Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 15:10

Le 20 janvier 1986, Margaret Thatcher et François Mitterrand signaient l'accord pour la construction d'un tunnel sous la Manche.

eurotunnel.jpgPendant des siècles, la Manche fut considérée comme un rempart naturel de protection de l'Angleterre, elle constituait un gage de sécurité contre toute invasion de l'île. Cependant, dès le 18è siècle, les Anglais se sont aussi rendus compte qu'elle constituait un frein aux échanges commerciaux. Dès l'aube du siècle suivant, un ingénieur français, Albert Mathieu-Favier envisage l'idée d'un tunnel sous l'eau qui permettrait aux malles postales de faire la traversée. L'idée est aboutie car elle prévoit deux tunnels - l'un pour la circulation entre les eux nations, l'autre pour l'évacuation des eaux - ainsi qu'une île relais artificielle à mi-chemin. Mais, le 18 mai 1803, le Traité d'Amiens, qui avait signé la paix entre la France et l'Angleterre l'année précédente, est rompu et les hostilités reprennent mettant fin au projet de Mathieu-Favier. C'est le début des Guerres Napoléoniennes qui vont durer jusqu'en 1815. Divers projets, dont certains farfelus, verront le jour, sans suivi pour des raisons techniques. Mais, en 1874 alors que le métro londonien s'étend sous terre, les possibilités de creuser sous la mer deviennent techniquement tout à fait possibles. Dès lors, l'Association Française du Tunnel Sous-marin entre la France et l'Angleterre et The Submarine Continental Railway Company voient le jour et remettent l'idée d'un tunnel sus la Manche au goût du jour. Elles obtiennent, ensemble, une concession de 99 ans pour la construction de ce tunnel. Des forages avaient été entamés du côté de Sangatte afin de connaitre la composition du sol, une galerie de trois kilomètres avait même été entamée mais une crise économique qui secoua toute l'Europe jusqu'en 1896 mis fin à ce second projet d'envergure.

De tunnel sous la Manche il ne fut plus vraiment question jusque dans les années cinquante, au moment de la création de la Communauté Economique Européenne (CEE) qui réunissait, dans un marché commun, la  Belgique, la France, les Pays-Bas, l'Italie, le Grand-Duché du Luxembourg et la République Fédérale Allemande. L'idée de renforcer les échanges commerciaux avec le Royaume-Uni prend à nouveau corps et, en juillet 1957, un Groupement d'Etude pour le Tunnel sous la Manche (GETM) est mis en place après un accord entre les gouvernements français et anglais. On se dirige vers un tunnel ferroviaire à double circulation séparé par une galerie de service. Une société baptisée Le Groupe du Tunnel sous la Manche est créée avec des capitaux français et britannique mais entre études de faisabilité du projet, négociations entre les deux pays, appels d'offre pour la réalisation du chantier et autres complications administratives, la crise économique du milieu des années septante pointe le bout du nez. L'Angleterre se retire du projet... Une fois encore, l'idée est délaissée !

Mitterrand concrétise ce vieux projet...

Il faut attendre l'élection de François Mitterrand pour que l'on reparle du Tunnel sous la Manche. Lors d'un Sommet franco-britannique, en septembre 1981, le nouveau Président français convainc Margaret Thatcher, Premier Ministre britannique, de l'importance de ce lien trans-Manche. Thatcher préfèrerait un lien routier par dessus la Manche; dès lors les deux idées sont en compétition. En 1983, après de nombreux travaux géologiques pour vérifier la stabilité du sous-sol de la Manche, le feu vert est donné pour la réalisation de ce "lien" entre la France et l'Angleterre. Un appel à projet est lancé, la date du 31 octobre 1985 est fixée pour la remise des différents projets. Quatre sont proposés :

- l'Euroroute, un ensemble qui allie route, ponts haubannés et tunnel sous-marin de 21 kilomètres avec la nécessité de créer deux îles artificielles. Ce projet est estimé alors à quelque 54 milliards de francs français;
- l'Europont, un pont-tube de 38 kilomètres de long avec six voies de circulation et une double voie ferroviaire. Ce projet cumulait les liens routier et ferroviaire mais présentait le délicat désavantage d'être, avec une estimation de 68 milliards de francs français, le plus onéreux;
- le Transmanche Express, une double tunnel sous-marin à deux voies de circulation (trains + automobiles et camions) avec la nécessité de deux îles artificielles pour assurer la ventilation des tunnels. Dont coût estimé : 30 milliards de francs français;
- l'Eurotunnel, qui reprend l'idée d'un double tunnel ferroviaire avec galerie de service émis par le GETM à l'aube des années septante. Le coût est estimé à 30 milliards de francs français.

Rapidement, l'Europont (pour des contraintes techniques et un risque de collision avec certains bateaux) et le TransManche Express (parce que le système de ventilation est jugé insuffisant) sont écartés. Restent en lice l'Euroroute et l'Eurotunnel; ce dernier coûte moins cher et son impact environnemental est moindre. Il est donc privilégié et son choix est définitivement entériné le 20 janvier 1986 par Margareth Thatcher et François Mitterrand.

20 ans en 2014


Les travaux de l'Eurotunnel débutent le 15 décembre 1987 et durent six ans. Trois galeries - deux pour la circulation des trains et une pour le service sont creusées sur un peu plus de 50 kilomètres à une profondeur moyenne de 40 mètres sous le lit de la Manche. Le 10 décembre 1993, le chantier est livré et le tunnel est officiellement inauguré le 6 mai 1994 par François Mitterrand et Margaret Thatcher avant d'être ouvert à la circulation le 1er juin suivant. Les deux extrémités du tunnel sont reliées au réseau de chemin de fer dit "classique" tant en France qu'en Angleterre mais aussi au réseau autoroutier (A16 et France et M20 en Angleterre). Le Tunnel sous la Manche permet donc la circulation de trains (fret + passagers), de camions, d'autocars et d'autres véhicules particuliers (moto et voitures) par un système de navettes.

Il aura donc fallu attendre près de 200 ans entre la première idée de l'ingénieur Albert Mathieu-Favier et son aboutissement définitif pour relier sous l'eau la France et l'Angleterre. 85 ans après le vol de Blériot on pouvait dire que l'Angleterre n'est définitivement plus une île...

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Olivier Moch - dans Actualité
commenter cet article

commentaires