 7% des suffrages) et, enfin, hier c'est aux législatives dans la circonscription de La Rochelle qu'elle s'est vautrée... Après autant d'échecs en enfilade, il est temps de tirer des conclusions : ni les militants du PS ni les électeurs français ne veulent d'elle ! Il faut dire que Madame Royal ne fait pas grand chose pour être appréciée. Diable que cette femme est désagréable ! Il émane d'elle comme une aura détestable, une forme d'égocentrisme qui la pousse à croire souvent qu'elle est le centre du monde politique, du PS français à tout le moins. J'ai encore en mémoire cette phrase qu'elle avait eue en 2008 pour commenter la victoire de Barack Obama à la Présidentielle américaine; elle avait dit en substance, au journal Le Monde, que la campagne victorieuse d'Obama s'était fortement inspirée de la sienne... Quand je parlais d'égocentrisme !!! Je ne pense pas qu'Obama ait dû un jour s'inspirer de Royal pour faire de la politique mais, quand bien même c'eut été le cas, il aurait réussi là où elle avait échoué. Je me rappelle aussi d'une émission Sept à Huit, sur TF1, en mai dernier dans laquelle Madame Royal se gargarisait d'avoir été à la base de la réussite de François Hollande ou encore d'un tonitruant "Vous avez de la chance de m'avoir" lancé, en mai 2011, à des journalistes qui l'interrogeaient sur la primaire socialiste. En 2006, d'aucuns l'avaient même surnommée Sa Majesté Ségolène après qu'elle eut rabrouée une jeune militante socialiste qui lui posait une question banale lors de la Fête de la Rose, à Quimperlé. Ségolène Royal est décidément trop hautaine et cassante que pour être appréciable par le commun des mortels... Pas plus tard que dimanche, au soir du second tour des élections, Madame Royal a encore joué perso et égocentrique en mettant en scène son intervention avant l'heure officielle; même dans la défaite, il fallait qu'elle se pousse du col en intervenant avant la cloture officielle des bureaux de vote dans les grandes villes. Par ailleurs, a-t-elle parlé de l'écrasante  victoire du PS ? A-t-elle même simplement évoqué le fait que la droite était rejetée dans l'opposition ? Non, elle n'a parlé que de sa déception personnelle et de sa hargne à l'encontre de Falorni. sEGOlène aime s'entendre parler d'elle, ne fait preuve que de peu d'humilité, ça l'a perdue !

Car voilà, cette dernière défaite ne s'est pas jouée à un fifrelin, non Olivier Falorni a remporté quasiment les deux tiers des voix mises en jeu, 62,97% précisément. Pourtant lorsqu'elle fut parachutée à La Rochelle, en provenance de ses Deux-Sèvres, elle était persuadée de l'emporter. Elle l'était tellement qu'elle s'était déjà affublée du costume de Présidente de l'Assemblée Nationale... elle est tombée du Perchoir avant même d'y être montée ! Est-ce le glas de la carrière politique de Madame Royal ? Ses soutient affirment que non, "Elle est dotée d'une capacité de résilience extraordinaire. A chaque fois que c'est fini elle renait de ses cendres"(1) commente une proche de Royal. Mais à chaque fois qu'elle revient c'est pour se planter encore un peu plus; peut-être est-il temps de cesser de revenir dès lors ? En tous cas, si elle envisage de briguer la direction du Parti Socialiste dans les mois à venir, Madame Royal a intérêt à adoucir son image, à la casser complètement même afin d'en reconstruire une qui collerait davantage à ses ambitions. Contrairement à François Mitterrand qui pouvait se permettre d'être cassant ou hautain, Ségolène Royal ne peut ambitionner un nouveau poste d'envergure qu'en descendant de son piedestal. Quoiqu'elle en dise, même si elle évoque une trahison, Ségolène Royal n'a eu besoin de personne pour se faire battre, elle y est parvenue toute seule à cause, en partie, de sa personnalité détestable. Quatre échecs importants successifs sont tout sauf un hasard, c'est au contraire un signe. Le signe qu'il est temps qu'elle modifie sa personnalité et ses comportements hautains; ce sont eux qui l'ont amené où elle se trouvent c'est à dire loin du sommet de la politique française qu'elle aurait pourtant pu briguer !

Quoi qu'il en soit Ségolène Royal est le seul point noir d'un Parti Socialiste français qui a fait main basse, ce dimanche 17 juin 2012, sur tous les organes décisionnels de la politique nationale française...


-----
(1) L'inexorable chute de Ségolène Royal, par Solenn de Royer, in Le Figaro, 18 juin 2012.

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Humeurs
commenter cet article

commentaires