Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 12:45

Afin, selon son leader, de se donner un maximum de chances, l'UMP ne présentera même pas 30% de femmes...

parite.jpgLe concept de parité homme/femme en politique a un peu plus de vingt ans, c'est en effet en 1989 qu'il fut proposé par le Conseil Européen. Il s'est développé dans les années nonante, c'était même une priorité pour une grande frange des acteurs du jeu politique, pour être finalement adopté en 1999. En France, une réforme constitutionnelle appuyée par trois nouvelles lois (en 2000, 2007 et 2008) ont achevé la mise en place de la parité politique. Concrètement, en matière politique, il s'agit d'un concept qui repose sur l'égalité des chances pour les hommes et les femmes d'accéder aux instances de pouvoir. Nos voisins ont légiférer clairement à propos de la parité politique, en substance la loi précise que les partis politiques doivent présenter des listes avec un nombre égal de femmes et d'hommes avec une tolérance maximale de deux pourcents d'écart. C'est à dire qu'une liste composée, par exemple à 51% d'hommes et 49% de femmes sera acceptée. Un parti qui ne respecterait pas la parité serait pénalisé lourdement au niveau des aides publiques qu'il reçoit, sa dotation pourrait être revue jusqu'à 25% à la baisse. Et c'est exactement ce qui va arriver à l'UMP pour les prochaines législatives, les 10 et 17 juin prochains. Hier, Jean-François Copé, Secrétaire Général de l'UMP et nouvel homme fort du parti, a confirmé que la parité ne serait pas respectée pour le prochain rendez-vous électoral. Et pas d'un peu puisque l'UMP ne présentera même pas 30% de femmes sur ses listes pour les législatives... "Je plaide coupable avec regret"(1) commentait le Patron de l'UMP sur les ondes de RMC en insistant cependant sur le fait qu'il soit un grand partisan de la parité. Et pourtant, en matière de manquement à la parité l'UMP n'en n'est pas à son coup d'essai, c'était déjà le cas en 2007 lors des législatives précédentes où l'Union pour un Mouvement Populaire n'avait présenté que 26% de femmes. A l'époque, il avait été sanctionné de quatre millions d'euros sur sa dotation publique mais avait remporté haut la main le scrutin, engrangeant 317 Députés sur 577 possibles (soit près de 55% pour une majorité absolue). Pour 2012, les prévisions sont nettement moins encourageantes. Le contexte est différent puisque Nicolas Sarkozy n'a pas été réélu et que l'UMP n'a plus le vent en poupe. Certains sondages font état de la perte de plusieurs dizaines de Députés, dès lors le parti de Copé se doit d'enrayer au maximum l'hémorragie. L'objectif de l'UMP est clairement fixé, il s'agit d'obtenir le plus grand nombre possible de Députés afin d'avoir un poids conséquent au Palais Bourbon.

Jean-François Copé explique donc le non-respect de la parité par ce besoin impérieux de conserver un ancrage important dans les différents départements. "Chacun doit comprendre que dans la période qui est la nôtre, il nous faut avoir un maximum de Députés et cela passe par le poids, l'ancrage local de beaucoup d'entre nous [...] Pourquoi la situation est-elle difficile pour nous ? C'est parce que nous avons beaucoup d'hommes sortants et qu'ils ont marqué par leur travail un ancrage très fort sur le territoire"(2) argumente Copé. Ainsi donc, l'UMP refuse la parité pour ne pas sacrifier des hommes qui ont été élus en 2007. Mais, dès lors, avec un tel raisonnement, ce sera encore le cas en 2017 et en 2022 et en 2027... finalement jusqu'à ce que les hommes élus et réélus s'étiolent naturellement. D'ailleurs, le raisonnement était déja le même en 2007 lorsque Chantal Brunel, alors porte-parole de l'UMP, déclarait : "Il y a une réelle volonté de promouvoir les femmes à l'UMP mais il est difficile de ne pas réinvestir des hommes qui ont fait du bon travail"(3). La volonté de promouvoir des femmes, on ne la sent pas vraiment dans le chef de l'UMP, au contraire on sent plutôt poindre des relents de conservatisme qui reste une valeur très ancrée au parti. L'UMP est en phase critique, elle a perdu son leader et doit tourner une page importante de son histoire. Le moment était justement opportun pour repartir sur de nouvelles bases et de donner leur chance à de nouveaux et, surtout, de nouvelles candidat(e)s-Députés. Au contraire, l'UMP continue dans la voie tracée au risque de perdre beaucoup de réprésentants à l'Assemblée Nationale mais aussi au mépris des valeurs républicaines auxquelles l'UMP se dit pourtant très attachée. Le moment était venu de promouvoir de nouveaux talents politiques, de les soutenir au maximum pour les porter sur les sièges du Palais Bourbon et d'ainsi déja commencer à préparer le rendez-vous présidentiel de 2017. Apparemment, l'UMP n'a pas confiance en ses jeunes pousses...

----
(1) Copé explique pourquoi l'UMP ne respectera pas la parité, par la Rédaction, on rmc.fr, 21 mai 2012
(2) Parité hommes-femmes aux législatives : Copé "plaide coupable", par P. Th., on leparisien.fr, 21 mai 2012
(3) L'UMP contraint à l'amende, par Baptiste Dejardin, lexpress.fr, 4 juin 2008

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

Le Webzine de l'Histoire 22/05/2012 22:00

N'y a-t-il pas contradiction entre cet article où tu fustiges l'UMP de ne pas respecter la parité et celui-là, où tu disais que la parité en politique était une connerie ?
http://acta-diurna.over-blog.com/article-parite-non-competence-oui-78802907.html

A moins que ce que tu reproches à l'UMP soit d'être de droite...

Olivier Moch 23/05/2012 11:13



Je ne dis pas que la parité est fondamentalement une bonne chose, je trouve personnellement qu'elle ne l'est pas, que la compétence politique ne dépend pas du sexe et que les femmes qui ont le
talent utile pour s'imposer en politique n'ont pas besoin (n'ont jamais eu besoin) de la parité pour y parvenir. Mais c'est désormais une loi et une valeur républicaine qu'il s'agit, selon moi,
de respecter pour un parti politique qu'il soit de droite ou de gauche.

Par ailleurs, dans le cas de l'UMP, le moment est idéal - comme je le souligne dans l'article - pour renouveler ses cadres et lancer de nouveaux venus pour préparer l'avenir. Mais l'UMP semble
très (trop) attachés à ses cadres masculins... Je continue de penser que c'est une erreur stratégique et politique !